La Russie médiévale

La Russie médiévale

-

Livres
242 pages

Description

La Russie médiévale ou Rus' installée tout au long de l'axe fluvial du Dnepr et du Volkhov, le long de la célèbre «route des Varègues aux Grecs», fait son entrée dans la communauté des Etats chrétiens que préside l’empereur romain de Constantinople à la fin du Xe siècle.
Dès lors, l’architecture en brique et pierre, se développe sous l’influence des artisans byzantins venus apporter leur savoir-faire. Ainsi, tout au long du Xie siècle, la slavia orthodoxia se couvre elle aussi d’un «blanc manteau d’églises»dont les plus beaux fleurons ont traversé les âges: Sainte-Sophie de Kiev, avec ses vastes surfaces de mosaïques et ses célèbres fresques. Sainte-Sophie de Novgorod et sa célèbre porte de bronze du XIIe , œuvre des artisans allemands.
A la fin du XIe siècle et tout au long du XIIe , la Rus’ se morcelle de principautés dont chaque ville veut montrer sa puissance et sa richesse en construisant une église cathédrale et en se dotant d’églises et de palais. Ainsi se forma dans la Mésopotamie russe entre la Volga et l’Oka, le fameux «anneau d’or» que constituent les villes de Souzdal, Vladimir, Jaroslav…Les façades en pierre, richement décorées de sculptures réalisées par des maîtres venus de l’étranger ont suscité beaucoup d’interrogations, mais nous ont donné de véritables chefs-d’œuvre de l’art qui font de la Rus’ prémongole, une exceptionnelle terre de culture et de civilisation qui, dans la seconde moitié du XIIIe siècle sera incorporée à l’immense empire mongol qui s’étend de l’Adriatique à la mer de Chine.
C’est pour permettre de la mieux lire, de la mieux comprendre et de la mieux aimer que ce guide est proposé.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 23 juin 2017
Nombre de visites sur la page 1
EAN13 9782251903620
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
VU MÊME AUTEUR
e Les Églises slaves des origines auXVs., Paris, Vesclée, 1991
Byzance et le monde orthodoxe, sous la dir. d'A. Vucellier, Paris, « Coll. U », A. Colin, 1999
e e Christianisme et chrétientés en Occident et en Orient (milieuVII -milieuXIs.), Paris, Ophrys, 1997
L'Akrite, l'épopée byzantine de Digénis Akritas, versions grecque et slave, sous la dir. de P. Odorico, Toulouse, 2002
G U I D E B E L L E S L E T T R E S
Collection dirigée par Jean-Noël Robert
D E S C I V I L I S A T I O N S
Tous droits de traduction, de reproduction et d’adaptation réservés pour tous les pays.
© 2010, Société d’édition Les Belles Lettres 95, bd Raspail, 75006 Paris.
er 1 tirage, 2003
ISBN : 978-2-251-90362-0 Avec le soutien du
COMMENT UTILISER CE GUIDE ?
Il est, certes, possible de lire ce livre chapitre après chapitre, pour découvrir un panorama de la société des Russes ; mais il est aussi conçu pour que le lecteur puisse y trouver rapidement (et en extraire) des informations précises sur un sujet qui l’intéresse. Il est donc conseillé : – de se reporter au sommaire :chaque chapitre est divisé en rubriques (avec des renvois internes) qui permettent de lire, dans un domaine choisi, une notice générale. En outre, les autres rubriques du chapitre complètent l’information. Au début de chaque chapitre, une introduction situe le sujet dans une perspective différente, illustrant l’évolution de la société et des mentalités russes; – d’utiliser l’indexà partir duquel, sur une notion générale, un terme technique, voire un personnage, il est possible de réunir, à travers l’ensemble du livre, plusieurs données complémentaires. Une bibliographie choisiepermet, dans un premier temps, de se reporter à des ouvrages récemment parus pour y commencer une recherche. Tous offrent, sur le sujet qu’ils traitent, une bibliographie plus ou moins riche. Enfin, les tableaux de synthèse, les cartes et graphiques pourront aider à visualiser et mieux retenir les informations désirées. (Cf. table des cartes, plans et tableaux en fin de sommaire.)
La civilisation des Slaves orientaux n’a pas l’honneur d’être enseignée dans nos collèges et lycées ; elle est effleurée le plus souvent dans nos rares universités qui ont conservé un département de slavistique. Pourtant, il n’y a probablement pas une église catholique où nous ne puissions admirer une icône, offerte à la piété des fidèles, allusion probable à l’héritage chrétien commun que nous partageons avec les orthodoxes. C’est en effet la formation de cette chrétienté orthodoxe slave que nous voulons saisir, celle qui est née sur les bords du Dnepr et qui s’est prolongée vers le nord en direction de Vladimir, joyau de l’« anneau d’or », puis de Moscou. Alors, il n’était pas question de Russie, mais deRus’, puis d’Ukraine et de Moscovie. Pourtant, faute de mieux, nous avons volontairement choisi de parler de Russie pour que le lecteur contemporain puisse comprendre qu’au-delà des frontières politiques de l’Histoire, qui de nos jours ont permis la naissance d’États indépendants, Belarus, Ukraine et fédération de Russie, ce sont les croyances et les cultures partagées qui rassemblent les communautés. Sur un tout autre plan, la civilisation des Slaves orientaux est souvent identifiée à un alcool, servi en boisson, la vodka, dont chacun a pu mesurer les effets sur le premier président de la fédération de Russie. Enfin, de ces lointaines régions septentrionales où la température hivernale est d’une rigueur extrême nous arrivent les fourrures que l’Occident a toujours appréciées, du moins sous forme de bonnet, la chapka. Icônes, vodka, chapka, voilà la trilogie qui constitue le seul bagage culturel de nombre d’Occidentaux quand ils arrivent à Moscou. Ce constat ne doit pas susciter le découragement et encore moins le repliement ; bien au contraire, il est stimulant pour tous ceux qui s’efforcent de faire partager une culture, une civilisation que leurs travaux et leurs recherches leur ont permis de mieux cerner, de mieux comprendre. C’est cette démarche de partage qui nous a porté dans la préparation de ce guide. La Russie d’aujourd’hui est un monde en profonde mutation. Comme toute civilisation qui se transforme, elle suscite crainte et espérance. Crainte de voir les vieux démons, plus ou moins enterrés, jamais éradiqués, resurgir à la moindre occasion ; espérance de construire enfin une société plus libre, plus juste, plus accueillante, capable d’assumer son passé pour construire son avenir, sans, pour ce faire, radicaliser son héritage culturel.
C’est dans cet esprit que nous avons conçu ce guide. Point n’était besoin de recommencer les descriptions des villes et édifices qui les décorent ; elles existent par ailleurs ; en revanche, nous avons voulu faire vivre ses hommes et ses femmes qui tous ont apporté leur pierre à la construction de cette civilisation. Il nous a semblé important de comprendre et de montrer combien la civilisation du présent est aussi une civilisation d’héritier. La chute du communisme n’a pas été suivie de l’ouverture des prétoires, pourquoi ? L’âme slave est-elle une particularité génétique ou la conséquence de la place et du rôle de l’homme dans l’économie du Salut ? C’est à ces questions et à bien d’autres que nous nous sommes efforcé de proposer une argumentation permettant au lecteur de se forger son opinion. Telle est la modeste ambition de ce livre, fournir des clefs pour ouvrir cette boîte de Pandore qu’est une civilisation. La misère et la souffrance ont constitué les voies que les hommes ont longtemps foulées et sur lesquelles ils ont laissé ces signes que sont les monuments d’où, quittant leur microcosme, ils pouvaient entrevoir le macrocosme. Puisse ce guide aider le lecteur à voir au-delà des pierres, au-delà de l’espace, les hommes qui ont transformé leur milieu pour construire cette œuvre d’humanité qu’est une civilisation et dont nous sommes aujourd’hui les héritiers.
CARTES, PLANS, TABLEAUX
e e Frontière de la Rus’ de Kiev (X -XI s.) Limites entre la zone forestière au nord, la steppe et le désert au sud Plan d’un sanctuaire Village de Novotroickoe e e Les tribus des Slaves orientaux (IX -XII s.) e Le tournée de perception de l’impôt (poljude, milieu du X s.) La famille de Jaroslav La conquête mongole (1236-1240) e e La Horde d’or (XIII -XIV s.) Kiev et ses alentours Les trois villes qui composent Kiev Ville de Novgorod ; Rybokov DrevnajaRuse Plan de la ville de Vladimir sur Kljaz’ma au XII siècle e e Plan de Moscou (XI -XIV s.) e e La Russie kiévienne (IX -XI s.), route des varègues aux Grecs Les rapides du Dniepr Tableau chronologique des villes russes et de leur superficie Les armes d’un guerrier russe Casque princier Épées latines à inscriptions latines La bataille de la Néva (15 juillet 1240) Bataille du lac des Glaces (5 avril 1242) Bataille de Kulikovo polje (8 septembre 1380) Prise de Kazan’ (2 octobre 1552) Bateau slave Arrivée de la princesse Anne à Kiev e e Tour novgorodien (XII -XIII s.) La monnaie de Vladimir Calendrier des fêtes païennes et chrétiennes La gusla L’entrée du Christ à Jérusalem d’après Olearius Le dieu Simargl’ Idole de Zbrucz Représentation des rozanicy sous la forme de deux femmes assimilées à Anne et Marie Alphabet glagolitique e Écorces de bouleau (XII s.) Tableau des œuvres de la littérature russe L’assemblage des troncs pour la construction en bois e Habitat de Novgorod (fin XII s.) e Habitat du X siècle (Kiev – le Podol) e Habitat du XII siècle (Kiev – ville de Vladimir) e Habitat du XIII siècle (Kiev – ville d’Izjaslav) Masque zoomorphe Habitations de Novgorod (intérieur) e e Femme de boyard (XII -XIII s.) e e Boyard (XII -XIII s.) Vêtements du boyard, du clerc, des paysans
LA RUSSIE
Frontière de la Rus’ de Kiev