//img.uscri.be/pth/d8b0d73fd6f5e7f900128091e96475ff91137315
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 9,75 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

La socio-euphémie

De
137 pages
La socio-euphémie adoucit, déguise, embellit les réalités sociales notamment dans la désignation des activités professionnelles (l'éboueur devient "technicien benniste", les élèves faibles sont dits "élèves en phase d'appropriation", les grèves sont présentées comme "mouvements sociaux"). Cet ouvrage décrit ses manifestations, caractérise ses modalités et analyse ses incidences avec entre autre ses effets pervers : pertes de sens, dispersion du langage, langue de bois, police de la parole, illusions diverses...
Voir plus Voir moins

La socio-euphémie
Expressions, modalités, incidences

Collection

Mouvements

Economiques

et Sociaux

Dirigée par Claude ALBAGLI
La collection «les Mouvements Economiques et Sociaux» présentée par L'HARMATTAN et l'INSTITUT CEDIMES se propose de contribuer à l'analyse des nouveaux aspects de la mondialisation en embrassant les phénomènes économiques, sociaux et culturels. Elle vise à faire émerger des recherches et des contributions originales sur les mutations du développement et de la mondialisation.

KIM Yersu & ALBAGLI Claude (Coordonnateurs), «Corée du Sud, le modèle et la crise », Commission Nationale Coréenne pour l'UNESCO, Coll. MES, L'Harmattan, 2004 TREMBLAY L'Harmattan, Rodrigue 2004 «L'Amérique impériale» ColI. MES

RICHET Xavier et HUCHET «Transformations et stratégies L'Harmattan, ColI. M.E.S., 2004

Jean-François des entreprises

(Coordination) chinoises »,

DUPRIEZ Pierre (Sous la direction), « Entreprises transition, Etudes de cultures organisationnelles L'Harmattan, 2005 AUSTRUY Jacques, « Islam face MES, L'Harmattan, 2005 (en cours)

roumaines en », ColI. MES,

au Développement»

ColI.

GERN Jean-Pierre (sous la Direction), « Les sciences sociales confrontées au défi du développement », L'Harmattan, ColI. M.E.S., 2005 (en cours) PATUREL Robert (sous la Direction), entrepreuneuriale et développement L'Harmattan, ColI. M.E.S., 2005 (en cours) « Dynamique économique»

RICHET Xavier et GUERRAOUI Driss (Coordination) « L'intelligence économique», L'Harmattan, ColI. M.E.S., 2005 (en cours)

Jean-Paul Courthéoux
Directeur de recherches honoraire au CNRS

La socio-euphémie
Expressions, modalités, incidences

L'Harmattan 5-7, rue de l'École-Polytechnique ; 75005 Paris FRANCE
L'Harmattan Hongrie Kônyvesbolt Kossuth L. u. 14-16 1053 Budapest Espace L'Harmattan Kinshasa Fac. Sciences. Soc, Pol. et Adm. BP243, KIN XI Université de Kinshasa - ROC L'Harmattan Italia Via Degli Artisti, 15 10124 Torino ITALIE L'Harmattan Burkina Faso 1200 logements villa 96 12B2260 Ouagadougou 12 BURKINA FASO

www.librairieharmattan.com e-mail: harmattanl@wanadoo.fr cg L'Harmattan, 2005 ISBN: 2-7475-9066-6 EAN : 9782747590662

AVANT-PROPOS

A l'origine de cet essai se situe une contribution aux Mélanges présentés à l'Université de Paris 2 "PanthéonAssas" en l'honneur du Pro Jacques AUSTRUY, et publiée dans les Cahiers du CEDIMES (2004 nOI). Toutefois, l'espace nécessairement restreint d'une participation

individuelle

à une œuvre collective, ainsi que l'accueil

encourageant reçu par cette participation, ont conduit à développer nos observations et réflexions et à aboutir ici à un texte actualisé, bien plus étendu. Pour autant, ce texte ne prétend pas épuiser le sujet, tant l'usage sociale, des euphémismes dans la vie économique, internationle s'est répandu et se

politique,

renouvelle sans cesse. Déjà, dans son ouvrage, devenu classique, sur Le scandale du développement, Jacques

AUSTRUY stigmatisait la "déformation de l'information", le jeu des" ambiguïtés", la diffusion des "mythes" auxquels participe l'actuelle prolifération des euphémismes, que nous appellerons ici la socio-euphémie.

Parallèlement, FOURASTIÉ,

d'autres

économistes, d'expresses

tel

Jean

sans aller jusqu'à

dénonciations,

insistaient sur la nécessité de privilégier la connaissance effective du réel, alors précisément qu'à notre sens la socioeuphémie tend à substituer à des termes exacts des

appellations qui, bien souvent, le masquent en remplaçant la vérité brute par un vocabulaire déformé ou tout au moins plus flatteur. Bien sûr, la socio-euphémie lorsqu'elle est parfois utile

apaise des tensions ou facilite des vocations.

Mais, à l'image de ces médicaments, bénéfiques à dose modérée mais nocifs en consommation exagérée, elle peut devenir dangereuse lorsqu'elle aboutit à des pertes de sens, à des illusions décevantes ou, entre autres exemples, permet de justifier, en apparence, des actions tout à fait

répréhensibles. C'est pourquoi, en attirant l'attention sur de tels effets pervers, l'étude des euphémismes dans les

comportements collectifs dépasse la simple anecdote, pour mettre en garde contre bien des abus. Si certains euphémismes avaient été décryptés à temps, peut-être divers événements pour le moins fâcheux auraient-ils été évités... Enfin, nous ne voudrions pas clore cet avant-propos sans remerCIer Claude ALBAGLI qUI voulut bien

s'intéresser

à la promotion de ce texte, avec cet esprit 6

d'ouverture

et ce notoire dynamisme dont il a toujours

témoigné dans le cadre du CEDIMES. Nos remerciements vont également à Sabine DANG-FLANQUART qui assuma, avec intelligence, dévouement et amicale patience la mise en traitement du manuscrit.

7

INTRODUCTION

Economistes

et sociologues

sont nombreux

à

s'interroger, à tort ou à raison, sur la "Fin du travail", ou tout au moins sur sa rareté, sa précarité, son irrégularité, voire son essence même, avec diverses hésitations sur ses frontières et sa définition. Cependant, il est un phénomène, pourtant bien connu, auquel ils n'ont pas tellement porté attention, qu'ils ont laissé, le cas échéant, aux hommes de lettres, publicistes ou chroniqueurs: celui de son

déguisement, l'édulcoration

de son embellissement,

en bref celui de d'un

de sa vraie nature par l'application

flatteur et beau langage, même si, parfois, cette évolution sémantique correspond un peu à un perfectionnement de la fonction exercée N.B..

N.B.Le présent texte a bénéficié des observations et enrichissements suggérés par Guy Caire, A. Catrice-Lorey, Pierre-Maurice Clair, Michelle Durand, Paule et Simone Courthéoux, Chantal et Sabine Dang-Flanquart, Denis Lambert, Philippe Lorthioir, Albert Merlin qui voulurent bien prendre connaissance d'une première rédaction. Nous tenons à leur exprimer ici nos vifs remerciements pour ce stimulant et précieux apport.

Certes, ce phénomène d'euphémisation des termes n'est pas particulier au travail et à l'activité. Pour donner, dès à présent, quelques exemples précurseurs, on le retrouve en matière de santé avec les non-voyants, mal-entendants, personnes à mobilité ou verticalité réduite, optiquement ou chronologiquement défavorisées etc... ! On l'observe aussi en matière sociale avec, entre autres, l' "appui social" pour l'assistance sociale, l' "allocation de soutien familial" pour l'allocation d'orphelin, le "mouvement social" pour l'arrêt de travail, la "résidence-club" pour la maison de retraite. On le rencontre encore dans la vie quotidienne où la cantine devient "restaurant d'entreprise", l'arrêt-pipi l' "arrêt-confort", le rapide
"T.G.V", la décharge publique "centre de stockage", le chien méchant "chien dangereux", l'animal domestique compagnie", "animal de

les mauvaises herbes des "plantes sauvages".. .11 et de

explose, bien entendu dans le domaine de l'alimentation

la gastronomie où le mélange devient "méli-mélo", le vrac la "chiffonade", la tranche la "darne" ou le "magret", les crudités la "sélection du potager" , la salade l'" effeuillée" , la purée l' "écrasée", le riz au lait "riz grand-mère" ! Il pénètre la vie publique, où, sauf exception, il n'y a rien en matière de département d'inférieur ou de bas, cependant qu'il n'y a plus
de Nord pour les côtes et qu'en matière de régions, il n'y aura bientôt plus de centre tout court. Il s'insinue plus spécialement

10

en politique, où l'exclusion congé", la défaite

(d'un parti) devient la "mise en la "mise en réserve", le

électorale

contestataire un "refondateur" (au P.C.), la lutte des classes l' "intervention citoyenne" (toujours au P.C.). Il honore même la délinquance où l'inculpation devient la "mise en examen", la prison temporaire "centre de rétention", le travail clandestin "travail illégal". Il déguise enfin la violence lorsque la torture devient "pression physique", les bombardements "frappes aériennes", les occupations "stationnements de troupes

étrangères" ... Cependant le domaine d'élection de l'euphémisme est peut-être celui de l'activité professionnelle, tant en la matière les changements d'appellation se sont récemment multipliés en donnant le pas à la sublimation du langage sur sa clarté dans la communication. Aussi, sans prétendre à l'exhaustivité, la présente chronique s'attache-t-elle tout d'abord à l'ACTIVITÉ TRANSFIGURÉE, en commentant, plus précisément quelques grands euphémismes des métiers et des qualifications, en observant aussi la tendance au surclassement des activités scolaires et intellectuelles qui y préparent et le beau langage des activités économiques auxquelles ils conduisent. D'autres euphémismes n'en seront pas moins évoqués avec le

QUOTIDIEN AMÉLIORÉ (santé tranquilisée et vie gratifiée) et la SOCIÉTÉ RÉVISÉE (du discours social à la politique Il

adoucie) ; cependant que, par-delà la description des faits, les PROCESSUS d'analyse ET INCIDENCES seront l'objet d'un essai

plus systématique,

où le pittoresque

fera place à

l'esquisse théorique.

12

CHAPITRE I L'ACTIVITÉ TRANSFIGURÉE

1 - Grands euphémismes des métiers et qualifications
Toute activité, même la plus flatteuse, peut donner lieu à euphémisme. A la limite, des fonctions de pouvoir et de
prestige ont participé à l'escalade exemple, le sous-secrétaire des appellations avec, par

d'Etat promu "secrétaire d'Etat",

le secrétaire d'Etat devenu "ministre délégué", l'ambassadeur adjoint appelé ce voire "ministre sont aussi plénipotentiaire" 1. Cependant, essentiellement les professions les professions et les

semble-t-il, subalternes, professions

ingrates

moyennes, qui tendent le plus à l'euphémisme.

En sens inverse, il est arrivé exceptionnellement que, pour des raisons idéologiques, des appellations flatteuses soient intentionnellement ravalées à une expression de rang inférieur. C'est ainsi qu'en 1917, le premier ambassadeur de Russie en Allemagne fut désigné comme "Délégué plénipotentiaire", le terme d'ambassadeur ayant été jugé trop aristocratique par le régime soviétique d'alors.

1