La sociologie camerounaise

-

Livres
170 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

La construction de la sociologie, dans le Cameroun moderne, remonte aux années 1960, avec l'arrivée des ethnologues, dans le cadre de la Fondation française de l'enseignement supérieur. Balbutiante au départ, cette construction a progressé, en épousant les diverses mutations de la société. Ancrée dans la sociohistoire, cette analyse éclaire le chemin parcouru par cette science, au Cameroun particulièrement.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 15 avril 2017
Nombre de visites sur la page 137
EAN13 9782140035616
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0005 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
- - - -19
Valentin NGANDONGO
La sociologie camerounaise
Un demisiècle de lente mais dynamique construction
La sociologie camerounaise
Sociologie africaine Collection dirigée par Valentin NGA NDONGO D’après Georges Gurvitch, « la sociologie est une science qui fait des bonds, ou au moins fluctue, avec chaque crise sociale de quelque envergure ». Cette assertion sied fort bien à la sociologie africaine. La conjoncture sociopolitique actuelle crée comme une sorte de « printemps de la sociologie en Afrique », pour emprunter la savoureuse formule d’Albert Bourgi. Après bien des vicissitudes, en effet, la sociologie a fini par sortir du ghetto où l’avait confinée le régime de la pensée monolithique pour acquérir ses lettres de noblesse, à la faveur d’une double et pressante demande venant d’une société civile émergente et d’une communauté internationale plus que jamais déroutée face à une Afrique noire toujours déconcertante et « ambiguë », selon le mot de Georges Balandier. Mais si le temps de la sociologie africaine s’impose, il reste que celle-ci doit encore convaincre de la crédibilité de ses paradigmes, de la solidité de ses méthodes ainsi que de la spécificité de ses problématiques, de sa vocation et de ses enjeux politiques et géopolitiques dans le monde d’aujourd’hui. La sociologie africaine doit également démontrer qu’elle n’est pas une sociologie argotique, tropicalisée, périphérisée, adossée à quelque absurde revendication raciale mais qu’elle est une sociologie tout court, une sociologie prométhéenne, c’est-à-dire une appropriation, par les Africains, d’un savoir qui, ayant longtemps servi à leur oppression, doit désormais constituer l’instrument par excellence de leur libération. La présente collection se veut donc un espace public, au sens habermassien, de réflexion et de débat pour la défense et l’illustration d’une sociologie africaine à refonder. Dernières parutions : Valentin NGA NDONGO (dir.),Problématique de la renaissance en Afrique noire, 2016. Valentin NGA NDONGO (dir.),Dynamiques sociales en Afrique noire. Chantiers pour la sociologie africaine, 2016. Gabriel ETOGO,Les dynamiques de la légitimité du pouvoir politique local au Cameroun. Du mirage des phénomènes répétitifs, 2012. Valentin NGA NDONGO,Jean Mfoulou, Jean-Marc Ela : deux baobabs de la sociologie camerounaise, 2010. Joseph DOMO,Le nord du Cameroun. Mythe ou réalité, 2010. Valentin NGA NDONGO et Emmanuel KAMDEM (dir.),La sociologie aujourd’hui : une perspective africaine, 2010.
Valentin NGANDONGOLa sociologie camerounaise
Un demi-siècle de lente mais dynamique construction
© L’Harmattan, 2017 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr ISBN : 978-2-343-11287-9 EAN : 9782343112879
A Madame Dr Madeleine TCHUINTE, Ministre de la Recherche Scientifique et de l’Innovation. Mes hommages infinis pour votre détermination inlassable et inestimable à la construction de la recherche camerounaise, en général. Ma sincère gratitude à votre cordial appui à mes diverses activités heuristiques, intellectuelles et sociales, en particulier. Du fond du cœur, je vous souhaite, comme en avaient l’habitude les athlètes latins, d’aller : «Altius et fortius», plus haut et plus fort, dans votre admirable et toujours prometteur itinéraire.
AVANT-PROPOS INTRODUCTIF
Le présent ouvrage porte sur l’histoire de la construction de la sociologie camerounaise des cinquante dernières années, dont elle apparaît, aujourd’hui, pour parler comme Bourdieu, un champ scientifique émergent. Étroitement liée à celle de l’université camerounaise, cette histoire reste encombrée et difficile à écrire, comme celle du Cameroun indépendant, tout court. Il est possible de développer quelques commentaires troublants sur ce sujet, parmi lesquels : 1)Les Camerounais, apparemment, n’aiment pas leur histoire, comme en témoignent non seulement la mauvaise tenue de leurs archives en tout lieu, l’ignorance de celle-ci, mais encore les divergences, voire les oppositions et contradictions des uns et des autres sur cette histoire. 2)En tout cas, en Afrique noire, et donc au Cameroun, l’histoire semble ne pas exister, n’être pas écrite, elle fonctionne pour soi seul, commence par soi seul, se déroule par soi seul et se termine par soi. Il y aurait, comme disait l’ethnologie européenne ou coloniale, des peuples a-historiques, sans histoire particulière, faite pour certains individus et racontée par certains individus. C’est sans doute le cas pour l’Afrique ; c’est aussi le cas pour la science et, particulièrement, la sociologie. J’ai donc cherché à innover, du moins à combler un vide, préjudiciable, notamment aux jeunes qui doivent, malgré tout, savoir d’où ils viennent, qui est leur enseignant aujourd’hui, qui a précédé les acteurs actuels, où va le champ de la sociologie, d’où vient le dépérissement de la société. Ils doivent le savoir, non seulement