La tolérance

-

Livres
58 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

En 2014, on me propose de devenir « Président» d’un concours d’écriture sur le thème de « La tolérance » au Lycée Jean Guehenno à Saint Amand Montrond. Après deux jours intenses au sein de ce lycée à corriger des copies en très bonne compagnie, j’ai décidé de sortir un livre comprenant plusieurs textes réalisé par les élèves, des internautes, et moi-même. Avec leurs autorisations, tous les textes ont été retravaillé par mes soins. Que ce soit sur l’homosexualité, la différence physique, la maladie, la couleur de peau ; à travers cet ouvrage, je l’espère ; faire passer un message de tolérance.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 0
EAN13 9782490637119
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0030 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Sylvain Yardin
La Tolérance
© Les éditions Ethen, 2019 ISBN numérique : 9782490637119 Courriel : contact.editionsethen@gmail.com Internet : www.leseditions-ethen.com
Le Code de la propriété intellectuelle interdit les copies ou reproductions destinées à une utilisation collective. Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite par quelque procédé que ce soit, sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants cause, est illicite et constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.
«La tolérance est l’art d’être heureux en compagnie des autres»
Pauline Vaillacourt
Merci à Monsieur Olivier COTTET, Inspecteur d'Académie Merci au Lycée Jean Guéhenno et aux élèves Merci aux personnes qui ont fait de ce projet une réalité Merci à Kmille, mon frère de cœur, qui y a énormément contribué
Le dictionnaire Larousse définit la tolérance comme "l’attitude de quelqu’un qui admet chez les autres des manières de penser et de vivre différentes des siennes propres". Vertu moderne indissociable de ce que l'on appelle l'esprit des Lumières, la tolérance s’oppose à toutes les formes d’obscurantisme. Ainsi , dans sonTraité sur la tolérance, Voltaire invitait déjà à dénoncer le fanatisme de la pensée. Aujourd’hui, la tolérance est plus que jamais le ci ment du vivre ensemble et constitue l’un des fondements de notre pacte républicain comm e peuvent en témoigner les grandes lois qui ont installé notre République : li berté de la presse (1881), lois scolaires (1881 et 1882), légalisation des syndicats (1884), légalisation des associations (1901), séparation de l’Eglise et de l’Etat (1905). La tolérance ne fait pas que se décréter ; elle doit être une lutte quotidienne contre l’ignorance mais également contre la peur de l’inco nnu, de l’autre, de ses valeurs et de ses croyances. Pour faire vivre ce concept, nous de vons également veiller à ne pas surinvestir nos valeurs de peur de refuser systématiquement celles des autres. En aidant à développer des capacités à exercer un jugement autonome et à mener une réflexion critique, l'école de la République do it permettre à vous tous, lycéens, de devenir des citoyens éclairés, pleinement conscients de vos droits, de vos devoirs mais également de la nécessité de protéger et de promouv oir les idéaux de tolérance. Plus que jamais, en citant Jean Macé, l’école de la République doit "faire penser ceux qui ne pensent pas, faire agir ceux qui n’agissent pas, faire des hommes et des citoyens". Olivier COTTET Inspecteur d’académie Directeur académique des services départementaux de l’Education nationale du département du Cher
Préface Les semaines s’écoulent au lycée professionnel Jean Guéhenno de Saint Amand Montrond dans Le Cher, à quelques kilomètres du cen tre géographique de la France. Cet établissement que je dirige depuis trois ans prépare les jeunes aux métiers de la bijouterie, de l’hôtellerie, du commerce et de la m aintenance des matériels parcs et jardins, sans oublier une classe de 3° prepa pro. Des élèves issus de toute la France et de toutes ca tégories socio professionnelles. Des jeunes qui, comme dans tout l’hexagone sont en quête dejustice, derespectet de liberté. Qu’est-ce qu’un lycée ? C’est avant tout un lieu de vie, un lieu d’étude, departageet d’apprentissage. Apprentissage d’un métier et appre ntissage de la vie decitoyen. Même si le lycée n’est pas particulièrement touché par les violences scolaires, il y a comme partout quelques faits d’incivilités qui nous interpellent ; nous, ce sont les équipes éducatives et l’équipe de direction. C’est donc, dans le cadre du Conseil de vie lycéenne et du Comité d’éducation à la Santé et à la Citoyenneté que nous décidons d’une action que l’on appelle « respect, tolérance et diversité ». Notre projet s’articule dans un premier temps autou r de trois axes : l’homophobie, le racisme et le harcèlement. Durant deux journées, les 496 lycéens et étudiants vont participer à des conférences/débats animées par l’association le Refuge, La ligue des droits de l’homme et l’équipe mobile de sécurité du Cher. A l’unanimité des élèves et des enseignants, ces di fférentes interventions de qualité ont marqué les esprits. Mais aborder ces thèmes pen dant deux jours sans donner de suite n’a aucunevaleurpédagogique. Il est alors décidé de poursuivre le travail sous forme écrite. Comment ? Là est la question. Après p lusieurs moments d’échanges et de réflexions, nous décidons la mise en œuvre d’un con cours d’écriture sur la tolérance. L’équipe de français est partante pour ce challenge ; ils savent motiver leurs élèves et quelques semaines plus tard, ce sont 240 jeunes qui nous remettent leurs travaux. Certains ont travaillé seul, d’autre ont fait preuv e d’entraideafin de réunir leurs idées, mais tous ont travaillé dans un esprit defraternitéface au sujet. Mais, comme chacun le sait, les enseignants sont pa rfois cruels avec leurs élèves ; pour corser la difficulté de ce concours, dix mots sont imposés dans l’écriture du texte. Dix mots, à ce stade de ma préface, je n’ai moi-mêm e toujours pas réussi à les caser… Respect, justice, différence, entraide, fraternité, valeurs, partage, citoyen, bonheur et résistance. Qui dit concours, dit jury ; je contacte donc quelq ues connaissances afin de leur proposer cette mission. Chacune de mes demandes est positive, quelbonheur! (un mot de plus de placé). Notre jury est constitué de personnes du lycée et de personnalités extérieures : professeur documentalis te, CPE, secrétaire départementale de la ligue des droits de l’homme, mon ami Seth Ede n, auteur marseillais et moi-même. Pour un concours de ce genre, il faut maîtriser l’a rt de l’écriture et qui mieux qu’un auteur pourrait présider ce jury. Seth accepte donc , sansrésistancemais avec appréhension, cette lourde responsabilité. Durant deux jours, nous avons lu les 240 travaux de s élèves en vérifiant la présence des dix fameux mots. Deux journées de travail inten se mais dans la bonne humeur avec quelques bons fous rires. La qualité des éc rits nous a permis la lecture de textes déclinant la tolérance sous plusieurs facettes : le racisme, l’homophobie, la maladie, le handicap,la différence, le regard de l’autre…mais également de sentir la douleur de certains jeunes face à l’intolérance et de découvri r certains vécus douloureux. Le moment de la remise des prix est enfin arrivé et c’est en présence du conseiller régional, du représentant du Directeur Académique d u Cher que les membres du jury
félicitent les jeunes et procèdent à la remise des récompenses. Je vais laisser les dernières lignes à Seth Eden (S ylvain Yardin), que je remercie très sincèrement pour son travail de président et pour s on investissement dans le prolongement qu’il donne à ce projet. Un merci égal ement aux membres du jury, aux professeurs de français du lycée et félicitations a ux élèves. (Je crois avoir placé tous les mots !!!) Jean-Marie LABBE
« Comment ne pas accepter d’être président d’un con cours au thème si important. Malheureusement, en 2015, la tolérance est encore p eu présente. Je suis toujours aussi bouleversé quand je vois autour de moi ce cha os, ces différences, cette problématique… Avec ce livre que l’on peut appeler « Nouvelles », j’espère sincèrement que cela ouvrira un peu les mentalités et qu’ensemble nous marcherons dans un monde meilleur. Je me souviens d’avoir pris le train, six longues h eures, pour être présent lors de ce concours. J’ai passé trois jours inoubliables avec des personnes qui le sont également. Entre sérieux et rire, nous avons pris un plaisir immense à lire toutes ces copies. Sans oublier, le partage des lots et la remise des prix. Quand le concours est arrivé à sa fin, je me revois dans la salle de conférence. Après les discours de toutes personnes présentes, une idé e me vient à l’esprit, celui de réaliser un livre sur ce thème avec la précieuse ai de des élèves. Je suis ravi qu’aujourd’hui ce livre soit entre vos mains. Mais avant de vous laisser lire ces nouvelles écrites par des internautes, les élèves du lycée Jean Guéhenno et moi-même, voici les quelqu es règles qui devaient être respectées : le texte ne doit pas dépasser 60 lignes le texte doit être au présent de l’indicatif utiliser les 10 mots que Jean-Marie Labbé a cités e n début de préface. Tous les textes ont été retravaillés par mes soins. Il est temps de laisser place aux « nouvelles » et soyez tolérant à la lecture ». Seth EDEN (Sylvain Yardin)
* Et si je saute par cette grande fenêtre ouverte, ma intenant, devant tout le monde, par ce bel après-midi de printemps ? Cela fera-t-il une si grande différence ? Regrettera-t-on cet énième adolescent qui, poussé par je ne sais quelle addiction vidéo ludique, n'aura fait que répondre à une soudaine impulsion respectueuse envers ses camarades ? Je les entends d'ici, marmonner, se lev er, se précipiter vers ce trou béant d'un bleu éclatant, pour voir ce qu'il se passe véritablement. Mais la vraie question n'est pas s'il faut le faire ou non. C'est plutôt : manqu erais-je à quelqu'un ? Ai-je le droit de soutirer une part de bonheur à mon entourage afin d e desservir mes instincts vils et peu compréhensibles par l'opinion publique ? Est-ce si honteux d'avoir à ce point autant de différences par rapport à la masse populaire et de ne pas suivre comme un mouton ce que la plupart pense et fait ? C'est vrai, je ne suis pas un citoyen de ce pays...enfin, pas encore, mais comme toute personne valide, intel lectuellement active, je pense. Sans doute bien trop même. Pourtant, lorsque je m’entends parler devant tous c es visages étrangers, fermés, simples et inexpressifs, apeurés parfois, j e tente toujours de partager le plus d'informations possibles avec eux. Mais est-ce moi qui communique avec difficulté ? Je me comprends facilement pourtant, et si je suis en mesure de me comprendre, tout le monde devrait faire l'effort de comprendre aussi. A près-tout, ce ne serait que justice de se plier à mon comportement, qui n'est pas si diffé rend des autres...du moins pour ma part. On me traite de pestiféré, de bon à rien, d'inutile, de marginal, mais est-ce moi qui suis hors des rails imposés par la Société si propret soit-elle ? N'est-ce pas plutôt le Monde qui m'entoure qui devrait se plier à mon bien -être ? Ou alors, ne dois-je pas plutôt créer un nouveau Monde, afin d'y accueillir d'autres personnes comme moi, ayant un physique, une pensée, ou un comportement s ingulier, des personnes avec qui je peux ériger des liens de fraternité ? Je me sentirais moins seul, c'est sûr. Mais à penser comme cela, je deviens moi-même marginal. Ma is s'il faut en passer par là pour gagner quelque respect de la part de mes pairs, je m’exécute tout de suite. Quelquefois, il me tarde de rejoindre les étoiles...