La Voie prénestine

La Voie prénestine

-

Livres
20 pages

Description

MONSEIGNEUR, MESSIEURS,

En prenant place aujourd’hui dans vos rangs, honneur dont je suis redevable à votre seule bienveillance, il m’est doux d’évoquer tout d’abord la mémoire du grand Évêque qui fut pour vous un autre Richelieu.

Si je l’ai bien saisi, le dessein de Mgr Dupanloup, en fondant votre Compagnie, il y a bientôt vingt ans, a été de créer dans cette ville une nouvelle société littéraire, d’où ne serait bannie aucune des productions de l’esprit, pourvu qu’elle se rattachât par quelque lien à la religion.

Fruit d’une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.


Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 03 mai 2016
Nombre de lectures 0
EAN13 9782346067640
Licence : Tous droits réservés
Langue Français
Signaler un abus
À propos deCollection XIX
Collection XIX est liothèque nationaleéditée par BnF-Partenariats, filiale de la Bib de France. Fruit d’une sélection réalisée au sein des prestigi eux fonds de la BnF, Collection XIXsiques et moins a pour ambition de faire découvrir des textes clas classiques de la littérature, mais aussi des livres d’histoire, récits de voyage, portraits et mémoires ou livres pour la jeunesse…
Édités dans la meilleure qualité possible, eu égard au caractère patrimonial de ces e fonds publiés au XIX , les ebooks deCollection XIX sont proposés dans le format ePub3 pour rendre ces ouvrages accessibles au plus grand nombre, sur tous les supports de lecture.
François Hautin
La Voie prénestine
Notes de voyage
EXTRAIT DU TOME V DES LECTURES ET MÉMOIRES DE L’ACADÉMIE DE SAINTE-CROIX
LA VOIE PRÉNESTINE NOTES DE VOYAGE
1 MONSEIGNEUR , MESSIEURS, En prenant place aujourd’hui dans vos rangs, honneu r dont je suis redevable à votre seule bienveillance, il m’est doux d’évoquer tout d ’abord la mémoire du grand Évêque qui fut pour vous un autre Richelieu. Si je l’ai bien saisi, le dessein de Mgr Dupanloup, en fondant votre Compagnie, il y a bientôt vingt ans, a été de créer dans cette ville une nouvelle société littéraire, d’où ne serait bannie aucune des productions de l’esprit, p ourvu qu’elle se rattachât par quelque lien à la religion. De là votre devise :Christianœ veritatis et litterarum concordia,ons de cette âmetraduit si bien l’une des plus nobles aspirati  qui apostolique. Établie sur une telle base, l’Académie de Sainte-Croix pouvait vivre d’une vie propre, à côté de plusieurs autres sociétés déjà florissant es. De fait, comme toutes les institutions de Mgr Dupanloup, elle conquit rapidem ent une notoriété, qui ne fut pas sans gloire. J’en prends à témoin, Messieurs, les quatre volumes deLectures et Mémoires que vous avez publiés. Ils sont la preuve de votre vita lité, en même temps qu’ils font honneur au puissant esprit qui a conçu et constitué votre Académie. Allumer partout la flamme ne suffisait pas à son ambition ; il s’était fait un devoir de la raviver sans cesse dans les intelligences et dans les cœurs. La flamme , c’est-à-dire ce qui éclaire et consume tout ensemble :ardens et lucens ; et lui-même, flamme ardente et brillante, semblait pressé de réaliser dans sa vie la parole d u Maître :Ignem veni mittere in terram. MONSEIGNEUR,
1Mgr Coullié, Président d’honneur de l’Académie de Sainte-Croix.