Le chemin de la sérénité

-

Livres
191 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

"La peur de renaître c'est la peur de la vie, et pour cela nous mourons à petit feu et nous passons à côté de notre vie. Méditer c'est apprendre à se laisser renaître, sans efforts, sans but, sans autre attente que de répondre à la vie par la vie."




Comment vaincre notre mal-être, vivre nos aspirations spirituelles, atteindre une forme de sérénité ? Le Zen qui exerce un attrait si fort sur nos sociétés ne s'apparente pas à un détachement ou à un retrait du monde. Il nous éclaire en revanche sur l'impermanence de toutes choses, nous permet de nous ouvrir à la réalité du monde et de notre être, nous apprend à "voir" et devenir présence épanouie.



Guidé pas à pas par le moine bouddhiste Federico Jôkô Procopio à travers son expérience intime de la méditation, le lecteur pourra goûter à l'essence du Zen : vivre l'instant présent, se défaire des illusions qui l'empêchent de s'épanouir, dévoiler la réalité émerveillante de soi et du monde recelée dans l'expérience de zazen.




  • Où vas-tu ?


  • Venez et voyez, asseyez-vous et soyez


  • Vivre réconciliés : éclore à soi, s'effleurir au monde


  • De mon coeur à ton coeur, grande est ta beauté


  • Qui regarde en lui resplendira


  • L'émerveillement, porte de toute béatitude


  • Iriser d'enthousiasme, luire de bonté


  • "En haut d'un mât de cent pieds, faire un pas de plus"

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 12 octobre 2013
Nombre de lectures 133
EAN13 9782212244632
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0097€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème

*IHIVMGS .ƚOƚ 4VSGSTMS

LE CHEMIN DE LA
SÉRÉNITÉ

LA VOIE DE LA MÉDITATION ZEN

Spiritualitéslaïques

“La peur de renaître c’est la peur de la vie, et pour cela nous
mourons à petit feu et nous passons à côté de notre vie.
Méditer c’est apprendre à se laisser renaître, sans efforts, sans
but, sans autre attente que de répondre à la vie par la vie. ”

Comment vaincre notre mal-être, vivre nos aspirations
spirituelles, atteindre une forme de sérénité ? Le Zen qui
exerce un attrait si fort sur nos sociétés ne s’apparente pas à
un détachement ou à un retrait du monde. Il nous éclaire en
revanche sur l’impermanence de toutes choses, nous permet
de nous ouvrir à la réalité du monde et de notre être, nous
apprend à « voir » et devenir présence épanouie. Guidé pas à pas
TEV PI QSMRI FSYHHLMWXI *IHIVMGS .ƚOƚ 4VSGSTMS k XVEZIVW WSR
expérience intime de la méditation, le lecteur pourra goûter à
l’essence du Zen : vivre l’instant présent, se défaire des illusions
qui l’empêchent de s’épanouir, dévoiler la réalité émerveillante
de soi et du monde recelée dans l’expérience de zazen.

Federico Procopio HI RSQ FSYHHLMWXI .ƚOƚ UYM
WMKRMÁIPur Parfum) est né en Italie en 1976. Il a été
séminariste puis moine bénédictin. En 1998 il rencontre
le bouddhisme comme une révélation et commence la
pratique et l’étude de la Voie du Zen. Ilest ordonné
moine zen en 2002, puis enseignant dedharma à
4EVMW 4LMPSWSTLI IX TW]GLEREP]WXI MP IWX IRKEKq HERW
P¸EGGSQTEKRIQIRX HIW TIVWSRRIW IR ÁR HI ZMI (ITYMW
8 ans il transmet la méditation zen en entreprise, dans
les quartiers défavorisés et le milieu de l’art. Il est le
directeur de la collection Spiritualités laïques.

Spiritualités laïques :des sages de tous horizons
témoignent de leurs questionnements dans un
langage accessible et vivant.

.ŦOŦ

*IHIVMGS .ƚOƚ 4VSGSTMS

Conception graphique : Chloé Marquaire - Illustration de couverture : Federico Joko Procopio

Code éditeur : G 55755 - ISBN: 978-2-212-55755-8

Le chemin
de La sérénité

L
A VOIE DE LA MÉDITATION ZEN

*IHIVMGS .ƚOƚ 4VSGSTMS

Le chemin
de La sérénité

LA VOIE DE LA MÉDITATION ZEN

'EPPMKVETLMIW IX TSrQIW HI *IHIVMGS .ŦOŦ 4VSGSTMS

Spiritualitéslaïques

Groupe Eyrolles

61, bd Saint-Germain

75240 Paris Cedex 05

www.editions-eyrolles.com

Avec la collaboration d’Anne Jouve

Dans la collection Spiritualités laïques

(IRMW *ExGO,Ne cherche pas et tu trouveras
/ƚWLƚ 9GLM]EQE,Ouvrir la main de la pensée

En application de la loi du 11 mars 1957, il est interdit de reproduire intégralement ou partiellement le présent
ouvrage, sur quelque support que ce soit, sans autorisation de l’éditeur ou du Centre français d’exploitation du droit de
copie, 20, rue des Grands-Augustins, 75006 Paris.

© Groupe Eyrolles, 2013

ISBN :978-2-212-55755-8

tabLe des matières

Tout chemin commence
par un premier pas...............................................................1

Introduction.......................................................................... 9

Y a-t-il une Réponse à toutes nos questions ? ................................... 11

Un dieu unique ?.................................................................................. 13

Un même soufle.................................................................................. 14

Un même lien....................................................................................... 15

S’ouvrir à soi : la méditation ................................................................ 16

1. Où vas-tu ? .....................................................................23
À l’origine, le monde était simple......................................................... 25

En quête de nous-mêmes.................................................................... 26

Où vivons-nous ?................................................................................. 27

La dualité ............................................................................................. 31

L’impermanence .................................................................................. 33

Un lys n’est qu’un lys : la vacuité ........................................................ 35

De notre vivant nous sommes morts................................................... 38

© Groupe Eyrolles

V

LE chEmin DE La SéRénité

2. Venez et voyez, asseyez-vous et soyez........................43
tant de confusions............................................................................... 44

Siddhartha, du clan des Shakya.......................................................... 46

Que suis-je ?........................................................................................ 47

nos maîtres intérieurs.......................................................................... 49

Une leur plus aiguisée que le tranchant
d’une épée........................................................................................... 51

Être silence .......................................................................................... 52

Présent à soi et au monde dans son corps......................................... 55

Zen, zazen............................................................................................ 57

Que passent les nuages du mental ..................................................... 60

3. Vivre réconciliés :
éclore à soi, s’effleurir au monde .....................................65
De nos fragilités naissent les possibles............................................... 66

Renouer avec notre histoire en intégrant
la souffrance ........................................................................................ 69

L’illusion d’être parfaits : de l’amour-haine
de nos faiblesses................................................................................. 72

Se défaire de nos jougs ....................................................................... 76

Vers la libération................................................................................... 80

mener le vrai combat........................................................................... 83

4. De mon cœur à ton cœur, grande est ta beauté..........89

5. Qui regarde en lui resplendira...................................... 99
Le soufle comme prologue ............................................................... 101

Respirer.............................................................................................. 103

L’expérience de la vacuité ................................................................. 104

VI

© Groupe Eyrolles

tabLE DES matièRES

6. L’émerveillement, porte de toute béatitude..............111

nous sommes faits de splendeurs .................................................... 113

tendre la main.................................................................................... 114

Pas après pas, un chemin sans but aux trésors inépuisables........... 118

Une pratique patiente de chaque instant .......................................... 121

La loi spirituelle.................................................................................. 123

7. Iriser d’enthousiasme, luire de bonté.........................129
toucher l’esprit, recueillir le cœur...................................................... 131

Le miroir de notre rélexion................................................................ 133

Le jaillissement de la joie................................................................... 134

8. « En haut d’un mât de cent pieds,
faire un pas de plus » ......................................................139
Le temps de la méditation est venu................................................... 142

Dépasser nos peurs........................................................................... 144

Simplement asseyez-vous................................................................. 146

Respirer.............................................................................................. 149

Conclusion ........................................................................ 155

Glossaire ...........................................................................169

© Groupe Eyrolles

VII

Je dédie ce livre à mes amis,
Ma plus belle richesse.
Mes amis qui sont toute la splendeur de mon cœur.

Dédié particulièrement à Gilles,
L’ hommequi a été mon compagnon quinze ans durant
et qui, avec l’enfant que nous avons élevé ensemble, demeure l’être le
plus précieux de cette existence.

À tous les êtres qui souffrent
Et cherchent la paix du cœur.

© Groupe Eyrolles

.I GYIMPPI GIXXI TEKI GSQQI P¸SR GYIMPPI YRI ÂIYV IX P¸SJJVI IR
VIQIVGMIment à mes parents,
Qui ont semé en moi la soif de vie, et tant de belles graines.

Je remercie mes maîtres zen,
Hei Do, le maître auprès de qui je reçus mes premiers préceptes
bouddhiques et le premier enseignement il y a seize ans.
Bon Yo, le maître qui me forma au long de mes années du devenir
homme, qui m’accompagna dans les années de doute et de souffrance,
qui m’ordonna moine et enseignant de dharma me transmettant le plus
beau trésor, celui d’enseigner et partager la Voie du Bouddha.
Kôren, le maître qui me tient la main aujourd’hui, dont l’humilité et la
profondeur du cœur sont un merveilleux enseignement de sagesse et de
bonté.

Mais je tiens à remercier également tous les autres « maîtres » précieux
qui ont orné de profondeur et de beauté mon chemin, et qui
l’embellissent encore aujourd’hui :
Mes amis intimes, mes proches, mon enfant qui est sans doute le maître
le plus incroyable de ma vie, l’homme qui fut mon compagnon pendant
ces quinze dernières années, mes amis sur la Voie du Bouddha, les
malades et ces personnes éprouvées auprès de qui je passe une part de
mon temps et qui m’ont dispensé les plus précieuses perles de sagesse
et de profondeur ;toutes ces personnes qui ont enrichi ma vie de leur
présence, la marquant par leur attention, leur soutien, leur amitié, leur
bienveillance et leur bonté.
Les liens du cœur sont parmi les plus beaux enseignements de la vie.

© Groupe Eyrolles

tout chemin commence
par un premier pas

« Un oiseau argenté vole sur le lac d’automne

Lorsqu’il est passé,

La surface du lac n’essaye pas de retenir son image. »

© Groupe Eyrolles

1

Huong Haï (1627-1715)

tOUt chEmin cOmmEncE PaR Un PREmiER PaS

I RI WYMW UY¸YR LSQQI SVHMREMVI QSMRI FSYHHLMWXI WqGYPMIV
J
UYM ZMX PE ZMI HI XSYW PIW NSYVW EY G²YV HY QSRHI GSRJVSRXq EY
UYSXMHMIR GSQQI XSYX LSQQI k PE ZMI PE QSVX P¸EQSYV PE LEMRI
P¸EQMXMq PE TEXIVRMXq PI XVEZEMP PIW TEWWMSRW PIW qGLIGW IX PIW
VqYWWMXIW )X TYMW YR NSYV N¸EM GVSMWq YR GLIQMR YR GLIQMR WERW
HIWXMREXMSR YR GLIQMR UYM qXEMX Pk EZERX QSM IX UYM WI TSYVWYMZVE
FMIR ETVrW QSM PE ZSMI HI PE QqHMXEXMSR IRWIMKRqI TEV PI &SYHHLE

.¸EM WSYJJIVX N¸EM TERMUYq N¸EM IRKIRHVq PI QEP N¸EM XVEZIVWq
H¸IJJVS]EFPIW qTVIYZIW .¸EM I\YPXq N¸EM KSXq QMPPI FSRLIYVW IX
ZqGY HI QIVZIMPPIYWIW I\TqVMIRGIW 1E ZMI HqTIRHEMX HI XSYX GIPE
IX N¸qXEMW TVMWSRRMIV 4YMW Q¸EWWI]ERX NSYV ETVrW NSYV QSR IWTVMX
W¸IWX VqZIMPPq HI GI VsZI IX WSYHEMR N¸EM ETTVMW PE HqPMZVERGI 0E ZMI
RI JYX EPSVW TPYW YR VqFYW k VqWSYHVI QEMW YRI KVlGI TPYW PEVKI IX
TPYW MQQIRWI UYI XSYXIW QIW I\TqVMIRGIW

.¸EM QEVGLq QEVGLq )X TYMW WMQTPIQIRX NI QI WYMW EWWMW (I
GIXXI EWWMWI N¸EM VIXVSYZq qQIVZIMPPq XSYXI QSR MQQIRWMXq IX EMQq
QIW JVEKMPMXqW .I XSQFI IRGSVI NI Q¸qKEVI WSYZIRX 1EMW
HqWSVQEMW PIW qTVIYZIW PIW WSYJJVERGIW WSRX QIW QEwXVIW ZqVMXEFPIW
QIW NSMIW IX QIW FSRLIYVW HIW MRWXERXW ÂIYVMW UYM IQFIPPMWWIRX
P¸I\MWXIRGI 1EMW PE ZMI PE ZVEMI ZMI IPPI GSRXMIRX XSYX IX IWX TPYW
PEVKI TPYW MQQIRWI UYI XSYX GIPE

:SMPk GI UYI NI ZIY\ TEVXEKIV XSYX EY PSRK HIW TEKIW HI GIX
SYZVEKI GI GLIQMR UYI N¸EM HqGSYZIVX IX UYI NI TEVGSYVW IRGSVI
0I HqWIVX HI QIW NSYVW IRHSVQMW E VIÂIYVM IX QE ZMI IWX
QIVZIMPPIYWI TEVGI UYI NI PE PEMWWI IRÁR ÂIYVMV HI XSYXIW WSVXIW HI ÂIYVW
GIPPIW UYI N¸EMQI TEVXMGYPMrVIQIRX IX GIPPIW UYI NI RI GSQTVIRHW
TEW XSYNSYVW )X GIW ÂIYVW W¸SYZVIRX IX WI VIJIVQIRX REMWWIRX
IX QIYVIRX WERW GIWWI GSQQI QSM 0IW WEMWSRW TEWWIRX QEMW
P¸qVEFPI k P¸EYXSQRI W¸IRÂEQQI XSYNSYVW HI VSYKI IX EY
TVMRXIQTW PI GVSGYW TIVGI MRPEWWEFPIQIRX PIW RIMKIW qTEMWWIW

.¸EM GLIVGLq XERX GLIVGLq PE ZqVMXq IX PI FSRLIYV 1EMW G¸IWX
PSVWUYI N¸EM GIWWq HI GLIVGLIV UY¸MPW WSRX ETTEVYW QIVZIMPPIY\ IX
© GrouqpeTELyqroQllersVIW WSYW QIW ]IY\ .¸EM GSQFEXXY P¸IRRYM PYXXq GSRXVI PE

3

LE chEmin DE La SéRénité

WSYJJVERGI 1EMW G¸IWX PSVWUYI QIW GSQFEXW SRX GIWWq UYI N¸EM TY
GSQQIRGIV k IRXIRHVI PIW IRWIMKRIQIRXW HI P¸YRMZIVW 0¸I\MWXIRGI
IWX EPSVW HIZIRYI YR NEVHMR ÂIYVM EY\ QMPPI GSYPIYVW IX EY\
MRRSQFVEFPIW TEVJYQW 'IVXEMRIW ÂIYVW TMUYIRX H¸EYXVIW I\LEPIRX
TEVJSMW qFPSYMWWIRX HI GSYPIYVW MRGVS]EFPIW TEVJSMW TSYWWIRX PIW
GLEVHSRW QEMW GIPYM UYM TSVXI PE KYMVPERHI R¸IWX VMIR HI XSYX GIPE

0E ZMI IWX XIPPI YRI ÂIYV H¸EFSVH TVSQIWWI H¸YRI KVEMRI TYMW
qGPSWMSR HI P¸MRHMGMFPI IRÁR JERqI IPPI VIHIZMIRX XIVVI
KqRqVIYWI 1EMW UYERH PE ÂIYV JERI S W¸IR ZE WSR IWWIRGI #

%ZERX H¸IQTVYRXIV PI GLIQMR HI PE QqHMXEXMSR PE ZSMI HY ^IR
N¸qXEMW GSQQI GIX LSQQI UYM ZSMX YRI ÂIYV IX PE GSYTI TSYV PE
GSRWIVZIV HERW YR LIVFMIV (ITYMW UYI N¸EM PEMWWq PE QqHMXEXMSR QI
VEQIRIV k PE ZMI NI HIZMIRW GSQQI GIX LSQQI UYM UYERH MP ZSMX
YRI ÂIYV GSQTSWI YR TSrQI

'I PMZVI R¸IWX TEW YR IRWIMKRIQIRX QEMW YR TEVXEKI HI G²YV k
G²YV 0I TEVXEKI HI GIPYM UYM E HqGSYZIVX IX GSQQIRGq k WEZSYVIV
HY FSYX HY G²YV GIXXI NSMI HMWGVrXI GIXXI TEM\ TVSJSRHI GI TEVJYQ
HI PMIWWI MQTIVXYVFEFPI QsQI PSVW HIW NSYVW SFWGYVW 0I TEVXEKI
HI GI GLIQMR WYV PIUYIP W¸IR ZSRX QIW TEW TEVQM XERX H¸EYXVIW PI
TEVXEKI H¸YR GLIQMR UYM QI VIQTPMX HI VIGSRREMWWERGI IX HI WIRW
0I TEVXEKI HY GLIQMR HI PE WqVqRMXq
9R NSYV N¸EM VIKEVHq IR QSM .¸] EM ZY QE QMWrVI QEMW N¸EM
VIWWIRXM QE KVERHIYV 'IXXI QMWrVI qXEMX YR Q]WXrVI IX GIXXI
KVERHIYV R¸qXEMX IR VMIR HMJJqVIRXI HI PE KVERHIYV HY QSRHI .¸EM
GSRXIQTPq QE ZMI QIW NSMIW IX QIW TIMRIW IR QSM SRX qQIVKq GIW
QSXW

'SYVW TEYZVI LSQQI
'SYVW TEV Pk WERW X¸EKMXIV GSYVW GSYVW S IWX XE ZMI
4SYVUYSM XI GSRWYQIV HI JEMQ IX HI XVMWXIWWI #
'SYVW TEYZVI LSQQI XVMWXI GSYVW ZIVW XE TVqWIRGI

4

© Groupe Eyrolles

tOUt chEmin cOmmEncE PaR Un PREmiER PaS

8Y VIKEVHIW XIW QEMRW ZMHIW IX XY TPIYVIW
1EMW PE XVMWXIWWI W¸qZERSYMVE
%Y QSRHI XY ZMIRW PIW QEMRW ZMHIW HY QSRHI PIW QEMRW ZMHIW
XY X¸IR ZEW 8Y ZSYPEMW XERX TSWWqHIV EPSVW UYI GI ZMHI QsQI IWX
XE TPYW FIPPI VMGLIWWI (ERW YR ZEWI XVST TPIMR VMIR RI TIYX TPYW
EHZIRMV HERW YR ZEWI ZMHI XSYX TIYX sXVI HqTSWq

%YNSYVH¸LYM G¸IWX PI NSYV HY KVERH JIWXMR PI NSYV S XY IW MRZMXq
k PE XEFPI HI XSR sXVI

%YNSYVH¸LYM WSRX GqPqFVqIW PIW RSGIW IRXVI PI GSVTW IX P¸IWTVMX
%YNSYVH¸LYM WSRX HqZSMPqIW PIW GLEQFVIW MRXMQIW KVERHW
SYZIVXW PIW KVIRMIVW EFSRHERXW IX VEWWEWMq P¸EJJEQq
%YNSYVH¸LYM IWX PI NSYV S XY X¸EWWMIHW

,lXIXSM RI TIVHW TEW HI XIQTW EZERX UYI PE TSVXI RI WI
VIJIVQI EZERX UYI PE ÂIYV RI JERI
'SRXIQTPI XE HIQIYVI UYM VIKSVKI HI JVSQIRX IX
H¸EFSRHERGI H¸LYMPI TVqGMIYWI IX HI ZMR HI HSYGIYV
'SQTVIRHW WM XIW QEMRW WSRX ZMHIW G¸IWX TSYV UYI XY TYMWWIW
TYMWIV IR EFSRHERGI IX IR EFSRHERGI HSRRIV

8Y IW PE KVSXXI HIW QIVZIMPPIW PI HqWIVX TVsX k ÂIYVMV
8Y RI PI WEMW TEW XY P¸EW TIYXsXVI SYFPMq QEMW XY IW MQQIRWMXq
TVSJSRHIYV MRÁRMI
0I GLERX HY ZIRX HERW PIW FEQFSYW IX XSM sXIWZSYW TEVIMPW SY
HMJJqVIRXW #

³ 5YI WYMWNI # UYIWXMSRRI P¸LSQQI EKMXq

³ 2I WEMW TEW VqTSRH P¸qZIMPPq

8Y GSRXIQTPIW GI QSRHI IX GSQQI EY\ RSGIW HI 'ERE XY
X¸I\GPEQIW ª -PW R¸SRX TPYW HI ZMR PIW RSGIW WSRX KlGLqIW «
® GI QERUYI HI ZMR HI JsXI IX HI PMIWWI VqTSRHW TEV P¸IEY ZMZI
UYM GSYPI HERW XSR sXVI
© Groupe Eyrolles

5

LE chEmin DE La SéRénité

(¸S ZMIRX GIXXI IEY # 'IXXI IEY IWX IR XSM XSYX EYXSYV HI XSM
GIXXI IEY G¸IWX XSM TSYVUYSM ZSYPSMV JVEKQIRXIV P¸YRMZIVW #
2¸EKMXI TEW P¸IEY QIVZIMPPIYWI IX EFSRHERXI HI P¸I\MWXIRGI
P¸IEY EKMXqI HIZMIRX XVSYFPI IX IPPI JEMX TIYV 0¸IEY GEPQI VIÂrXI
P¸YRMZIVW IPPI VEWWYVI IX WI JEMX QMVSMV WIVIMR
8Y EW WSMJ FSMW -PW SRX WSMJ HSRRIPIYV k FSMVI
5Y¸qGPEXI XSR G²YV H¸qGPEXW WIVIMRW
0E ZMI PE QSVX WSRX HIW RYEKIW UYM WYVKMWWIRX IX EYWWMX|X
W¸qZERSYMWWIRX
® XE REMWWERGI H¸S ZIREMWXY # 0I NSYV HI XE QSVX S X¸IR
MVEWXY # 1EMW PI WSPIMP WI HIQERHIXMP ª 5YERH EMNI GSQQIRGq k
VqGLEYJJIV PI QSRHI # « 0¸LMVSRHIPPI RI WI HMX TEW ª 3 W¸IR MVSRX
QIW EMPIW ETVrW QE QSVX # «

(IWGIRHW HI XIW XSYVW HI &EFIP UYIP HMIY ZIY\XY GSRUYqVMV #
(I UYIP TEVEHMW VsZIWXY # 5YIP IRJIV GVEMRWXY # 8Y IW PI WIYP
EVXMWER HI XSYW XIW TEVEHMW IX HI KVERH RSQFVI HI XIW IRJIVW

%FERHSRRI XSYX GIPE :MIRW X¸EWWISMV 7MQTPIQIRX X¸EWWISMV

7YMW PI WSYJÂI IX XY IRXVIVEW HERW PI WSYJÂI HI P¸YRMZIVW
0IzIR G¸IWX EYWWM WMQTPI UYI ª UYERH P¸EYXSQRI ZMIRX XSQFIRX
PIW JIYMPPIW «
(IWGIRHW HI XIW XSYVW MPPYWSMVIW ZMIRW VIXVSYZIV PE QYPXMTPMGMXq
HIW QERMJIWXEXMSRW HY QSRHI VqIP -P R¸] E TEW H¸EYXVI ZqVMXq

9R NSYV YR QSMRI HIQERHE k WSR QEwXVI ^IR
³ 'SQQIRX HIZSRWRSYW GSRWMHqVIV PI WEKI &SYHHLE # 'SQQI
YR HMIY # YR WEMRX # YR TVSTLrXI #
³ 5Y¸IWXGI UYI HMIY TSYV XSM | QSMRI # VqTSRHMX PI QEwXVI
³ (MIY IWX TSYV QSM GIXXI IRXMXq GIXXI JSVGI GIXXI qRIVKMI UYM
GVqI PI FMIR IX PI QEP PE ZMI IX PE QSVX

6

© Groupe Eyrolles