Le développement socio-économique au Cambodge

-

Livres
340 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Depuis les accords de Paix de Paris en 1991, le Cambodge s'est résolument engagé dans une vaste entreprise de reconstruction nationale. Il a lancé de grandes réformes structurelles touchant plusieurs domaines socio-économiques pour consolider ses institutions et l'État de droit. Actuellement il a toujours de nombreux défis à relever : préserver à tout prix la paix retrouvée et sa souveraineté nationale, renforcer l'unité nationale, maintenir sa stabilité politique et un développement socio-économique soutenu.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 février 2013
Nombre de visites sur la page 13
EAN13 9782296530102
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0005 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
à
reconstruction nationale. Avec l’aide Inancière et technique de la Communauté
É
intensiIer ses échanges commerciaux il a accéléré son intégration régionale et mondiale
3
5
Actuellement il a toujours de nombreux déIs à relever : préserver à tout prix la paix
u
n
en
Peh Buntong
LE DÉVELOPPEMENTSOCIO-ÉCONOMIQUEAU CAMBODGE
Le développement socio-économique au Cambodge
Points sur l'Asie Collection dirigée par Philippe Delalande Dernières parutions Camille LAPORTE,L’aide au développement en Corée du Nord. Efficacité et évaluation, 2012.Antoine MAIRE,La Mongolie en quête d’indépendance.Une utilisation stratégique du développement minier,2012.Frédéric BERAHA,Apprendre de la Chine et s’y orienter, 2012.Anna OWHADI RICHARDSON,Les Instituts Pasteur du Vietnam face à l’avenir. Alexandre Yersin à l’heure d’internet, 2012. Olivier van INGELGEM,L’agriculture sud-coréenne, 2012. Tierry GUTHMANN,Précis de politique japonaise,2011. Yvonne CAPDEVILLE, Dominique LEVESQUE,La Faculté des Sciences d’Orsay et le Vietnam. De la solidarité militante à la coopération universitaire (1967-2010),2011. Antoine MALINAS,La lutte des sans-abri au japon, 2011. Claude HELPER,La Dénucléarisation de la Corée du Nord et la Succession de KIM Jong-il, dans le contexte géopolitique et de sécurité en Asie-Pacifique, 2010 Mathieu BARATIER,Les Chinois aujourd’hui, 2010 Carla DI MARTINO,Le Pakistan, islam et modernité. Le projet de Benazir Bhutto, 2010. Vincent GREBY,Le nouveau Népal. Le pari d’une utopie, 2010. Raoul Marc JENNAR,Trente ans depuis Pol Pot. Le Cambodge de 1979 à 2009, 2010. Thierry GUTHMANN,Shintô et politique dans le Japon contemporain, 2010. Raphaël GUTMANN,Entre castes et classes. Les communistes indiens face à la politisation des basses castes, 2010. Changxing ZHAO,L’enseignement non gouvernemental en Chine, 2009. Lionel BAIXAS, Lucie DEJOUHANET, Pierre-Yves TROUILLET, Conflit et rapports sociaux en Asie du Sud, 2009. Maja A. NAZARUK,La prostitution en Asie du Sud-Est, 2009. Anne BUISSON,Alphabétisation et éducation en Inde, 2009. Jean-Pierre CABESTAN et Tanguy LE PESANT,L’esprit de défense de Taiwan face à la Chine, 2009. Chloé SZULZINGER,Les Femmes dans l’immigration vietnamienne en France de 1950 à nos jours, 2009. Marc DELPLANQUE,Le Japon résigné, 2009.
Peh Buntong Le développement socio-économique au Cambodge
© L’Harmattan, 2013 5-7, rue de l’École-Polytechnique ; 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-336-29045-4 EAN : 9782336290454
Introduction
1 Après avoir subi les conséquences tragiques des guerres successives imposées par les grandes puissances mondiales et régionales, notamment les trois guerres indochinoises, le Cambodge a pu finalement retrouver la paix suite à la détente internationale entre ces grandes puissances, paix garantie par les Accords de Paix de Paris du 23 octobre 1991. Devenu un pays encore plus pauvre et entouré, en plus, de deux voisins plus puissants et plus influents, il cherche à mettre pleinement à profit cette période de paix et de dynamisme régional pour sa reconstruction et son développement socioéconomique et pour réapparaître dans le concert des Nations du monde. Avec l’appui et l’aide de la communauté internationale, il s’est résolument engagé dans la voie du capitalisme en adoptant de nouveau le régime parlementaire pluraliste sur le plan politique et l’économie de marché sur le plan économique. Malgré quelques difficultés de parcours (conflit avec les Khmers rouges avant leur ralliement, violences politiques de juillet 1997, crise financière asiatique, crises postélectorales), il a réussi à réaliser des progrès impressionnants dans tous les domaines. Sur le plan politique, la paix et la sécurité ont été restaurées. Les institutions de l’Etat ont été réhabilitées et consolidées. Les pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire fonctionnent en étroite collaboration et de plus en plus indépendants entre eux. La démocratie s’enracine de plus en plus à la fois sur le plan national et sur le plan local au niveau des communes. De nombreuses élections législatives (4 fois) et communales (2 fois) se sont déroulées l’une après l’autre avec succès, en présence d’observateurs nationaux et internationaux, malgré quelques incidents signalés. L’Etat de droit progresse sensiblement. Le maintien du droit et de l’ordre social ne cesse de s’améliorer. Pour renforcer davantage ses institutions et accroître leur efficacité, l’Etat a entrepris de vastes réformes dans de nombreux domaines prioritaires,
1 Infrastructures physico sociales dévastées, population traumatisée et partiellement décimée, cadres démantelés et élite décapitée, économie ruinée…
notamment dans la fonction publique, y compris la déconcentration et la décentralisation, le système juridique et judiciaire, les finances publiques, les forces armées et la démobilisation, la lutte contre la corruption, la gestion des ressources naturelles, et l’égalité entre la femme et l’homme. L’intégration régionale et mondiale du Cambodge continue de progresser depuis son adhésion à l’ASEAN en 1999. L’Etat entretient des relations diplomatiques avec de nombreux pays du monde et participe à plusieurs conférences internationales et régionales. Membre de plusieurs organisations régionales et internationales, il a signé de nombreux traites internationaux. Sur le plan économique, le Cambodge a enregistré des performances remarquables grâce à une gestion macroéconomique prudente et à la mise en œuvre des deux premiers Plans quinquennaux (premier Plan socio économique de 19962000, second Plan quinquennal de développement socio économique de 20012005), de la Stratégie nationale de réduction de la pauvreté de 20032005, des objectifs de Développement du Millénaire du Cambodge, du Plan d’Action pour la Gouvernance, de la Stratégie rectangulaire et du Plan National de Développement Stratégique pour 2006 2010. Un cadre de politique macroéconomique permettant de réaliser une croissance continue a été mis en place. Le produit intérieur brut (PIB) a augmenté avec une moyenne annuelle de 5,9 % entre 1993 et 1998, 7,3 % entre 1999 et 2003 et 9,3 % entre 2000 et 2007. La monnaie est stabilisée et l’inflation maîtrisée. Alors que le secteur agricole a progressé encore lentement et modestement en raison de sa dépendance visàvis du climat, de sa structure agraire inadéquate et de la faiblesse des investissements, le secteur industriel a connu une belle performance grâce, en particulier, au développement de l’industrie de la confection textile et de la construction. Le secteur des services, de son côté, a réalise aussi des progrès impressionnants grâce, surtout, au développement du tourisme et à la réforme du secteur bancaire. Le niveau de pauvreté a été réduit de 10 à 15 points en passant de 47 % en 1994 à 35 % en 2004, soit une baisse annuelle de plus de 1 % durant cette période. Cette réduction de la pauvreté constitue toujours l’objectif principal de toutes les politiques et stratégies de développement, en particulier de la Stratégie Rectangulaire du Gouvernement Royal. Les investissements directs étrangers et les investissements domestiques ont augmenté surtout au cours de ces dernières années grâce à la stabilité politique, à la sécurité et aux nombreux avantages accordés par l’Etat, en particulier les avantages fiscaux. Pour stimuler davantage la croissance, les infrastructures physiques (transports routiers, ferroviaires, aériens et fluviaux, ports, ponts, aéroports,
8
communications électroniques réseaux électriques et de distribution d’eau potable, irrigation, etc.) ont été réhabilitées et renforcées. En même temps, pour développer les ressources humaines, les infrastructures sociales ont connu un développement sans précèdent. Le nombre des écoles, des collèges, des lycées et des universités publics et privés ainsi que l’effectif des enseignants de plus en plus formés et motivés, des élèves et des étudiants inscrits ne cessent d’augmenter. Le système éducatif s’améliore rapidement grâce au Programme d’Actions Prioritaire (PAP) mis en place depuis l’an 2000. Les dépenses budgétaires pour le secteur de l’éducation ont plus que doublé en passant de 165,8 milliards de riels en 2000 à 350,7 milliards en 2005. Des progrès significatifs ont été enregistrés également dans le secteur de la santé. Les conditions sanitaires s’améliorent de plus en plus. Les hôpitaux, les cliniques, les dispensaires publics et privés et le personnel soignant ont augmenté. Les maladies épidémiques ou transmissibles ont été réduites dans une certaine mesure (VIH/Sida, tuberculose). Le paludisme a été pratiquement maîtrisé. La prévention des maladies et les traitements curatifs ont progressé sensiblement. La mortalité infantile et maternelle a également baissé. L’Etat et les organisations non gouvernementales (ONG) ont tenté de créer des conditions favorables permettant aux personnes démunies d’accéder aux soins médicaux gratuits. Les dépenses budgétaires pour le secteur de la santé ont aussi plus que doublé de 2000 à 2005. Enfin l’Etat a mis l’accent sur le développement de la culture nationale face à la mondialisation culturelle, notamment l’invasion des cultures étrangères. La langue khmère est utilisée officiellement dans l’administration et dans l’enseignement. La littérature khmère est fortement encouragée. Le patrimoine national, notamment les temples d’Angkor Vat, est préservé et fait partie, depuis quelques années, du patrimoine de l’humanité. Ainsi, avec le développement dans tous les domaines socioéconomiques grâce à l’Etat, le Cambodge a retrouvé sa confiance, son honneur, son dynamisme et son espoir à présent comme dans l’avenir.
9