//img.uscri.be/pth/7c5a0e85b65f11b5402a1df716d5f0627a6ff49b
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,49 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : MOBI - PDF - EPUB

sans DRM

Le Dilemme de la foi ou Révolte de l’Esprit

De
62 pages

À ce titre, l’éveil est le flambeau de la conscience. Ce bouleversement est, avec l’amour, la plus grande aventure humaine que Patrick Mushobekwa souhaite à tous... humains trop humains.

Sa mère disait qu’il était mort de sa bonne mort. L’auteur, enfant, lui demandait alors : « C’est quoi une bonne mort ? » À cela, elle répondait : « Il a mené le bon combat, il a poursuivi la Justice, il a recherché la Paix et il a été au service de l’Amour... Il a été au service des autres. Il vit éternellement dans la gloire du Père. »

Tout ceci devait avoir un sens, une justification en soi. C’était une bonne mort, certes, mais c’était une belle vie aussi, autant nouvelle que merveilleuse. S’il suffisait seulement de tourner la page pour oublier, reste le devoir de mémoire à accomplir. L’Amour avait vaincu la haine, voici le pardon qui le délivra.


Voir plus Voir moins

Couverture

Image couverture

Copyright

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cet ouvrage a été composé par Edilivre

175, boulevard Anatole France – 93200 Saint-Denis

Tél. : 01 41 62 14 40 – Fax : 01 41 62 14 50

Mail : client@edilivre.com

www.edilivre.com

 

Tous droits de reproduction, d’adaptation et de traduction,

intégrale ou partielle réservés pour tous pays.

 

ISBN numérique : 978-2-334-13204-6

 

© Edilivre, 2017

Le Dilemme de la foi ou Révolte de l’Esprit

 

“Blood in my dreams… Oh ! God ! ”

Mon Dieu mon Dieu pourquoi m’as-tu abanonné ? « Don’t give up » ! La vérité ? Comment t’étreindre sans te froisser, sans te trahir, sans déformé ou falsifié ton intégrité. Oui ! Il y a une différence entre toucher la vérité et l’étreindre Christopher. Aimer ne samba sans tristesse serait aimer une femme qui ne saurait être belle disait un poète, elle est nègre bien nègre dans son cœur. L’exigence de la foi est la nécessité d’être libre. Parce que Dieu nous créa libre, Le plus grand Amour rend libre l’homme et l’esprit.

Chaque homme dispose d’une part de féminité en lui, elle est plus ou moins développée selon les personnes, Il en en va de même pour une femme concernant sa part de masculinité.

Redites-moi ces mots suprêmes, ces mots d’amour : « je vous aime » : « Le temps c’est la vie », « et il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime ».

Au silence… On coupe ! Parce que la musique et à la base le son qui la compose découpe le temps, lui donne une vie, une durée, un temps… Tempo !

Répondre à cette question fondamentale du philosophe : « tout sera oublié rien ne sera pardonné ? » Le pardon remet la confiance, il donne bonne conscience mais ne résout pas la question de la réparation, un vase cassé restera toujours un vase cassé qu’on aura sans doute recoller mais qui ne pourra plus jamais se prévaloir de sont intégrité originelle.

L’essentiel est de préserver cette amitié qui a fait naitre un jour l’amour dans nos cœurs.

Redites moi ces mots d’amour maintenant que je m’apprête à dormir, à partir, la petite mort comme on dit. Tous les jours, ou plutôt chaque nuit, nous apprenons à mourir, à partir pour de bon, de l’autre côté, dans le monde où nous sommes séparé de notre quotidien, dans l’inconscient. Mais le paradis auquel nous sommes appelés après la mort est plus profond qu’un sommeil, que cela et sans doute plus remplis.

« Me voici donc arrivé au terme de mon pèlerinage sur terre, le troue dans notre couche d’ozone nous affixe chaque jour un peu plus fort. la trilogie touche à sa fin » je trouve cela si beau et si bien dit que je ne puis que le reprendre telquel de la bouche de Karol Voïtila, Que dieu ait son âme, oui me voici au terme de mon pélérinage, sans lequel sans vous je n’eut pu t écrire ses quelques lignes, fragment ‘une Nouvelle, celle que la foi naît de la raison et que la sagesse comble l’amour de sa réputation elle nous rapproche du divinement grand et du de l’infiniment petit.

Ne plus se départir face à ses responsabilités, face un ouvrage ou une peine. Telle le poète à la recherche de sa poésie… Chercher Le Paradis, ce n’est jamais fini, c’est ici et maintenant, ouvre ton cœur et tu trouveras ton bonheur-

– voilà, écoute mon conseil, les paradis c’est dans les petites choses, c’est dans les sourires, dans le ciel bleu, dans les fleurs ouvertes, dans une note de musique, c’est dans le soleil, c’est dans les étoiles, trouver le Paradis n’est plus difficile,

– alors écoute ton Dieu, chaque jour tu auras la chance

Pourtant j’avais tout fais pour ne plus tomber amoureux : j’avais même fermer les fenêtres, tiré les rideaux, je ne sortais plus de chez moi, j’étais comme en deuil, comme veuve d’amour. Et toi tu viens, chez moi sous le masque d’un meccano pour mieux me faire tomber dans l’amour celui qui ne connaît pas de frontières sociales, pas de discrimination, tu t’es présenter sous le manteau du pauvre pour arracher mon amour sans frontière ; ton corps est le reflet de la beauté qui jaillit de tes yeux. Et pourquoi continuer à te résister puisque tu m’as déjà tout entier conquis, presque malgré moi, je ne m’y attendais pas, je ne faisais que passer.

Promis à ton feu pour toujours. Ces flammes de l’amour qui vous consument et vous subliment… Fantastique, on n’y comprend plus rien, Félicitations vous venez d’entrez dans le monde de l’amour, le monde où la raison n’a pas sa place, on ne comprend plus rien parce que précisément l’amour n’est pas du domaine de la compréhension intellectuelle, il a ses raisons que la raison ne connaît pas, qu’elle ne peut pas pénétrer. L’amour est d’un autre ordre, un ordre qui dépasse notre entendement, c’est pourquoi les sages des religions l’ont nommé source divine, les chrétiens, certains du moins vont jusqu’à affirmer avec d’autres religions et spiritualité, que Dieu est amour. Nos regards se sont pourtant croisés et mon cœur a été une fois encore toucher par cet amour innommable, quelle beauté dans son regard, il avait seulement dix-huit ans comme qui dirait Dalida… Mais es-tu trop jeune pour jouer les amoureux, gronde de te voix câline. Tu ne fumes pas des cigarettes comme un monsieur, mais tu fais du sport comme un adolescent, le football, que tu aimes tant. Tu peux chanter comme tu veux mais ne te prends pas au sérieux, car l’amour est un jeu d’enfants. Il apraît que le bonheur est à porter de nos mains.

Le Christ, certains l’appelle le « prophète » judéo-chrétien, Il disait à ses disciples soyez comme des enfants, car le royaume des cieux leur appartient, dans l’enfance nous retrouvons l’innocence, la vérité, c’est donc celé le royaume de l’amour, c’est le royaume de l’innocence et de la vérité.

J’ai voulu m’échapper mais c’était trop tard ! Il est revenu le lendemain sous le même masque social d’aide mécanicien, apprenti meccano, et tellement si beau dans son innocence. Il portait ce prénom qui rappelait à mon cœur à quel point il était lié à Pierre, Peter était son nom, qu’il portait avec élégance.

C’est donc bien vrai que l’amour apparaît au moment où l’on s’y attend le mois, je croyais en cet esprit, en l’esprit de l’amour, il était là présent, parmi nous et c’est encore lui qui maintenant me pousse à coucher sur papier ce qui ne peut pas s’oublier. Je le vois… Il est là dans sa plus belle parure, l’Innocence, doit-on encore mettre l’amour à l’épreuve ? Que votre volonté soit faite, puisque Dieu est amour qu’il se révèle dans cet amour, que la paix soit avec nous.

Puisque l’amour est doué, qu’il est don, il est génie et génial, qu’il fasse ce que meccano soit vraiment doué de ces mains comme il le prétend. Et que Dieu lui comble de bonheur et de joie tout au long de sa vie dans l’amour.

Sa bouche à elle seule avait la fougue d’un jeune étalon, et portait dans son allure l’arrogance de ses rois assis sur leur trône. Son trône à lui en ce moment était celui de l’amour, il eut envie de faire pipi, je l’accompagnais jusqu’aux toilettes, je m’emportait sur sa cambrure qui éveillait en moi des sensation forte, entre cette douche et cet urinoir ; puis un instant après il relevait vers moi ses grands yeux remplis d’amour et de désir d’amour mais que faire que dire le silence est parfois dans pareille circonstance source de joie et de plaisir, car il comble avec tout ce que les mots aurait sans nul doute gâché.

“Oh love sweet love come and take me to your land give your self to love, I want to be your witness !”

Que dire ? Que faire ? J’étais déjà pris dans les filets de l’amour, cet amour que je connaissais déjà. Et qui autrefois m’avait tourné la tête. Me voila encore aux prises avec lui. J’espère que l’expérience, cette fois, jouera en ma faveur. Qui a été le chemin de mon calvaire. Le revoilà dans toute sa splendeur, dans sa magnificence. Que dire ? Que faire, il me regarde, je suis éblouit, Mon Dieu sauve moi, si telle est ta volonté, Qu’il en soit ainsi !

Je ne sais si luis aussi comprenait ce qui était entrain de se passer entre nous et contre notre volonté, envers et contre notre raison.

Ouvre ton cœur et tu trouveras ton bonheur, chercher le Paradis ce n’est jamais fini. Le Paradis c’est dans les « petites » choses de l’amour.

La sagesse est plus proche de l’amour que la raison, la sagesse peut dompter l’amour éros, l’amour fougueux, ‘amour passion, les feux de l’amour sont mis en échec par les froideurs de la sagesse, par l’épée de la sagesse les flammes sont anéanties. Et l’amour ne peut que donner le meilleur de lui-même, soit l’Eternité.

La sagesse est la bride de l’étalon fougueux qu’est l’amour passion, le mord qui l’empêche de se faire mal et de faire du mal. Oui je l’aime !

Sans sagesse l’amour se transforme en un torrent violent qui, en un feu qui dévaste tout sur son passage. La passion est un feu qui consume, c’est de l’amour sans sagesse. Et la sagesse est un concept spirituel, elle arrive grâce à notre foi, à notre croyance au Dieu unique. L’accès à une part de la Révélation nous permet de comprendre la sagesse comme le fruit de Dieu.

L’élève au Maître : « c’est donc la sagesse qui nous permet d’avoir accès aux lois immuables de la Nature ».

– Oui ! Et ce, depuis que l’homme est homme.

– Contre personne et contre rien mais pour toutes les fleurs ouvertes, ce jardin qui frissonne, se battre seulement avec les feux de la tendresse, et n’avoir pour unique vérité que l’amour que l’on se promet.

– Faire jouer la transparence...