Le handicap au risque des cultures

Le handicap au risque des cultures

-

Livres
440 pages

Description

Partout et toujours, les hommes, façonnés par leur culture, ne cessent de chercher des explications au handicap, ce signe de leur chétivité qu'ils ne parviennent pas à « naturaliser ». C'est à cette quête, donnant lieu à un cours tumultueux de représentations collectives, que s'intéresse cet ouvrage à plusieurs voix. Il « fait assaut contre les frontières » pour proposer un voyage sur le continent océanien, en pays Kanak et aux Îles Marquises ; en Amérique du Nord, chez les Inuits du Grand Nord et au Canada ; en Amérique du Sud, au Brésil, en pays amérindien, au Surinam et en Guyane ; sur le continent asiatique, en Chine et au Liban ; en Afrique, au Sénégal, au Congo-Brazzaville, en Algérie et à La Réunion ; sur le continent européen, en Italie, en Norvège, en Allemagne, en Grande-Bretagne, au Portugal et en France. Par-delà la multiplicité des cultures et des représentations, cette fresque anthropologique montre que les personnes en situation de handicap restent, ici et là-bas, les proies d'un monde imaginaire, alimenté par des croyances immémoriales ayant fait souche, qui fabrique lui-même « du handicap ». Elle met au jour la difficulté universelle à penser ce qui réunit l'homme et à accepter la condition humaine telle qu'elle est, non comme on l'imagine. Elle souligne que la chose la mieux partagée du monde est le désarroi angoissé des hommes face à leur vulnérabilité, avec diverses manières de l'esquiver, la compenser, la conjurer ou l'évacuer, mais avec le même rêve paradoxal de se désencombrer de leur humanité. Pour réaliser cette fresque anthropologique, Charles Gardou a rassemblé autour de lui une trentaine de chercheurs de tous les continents : Mezhoura Amarouche, Jacques Brandibas, Andrea Canevaro, Sophie Dalle-Nazébi, Sieglind Ellger-Ruettgardt, Eivind Engebretsen, Benoît Eyraud, Charles Gaucher, Patrice Godin, Isabelle Guinamard, Alain Goussot, Berit Johnsen, Birgit Kirkebæk, Frédéric Laugrand, François Lupu, Ingrid Markussen, Suely Marques, David Noël, Patrick Pelège, Francine Saillant, Isabel Sanches, Rose Sarraf, Aliou Seye, Michèle Therrien, Diane Vernon, Pierre Vidal-Naquet, Zina Weygand.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 15 mars 2013
Nombre de visites sur la page 46
EAN13 9782749233109
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Le handicap au risque des cultures Variations anthropologiques
Extrait de la publication
DU MÊME AUTEUR
Professionnels auprès des personnes handicapées. Le handicap en visages, vol. 4,éditions érès, 2010. Au nom de la fragilité. Des mots d’écrivains(avec Tahar Ben Jelloun), éditions érès, 2009. Le handicap par ceux qui le vivent, éditions érès, 2009. Pascal, Frida Kahlo et les autres… Ou quand la vulnérabilité devient force,éditions érès, 2009. Désinsulariser le handicap (avec Denis Poizat), éditions érès, 2007. Diversita, vulnerabilita e handicap. Per una nuov a cultura della disabilita,Edizioni Erickson, Italia, 2006. Handicap, le temps des engagements(avec Julia Kristeva),PUF, 2006. La création à fleur de peau. A rt, cultur e et handicap(avec Emmanuelle Saucourt), éditions érès, 2005. Fragments sur le handicap et la vulnérabilité. Pour une révolution de la pensée et de l’action,éditions érès, 2005. Connaître le handicap, reconnaître la personne,éditions érès, 1999. Frères et sœurs de personnes handicapées. Le handicap en visages, vol. 3, éditions érès, 1997. Parents d’enfant handicapé. Le handicap en visages,vol. 2, éditions érès, 1996. Naître ou devenir handicapé. Le handicap en visages,vol. 1, éditions érès, 1997. La gestion mentale en questions,éditions érès, 1995. Handicaps, handicapés : le regard interrogé,éditions érès, 1991.
Extrait de la publication
Charles Gardou et des chercheurs des 5 continents
Le handicap au risque des cultures
Variations anthropologiques
C O N N A I S S A N C E S D E L A D I V E R S I T É
Extrait de la publication
Illustration de la couverture : Jhy-Cheng Wu,Enfance Huile sur toile, 81 x 65 cm, 2003
Originaire de Taiwan et installé en France, Jhy-Cheng Wu travaille la peinture comme un acte de résistance et de joie, où les flous du destin sont attrapés dans des images envolées, à travers le monde. jhychengwu.Blogsport.com/ jhychengwu@gmail.com
Conception de la couverture : Anne Hébert
Version PDF © Éditions érès 2012 CF - ISBN PDF : 978-2-7492-3311-6 Première édition © Éditions érès 2010 33, avenue Marcel-Dassault, 31500 Toulouse, France www.editions-eres.com
Aux termes du Code de la propriété intellectuelle, toute reproduction ou représentation, intégrale ou par-tielle de la présente publication, faite par quelque procédé que ce soit (reprographie, microfilmage, scanné-risation, numérisation…) sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite et constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L. 335-2 et suivants du Code de la propriété intel-lectuelle. L’autorisation d’effectuer des reproductions par reprographie doit être obtenue auprès du Centre français d’exploitation du droit de copie (CFC), 20, rue des Grands-Augustins, 75006 Paris, tél. 01 44 07 47 70, fax 01 46 34 67 19.
Extrait de la publication
Table des matières
INTRODUCTION. LE HANDICAP DANS LE GRAND LIVRE DES CULTURES Charles Gardou . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Au fil du vivant et des continents. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . D’Océanie en Amérique et en Asie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . D’Afrique en Europe. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Par-delà la multiplicité des univers culturels. . . . . . . . . . . . . . . . . . .
PREMIÈRE PARTIE ESCALES ENOCÉANIE, AMÉRIQUE ETASIE
1. EN PAYS KANAK,DES MALHEURS ET DES HOMMES Patrice Godin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le corps est toujours la relation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La volonté de rétablir l’ordre vital. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Une lutte sociale avec ses vainqueurs et ses vaincus. . . . . . . . . La construction d’une communauté de destin . . . . . . . . . . . . . . . . .
2. AUX ÎLESMARQUISES,LES PUISSANCES DE LINVISIBLE Charles Gardou. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . Sur la Terre des Hommes,Te Fenua Enata. . . . . . . . . . . . . . . . . . . La maladie et le handicap, un châtiment de l’au-delà. . . . . . . . . Les prières pour guérir, le tatouage pour protéger . . . . . . . . . . . . Pou-Maka et Pohu, le triomphe des plus vulnérables. . . . . . . . .
Extrait de la publication
9 9 12 15 20
27 28 34 41 45
49 50 54 61 66
LE HANDICAP AU RISQUE DES CULTURES
3. CHEZ LESINUIT DUGRANDNORD,HANDICAP ET PERFORMATIVITÉ Michèle Therrien et Frédéric Laugrand. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La perte d’autonomie à l’époque du nomadisme. . . . . . . . . . . . . . Transgressions et sanctions corporelles. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Performativité et surcapacités. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Survivre au handicap, détermination et source d’estime. . . . . .
4. ENAMÉRIQUE DUNORD,LA PERSPECTIVE AUTONOMISTE ET LE MOUVEMENT SOURD Charles Gaucher et Francine Saillant. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le handicap, une notion problématique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’autonomie fondatrice . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Intégration et émancipation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le modèle culturel sourd. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
5. AUBRÉSIL,LE HANDICAP EN OMBRES ET LUMIÈRES Suely Marques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Des droits précaires en dépit des lois édictées. . . . . . . . . . . . . . . . La prégnance des préjugés et de l’idéal esthétique. . . . . . . . . . . La famille pour combler les lacunes des politiques publiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le recours au surnaturel et à ses supposés pouvoirs . . . . . . . . .
6. EN PAYS AMÉRINDIEN,LE HANDICAP COMME DÉSÉQUILIBRE David Noël. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’harmonie et la solidarité des destins. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le handicap, une perturbation de l’équilibre. . . . . . . . . . . . . . . . . . Les activités comme délimitation du handicap. . . . . . . . . . . . . . . . Des témoins de Camopi à Antecumpata. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
7. DANS LES SOCIÉTÉS NOIR-MARRONNES DUSURINAM ET DEGUYANE,LA CONFRONTATION À UN CONCEPT ÉTRANGER Diane Vernon . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Aucun malheur, maladie ou malformation n’est une fatalité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Des esprits potentiellement responsables. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Deux univers de sens. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Une méfiance culturellement enracinée. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Extrait de la publication
75 78 84 85 91
95 96 99 101 103
111 111 117
124 128
133 133 140 143 146
153
154 157 162 166
TABLE DES MATIÈRES
8. ENCHINE,LES DEUX FACES DU HANDICAP Isabelle Guinamard et François Lupu . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Cán fèietcán jí rén, deux figures qui s’opposent . . . . . . . . . . . . . L’inutilité sociale stigmatisée. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le handicap, un problème de face, d’avenir et de proje t. . . . . L’impossibilité de travailler, une forme de mort . . . . . . . . . . . . . . . .
9. AULIBAN,LE HANDICAP DANS UNE CULTURE DE LA GUERRE Rose Sarraf . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Des victimes à assister, non des étrangers. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Bon ou mauvais handicap ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Un devoir de réparation et de don . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Personne n’est à l’abri . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
DEUXIÈME PARTIE ESCALES ENAFRIQUE ETEUROPE
10. AUSÉNÉGAL,HANDICAP ET ERRANCE Aliou Sèye. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Des intermédiaires entre le visible et l’invisible. . . . . . . . . . . . . . . . Du sentiment de fatalité à la mendicité. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Une figure emblématique de la persécution. . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le signe de la vengeance et du pardon. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11. LES SOURDS AUCONGO-BRAZZAVILLE,ENTRE SORCELLERIE LOCALE ET PRATIQUES OCCIDENTALES Sophie Dalle-Nazébi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les gestes n’effraient ni ne passionnent personne. . . . . . . . . . . . La symbolique des couleurs. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Une prise de conscience de sa propre existence. . . . . . . . . . . . . . Les enjeux culturels des signes en usage. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
12. ENALGÉRIE,LE HANDICAP À LÉPREUVE DES CONTRADICTIONS CULTURELLES Mezhoura Cheknoune-Amarouche. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La coexistence de deux mondes dissemblables. . . . . . . . . . . . . . . Les superstitions rivalisent avec la r eligion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La désillusion habite les esprits. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Un modèle culturel remis en cause. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Extrait de la publication
175 177 180 185 190
197 198 200 201 202
209 210 213 219 222
227 231 235 240 246
255 257 261 266 271
LE HANDICAP AU RISQUE DES CULTURES
13. ÀLÎLE DELARÉUNION,QUAND LE MALHEUR VIENT À POINDRE Jacques Brandibas. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Des conceptions divergentes du malheur. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Dans les files d’attente des guérisseurs. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Des étiologies traditionnelles. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Donner cohérence au désordre. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
14. ENITALIE,LA CULTURE DE LA DÉSINSTITUTIONNALISATION Alain Goussot et Andrea Canevaro. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’évolution des mots et des représentations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’influence de l’Église catholique. . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . La normalité et l’anormalité, une affaire de culture. . . . . . . . . . . La désinstitutionnalisation et ses contradictions. . . . . . . . . . . . . . .
15. ENNORVÈGE,LE DISCOURS DES DROITS ET DU CONTRÔLE DANS UNE CULTURE DU BIEN-ÊTRE Eivind Engebretsen, Berit H. Johnsen, Birgit Kirkebæ k et Ingrid Markussen. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Au cœur de la culture, le principe de normalisation. . . . . . . . . . . Les paradoxes d’une éducation pour tous. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . En connaissance de cause, la lutte contre les discriminations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La culture de l’audit et du droit à la qualité. . . . . . . . . . . . . . . . . . .
16. ENALLEMAGNE,EST-IL«NORMAL»DÊTRE DIFFÉRENT? Sieglind Luise Ellger-Rüttgardt. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le handicap, quelque chose de construit. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . « L’Histoire nous en montre la forme ». . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le droit à l’imperfection. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le revers de la médaille. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
17. AUPORTUGAL,LE HANDICAP COMME TRAGÉDIE Isabel Sanches. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . « J’aurais mieux fait de ne pas naître » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . « Il a eu envie de disparaître ». . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . « Un choc et surtout une curiosité ». . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . « Si Dieu l’a désigné… ». . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
275 275 276 278 282
285 287 290 292 295
301 303 306
311 314
321 322 328 334 339
343 344 347 348 351
TABLE DES MATIÈRES
18. AUROYAUME-UNI ET ENFRANCE,LA PROTECTION DE LA VULNÉRABILITÉ PSYCHIQUE Pierre A. Vidal-Naquet et Benoît Eyraud. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La vulnérabilité psychique, scènes, dispositifs et configuration. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le contexte français, la recomposition d’une approche statutaire. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le contexte britannique, l’essor d’une approche situationnelle. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Vers un modèle capacitaire. . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
355
357
358
364 371
19. DANS LA CULTURE FRANÇAISE,LES REPRÉSENTATIONS DE LA CÉCITÉ PRISONNIÈRES DU PASSÉ Zina Weygand375 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le temps de l’altérité et de la charité. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .378 L’émergence du sujet aveugle. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .379 La fondation d’une institution dédiée. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .381 L’émancipation intellectuelle des aveugles. . .. . 384 . . . . . . . . . . . . . . . .
20. ENFRANCE,DE LA CHARITÉ AUX POLITIQUES DE PROTECTION SOCIALE Patrick Pelège. . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 391 L’empreinte du christianisme social. . . . .. . . . . . . 391 . . . . . . . . . . . . . . . . De l’assistance à l’assurance. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .394 La gestion des risques 397 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Des pratiques à fonction protectrice. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .401
CONCLUSION. FACE AU DÉDALE DES SIGNIFICATIONS CONFÉRÉES AU HANDICAP Charles Gardou . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Un « être anonyme » ou un déséquilibre ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Un élément extérieur ou un processus interne ?. . . . . . . . . . . . . Un excès ou une perte ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Une calamité ou une expérience féconde ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . .
BIBLIOGRAPHIE. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
PRÉSENTATION DES AUTEURS. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Extrait de la publication
405 405 407 409 411
415
423
Par-delà les continents, ce livre est dédié à ceux que le handicap relègue à l’orée du monde.
Aux femmes et aux hommes, De toutes cultures et conditions, Connaissant cette morsure du destin. Cette blessure à vif. L’obscurité d’un futur qui leur échappe. Les récifs sur lesquels se délitent leurs rêves. Les espoirs engloutis par des regards mutilants. La condition humaine humiliée. L’injustice. La démence de l’injustice.
À tous ceux qui vont, comme ça, au bout de leur vie, En s’inventant des voyages avec les oiseaux Qui effleurent leur fenêtre.
Charles Gardou Entre Aix-en-Provence, Lyon et Paris, mai 2010
Extrait de la publication