//img.uscri.be/pth/08fd8429623eeb04f0df6c98f0e15d89fb5d1dff
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 12,60 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Le parler firanco-mauricien au Natal

184 pages
Une enclave francophone en péril ? Telle est la question que l'on est en droit de se poser lorsqu'on se penche sur le statut linguistique de la communauté franco-mauricienne du Natal, isolat francophone en Afrique du Sud. L'analyse sociolinguistique qu'Antoine J. Bullier en fait, puis l'étude phonologique qu'il réalise à partir d'un échantillon de trente et un locuteurs le conduisent à souligner le caractère préoccupant d'une telle situation linguistique : chaque jour plus isolée, cette petite société est en effet en voie d'anglicisation. Quels peuvent être les remèdes pour y préserver la francophonie ?
Voir plus Voir moins

ANTOINE

J.

BULLIER

LE PARLER FRANCO-MA URICIEN AU NATAL
Une enclave francophone en Afrique du Sud

Éléments d'une phonologz"e

Éditions L'Harmattan 7, rue de l'École-Polytechnique 75005 Paris

@

L'Harmattan,

1981

ISBN: 2-85802-199-6

« Une langue ne se déracine pas comme une mauvaise her-

be

,.

elle tient au sol humain z'rascible. »

par des racines trop profondes pour céder aux secousses colén'-

ques d'un jardinier
de l'Académie

Charles Baissac Mauricienne.

Toute

ma reconnaissance

à :

- Jennifer A. Roxburgh,

Department of African Languages, University of the Witwatersrand, Johannesburg,

-

Jacques de Robillard, Département de Français, Université du Natal, Durban,

pour leur aide, leurs conseils et leurs encouragements.

Introduction

Certains

éléiaents de socio-linguistique

d'une petite communauté du Natal)
.

francophone.

(Le cas des Franco-Mauriciens

Sur la carte de l'Alliance francophones

Française

on peut voir que les Etats francophone

sont en rouge, que les Etats à vocation

sont en rose et certains points rouges désignent comme Alicante munautés

des villes

et Durban. Ces deux villes ont en effet des combien distinctes: Alicante a accueilli les

francophones

Pieds-Noirs diaspora

en 1962 et Durban est le plus grand centre de la C'est dans cette ville sud-africail'entoure que la majorité des Blancs élu domi-

franco-mauricienne. qui

ne et dans la province francophones cile.

de l'ancienne

Isle de France ont désormais

Nous avons décidé d'étudier ticularités Un problème

ce microcosme

créole avec les par-

qui lui sont propres. de définitions: le Franco-Mauricien est une per-

sonne de souche créole des planteurs) l'origine venu

(de race blanche

souvent issue du milieu à

ou d'un descendant

d'une famille française

dans l'île comme marin, officier

du roi, négonormande

ciant. Ces Franco-Mauriciens ou bretonne.

sont souvent d'ascendance

Lorsque nous parlons de Créoles nous entendons et non pas Métis comme

Blancs nés dans les îles intertropicales

8

ce nom l'indique

dans le parler franco-mauricien

de Maurice et

du Nata1. Il nous faut aussi préciser interrogés sont considérés

que tous les locuteurs

comme Blancs par les lois raciales franco-mauricien du Natal,

sud-africaines les exigences

mais dans le microcosme normatives

quant à la race sont plus restrictives Cette étude ne traite pas

que le droit positif

sud-africain.

du créole en tant que parler franco-mauricien

bien qu'il soit aussi un idiome au français de nos informacréole-français.

au Natal parallèle

teurs qui font ainsi montre de diglossie:

Dans l'histoire de langue française

de l'Afrique

du Sud, deux communautés dans le pays. Au XVIIè dues à la

se sont installées

siècle, deux cents Huguenots révocation

fuyant les persécutions s'établir

de l'Edit de Nantes allaient

autour du Cap. ont émigré de per-

Au milieu du XXè siècle, quatre mille Mauriciens l'ancienne

Isle de France non pas pour fuir une quelconque

sécution mais la montée du chômage et le pouvoir indien qui allait conduire l'île à l'indépendance en 1968. Ces deux commu-

nautés sont assez comparables.

Toutes deux sont issues d'un mien effet les en Afrique du

lieu où le français n'était pas langue officielle; communautés huguenotes du XVIlè siècle émigrèrent

Sud après avoir fait un séjour aux Pays-Bas la langue et la communauté mauricienne

où elles apprirent d'une île, ancien-

provient

ne colonie de la Couronne Britannique, et est encore langue nationale

où le français était Ces

mais non langue officielle.

deux communautés

tout en étant francophones

avaient l'expérience

d'une autre langue. Il est intéressant

de voir que la première

9

d'entre elles s'est intégrée parfaitement afrikaans d'Afrique

à la communauté la religion, les

du Sud dont elle partageait

idéaux politiques facteurs

et le mode de vie. On peut voir que tous ces ces deux communautés Les Huguenots de celles auxquelles

rapprochent

elles veulent

s'intégrer.

comme les Mauriciens socio-politiques

ont quitté leur patrie à cause des problèmes qui y régnaient. avec lesquelles culturel. Ils retrouvent ils peuvent

en Afrique du Sud des sociétés sauf du point de vue pas moins

s'identifier

Les affinités que d'autres

culturelles lorsqu'on

ne sont-elles

impératives

est forcé d'émigrer?

Les Huguenots pements

et les Mauriciens

se sont intégrés dans des grou-

dont ils approuvent culturelle

la façon de vivre et les moeurs. aura été moins im-

L'identité portante milieu

de ces deux communautés

que leur volonté d'intégration

socio-politique

dans un

qui les accueillait

avec bienveillance.

10

La communauté

mauricienne

du Natal.

Le fait mauricien des Franco-Mauriciens

est ancien au Natal. L'immigration

a débuté à la fin du siècle dernier. attiré la communauté francophone

Durban a depuis très longtemps de l'ancienne Isle

de France à cause de son identité de climat, du conservatisme politique qui

des emplois qui s'y trouvent,

y règne, de la facilité de pouvoir à une communauté blanche

s'y rendre et s'y intégrer

au bord de l'Océan Indien. On doit administratives qu'il y avait jus-

aussi ajouter les facilités

qu'en 1961, l'Union Sud-Africaine et l'lIe Maurice

faisant partie du Commonwealth de la Couronne.

étant une colonie britannique

Depuis le début de ce siècle, la province a donc reçu un flot continu d'immigrants leur écrasante majorité

du Natal dans

francophones,

de souche française.

Ces francophones peut-il être évaqui nous ont

dont le chiffre est très difficile

à connaître

lué à 25.000 - 30.000 ? En effet, les statistiques été communiquées révèlent des chiffres beaucoup

plus modestes

que ceux qui sont normalement Franco-Mauriciens sent valables Académie

avancés au sujet du nombre des

du Natal. Les seuls chiffres qui nous paraispar Ale~andre Bax dans p. 608 "La

sont ceux présentés d'Outre-Mer,

des Sciences

Tome XXXV-4-1975, du Natal".

langue française "Les statistiques 3700 Mauriciens

et les Mauriciens gouvernementales

révèlent que de 1940 à 1974,

s'établirent

en Afrique du Sud, la plupart dans

11

la région de Durban et ses environs sucre. Nous pouvons directe, conclure

où est cultivée

la canne à

que, compte tenu de leur descendance

ce groupe comprend de nos jours de 7 à 10.000 âmes". "Venant de la classe sociale francophone, que celui demeuré à l'lIe Maurice où il

Et Bax d'ajouter:

est bien plus important la culture française

connaît un essor unique et joue un rôle les Mauri-

de premier ordre dans la vie de l'lIe. Parallèlement, ciens du Natal perdent culture française à un rythme incroyablement pendant

rapide la

préservée

un siècle et demi d'isolement

sous l'occupation

britannique".

Les 54 années d'immigration et publiées tent ainsi Période 1925-29 1930-34 1935-39 1940-44 1945-49 1950-54 1955-59 1960-64 1965 1966 1967 TOTAL : 3.960 (5 ans) (5 ans) (5 ans) (5 ans) (5 ans) (5 ans) (5 ans) (5 ans) par Ie Department : Nombre d' Immigrants 41 38 93 91 466 220 607 438 185 297 327

en provenance

de Maurice se présen-

of Interior

(1925-1978)

Période 1968 1969 1970 1971 1972 1973 1974 1975 1976 1977 1978

Nombre d' Immigrants 274 131 125 109 85 90 84 62 108 50 39

12

Présentation La communauté est installée

d'un microcosme

créole. du Natal, environ 10000 âmes

franco-mauricienne

sur les rives de l'Océan Indien et tout particulièéconomique et financière et

rement à Durban qui est la métropole de cette région d'Afrique
elle., s' intégre

du Sud. Cette société est prospère
anglophone blanche

à la communauté

de la province.

Elle est composée de Blancs venus de l'tle Maurice ou de leurs descendants mais parfois certains Franco-Mauriciens les autorités francophone(l) pourtant ne le Je leur

reconnus comme Blancs par sont pas par la communauté conserve

sud-africaines en question.

le titre de franco-mauricien. francophone

Il existe aussi au Natal île sont

un petit groupe métisse de France. Ces "créoles" considérés

et issu de l'ancienne mauricienne

dans la terminologie

comme "Coloureds"

ou "Asians" par les lois raciales pas dans la catégorie des

sud-africaines.

Ils

ne rentrent

Franco-Mauriciens Les Mauriciens

et nous ne les avons pas étudiés. pour deux raisons: de-

du Natal sont importants de l'île la majorité

puis l'indépendance

des Franco-Mauriciens il y a plus

a immigré en Afrique du Sud si bien qu'aujourd'hui de Franco-Mauriciens dynamique et prospère au Natal qu'à Maurice.

Cette ethnie est dans son en-

et elle est très francophile comme française

semble. Elle se considère

et est très attachée

à sa langue mais elle ne fait pas grand chose pour la préserver contre les immixtions de l'anglais. C'est donc une Société franles plus révéla-

cophone en danger et ce sera teurs et les plus saisissants

l'un des aspects

de son devenir. C'est dans son interqui la menacent que l'on verra

action avec les éléments externes

13

comment

elle réagit, comment elle se pose en tant que communauNous verrons comment les dans leur identité et comment qui leur sont propres. que nous avoir

tê et avec qui elle s'identifie. Franco-Mauriciens ils entendent sont partagês

maintenir

les caractères

C'est enfin sur l'avenir des petits groupes ethniques

devrons nous pencher pour essayer de savoir s'ils peuvent un futur en bref s'ils peuvent

survivre dans un environnement
ils veulent s'

qui ne leur est pas hostile mais dans lequel intégrer au péril de leur existence. une communauté

(1) Nous définissons

linguistique

comme étant d'attitudes

un groupe de locuteurs sociales

qui ont en commun un ensemble

envers la langue.

1 Description d'une communauté

A Profils diachroniques 31 locuteurs

et données

socio-linguistiques

de

Dans ce travail, tir d'un échantillon ticulanités

je me suis efforcé d'analyser franco-mauriciens

à par-

de 31 locuteurs

les par-

phonologiques

de leur parler par rapport à celui standard et tel qu'il Française

de Paris que nous avons appelé français est décrit par Bertil Malmberg
(édition de 1976)
.

dans sa Phonétique

L'échantillon personnes

de locuteurs

choisis est constitué 4 étudiants,

de

de 18 à 68 ans:

1 écolière,

4 femmes 4 ingénieurs, 1 plan-

au foyer, 2 courtiers 3 directeurs

d'assurances,

2 restaurateurs, 1 commerçant,

de société,

2 techniciens,

teur, 1 électricien, 1 hôtelier,

1 employé aux écritures, mécanicien,

1 réceptionniste, industriel,

1 contre-mattre

1 artiste

1 chef des achats.

Chaque locuteur est décrit par son environnement linguistique (lieu de naissance, durée de temps passé en Afrique

du Sud). Les particularités

de chaque sujet sont analysées, en une analyse phonologique.

puis les données sont regroupées

15

Dans le formulaire et la progression phonologique,

phonologique

on a suivi la méthode et la

de Malmberg:

point de départ structural

puis, du concept de phonème dont on délimite plus détaillée

place, on passe à la description comment

pour analyser

chaque élèment du système se réalise dans la parole.

L'informatrice A. Biographie: L'informatrice pendant

No 1 :

No 1 est née à Maurice,

il y a 68 ans. Elle a vécu Elle Elle a

10 ans en Ouganda puis au Kenya et en Tanzanie. à Maurice ainsi que ses parents.

est née à Beau-Bassin émigré de Maurice vécu en Afrique un entrepreneur locutrice

pour l'Afrique

du Sud en 1932 et a toujours à La
l'

anglophone

puis à Durban. Elle était mariée dans l'Est-Africain.
lire et

qui avait des intérêts français,

parle couramment

elle sait le

écrire. Elle déclare pouvoir aussi bien s'exprimer qu'en anglais. Cette personne était mariée

en français franco-

à un Mauricien

phone. Chez elle, avec son mari, elle ne parlait que français. A Durban, elle fréquente des francophones aussi bien que des

anglophones.

Elle est t!ès consciente

d'une grande différence pas par-

entre son parler et celui de Paris mais elle ne voudrait 1er comme les parisiens. culture française L'intéressée

est très attachée à la

et à sa langue.

16

B. Profil

socio-linguistique

: franco-mauricienne à

L'informatrice

est coupée de la communauté

cause de son invalidité.

Notre interlocutrice numéros d'Historia.

lit encore du franL'intéressée de

çais mais ce sont d'anciens

parle notre langue et peut profiter l'Alliance Française.

des services culturels

Le cas de notre sujet est celui des person-

nes âgées mais elle est moins isolée qu'il n'y parait, parlant couramment anglais. L'informatrice qui n'est jamais allée en de notre pays. Elle fréquente

France se fait une idée romantique des amies mauriciennes

et sud-africaines.

17

L'informatrice A.Biographie L'informatrice :

No2

:

No 2 est née à Pamplemousse de l'enquête.

à Maurice

en 1912 et

a 67 ans au moment

Elle habite Durban depuis 51 ans en fran-

et n'a jamais quitté

la ville. Elle a reçu son éducation Ses parents mauriciens La locutrice

çais et en anglais à Maurice. sont aussi nés à Pamplemousse. s'exprimer parler

francophones

déclare pouvoir mieux

en français qu'en anglais. Elle peut lire, écrire, Son mari était mauricien entre

les deux langues couramment. L'interlocutrice

francophone.

ne dénote aucune différence

son parler et celui de Paris. Elle n'a d'ailleurs sur l'accent des parisiens.
enfants ne

aucune opinion

Elle se plaint de ce que ses petitsfrançais. Elle est très attachée

Sall",.,t pas parler

à la culture est membre

française

et à la langue de notre pays. L'intéressée Française de Durban et la fréquente

de l'Alliance

pour y emprunter

des livres.

B. Profil socio-linguistique L'informatrice té mauricienne

:

se plaint de l'état du français dans la communaudu Natal. Elle est juge et partie, son fils, que

nous avons interrogé,

ne sait pas bien lire ni écrire le français

et le reste de la famille ne le sait plus. Notre interlocutrice est très préoccupée par ce phénomène inévitable. Ce sujet qui

est arrivé à l'âge de 16 ans en Afrique du Sud a gardé une parfaite maîtrise s'exprimer périorité et un grand intérêt pour le français. Elle déclare

aussi bien dans les deux langues avec une légère supour le français.L'intéressée de Maurice se tient régulièrement

au courant des nouvelles pays en français.

et reçoit des journaux de ce

18

L'informateur

No

3 :

A. Biographie: L'informateur No 3 est âgé de 63 ans au moment de l'enquête. Il

est né à Maurice en 1916. Son père est né à Curepipe et sa mère à Port-Louis. En Afrique du Sud, il a toujours vécu à Durban. et secondaires Il

a fait des études primaires Il est artiste industriel. une Mauricienne.

en français à Maurice.

Il parle bien anglais et est marié à on ne parlait que sa femme étant de Durban.

A la maison, dans son enfance,

le français. L'intéressé membre de la bibliothèque

lit des livres français, de l'Alliance Française

Le locuteur est particulièrement des différences phonologiques

intéressant

car il est conscient "parisien" et le Ses enfants

entre le français

français de Maurice;

il nous en a donné des exemples.

parlent a~sez bien français.

Le sujet est très attaché au maintien il reconnaît parler fran-

de la langue dans sa famille. Cependant çais mais aussi anglais à ses enfants.

B. Profil socio-linguistique L'informateur

: aisée et son

fait partie de la classe mauricienne standard.

français est très proche du français très fier de son ascendance bre généalogique française

Le locuteur est

et il nous a montré son ar"qu'il était aussi est très

pour nous faire comprendre

français que nous". Le français de notre interlocuteur proche de celui de Paris. L'informateur

est marié à une francophone

il parle français chez lui. Ses enfants ont une assez bonne maîtrjse de cette langue qu'ils parlent à la maison. Ils préfèrent pendant s'exprimer en anglais.Les enfants de notre informateur de la communauté cenous

ont fait part de leur réserve vis-à-vis

mauricienne