157 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Le PMSI en psychiatrie infanto-juvénile

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

La psychiatrie de l'enfant et de l'adolescent implique des dépenses de santé publique conséquentes dont la maîtrise est sans doute indispensable. Mais la logique inhérente au projet PMSI (programme de médicalisation des systèmes d'information) pour y parvenir répond-elle uniquement à une nécessité économique ou bien implique-t-elle d'autres objectifs ? Ces moyens mis en oeuvre ne doivent pas sous-estimer la complexité de la psychiatrie infanto-juvénile.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 0
EAN13 9782130738831
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0105€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Sous la direction de
Martine Caron-Lefèvre, Florent Cosseron et Bernard Golse
Le PMSI en psychiatrie infanto-juvénile
Logique de soin, logique d’évaluation, logique de coût ?
2005
Copyright
© Presses Universitaires de France, Paris, 2016 ISBN numérique : 9782130738831 ISBN papier : 9782130551034 Cette œuvre est protégée par le droit d’auteur et strictement réservée à l’usage privé du client. Toute reproduction ou diffusion au profit de tiers, à titre gratuit ou onéreux, de tout ou partie de cette œuvre est strictement interdite et constitue une contrefaçon prévue par les articles L 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. L’éditeur se réserve le droit de poursuivre toute atteinte à ses droits de propriété intellectuelle devant les juridictions civiles ou pénales.
Présentation
La psychiatrie de l'enfant et de l'adolescent implique des dépenses de santé publique conséquentes dont la maîtrise est sans doute indispensable. Mais la logique inhérente au projet PMSI (programme de médicalisation des systèmes d'information) pour y parvenir répond-elle uniquement à une nécessité économique ou bien implique-t-elle d'autres objectifs ? Ces moyens mis en œuvre ne doivent pas sous-estimer la complexité de la psychiatrie infanto-juvénile.
Table des matières
Première partie : réflexions générales
Introduction(Martine Caron-Lefèvre) Introduction : près de dix ans après...(Bernard Golse) Dix ans plus tard, le PMSI n’est toujours pas en application dans le champ de la psychiatrie infanto-juvénile Dix ans ont passé depuis, certes, mais les questionnements qui étaient les nôtres demeurent encore, pour la plupart d’entre eux, très vivaces et toujours d’actualité Mais cet ouvrage n’est en rien un pamphlet irresponsable Le pédopsychiatre face aux classifications contemporaines(C. Bursztejn) La psychiatrie de l’enfant dans les classifications contemporaines Rappel des catégories concernant l’enfant dans le DSM III et dans LE DSM III R La psychopathologie de l’enfant dans le DSM IV Problèmes posés par les classifications actuelles Classifications diagnostiques et PMSI : les enjeux en pédopsychiatrie(M. Botbol et A. Guedeney) Conclusion Secteur, SROSS et PMSI... : Interrogations sur la prise en charge en réseau pour les adolescents(Florent Cosseron, M. Menant, A.M Cohen et M. Botbol) A - Des recommandations du SROSS B - Des reponses des psy... C - Des recommandations du SROSS à l’aune du PMSI Conclusion La psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent au risque du PMSI(Martine Caron-Lefèvre) Dans cette perspective, l’outil proposé par la direction des hôpitaux est le PMSI, c’est-à-dire le programme de médicalisation des systèmes d’information [1] Qu’en est-il actuellement de l’application du PMSI ? Pour la psychiatrie, comment s’est faite la mise au point de l’outil PMSI ? Commentaires L’expérimentation du PMSI en psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent : des textes à une première rencontre(Florent Cosseron, N. Godart, N. Guedeney et C. Ponsar) Introduction Première partie : des textes sur le PMSI : extraits et commentaires Deuxième partie : à propos de certaines situations spécifiques
Problèmes cliniques spécifiques à la périnatalité(P. Chardeau et A. Guedeney) Particularités de l’accès aux soins psychiatriques pour les bébés et les jeunes enfants(F. Jardin, M. Lamour et M.E. Barraco) Qu’est-ce qu’un soin au bébé ? Aller à la rencontre des bébés, de leur famille et des professionnels Conclusion À propos et au-delà du PMSI : quelques problèmes cliniques plus spécifiques de l’enfant (ni bébé, ni adolescent)(Bernard Golse) L’hospitalisation à temps complet en court et moyen séjours(S. Cabrol et M. Basquin) Les nouvelles formes de pathologie(S. Fiorina) Les maltraitances Les maltraitances institutionnelles Les familles en souffrance Troisième partie : réflexions institutionnelles et accessibilité aux soins PMSI : le point de vue d’un praticien de secteur(G. Lucas) Les obstacles à l’accessibilité aux soins en pédopsychiatrie. Le point de vue du psychiatre(B. Voizot) Les obstacles à l’accessibilité aux soins Pour conclure Prégnance du social et accessibilité aux soins en psychiatrie infantile (B. Vanderhaghen) Évoluer et pas seulement évaluer : quelques réflexions sur l’évolution de la pratique de secteur en psychiatrie infanto-juvénile(R. Bérouti et M. Lalou-Moatti) L’histoire des intersecteurs reste sujette à leur quadruple marque d’origine Notre expérience clinique et notre réflexion théorique se sont enrichies depuis longtemps et, singulièrement, depuis 1973 Il nous faut désormais promouvoir et mieux inscrire la pratique pédo-psychiatrique comme un méthodologie, un discipline à deux volets Conclusion Psychiatrie infanto-juvénile et justice(P. Alecian, G. Barraband, B. Brahmi, D. Cazier, S. Couraud, V. Grenier, G. Laurencin et P. Segond) Le cadre législatif pour les mineurs suivis en justice Le cadre institutionnel : état des lieux sur la place de la clinique à la protection judiciaire de la jeunesse Mineurs incarcérés : observations à partir des services médico-psychologues régionaux Arguments pour un partenariat de liaison
Proposition de travail avec les secteurs de psychiatrie adulte et infanto-juvénile Difficultés d’accès aux soins institutionnels en Île-de-France. Approche épidémiologique (1992-1996)(N. Quemada et J.-P. Thévenot) Méthodologie des enquêtes Résultats d’ensemble Motifs de non-admission Caractéristiques des populations non admises Conclusions Épilogue(Florent Cosseron) 1. Du PMSI à la VAP 2. Premier écueil : quels objectifs pour la VAP ? 3. Deuxième écueil : un recueil pour quelle base de population ? 4. Troisième écueil : au nom de la simplification et de la classification unique, au nom de l’adhésion des médecins, une classification pour le diagnostic Test de faisabilité du PMSI en psychiatrie Évaluation en psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent réalisée au Centre Alfred-Binet du 2 au 15 décembre 1996 (M. Caron-Lefèvre) Résultats Commentaires En conclusion
Première partie : réflexions générales
Introduction
Martine Caron-Lefèvre
a psychiatrie de l’enfant, discipline médicale à part entière, recouvre un champ Ld’une grande complexité et implique des dépenses de santé publique conséquentes. L’ambition, à laquelle chaque acteur du système de soins peut facilement s’identifier pourrait se formuler de la manière suivante : utiliser au mieux les ressources financières disponibles afin de proposer les meilleurs soins possibles au service des patients. Ces dépenses de santé ne sont pas infinies et leur maîtrise est sans doute indispensable. Cependant la logique inhérente au projet actuellement présenté par les autorités de tutelle pour y parvenir répond-elle uniquement à une nécessité économique, ou est-elle sous-tendue par d’autres im pératifs que cet objectif explicitement affiché d’une rationalisation des dépenses de santé dans ce secteur. En tout état de cause, les moyens mis en œuvre pour réaliser cette maîtrise des dépenses ne devraient pas méconnaître la complexité de cette discipline. L’apport de la psychanalyse à la psychiatrie, et tout particulièrement à la psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent, est fondamental. La psychiatrie de l’enfant, comme en médecine, nécessite une démarche diagnostique. Ce diagnostic oriente le pronostic et permet de décider du traitement. Celui-ci devra ensuite être lui-même évalué. Mais, pour ce faire, l’utilisation des classifications nosographiques ne peut cependant être assimilée à celle des autres disciplines médicales. Un tel usage exclusif pourrait même avoir des effets iatrogènes. La psychiatrie de l’enfant, à notre sens, ne vise pas seulement dans les traitements qu’elle met en place à soulager les souffrances immédiatement perceptibles d’un enfant et de son entourage, et à faire disparaître les symptômes, mais elle doit s’attacher à des changements fondamentaux, durables, qui viendraient contredire les risques évolutifs inhérents à la pathologie traitée. L’objectif est aussi de prévenir la survenue de troubles mentaux à l’âge adulte. Cela dépasse largement ce que les seules classifications, pourtant nécessaires, peuvent permettre d’évaluer, ou encore ce que des évaluations des résultats de ces traitements à trop court terme peuvent mettre en évidence. Il s’agit là de questions essentielles mettant en jeu la conception même du normal et du pathologique, des processus intrapsychiques à l’œuvre dans la construction du sujet, puis tout au long de la vie, ainsi que de l’intrication complexe des expériences psychiques successives avec les événements de vie. De ce fait, l’approche comptable exclusive visant à réduire les dotations budgétaires attribuées à la psychiatrie de l’enfant et de l’ado lescent pourrait risquer de démanteler peu à peu le système de soins psychiatriques. L’absence d’une réelle politique de santé mentale, dont la mise en œuvre nécessiterait sans aucun doute du temps et un travail difficile, a laissé la place à des objectifs de nature purement budgétaire, objectifs plus simples et plus rapides à réaliser mais dont le but se réduit à des économies financières sans perspective