Le regain des campagnes

Le regain des campagnes

-

Français
105 pages

Description

Certains parlent d'abandon des campagnes, de désertification, de paupérisation, de régression des services publics. Cet ouvrage montre au contraire que les campagnes occupent aujourd'hui une place valorisée dans l'évolution économique et sociale du pays, dans le sillage de la loi NOTRE de 2015. Il évoque les réalisations des élus ruraux, la question de la justice fiscale, l'évolution des rapports entre les élus, les associations et les collectifs citoyens. Les décisions se prenant encore trop loin et les moyens restant faibles, des propositions sont faites pour une réforme du système de répartition des ressources. Enfin quatre questions sont posées : faut-il supprimer les communes ou en faire des arrondissements des communautés de communes ? Comment mobiliser des ressources nouvelles ? Comment encourager la démocratie locale ? Quelle place pour l'Europe et les entreprises multinationales dans le monde rural de demain ?

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 08 janvier 2020
Nombre de lectures 0
EAN13 9782140139765
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Q
es
Simon-Pierre THIERY ns contemporaines LQes ruraux et leurs collectivités locales LE REGAIN DES CAMPAGNES
Questions contemporaines
Le regain des campagnes
Les ruraux et leurs collectivités locales
Questions contemporaines Collection dirigée par Jean-Paul Chagnollaud, Bruno Péquignot et Xavier Richet Chômage, exclusion, globalisation… Jamais les « questions contemporaines » n’ont été aussi nombreuses et aussi complexes à appréhender. Le pari de la collection « Questions contemporaines » est d’offrir un espace de réflexion et de débat à tous ceux, chercheurs, militants ou praticiens, qui osent penser autrement, exprimer des idées neuves et ouvrir de nouvelles pistes à la réflexion collective. Dernières parutions François TESTARD,Le non-recours au RSA chez les seniors,2019. Ndache DJAVÉTY,Ethnorelégation et mahorité : l’intégration pathologique d’une minorité, 2019. Gilbert Job,Pour une idéologie centriste,La Qualité humaine, 2019 Raoul NKUITCHOU NKOUATCHET,Ordonnances Macron,De quoi la refonte de l’expertise CHSCT est-elle le signe ?, 2019. Isabelle PAPIEAU,Des EHPAD aux « papy-boomers », 2019. Arno MÜNSTER,Osons l’utopie pour construire un monde meilleur, Esquisse d’une autobiographie politique, 2019. Sagar SECK,Machiavel et la communication politique, 2019. Jacques ARON,L’an passé à Jérusalem. Le destin d’Israël en diaspora, 2019. Manuel DIATKINE,Pierre-André Taguieff, lántiracisme en débat,2019. Roland HUREAUX,Les Gilets jaunes ont raison, … et bien plus qu’ils croient, 2019. Robert BIBEAU, Khider MESLOUB,Autopsie du mouvement des Gilets jaunes, 2019. Dominique THIERRY,La solidarité intergénérationnelle sur le terrain, 2019. Daniel GLAUSER,Questionnement critique des visions dépassées du monde actuel, 2019.
Simon-Pierre THIERYLe regain des campagnes
Les ruraux et leurs collectivités locales
Du même auteur L’Emploi : changer les règles du jeu, L’Harmattan, 1993. La crise du système productif algérien, IREP Développement (Grenoble), 1984.
© L’Harmattan, 2020 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.editions-harmattan.fr ISBN : 978-2-343-19133-1 EAN : 9782343191331
Sommaire Introduction ....................................................................... 9 Qui sont les ruraux aujourd’hui ?..................................... 13 Accès aux services publics, santé, revenus et fiscalité : peut-on parler de paupérisation ? ..................................... 27 Des dynamiquesprometteuses, mais un système de financement à revoir ........................ 49 L’évolution des forces politiques en zone rurale ............. 73 Quels choix pour l’avenir ?.............................................. 83 Conclusion ....................................................................... 93
7
INTRODUCTION « Requiem pour la France rurale », titrait un grand hebdomadaire en octobre 2019. Pour certains, en effet, le monde rural est en déclin, victime de choix systématique-ment favorables aux grandes agglomérations. Beaucoup se plaignent d’une situation rurale supposée de plus en plus dégradée. Il est question de désertification, de paupérisation, d’abandon, de fracture entre les villes et les campagnes, d’absence de moyens mis à la disposition des élus ruraux pour réagir. Les responsables du pays voudraient tuer les collectivités de proximité, notamment les communes ? Cette vision me semble bien dépassée. À mesyeux au contraire, le rural occupe aujourd’hui uneplace essentielle et valorisée dans leprocessusqui accompagne la mutation de notre société contemporaine. À une époque où la protection de l’environnement constitue l’une desprinci-palespréoccupations des Français, ceux-ci considèrent les campagnes comme un lieu investi d’un rôle essentielpour la défense de la biodiversité,pour l’entretien despaysages etpour la montée de l’agriculture biologique. Il en résulte unegrande attentionportée au travail des élus ruraux et aux actions qu’ils conduisent dans les campagnes. Je suis frappé par l’attachement profond des ruraux à leurs collectivités. Mais aussi par la perception parfois floue, tantôt embellie, tantôt assombrie, qu’ils ont des réalités locales. Attachement profond, car les ruraux valorisent leur image par rapport à celle des citadins. Ils vantent leur qualité de vie, le climat social dans leurs villages, en attribuant souvent ces atouts à l’existence de collectivités de proximité. On se félicite de connaître tout le monde localement en dénonçant l’anonymat des relations dans les
9
villes. On souligne le climat de solidarité qui règne dans les villages. On stigmatise la violence des zones urbaines. Bref, le rural est souvent vécu comme un îlot encore en partie préservé, au sein d’un monde de plus en plus injuste et violent. Mais ces avis sont parfois mêlés de contradictions. La défense des services publics, notamment l’éducation et la santé, est plébiscitée comme forme de lutte contre les inégalités territoriales générées par le libéralisme. Dans le même temps, les ruraux prêtent parfois une oreille complai-sante à ceux qui souhaitent le transfert d’une partie de l’activité du secteur public au secteur privé. Ils critiquent parfois les élus pour leur manque d’écoute ; mais ils hésitent à parler de l’évolution des relations de ceux-ci avec la population, marquées par l’irruption des collectifs citoyens dans la vie politique du monde rural. On entend enfin souvent des critiques virulentes contre les différents niveaux de collectivités. Les communautés de communes sont parfois suspectées de soutirer l’argent des communes sans leur apporter grand-chose. Les départe-ments et régions sont accusés d’augmenter les impôts sans grande efficacité. On dit que les départements, les régions et l’État n’ont plus d’argent et qu’il devient de plus en plus difficile de financer des projets intéressants. L’État est accusé de mettre en œuvre une politique fiscale profondément injuste et d’accorder des dotations qui ne compensent pas les activités décentralisées. On déclare même parfois que l’Europe constitue un carcan bureau-cratique inutile. Un climat délétère s’installe alors, associé à un discours populiste hostile aux élus et dangereux pour la démocratie. La relation du monde rural à ses collectivités est un sujet complexe. Chacun, selon son bord politique, s’en
10