Les Bobos

-

Français
95 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Le fameux bourgeois-Bohème dont on a vu apparaître une définition il y a une dizaine d'années, est aujourd'hui au sommet de sa gloire. Archétype contemporain agaçant et attachant à la fois, il n'est pas à une absurdité près. Il mange local mais voyage lointain, il s'habille vintage mais cher, il milite pour davantage de mixité sociale mais met ses enfants à l'école Decroly...

Via ses tics et travers, ce sont toutes les contradictions du monde moderne qui se dessinent.

Les chroniques bobos de Myriam Leroy en proposent un abécédaire plein de fiel et de tendresse : les thématiques abordées autour du bobo sont : ses fringues, ses cheveux, son alimentation, son rapport aux réseaux sociaux, au boulot, aux vacances, à la littérature, à la photographie, au cinéma, à la musique, à la téléphonie, à la fête, à la spiritualité, au sport, à la politique, à l'amour... Bref, le BA-ba du bobo.

Préface d'Olivier Monssens et dessins de Nicolas Vadot.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 2
EAN13 9782507050979
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0037€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème

Les bobosMMyyrriiaamm LLeerrooyyRReennaaiissssaannccee dduu LLiivvrreeAAvveennuuee dduu CChhââtteeaauu JJaaccoo,, 11 –– 11441100 WWaatteerrlloooowwwwww..rreennaaiissssaanncceedduulliivvrree..bbeecouverture: Aplanosphoto de la quatrième de couverture :Courtesy Jonas Hamers/imageglobeillustrations : Nicolas Vadotmise en pages: cw designédition : Ariane Coqueletimprimerie: HAYEZ, BRUXELLES (BELGIQUE)isbn papier: 978-2-507-05077-1isbn digital: 978-2-507-05097-9dépôt légal: D/2012/12.763/42Droits de traduction et de reproduction réservés pour tous pays.TToouuttee rreepprroodduuccttiioonn,, mmêêmmee ppaarrttiieellllee,, ddee cceett oouuvvrraaggee eesstt ssttrriicctteemmeenntt iinntteerrddiittee..myriam leroy
l e s
B O B O S
La révolution sans effort#
#
%
%
P r é f a c e
UUnn jjoouurr ll’’AAmméérriiccaaiinn DDaavviidd BBrrooookkss,, aauuttrree ssppéécciiaalliissttee èèss BBoobbooss,, rreennccoonnttrreerraa llaa BBeellggee MMyyrriiaamm
Leroy et, ensemble, ils écriront un spectacle dont le succès planétaire détrônera au box-o ccee
Les monologues du vagin et Les Misérables réunis.
À n’en pas douter, Brooks, chroniqueur au New York Times et auteur du fameux Bobos IInn
Paradise : The New Upper Class and How They Got There, la première bible américaine sur llee
ssuujjeett ppaarruuee eenn 22000000,, aapppprreennddrraa bbiieenn ddeess cchhoosseess àà llaa lleeccttuurree ddee ccee pprréécciieeuuxx BBoobbooss,, llaa rréévvoolluuttiioonn
sans e ort que vous tenez entre les mains. Il pourra y inhaler, toucher, pétrir même le pendanntt
européen, roots, à la fois authentique et exotique (tout ce que le bobo adore) de ses « nouveauuxx
alter-yuppies » à lui – pour qui un bon dentifrice ne doit pas tuer les germes, juste leur demandeerr
de partir…
AAuupprrèèss ddee MMyyrriiaamm eett ddee sseess fifinneess oobbsseerrvvaattiioonnss ddiiggnneess dd’’uunn CCllaauuddee LLéévvii--SSttrraauussss ccooaacchhéé ppaarr
Valérie Lemercier, il s’ouvrira enfin aux correspondants « vieux continent », « anti-impérialismee
américain » et « garde tes pétrodollars chez toi » de ceux dont il popularisa la définition ddee
bourgeois bohemians (en franglais dans le texte) au tout début du troisième millénaire.
UUnnee eexxpprreessssiioonn ddoonntt iill nnee ffuutt ppoouurrttaanntt ppaass ll’’iinnvveenntteeuurr,, ll’’ééccrriivvaaiinn eett ppeeiinnttrree bbrriittaannnniiqquuee
WWyynnddhhaamm LLeewwiiss aayyaanntt ddééjjàà ppaarrlléé ddee bboouurrggeeooiiss bboohheemmiiaannss ddaannss ssoonn rroommaann TTaarrrr ssoorrttii eenn 11991188,, eett
dont on devrait la première apparition à Guy de Maupassant dans Bel ami : « Ce fut elle alors quuii
lui serra la main très fort, très longtemps ; et il se sentit remué par cet aveu silencieux, repris d’uunn
brusque béguin pour cette petite bourgeoise bohème et bon enfant, qui l’aimait vraiment,
peuutt-être ». Une phrase que Maupassant aurait très bien pu écrire au sortir d’un rendez-vous, au trèèss
ssaaiinntt--ggiillllooiiss PPootteemmkkiinnee bbiieenn ssûûrr,, aavveecc MMyyrriiaamm LLeerrooyy……
« To be or not to be bobo », là est souvent la question. Comme l’avoua un jour Bertrand Burgallaatt
dans mon émission On n’est pas rentré sur La Première – où j’ai eu le bonheur de voir naître leess
bobos de Myriam (je précise que nous n’étions nullement nus et à quatre patte lors ddee
l’accouchement, guettant avec impatience la tombée du placenta à lyophiliser d’urgencee,,
pprraattiiqquuee ppoouurrttaanntt ppooiinnttééee ppaarr ll’’aauutteeuurree)) –– ccoommmmee ll’’aavvoouuaa BBuurrggaallaatt,, ddoonncc :: «« JJee nniiee êêttrree bboobboo,, cc’’eesstt
donc que j’en suis un ! ». Peut-être, mais l’inverse en revanche n’est pas forcément vrai : on peuutt
être consciemment bobo, la chose n’étant nullement une infirmité honteuse et largemenntt
préférable, à vrai dire, au fait d’être pauvre et polluant. Dans le cas contraire, j’aurais d’ailleurrss
bien du souci à me faire, ayant bien souvent soupçonné mademoiselle Leroy de m’avoir tracéé,,
pisté, suivi et collé dans son herbier social, preuve de la finesse de ses observationnss
eetthhnnoollooggiiqquueess..
Entre moult souvenirs identificatoires, cette pensée qui m’avait traversé l’esprit le jour où, dannss
l’émission, Myriam abordait la problématique « Bobos et alimentation » avec cette voix pour quuii
la modulation de fréquence (soyons vintage !) semble avoir été inventée et qui s’avère pour llee
gingembre (et ses vertus diverses) une humiliation. Alors qu’elle y expliquait que « dans llaa
mmeessuurree dduu ppoossssiibbllee,, llee bboobboo ooppttee ppoouurr ddeess cciirrccuuiittss ccoouurrttss eett lleess pprroodduucctteeuurrss llooccaauuxx eenn iinnttééggrraanntt
un Groupe d’Achat Solidaire de l’Agriculture Paysane » , je me rappelai soudain que ma femmee
était précisément de permanence à son GASAP cet après-midi-là, pour distribuer aux membreess
de son association locavore les légumes de Karel… à l’aide d’une vieille et si durable balance àà
poids ayant appartenu à une grand-mère qui, elle, ne rêvait que de progrès électronique. Je nnee
pouvais dès lors pas trop traîner à Reyers après l’antenne afin de libérer notre nounou, une damee
cchhaalleeuurreeuussee qquuee nnoouuss aavvoonnss bbiieenn éévviiddeemmmmeenntt cchhooiissiiee mmooyyeenn--oorriieennttaallee aafifinn dd’’oouuvvrriirr nnooss eennffaannttss
au monde, faire naître en eux des désirs d’altérité et éduquer leurs palais aux saveurs lointaineess
et équitables… Bref, une accumulation de stéréotypes qui m’oLrait ipso facto un rôle titre dannsscette saga.
Vous l’avez compris, que vous cherchiez à vous révéler à vous-même, que vous soyez à l’aLûûtt
dd’’uunnee ââmmee sseeccoouurraabbllee ppoouurr aaLLrroonntteerr uunn ccoommiinngg oouutt ssoocciiaalleemmeenntt ddoouulloouurreeuuxx oouu qquuee,, nn’’éépprroouuvvaanntt
qquuee mméépprriiss ppoouurr cceettttee ppooppuullaattiioonn rrééggrreessssiivvee,, vvoouuss ssooyyeezz ddaavvaannttaaggee ttoouurrnnéé vveerrss llaa ddééllaattiioonn,, ccee
livre est fait pour vous – et pour tous vos proches en pareille situation !
J’oubliais : merci Myriam pour ces savoureux moments (passés et présents) partagés suurr
antenne. Et si un jour tu te décidais à adopter Esteban, n’hésite pas à voir en moi un parraiinn
bbiieennvveeiillllaanntt eett ssoouucciieeuuxx ddee ssoonn ddéévveellooppppeemmeenntt ppeerrssoonnnneell,, qquuaanndd bbiieenn mmêêmmee iill rreejjeetttteerraaiitt sseess
racines bourgeois bohémiennes pour devenir DRH de crise chez Monsanto.
Olivier Monssens
Journaliste et réalisateur ; présentateur de l’émission On n’est pas rentré sur La Première/ RTBFF..A v a nt - p r o p o s
VVoouuss vvoouuss ddeemmaannddeezz ppeeuutt--êêttrree :: «« PPoouurrqquuooii ddoonncc ss’’iinnttéérreesssseerr aauuxx bboobbooss ?? »» EEhh bbiieenn,, jjee vvoouuss
dirais d’abord que si vous posez cette question, c’est que vous n’avez rien compris à la révolutioonn
en marche. Ensuite, j’attirerais votre attention sur le fait que le fameux bourgeois-bohème donntt
on a vu apparaître une définition il y a une dizaine d’années, est aujourd’hui au sommet de ssaa
gloire.
JJ’’aajjoouutteerraaiiss qquuee,, cc’’eesstt uunn ppuurr pprroodduuiitt ddee nnoottrree tteemmppss,, uunn rréévvééllaatteeuurr ddee tteennddaanncceess,, eett qquu’’iill aa bbeeaauu
agacer, il est admiré quoi qu’on en dise. Il est donc de bon ton de le connaître, de l’apprivoiser eett
parfois, de s’en inspirer. Voire de le critiquer. Surtout si on est soi-même bobo.
Ces billets constituent donc une sorte d’abécédaire du monde moderne.