Les chercheurs et l

Les chercheurs et l'innovation

-

Livres
432 pages

Description

Le modèle "colbertiste" de transfert de l'innovation qui a marqué l'histoire de l'Inra imprègne encore l'esprit des hommes et des institutions. Pourtant, le contexte social, économique et scientifique s'est profondément modifié. Les missions, les partenaires, les objets de la recherche agronomique ont changé. Les sentiers de l'innovation, restés divers malgré le poids du modèle dominant, se sont adaptés. Les chercheurs et leurs partenaires ont évolué dans leur pratique de l'innovation, comme en témoignent les 12 études de cas présentées dans cet ouvrage (création d'hybrides d'endive - relance du fromage de Beaufort - création de l'Orylag - automatisation du "démontage" des carcasses de bovins - sexage des embryons de bovins - automatisation de la fromagerie - sélection de la brebis Lacaune pour la production de Roquefort - création d'hybrides de colza - maîtrise de la fertilisation azotée - lutte contre la pyrale du maïs - rationalisation de l'alimentation des ruminants - modernisation de la filière oenologique). Cette étude des pratiques de l'innovation à l'Inra intéressera tous ceux qui s'interrogent sur le rôle de la science dans l'évolution de la société contemporaine.


Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 janvier 1998
Nombre de visites sur la page 95
EAN13 9782759204625
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
couverture
 
Les chercheurs
et l'innovation
Regards sur les pratiques de l'INRA
par l'INRA et l'Ecole des Mines de Paris

Editions Quae

www.quae.com

Les chercheurs et l'innovation

Regards sur les pratiques de l'INRA

La modernisation de l'agriculture française fut l'une des grandes causes de l'après-guerre. Créé en 1946, l'INRA joua un rôle décisif dans la dynamique qui, en quelques décennies, fit de la France la deuxième puissance agricole du monde.

Coopérant étroitement avec la Recherche pour la mise au point des innovations techniques, la profession agricole, puissamment organisée, favorisait leur diffusion et leur adoption dans les campagnes. Les pouvoirs publics apportaient leur soutien financier, facilitaient la conclusion d'accords de partenariat avec les industriels et mettaient en place les cadres réglementaires adaptés.

Ce modèle "colbertiste" imprègne encore l'esprit des hommes et des institutions. Pourtant, le contexte social, économique et scientifique s'est profondément transformé. Les missions, les partenaires, les objets de la recherche agronomique ont changé. Les sentiers de l'innovation, restés divers malgré le poids du modèle dominant, se sont adaptés. Les chercheurs et leurs partenaires ont innové jusque dans leur pratique de l'innovation.

A travers douze études de cas, c'est cette diversité que l'INRA a voulu placer sous le double éclairage de la sociologie de l'innovation et de la recherche en gestion, donnant ainsi à voir la recherche scientifique à l'œuvre dans la transformation de la société.

INRA/ Ecole des Mines de Paris

Table des matières
Présentation des douze exemples retenus
1. La création d'hybrides d'endive
Historique et description du projet
Résultats et impacts
Intérêt pour l'étude du processus d'innovation
2. La relance du fromage de Beaufort
Historique et description du projet
Résultats et impacts
Intérêt du projet pour l'étude du processus d'innovation
3. La création de l'Orylag
Historique et description du projet
Résultats et impacts
Intérêt du projet
4. L'automatisation du "démontage" des carcasses de bovins
Historique et description du projet
Résultats et impacts
Intérêt du projet pour l'étude du processus d'innovation
5. Le sexage des embryons de bovins
Historique et description du projet
Résultats et impacts
Intérêt du projet pour l'étude du processus d'innovation
6. L'automatisation de la fromagerie de La Roche-sur-Foron
Historique et description du projet
Résultats et impacts
Création de micro-fromageries à Poligny
Recherche sur les capteurs à Grignon
Intérêt du projet pour l'étude du processus d'innovation
7. La sélection de la brebis Lacaune pour la production de Roquefort
Historique et description du projet
Résultats et impacts
Intérêt du projet pour l'étude du processus d'innovation
8. La création d'hybrides de colza
Historique et description du projet
Résultats et impacts
Intérêt du projet pour l'étude du processus d'innovation
9. La méthode Jubil pour la maîtrise de la fertilisation azotée
Historique et description du projet
Résultats et impacts
Intérêt du projet pour l'étude du processus d'innovation
10. Les méthodes de lutte contre la pyrale du maïs
Historique et description du projet
Résultats et impacts
Intérêt pour l'étude du processus d'innovation
11. La rationalisation de l'alimentation des ruminants
Historique et description du projet
Résultats et impacts
Intérêt du projet pour l'étude du processus d'innovation
12. Des innovations technologiques dans la filière œnologique
Historique et description du projet
Innovations de procédés
Innovations de produits
Le partenariat
Résultats et impacts
Intérêt du projet pour l'étude du processus d'innovation
Le choix des cas
La création d'hybrides d'endive
Préface(s)
1. Introduction
1.1. Méthode
1.2. Périodisation
1.3. Quelques éléments sur la production de l'endive
2. A qui les droits d'auteur ?
2.1. Première rencontre formelle
2.2. Obtention ou coobtention ?
3. Zoom, l'endive hybride "INRA"
3.1. L'apparition de l'endive à l'INRA
3.2. Recherche pour la sélection, sélection pour la recherche...
3.3. Mise en place progressive d'une salle de forçage
Du bain-marie à l'air chauffé
Cultiver sans terre de couverture
Vers une véritable salle de production
3.4. De l'autofécondation à la création d'hybrides
3.5. Zoom : maillon entre culture traditionnelle et culture moderne
3.6. Re-lier la recherche à la profession et aux marchés escomptés
3.7. Les hybrides d'endive – aléas techniques et monopole
4. L'endive hybride et les professionnels
4.1. Fin des années 60 : des syndicats en situation d'urgence
Le coût de la main d'œuvre
La solution du forçage
La solution de l'endive hybride homogène
4.2. Une construction parallèle de la normalisation Européenne
5. Conclusion
5.1. Les intermédiaires
5.2. Les débats d'attribution
La relance du fromage de Beaufort
1. La réussite
2. Une histoire déjà écrite
3. L'intervention de l'INRA
4. De 1965 à la fin des années 70
4.1. La qualité bactériologique du lait
4.2. La machine à traire
4.3. La technologie de fabrication du Beaufort
4.4. Les autres actions de l'INRA dans les années 70
4.5. L'extension territoriale des recherches dans les années 80
5. Bilan
5.1. Construire les acteurs
5.2. Concevoir une action globale
5.3. Repérer les promoteurs ou anticiper les situations où agir ?
6. Conclusion : peut-on refaire le Beaufort ailleurs ?
La création de l'Orylag
1. Introduction
2. Jalons pour l'histoire de l'Orylag
2.1. Préliminaires
2.2. Nouvelles alliances
3. Un marché construit localement
3.1. Le circuit court
3.2. Le marché et les chercheurs
3.3. Le passage du laboratoire à l'élevage
3.4. Du contrôle des produits et de l'organisation du groupe
3.5. De l'extension du collectif
3.6. Un impossible verrouillage
3.7. L'INRA dans le groupe moteur
3.8. Tenir le produit
3.9. Les risques de la chaîne courte
4. L'Orylag dans l'INRA
4.1. Une marginalité limitée
4.2. Des productions scientifiques
4.3. La place de la recherche aujourd'hui
4.4. Des difficultés d'une logique de valorisation
5. Conclusion : Un succès avéré, une filière fragile
L'automatisation du "démontage" des carcasses de bovins
1. Un projet paradoxal ?
1.1. La situation du projet : un engagement long et un avenir incertain
1.2. Toutes les conditions du succès rassemblées
Une phase initiale organisée
L'implication précoce de futurs utilisateurs
La constitution d'une équipe pluri-compétences
Une PME "leader" et un double label industriel (Euréka – ANVAR)
1.3. Le retournement de situation ou l'accumulation de multiples facteurs complémentaires
2. La trajectoire du projet : principaux jalons
2.1. La préhistoire : de "bonnes" raisons pour automatiser la filière viande
2.2. La première phase (1981-1986)
Un dispositif "de novo"
Trois résultats majeurs
La faisabilité démontrée
2.3. Première période de transition (1986-87) : l'intervention de la Direction Générale de l'INRA
2.4. Première démonstration (1988-1990)
Les acteurs de la démonstration
Deux résultats majeurs
2.5. Seconde période de transition (1990-1992) : du désos sage à chaud à la découpe des carcasses réfrigérées
2.6. Démonstration n°2 (1992-1994) : le programme "grosse coupe"
La mise au point des éléments avec les "partenaires" et une phase d'expérimentation entièrement conduites par l'équipe INRA
Une méthode industrialisable
2.7. Les à-côtés du programme "grosse coupe" ou la préparation des suites
2.8. Le projet ABCD
Les relations entre les trois partenaires
Une nouvelle machine comme première étape
Du démarrage fulgurant des activités à leur arrêt (provisoire ?)
3. Retour sur les causes avancées des incertitudes actuelles et enseignements pour l'implication de l'INRA dans des projets d'innovation
3.1. La défaillance prévisible d'un industriel démarché
Les évolutions de SD
Le projet en perspective
De quelques enseignements pour l'INRA
3.2. Protection et contractualisation
Un système sans brevets
Un contrat sans garde-fou
3.3. Industriels utilisateurs et interprofession
L'interprofession comme porte-parole des industriels utilisateurs ?
Des utilisateurs pilotes "incités"
3.4. Le projet et ses anticipations
Un démonstrateur qui suppose un bouleversement radical des abattoirs
Les "industriels" et le choix de la "grosse coupe"
Une nouvelle machine pour opérer le bouclage ?
3.5. A propos de l'ambiguïté des démonstrations
3.6. Les enjeux associés aux structures de financement
"Il faut de la viande"
"On a perdu 4 ans"
"Des réunions formelles"
"On a profité d'une opportunité"
L'effet des interventions publiques : "on a été dessaisis" puis "neutralisés"
3.7. Organisation du projet et équipe INRA
Un choix majeur : internaliser les compétences
L'équipe et le projet : de l'intégration au transfert
Quels projets à l'INRA ?
4. Conclusion : sur les formes d'engagement de l'institution
Le sexage des embryons de bovins
1. Introduction
2. Le sexage des embryons de bovins : programme ou projet ?
2.1. Un modèle de recherche incrémentale
On n'arrête pas le progrès
Instituer le projet dans la durée et la confiance
2.2. Un modèle de valorisation ponctuelle
Un pari technologique
Un pari sur le marché
2.3. "Cryptorecherche" : une certaine conception du travail des chercheurs
Une première piste abandonnée : le caryotype
Une deuxième piste prometteuse : la sonde moléculaire
Une solution miraculeuse : la PCR
3. Entre recherche et valorisation : les rôles de l'INRA
3.1. La valorisation : un engagement commun
3.2. L'INRA et les chercheurs sont sur tous les fronts
Préparer l'utilisation de la sonde à grande échelle
Faire du marketing industriel
Contrer la concurrence
3.3. Les économies de la sonde : des questions de cadrage
Une économie de la chaîne de la reproduction bovine
Une économie de l'embryon sexé transplanté
4. La fin du sexage : échec commercial et confiance retrouvée
4.1. De l'usure à la rupture : le droit comme seul fil à la patte
4.2. Reprogrammer le sexage
5. Conclusion
L'automatisation de la fromagerie de la Roche-sur-Foron
1. Un projet séduisant, soutenu par la direction de l'INRA
1.1. L'automatisation : un sujet en vogue
1.2. Un travail d'intéressement auprès de la Direction générale
2. Une définition des choix techniques trop peu collective
2.1. Le choix de la taille du pilote
2.2. Le choix du site de La Roche-sur-Foron
2.3. La démarche d'automatisation
3. La position de la hiérarchie intermédiaire
3.1. La DIAA devenue promoteur du projet
3.2. De l'encadrement à la responsabilité
4. Les difficultés de la coordination
4.1. Un montage complexe
4.2. La coordination par les contrats
4.3. Les difficultés d'un projet qui s'est trop rapidement isolé
5. Des leçons et des impacts contrastés
5.1. Un projet difficile à évaluer
5.2. Une évaluation à l'aune de critères industriels
5.3. D'autres résultats plus diffus ou passés inaperçus
5.4. Un rebond en matière de recherche sur les capteurs
6. Conclusion
Synthèse
1. Définition de deux modèles
1.1. La définition du marché
1.2. La relation aux partenaires
1.3. Contrats, marques et brevets
2. Cinq caractéristiques de l'innovation à l'INRA
2.1. Le rapport au temps
2.2. Une définition de l'innovation
2.3. La force des partenariats
De l'articulation avec les partenaires extérieurs
De la visibilité de l'action de l'INRA
De l'évaluation des partenaires externes
Des contrats
2.4. Profil de chercheur et carrière scientifique
Des hommes-orchestres
Innovation et gestion des carrières scientifiques
2.5. Rapport local / central
Seconde partie - Le regard du Centre de gestion scientifique Vers de nouveaux principes de couplage entre science et innovation
Démarche
L'innovation à l'INRA : une question à reconstruire
Changer l'échelle de l'analyse
Quel regard retenir ? Une approche de l'innovation dans les organisations
Les matériaux de la recherche : six histoires d'innovation
La sélection de la brebis Lacaune pour la production de Roquefort
1. L'évolution des recherches sur les brebis laitières
2. Un contexte favorable à la coopération
La cohésion de l'interprofession de Roquefort
Le rôle intégrateur du laboratoire de génétique animale de Toulouse
Deux partenaires en situation de quasi-monopole
3. La construction d'un réseau de relations privilégiées
La continuité des acteurs et la force des relations interpersonnelles
Le profil du chercheur-entrepreneur
Les mécanismes d'auto-renforcement
4. Les risques que fait peser la dégradation du contexte socio-économique sur l'avenir de la recherche
Les risques liés à la surproduction
L'effet Lacaune sur les autres régions de production
5. Conclusion
La création d'hybrides de colza
1. Les fulgurants succès de la sélection génétique
2. L'obtention de la stérilité par fusion de cellules
3. La création effective d'un hybride
4. Les grandes caractéristiques de l'innovation
Une chaîne entrepreneuriale complexe
La continuité des relations et des acteurs
La force des relations interpersonnelles
Le profil de chercheur-entrepreneur
Des conditions socio-économiques initiales favorables à la coopération
La pertinence à long terme du choix stratégique de l'hybridation
Une stratégie d'exploration
Le cercle vertueux de l'innovation et de la recherche
5. Les retombées socio-économiques de l'innovation
6. Quel avenir pour la recherche génétique sur le colza ?
La méthode Jubil pour la maîtrise de la fertilisation azotée
1. Naissance de la méthode
1.1. Le précédent de la méthode du bilan
1.2. Vers la piste de l'indicateur nitrate
1.3. Une thèse réussie et prometteuse : invention de la méthode Jubil
2. D'une thèse réussie à un produit vendable... mais par qui ?
2.1. Les tests de validation
2.2. La création d'un produit : la mallette JUBIL
3. Découverte des vrais clients et des vrais usages
3.1. La clientèle du marché du conseil
3.2. Motivations et pratiques réelles des agriculteurs
3.3. Adapter le produit aux clients et aux usages
4. Un univers concurrentiel quel engagement de l'INRA ?
4.1. Concurrence de la méthode Ramsès
4.2. La confrontation des deux méthodes
4.3. Des doutes sur Jubil au sein de l'INRA ?
5. Un succès pour qui ? Pour quelle stratégie ?
5.1. La réduction de la pollution
5.2. Rentabilité par les effets d'image en protection de l'environnement
5.3. Une stratégie globale azote et environnement à l'INRA ?
5.4. Un département Agronomie "entrepreneurial" ?
6. Synthèse et pistes de réflexion
Les méthodes de lutte contre la pyrale du maïs
1. La lutte "intégrée" contre la pyrale
2. Les pistes abandonnées
2.1. Le maïs tolérant
2.2. La bactérie Bt
2.3. Le maïs transgénique
3. Le Beauveria
3.1. Une PME partenaire de longue durée de l'INRA
L'axe stratégique de la lutte biologique
Le marché du Beauveria
3.2. La phase de préindustrialisation avec l'INRA
Le cahier des charges initial
Les résultats obtenus
3.3. Le difficile passage à l'industrialisation
3.4. Brevets et homologations
4. Le trichogramme
4.1. Le partenariat avec l'UNCAA
Historique – Intérêt pour l'UNCAA
Les limites du marché du trichogramme, la diversification
4.2. Vingt ans de recherches et de mises au point
Des origines à l'optimisation de la stratégie
Problèmes de production et d'utilisation
Pistes d'amélioration et extensions
Faire une carrière de chercheur sur le trichogramme ?
5. Pistes de réflexion
La rationalisation de l'alimentation des ruminants
1. Les étapes de la recherche et ses résultats
1.1. Des unités pour exprimer la valeur des aliments et les besoins des animaux
L'énergie nette
L'azote
L'ingestibilité
1.2. L'équipe de recherche et sa méthodologie
2. L'impact des recherches de l'INRA
2.1. La chaîne des relations depuis l'INRA jusqu'à l'éleveur
2.2. La diffusion des recherches de l'INRA
Le cas des logiciels
2.3. Les retombées socio-économiques des recherches
3. Conclusion
3.1. En quête d'un nouveau modèle de la recherche
3.2. De la recherche à l'innovation : l'enjeu des normes et des logiciels
Des innovations dans la filière œnologique
1. La variété des recherches dans le domaine œnologique à l'INRA
1.1. L'organisation de la recherche : une logique de filière
1.2. Principales caractéristiques des recherches récentes
Des projets ciblés, de courte durée, développés en coopération avec des partenaires variés
Des recherches techniquement très pointues, plutôt orientées vers le procès de vinification pour l'amélioration de la qualité du vin
Une médiatisation par les individus plutôt que par l'institution
Des connexions fortes avec d'autres filières
Des retombées parfois plus importantes à l'étranger qu 'en France
Peu de liens et de continuité entre tous ces projets
2. Une innovation emblématique : l'électrodialyse
3. La perception de l'IPV par les partenaires professionnels
4. Une organisation de la recherche dictée par l'éclatement de la filière ?
4.1. Une multitude de prescripteurs locaux
4.2. Des liens de concurrence et de coopération
4.3. Une organisation de la recherche dictée par les préoccupations des professionnels
Synthèse
1. Les spécificités de l'innovation à l'INRA
1.1. Quelle place pour l'innovation ? Un langage pour en parler
1.2. Les grands ordres socio-économiques de l'agro-alimentaire
1.3. Les logiques d'innovation : idées anciennes, procédés nouveaux
1.4. La durée des processus d'innovation
1.5. Les stratégies de partenariat
1.6. La complémentarité des connaissances nécessaires
2. Esquisse d'un modèle idéal-typique
2.1. La polarisation par les ordres socio-économiques : légitimité et cahier des charges
2.2. Des innovations qui émergent localement
3. Science et innovation : processus fédératifs et processus ségrégatifs
3.1. Le processus scientifique : fédérer des communautés en évolution
3.2. Le processus d'innovation : ségrégation et socialisation
3.3. Quels couplages entre science et innovation ? La remise en cause du modèle colbertien
4. Quelle mutation des appareils gestionnaires ?
4.1. Les actions incitatives programmées : l'innovation peut-elle être descendante ?
4.2. Proposition d'une approche intégratrice de l'innovation : la notion de "Champ d'innovations coordonnées"
4.3. Un contenu opératoire pour la notion de "champ d'innovations coordonnées"
Annexes Le groupe de travail "Impact" de l'INRA Le Centre de sociologie de l'innovation Le Centre de gestion scientifique
Le groupe de travail "Impact" de l'INRA
Animateur
Membres
Le Centre de sociologie de l'innovation (CSI)
Les auteurs
Le Centre de gestion scientifique (CGS)
Les auteurs

Avant-propos

Paul Vialle,

Directeur général de l'INRA

Par lettre du 13 juillet 1995, G. Paillotin, Président du Conseil d'administration de l'Institut National de la Recherche Agronomique (INRA) et B. Chevassus-au-Louis, Directeur général, créaient au sein de l'Institut un groupe de travail bientôt désigné sous le nom de "Groupe Impact". La mission qu'ils lui confiaient s'inscrivait dans un objectif général d'amélioration du dispositif d'évaluation des recherches de l'INRA. Il s'agissait plus particulièrement de renforcer, au sein de ce dispositif, la capacité d'appréciation de la pertinence des choix opérés et, donc, d'aborder la question de l'évaluation stratégique.

Pour y contribuer, la lettre de mission désignait au groupe de travail plusieurs axes de réflexion, soulignant en particulier :

  • le besoin de développer des approches permettant de mieux évaluer les impacts socio-économiques des recherches conduites par l'INRA et de mieux cerner la façon dont se fait le retour de l'investissement immatériel que constitue la recherche ;

  • le souhait de disposer non seulement d'éléments quantitatifs d'appréciation, mais aussi d'éclairages plus qualitatifs sur le fonctionnement de la recherche agronomique dans son contexte socio-économique, d'où la nécessité de s'appuyer, plutôt que sur des "indicateurs" a priori, sur des "descripteurs", éléments objectifs d'appréciation de la diversité de nos activités et métiers ;

  • l'intérêt enfin, de mieux analyser le cheminement de l'innovation à l'INRA pour comprendre, dans leur diversité, les mécanismes qui conduisent avec succès vers l'innovation. Sur ce point précis, la lettre de commande identifiait la méthode à suivre : les études de cas. Il était donc demandé au groupe de sélectionner et d'analyser en détail un certain nombre d'exemples précis d'innovations réussies par l'INRA ou au contraire d'échecs jugés significatifs.

Une enquête approfondie sur les pratiques des chercheurs et de l'institution INRA en matière d'innovation a donc été entreprise. Ce sont uniquement les résultats de cette enquête qui sont présentés ici. Ils ont en effet semblé suffisamment riches et originaux pour mériter d'être soumis à la réflexion du lecteur et mis en débat, non seulement à l'intérieur de l'INRA, mais également à l'extérieur, dans les réseaux qui unissent l'Institut à ses multiples partenaires de l'administration, de la recherche, de l'enseignement ou du monde socio-économique, mais aussi dans tous les lieux où l'on s'interroge sur le rôle de la science dans la société contemporaine.