//img.uscri.be/pth/65233e7800c4698762cb3c83029b8962de81f58e
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 3,49 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB - MOBI

sans DRM

Les Grands Événemens de la France - Prévus et dévoilés par un sage espagnol, dès l'an 1813

De
90 pages

TRANSPORTONS-NOUS sur-le-champ, aimable Jules, dans cette heureuse contrée où je vis pour la première et la dernière fois le sage Espagnol. Ce souvenir m’attendrit. Je sens que mon pauvre coeur ne pourra se le rappeler sans verser quelques larmes. Mais qu’importe, il faut que je t’écrive cette petite circonstance de mon voyage. Me voici sur la route de Bayonne et d’Espagne avec notre cher S.... Trois jours viennent de s’écouler depuis que nous avons quitté notre ville de B.

Fruit d’une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.


Voir plus Voir moins
À propos deCollection XIX
Collection XIX est liothèque nationaleéditée par BnF-Partenariats, filiale de la Bib de France. Fruit d’une sélection réalisée au sein des prestigi eux fonds de la BnF, Collection XIXsiques et moins a pour ambition de faire découvrir des textes clas classiques de la littérature, mais aussi des livres d’histoire, récits de voyage, portraits et mémoires ou livres pour la jeunesse…
Édités dans la meilleure qualité possible, eu égard au caractère patrimonial de ces e fonds publiés au XIX , les ebooks deCollection XIX sont proposés dans le format ePub3 pour rendre ces ouvrages accessibles au plus grand nombre, sur tous les supports de lecture.
Jean-Justin-Aristippe Demonvel
Les Grands Événemens de la France
Prévus et dévoilés par un sage espagnol, dès l'an 1813
PRÉFACE
IL ne faut pas croire que tout ce que nous avançons dans cet ouvrage soit invention : il est certain que l’année dernière j’ai fait un voyag e aux Basses-Pyrénées ; qu’en m’approchant vers le midi, entre le Mont-de-Marsan et Ortez, petite ville qui n’est pas très-loin de Bayonne, je me suis arrêté dans un gra nd village que les habitans nomment Saint-Sever. Il est de même vrai que je me suis promené le long d’un fleuve qui coule au pied d’une grande hauteur, eu avant de laquelle se trouve bâti ce village ; que je me suis extasié à la belle vue, aux charmans sites que m’offraient cette heureuse contrée ; que j’y vis un berger, et conversai pour ainsi dire avec un capitaine d’un grade supérieur. Sans assurer précisément tout ce que j’avance par la bouche de moncolonel-pâtre,ce qu’il me dit a donc quelque chose du caractère de la vérité. Les regrets que j’ai en donnant cette brochure, c’e st de n’avoir pas eu le temps de l’écrire avec tout le soin que mérite la première p roduction que l’on offre au Public. J’aurais encore beaucoup à dire : sur le peu que j’ avance. Comme j’ose croire que ce n’est pas à la répétition d’un verbe ou d’un que re latif qui peuvent vous échapper dans le feu d’une composition trop précipitée qu’on doiv e précisément attacher le grand talent, et que d’ailleurs ces taches, qui ne seraie nt pas excusables en tout autre motif que celui-là, n’empêcheront jamais de bien voir ce que peut un écrivain, et quels sont ses senti-mens, c’est donc avec confiance que je me détermine promptement à donner ces réflexions au Public. Puisse-t-il les vo ir avec le même intérêt que je porte à lui devenir un jour utile ! Si les vœux que je fais depuis long-temps pour son bonheur et celui de tous les hommes en général s’accompliss ent, il est sûr qu’il peut commencer à se réjouir, voir devant soi une perspec tive bien différente de celle qu’il pouvait espérer sous le règne de Buonaparte, et com pter déjà sur la plus douce félicité, le plus grand charme d’une vie heureuse, et des jouissances et des plaisirs sans fin.
QUELQUES MOTS A MON AMI,
POUR SERVIR D’INTRODUCTION
ENFIN il est arrivé, cher Jules, ce moment heureux o ù je puis t’écrire ce que tu me demandes avec tant d’impatience !... Joie, bonheur, plaisir à toute la France !... Le sacré sang des Louis va pourtant rentrer dans ses d roits, et prendre possession d’un trône qu’il occupa sans cesse avec tant de justice et d’aménité... Quel beau jour ! Qu’il est heureux pour les coeurs sensibles qui connaissa ient tout le prix de ce que nous avions perdu ! France, réjouis-toi ! Harpe sainte d e David, communique à tous les cœurs français l’allégresse de tes chants ! Le nuag e épais qui nous couvrait depuis un si long terme s’est enfin dissipé. Plus de chaînes pour l’empire des Clovis !... Oiseaux de ces aimables contrées, poissons de ces profonds étangs, animaux de chaque espèce ; toi, superbe coursier, toi, pacifique agne au, vous tous encore qui reçûtes le souffle de vie, et vous aussi qui ne le reçûtes pas , êtres inanimés, soleil, aimable compagne de la nuit, étoile du matin, ruisseaux lim pides, sombres forêts, verts feuillages, rians zéphyrs, réjouissez-vous. Déjà je ne vous connais plus. Comme la France, vous allez sans doute en votre genre éprouv er mille changemens nouveaux. Qu’ai-je dit ? vous l’avez déjà fait ; déjà vous me paraissez tout autres... Mais que fais-j e moi-même, aimable Jules ? Où vient de m’égarer l ’excès de ma joie ? Ah ! revenons. Oui, mon bon ami, oui le moment est arrivé, et ce n ’est qu’à présent l’époque à laquelle je devais t’écrire la conversation que j’e us avec cet Espagnol sur les rians côteaux de Saint-Sever. Oh ! il est impossible de s e rappeler l’entretien de ce sage, sans admiration. Quelle surprise en effet lorsque j e vois se réaliser pour ainsi dire tout ce qu’il m’à dit ! Si j’étais habitant du Canada, d e la Floride ou plutôt des rives du Meschacebé, pourrais-je douter que ce ne fût autre chose que le Saint-Esprit des antiques forêts de ces contrées qui m’aurait parlé par la bouche d’un mortel. « O grand Esprit, ce ne peut être que toi qui m’entretint par l’organe de ce sage étranger. Tu m’annonçais la chûte prématurée de Napoléon, le rét ablissèment des Louis sur le trône de France. Eh ! peut-être que tu m’as encore plus dit ; peut- être qu’un jour se réaliseront les sages paroles que tu me communiquas sur ce qui pourrait faire le véritable bonheur des hommes, et les réunir tous so us la même bannière des lois sacrées de la plus sainte des religions. Qu’il sera it beau sans doute de voir l’univers soumis au même culte et n’adorant qu’un même Dieu ! Nous n’avons qu’une religion, me dis-tu, qui puisse être la seule vraie, la seule sans erreur, et c’est celle qui nous assure, si nous en suivons véritablement l’esprit, une félicité sans fin pendant le court voyage de notre vie, et même après notre mort. Mais tu ne voulais pas que ce fût le prix du sang : c’est par la douceur du long règne q ue quelques sages princes feraient goûter à leurs peuples qu’on y parviendrait avec fa cilité. Oh ! que me dis-tu, grand génie ? les princes dont tu me parlas, l’univers le s a trouvés ; il les possède dans son sein. Ils ont, au-delà du mérite et des qualités qu e tu leur désires ; étroitement liés, ils sont unis avec toutes les Puissances : ils pourraie nt donc commencer ce grand ouvrage en rétablissant le règne des Louis. O Saint -Esprit de ces antiques forêts, Alexandre et les Puissances coalisées ne veulent qu e la paix et la tranquillité de tout le genre humain ; eux donc pourront remplir tes vœu x. Dispose les hommes qui n’y voient pas, comme je suis certain que leurs cœurs s ’y trouvent disposés ».