Les pratiques en maison d

Les pratiques en maison d'hébergement pour femmes victimes de violence conjugale

-

Français
202 pages

Description

C’est au milieu des années 197O que des Québécoises, décidées à sortir le phénomène de la sphère privée, ont mis sur pied les premières maisons d’hébergement pour femmes victimes de violence conjugale. Levant le voile sur la violence des hommes à l’endroit des femmes dans les couples, problème longtemps compris comme étant d’ordre familial, elles ont développé des ressources permettant d’accueillir celles qui désiraient se soustraire à l’emprise de leur agresseur. Les maisons d’hébergement se sont ainsi imposées comme l’une des plus importantes réponses du mouvement féministe à cette problématique, au Québec et ailleurs.
Le présent ouvrage trace l’évolution, sur une période de 40 ans, des pratiques dans les maisons d’hébergement pour femmes victimes de violence conjugale au Québec. Articulé autour des valeurs qui sont au cœur de ces ressources, il comporte à la fois une dimension historique alimentée par des rencontres avec des pionnières et de multiples allers-retours entre la théorie et la pratique. Rédigé dans une perspective féministe, ce livre s’adresse à un public varié : chercheur.e.s, praticien.ne.s et étudiant.e.s qui s’intéressent de près ou de loin à l’intervention en maison d’hébergement.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 25 avril 2018
Nombre de lectures 0
EAN13 9782760549197
Licence : Tous droits réservés
Langue Français
Poids de l'ouvrage 10 Mo

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
FONDÉE PAR HENRI DORVIL(UQAM) ETROBERT MAYER(UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL)
L’analyse des problèmes sociaux est encore aujourd’hui au cœur de la formation de plusieurs disciplines en sciences humaines, notamment en sociologie et en travail social. Les milieux francophones ont manifesté depuis quelques années un intérêt croissant pour l’analyse des problèmes sociaux, qui présentent maintenant des visages variables compte tenu des mutations des valeurs, des transformations du rôle de l’État, de la précarité de l’emploi et du phénomène de mondialisation. Partant, il devenait impératif de rendre compte, dans une perspective résolument multidisciplinaire, des nouvelles approches théoriques et méthodologiques dans l’analyse des problèmes sociaux ainsi que des diverses modalités d’intervention de l’action sociale, de l’action législative et de l’action institutionnelle à l’égard de ces problèmes. La collectionProblèmes sociaux et interventions sociales veut précisément témoigner de ce renouveau en permettant la diffusion de travaux sur divers problèmes sociaux. Pour ce faire, elle vise un large public comprenant tant les étudiants, les formateurs et les intervenants que les responsables administratifs et politiques. Cette collection était à l’origine codirigée par Robert Mayer, professeur émérite de l’Université de Montréal, qui a signé et cosigné de nombreux ouvrages témoignant de son intérêt pour la recherche et la pratique en intervention sociale.
DIRECTEUR HENRI DORVIL, PH. D. École de Travail social, Université du Québec à Montréal
CODIRECTRICE GUYLAINE RACINE, PH. D. École de Service social, Université de Montréal
Les pratiques en maison d’hébergement pour femmes victimes de violence conjugale
Presses de l’Université du Québec Le Delta I, 2875, boulevard Laurier, bureau 450, Québec (Québec) G1V 2M2 Téléphone:418 657-4399Télécopieur:418 657-2096 Courriel:puq@puq.caInternet:www.puq.ca
Diffusion/Distribution: CANADAPrologue inc., 1650, boulevard Lionel-Bertrand, Boisbriand (Québec) J7H 1N7 Tél.: 450 434-0306/1 800 363-2864 FRANCESofédis, 11, rue Soufflot, 75005 Paris, France – Tél.: 01 5310 25 25 ET BELGIQUESodis, 128, avenue du Maréchal de Lattre de Tassigny, 77403 Lagny, France – Tél.: 01 60 07 82 99 SUISSEServidis SA, Chemin des Chalets 7, 1279 Chavannes-de-Bogis, Suisse – Tél.: 022 960.95.32
Diffusion/Distribution (ouvrages anglophones):  Independent Publishers Group, 814 N. Franklin Street, Chicago, IL 60610 – Tel.: (800) 888-4741
La Loi sur le droit d’auteur interdit la reproduction des œuvres sans autorisation des titulaires de droits. Or, la photocopie non autorisée – le «photocopillage» – s’est généralisée, provoquant une baisse des ventes de livres et compromettant la rédaction et la production de nouveaux ouvrages par des professionnels. L’objet du logo apparaissant ci-contre est d’alerter le lecteur sur la menace que représente pour l’avenir de l’écrit le développement massif du «photocopillage».
Les pratiques en maison d’hébergement pour femmes victimes de violence conjugale
40 ans d’histoire
Isabelle Côté
Préface de L’équipe de la Maison Unies-Vers-Femmes
Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives nationales du Québec et Bibliothèque et Archives Canada
Côté, Isabelle, 1983-, auteur Les pratiques en maison d’hébergement pour femmes victimes de violence conjugale: 40 ans d’histoire/Isabelle Côté.
(Problèmes sociaux et interventions sociales; 90)
Présenté à l’origine comme thèse (de doctorat–Université de Montréal), 2017 sous le titre: L’évolution des pratiques en maison d’hébergement pour femmes victimes de violence conjugale au Québec.
Comprend des références bibliographiques. Publié en formats imprimé(s) et électronique(s).
ISBN 978-2-7605-4917-3 ISBN 978-2-7605-4918-0 (PDF) ISBN 978-2-7605-4919-7 (EPUB)
1. Maisons d’hébergement pour femmes – Québec (Province) – Histoire. 2. Femmes victimes de violence – Services – Québec (Province) – Histoire. I. Titre. II. Collection: Collection Problèmes sociaux & interventions sociales; 90.
HV1448.C32Q8 2018b
Révision Geneviève Cloutier
Correction d’épreuves François Mireault
Conception graphique Julie Rivard
Mise en page Interscript
362.82’9209714
e Dépôt légal: 2 trimestre 2018 › Bibliothèque et Archives nationales du Québec › Bibliothèque et Archives Canada
C2018-940363-2 C2018-940364-0
)2018 – Presses de l’Université du Québec Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
Imprimé au Canada D4917-1 [01]
La rédaction de l’histoire des pratiques dans les maisons d’hébergement pour femmes victimes de violence conjugale au Québec est un projet qui me tient à cœur et elle constitue un legs que je souhaite offrir au mouvement des femmes québécois. Je me dois toutefois de souligner, avec toute l’humilité du monde, que cette histoire n’est pas la mienne. Elle est celle de citoyennes avant-gardistes et audacieuses qui ont décidé de sortir la violence conjugale de la sphère privée au milieu des années 1970, d’intervenantes qui travaillent dans ces ressources au quotidien malgré les difficultés et les embûches, mais surtout, de femmes et d’enfants qui fréquentent ces ressources dans l’espoir d’une vie meilleure.
C’est grâce à l’apport de nombreuses personnes qui ont participé de près ou de loin au projet de recherche qui en est à l’origine que cet ouvrage a vu le jour. Je souhaite ainsi offrir mes plus sincères remerciements aux professeures et professeurs Hélène Albert, Christine Corbeil, Marie-Marthe Cousineau, Francine Descarries, Simon Lapierre et Catherine Richardson pour leurs commentaires judicieux. Merci également à celles qui ont contribué au recrutement de participantes: Nancy Gough, Danielle Leblanc, Manon Monastesse, Diane Prud’homme, Louise Riendeau, et Sandra Trottier. Un merci tout spécial à toutes les participantes que je ne peux nommer pour des raisons de confidentialité.
Ma chère mentore Dominique Damant, une femme exceptionnelle et inspirante, mérite mes remerciements les plus chaleureux. Dominique, je ne trouve pas les mots pour te démontrer ma reconnaissance pour ton appui et ton soutien à travers les analyses théoriques, épistémologiques et méthodologiques nécessaires à une étude de cette envergure. Merci d’avoir cru en ce projet dès ses balbutiements, et merci pour ton investissement continu. Comme toutes les réflexions soulevées au cœur de ce livre sont teintées des tiennes, je considère que cet ouvrage est le nôtre.
Lorsqu’on entame une aventure de la sorte, la présence de certaines personnes dans notre vie nous apporte l’équilibre requis pour passer à travers les longs moments de solitude nécessaires à la réflexion et à la rédaction. C’est ce que m’ont apporté mes amies et collègues, mes frères Maxime et Jean-François, ma chère tante Souze, ma filleule Lauralie, mais surtout mon conjoint Mike. Je me sens privilégiée d’être entourée de personnes si spéciales qui ont su, à leur manière, m’encourager et m’appuyer dans ce projet.
Enfin, je me dois de mettre en lumière la contribution remarquable de l’équipe de la Maison Unies-Vers-Femmes de Gatineau. C’est en effet grâce à son soutien financier que ce livre a vu le jour. Les intervenantesmilitantes-féministes de cette maison d’hébergement située dans la région de l’Outaouais ont cru au projet et ont généreusement offert de financer le manuscrit dans son entièreté. Ce geste témoigne de leur générosité et de leur
dévouement à la cause, mais surtout, du besoin auquel ce livre souhaite répondre. Merci à cette équipe extraordinaire!
Les intervenantes-militantes-féministes de la Maison Unies-Vers-Femmes
La Maison Unies-Vers-Femmes est une maison d’aide et d’hébergement pour les femmes et leurs enfants vivant une situation de violence conjugale. Elle représente aussi une équipe de travail constituée exclusivement de femmes qui militent chaque jour pour la reconnaissance et la défense des droits de ces femmes et de ces enfants. Nous sommes intervenantes, certes, mais aussi militantes et féministes, et nous travaillons avec et pour les femmes et les enfants afin qu’elles et ils retrouvent le pouvoir sur leurs vies.
L’ouvrage qui suit représente pour nous un merveilleux cadeau puisqu’il met en lumière l’histoire si importante et inspirante des maisons d’hébergement au Québec. Il souligne l’importance de ces ressources, mais aussi et surtout le travail continu des femmes qui se sont levées et soutenues entre elles pour offrir un milieu sécuritaire et du soutien aux femmes vivant une situation de violence inacceptable, à une époque où l’État ne reconnaissait même pas cette problématique. Ce livre permettra de laisser une trace de l’histoire des pratiques des maisons d’hébergement au Québec, mettant du même coup en lumière le quotidien des intervenantes qui y travaillent avec un grand dévouement. Pour qu’on se souvienne surtout des pionnières des maisons, et pour qu’on déconstruise les préjugés qui existent au sujet de ces ressources primordiales pour la sécurité des femmes et des enfants.
Il allait de soi pour nous de collaborer et d’investir dans cet ouvrage et dans le projet d’Isabelle, une femme inspirante et une alliée de taille qui sait brillamment défendre les droits des femmes et des enfants victimes de violence conjugale par son savoir issu de son expérience et de ses recherches, et par son solide discours. Comme citoyennes et citoyens, nous avons toutes et tous un rôle à jouer dans la lutte pour l’élimination de toutes les formes de violence exercées à l’égard des femmes et des enfants. Pour que l’égalité et la nonviolence puissent être réelles et pour que les droits de toutes les femmes et de tous les enfants soient reconnus et respectés, nous devons nous positionner et nous allier collectivement, socialement et politiquement. Enfin, il est essentiel de comprendre ce que veut réellement dire être féministe, et pourquoi nous le sommes. Parce que c’est le plus beau cadeau qu’on puisse s’offrir comme femme: la liberté d’être, tout simplement. Nous espérons en terminant que ce livre saura en inspirer plusieurs et que dans ce sens, chacune et chacun d’entre nous tendra la main aux femmes et aux enfants qui vivent une situation de violence conjugale, et ce, dans le plus grand respect de leurs droits.