Les salons de massage chinois : enquête sur un nouveau rapport au corps

-

Livres
114 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Sur la base d'une enquête de terrain réalisée avec deux collaborateurs, ce livre tente de présenter sans a priori la manière dont les salons de massage chinois, par leur pratique même, redéfinissent en France le rapport entre massage thérapeutique, massage de bien-être et sexualité. Ce travail apporte ainsi des éléments factuels utiles à la réflexion et au débat sur les formes légitimes de la sexualité et du plaisir masculins.
Au-delà du caractère souvent trop schématique des polémiques sur les nouvelles formes de prostitution, il pose la question du nouveau rapport au corps que ces héritages du taoïsme classique peuvent engendrer sous nos latitudes.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 janvier 2015
Nombre de visites sur la page 9
EAN13 9782849244210
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0098 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Les salons de massage chinois
Enquête sur un nouveau rapport au corps
Collection « Traces »
Dans la même collection :
Vice Magazine,P. .S Kadri & G. Renouard Novembre est bleu, Professeur : confessions d’une anorexique,Adeline Lizuré Musique métal et satanisme,Jean-Michel Lemonnier Les tubes des années 1980,Christophe Colera Jardins secrets d’une call-girl,Cora Galli & Thérèse Massa Je suis un Pachtoune d’Afghanistan,Lisa Vitturi & Nouri Khan Zazaï Éloge de la liberté sexuelle, Frédéric Delorca Les oliviers de Palestine, Jacqueline Bellino Le principal du Secondaire, François Perdir Autopsie d’un exil algérien, Zalia Sékaï Incursion en classes lettrées, Christophe Colera/Frédéric Delorca Cadres Academy, Daniel Hammer La guerre d’Espagne vue de Barcelone, José Colera Sarajevo aujourd’hui, Aurélie Carbillet Le monde ignoré des testeurs de médicaments, Michelle Julien La maison du sérail, Djalila Dechache Germaine Loisy-Lafaille ou la vie d’une comédienne,Maggy De Coster Confessions d’un pigiste, Julien Jouanneau Confessions d’un intermittent du spectacle, Henri Cachia
© Éditions du Cygne, Paris, 2015
www.editionsducygne.com ISBN : 978-2-84924-421-0
Christophe Colera
Les salons de massage chinois
Enquête sur un nouveau rapport au corps
Éditions du Cygne
Du même auteur
Les tubes des années 1980, Éditions du Cygne, 2013.
Dialogue sur les aléas de l’histoire,tout aurait pu se passer autrement,L’Harmattan 2010.
Les services juridiques administratifs, L’Harmattan, 2009.
La nudité, pratiques et significations, Éditions du Cygne, 2008.
Individualité et subjectivité chez Nietzsche, L’Harmattan, 2004.
Une communauté dans un contexte de guerre : la «diaspora» serbe en Occident, L’Harmattan, 2003 (dir).
Beaucoup de nos villages [annamites] ont un nom qui signifie la paix, et la sérénité. Nous avons un proverbe qui dit : « Si tu recules d’un pas, c’est un pas de gagné ».
Léon Werth, Cochinchine
Introduction
Les salons de massage chinois (souvent présentés comme le « bas de gamme » du massage, par rapport aux massages des instituts de beauté, ou même des massages thaïs) connaissent une expansion sensible en Europe occidentale sous l’influence de l’arrivée de migrants en provenance de Chine. Inspirés des tech-niques du tui-na (pressions le long des méridiens, circulation des énergies suivant les principes du taoïsme), ils apportent une nouvelle forme de rapport au corps mêlant des techniques de bien-être voire de thérapies traditionnelles chinoises à des gestes qui relèveraient plutôt, du point de vue des classifications occidentales, de la prostitution classique. Ce mélange atypique de médecine et d’érotisme peut difficilement faire l’objet d’une étude extérieure objecti-vante pour plusieurs raisons. La première est qu’il s’agit d’une activité tolérée mais située aux limites de la légalité dans beaucoup de pays où elle s’exerce. La deuxième est qu’elle met à contribution des acteurs (les masseuses) qui ne parlent qu’un français sommaire, limité aux strictes nécessités de l’exercice de leur profession, et qui nourrissent souvent une grande méfiance à l’égard de toute forme d’interrogatoire, même sociologique. En outre, comme tout ce qui touche au domaine des sensa-
7
tions, il n’est pas évident que les « clients » soient eux non plus à même de verbaliser les expériences qu’ils vivent sur les tables des masseuses. Dans le cadre de mes recherches en anthropologie et sociologie du corps, il m’est apparu cependant utile de ne pas laisser les sciences sociales à l’écart de ce phénomène visiblement en pleine expansion en milieu urbain. Pour les raisons que je viens d’évoquer, et notamment vu le caractère « assez moyennement licite » de l’activité décrite, je ne pourrai pas détailler exactement les conditions de mon enquête, livrer l’identité de mes informateurs, dire comment tel ou tel détail m’a été livré. Je me bornerai à signaler que tout ce qui concerne la séance de massage « vue de l’inté-rieur » m’a été livré par deux informateurs de sexe masculin, de mon âge (que nous nommerons A et B), familiers des problématiques des sciences sociales (ce qui m’a permis d’orienter leur investigation à distance). Ils ont exploré une douzaine de salons des beaux quar-tiers parisiens en 2010-2011, puis ont mené quelques autres investigations à Paris et en province en 2013-2014 et m’ont livré, au fil de leurs découvertes, des récits écrits ou oraux détaillés sur lesquels se fonde le présent livre. Je précise qu’il ne s’agit pas d’une enquête journalis-tique sur les réseaux qui peuvent exister à l’arrière plan de ces salons, mais plutôt d’une étude anthropologique sur l’expérience sensorielle qu’implique pour les clients la fréquentation de ces salons, et les formes de subjecti-vation ou de désubjectivation de l’individu dans ce cadre.
8