Les séparations

Les séparations

-

Livres
232 pages

Description

 
Les séparations, entre attraction et perte, séduction et renoncement, scandent le rythme de la présence et de l’absence, tout au long de la vie, dans ses passages, ses aléas et ses désordres, dans ses rencontres et ses miracles. Entraînées par la masse d’affects tristes, nostalgiques voire mélancoliques, figées par l’angoisse de l’éloignement et de la mort, les séparations risquent d’être essentiellement saisies dans le halo du désespoir ou du traumatisme.
Ce serait oublier la détermination constructive, indispensable à tous les processus de différenciation : qu’ils se déclinent entre dedans et dehors, réalité psychique et réalité matérielle, moi et autre, masculin et féminin, ils trouvent dans l’expérience de séparation et dans les représentations  qu’elle se donne, un support fondamental riche de toutes les potentialités de changement.
Les auteurs explorent les multiples voies qui s’offrent à nous pour aborder la question des séparations, qu’elles relèvent d’une catastrophe ou qu’elles assurent une victoire.
Mise en vente le 26 septembre 2013.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 17 août 2017
Nombre de visites sur la page 3
EAN13 9782749238869
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Sous la direction de
Catherine Chabert
Les séparations
Victoires et catastrophes
Copyright
© ERES, Toulouse, 2013
ISBN papier : 9782749238852 ISBN numérique : 9782749238869
Composition numérique : 2017
http://www.edition-eres.com
Cette œuvre est protégée par le droit d’auteur et strictement réservée à l’usage privé du client. Toute reproduction ou diffusion au profit de tiers, à titre gratuit ou onéreux, de tout ou partie de cette œuvre est st rictement interdite et constitue une contrefaçon prévue par les articles L 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. L’éditeur se réserve l e droit de poursuivre toute atteinte à ses droits de propriété intellectuelle d evant les juridictions civiles ou pénales.
Présentation
Les séparations, entre attraction et perte, séducti on et renoncem ent, scandent le rythm e de la présence et de l’absence, tout au l ong de la vie, dans ses passages, ses aléas et ses désordres, dans ses renc ontres et ses m iracles. Entraînées par la m asse d’affects tristes, nostalgi ques voire m élancoliques, figées par l’angoisse de l’éloignem ent et de la m or t, les séparations risquent d’être essentiellem ent saisies dans le halo du dése spoir ou du traum atism e. Ce serait oublier la déterm ination constructive, in dispensable à tous les processus de différenciation : qu’ils se déclinent entre dedans et dehors, réalité psychique et réalité m atérielle, m oi et aut re, m asculin et fém inin, ils trouvent dans l’expérience de séparation et dans le s représentations qu’elle se donne, un support fondam ental riche de toutes les p otentialités de changem ent.
T a b l e
Introduction(Catherine Chabert)
d e s
m a t i è r e s
Perdre, abandonner, se trouver(Catherine Chabert)
Consubstantialité de l’angoisse et de la séparation
Angoisse et perte
De la mélancolie à la projection
Douleurs de la séparation
Le complexe d’Œdipe : se séparer, encore
L’antique terre natale : nostalgie, inquiétante étrangeté et dialectique fusion/séparation(Sylvain Missonnier)
Fantasmes originaires
Se différencier et se séparer
Continuités, discontinuités... de la difficulté à établir des liens psychiques (Alberto Konicheckis)
Les séparations
Continuité-discontinuité
Séparer pour mieux soigner : le travail du psychanalyste en institution spécialisée(Aline Cohen de Lara)
Dépendances sexuelles. Le zapping relationnel(Vincent Estellon)
Transfert et séparations(Jacques André)
La séparation à la lettre(Paul Denis)
Un effet de la séparation : l’idéalisation et la négation de l’ambivalence
La situation de séparation
Le travail de la séparation
Ravages de la séparation chez Marguerite Duras(Isée Bernateau)
Séparation, temporalité et créativité à l’adolescence(Catherine Azoulay)
Adolescence : se séparer de quoi, de qui ?(Michèle Emmanuelli)
De désunion en abandon : séparations inéluctables, séparations impossibles à l’épreuve du vieillissement(Benoît Verdon)
La séparation et la dialectique présence/abscence(René Roussillon)
L’expérience de la séparation et la conflictualité qui lui est associée L’expérience de solitude en présence de l’autre
Chorégraphie de la rencontre
Conclusion
Introduction
[*] Catherine Chabert
es séparations, entre attraction et perte, séductio n et renoncem ent, L scandent le rythm e de la présence et de l’absence, tout au long de la vie, dans ses passages, ses aléas et ses désordres, dans ses rencontres et ses m iracles. L’em encem ents xpérience de séparation s’ancre aux com s’arrim ee t à leurs destins : pas de début sans, à l’horizon, l ’om bre de la finitude. Entraînées par la m asse d’affects tristes, nostalgi ques voire m élancoliques, figées par l’angoisse de l’éloignem ent et de la m or t, les séparations risquent d’être essentiellem ent saisies dans le halo du dése spoir ou du traum atism e. On en oublierait presque la déterm ination constructive , indispensable à tous les processus de différenciation : qu’ils se déclinent entre dedans et dehors, réalité psychique et réalité m atérielle, m oi et aut re, m asculin et fém inin, ils trouvent dans l’expérience de séparation et dans le s représentations qu’elle se donne, un support fondam ental riche de toutes les p otentialités de changem ent.
La sexualité – dont l’étym ologie appelle à la fois « secare, couper-diviser » et « sequi, accom pagner » – ordonne la dynam ique de la vie, en soutenant les m ouvances pulsionnelles dans leurs entrelacem ents l ibidinaux et agressifs. L’am our et la haine, la nécessaire am bivalence qu’i ls déploient, s’organisent chaque fois autour de scènes d’union et de séparati on parce qu’elles condensent, rassem blent ou anim ent le désir et l’in terdit, la satisfaction et l’abandon. La clinique analytique, com m e la m étapsy chologie, dessinent des configurations plurielles et singulières qui en dév oilent les écueils et les conquêtes.
Au cœur du développem ent psychosexuel, aux différen tes périodes de la vie, m ais aussi insistantes dans leurs traductions patho logiques, la séparation occupe une place centrale dans les traitem ents psyc hiques : c’est bien l’alternance de la présence et de l’absence des deu x partenaires de la cure, son action et sa répétition qui en perm ettent la revivi scence dans le cours du transfert.
C’est à un processus de différenciation que la sépa ration consacre ses fonctions : engagée par les écarts entre les désirs et leur satisfaction, elle ordonne d’abord la construction de l’ébauche du m on de interne. La réalisation hallucinatoire du désir perm et au tout-petit d’atte ndre, lorsque la réponse de l’objet n’est pas im m édiatem ent obtenue, et en ce s ens elle établit les bases de
l’illusionbonne,isam m ent qui en assurera le déploiem ère est suff ent. Si la m com m e l’entend Winnicott, cela veut dire qu’elle ne com ble pas systém atiquem ent les brèches, qu’elle engendre une frustration et une tension nécessaires, qui trouveront une autre voie de résol ution par l’objet, à partir des traces de l’expérience. Sans privation, sans la rupture qui lui est inhérente, il n’y a paradoxalem ent pas de potentialité de cont inuité du sentim ent d’exister. L’exem ple de l’excès de présence de la m ère le plus éloquent se découvre dans l’édification d’un faux-self, qui vie nt m ontrer la précarité du m onde interne d’un enfant envahi par les réponses i névitables de sa m ère, colonisé par son systèm e de représentation. Lorsque Winnicott insiste sur les retrouvailles avec l’objet, il sous-entend évidem m e nt que cet objet a été perdu, m êm e transitoirem ent.
En am ont, chez Freud, la perte de l’objet qui autre fois avait apporté une satisfaction réelle, est indispensable pour l’acces sion aux représentations : or, la perte et la séparation sont intrinsèquem ent liée s, originairem ent, dans l’ém ergence des états de détresse où justem ent, l’infanssans ressources, est rendu im puissant par l’im possibilité de recours à u n objet secourable au dehors, m ais tout autant par son absence au-dedans. C’est bien sûr, l’expérience de satisfaction répétée qui inscrira s es traces psychiques, et perm ettra le détour et l’attente m ais tout autant, l’expérience de séparation répétée, elle aussi : pour qu’il y ait retrouvaille s avec l’objet, il faut bien qu’elle soit advenue et adm ise, psychiquem ent.
La m obilisation pulsionnelle, dans son double coura nt libidinal et agressif, est engagée aussi bien dans l’axe narcissique de la con struction psychique que dans l’axe objectal qui s’y associe, inéluctablem en t. Nous savons bien que l’am bivalence pulsionnelle constitue le socle de l’ expérience de séparation et de son élaboration. L’am our et la haine, régulièrem ent convoqués, assurent le renouvellem ent de ces avènem ents dans le cours du d éveloppem ent psychosexuel, pour chaque configuration qui s’y rév èle. Le com plexe d’Œdipe, lui aussi, ne peut s’entendre qu’aux prises de l’am bivalence dont il orchestre les m ouvem ents contradictoires : c’est bien le cour ant libidinal qui porte les désirs, et l’attraction et la passion am oureuse, m a is la confrontation aux interdits, la haine pour le rival, appellent les ca pacités de renoncer, et donc de se séparer. Sans ce recours, les fixations dem euren t et fom entent la répétition com pulsive du m êm e.
Ce sont ces m odalités plurielles de traitem ent de l ’absence, de la perte et de la séparation qu’elles entraînent qui régissent nom bre de dérives psychopathologiques.
Que la dépression, dont on peut penser qu’elle tém o igne toujours, en dernière analyse, de difficultés à se séparer, ou en tout ca s, d’une im possibilité m êm e
transitoireà supporter la séparation, se découvre dans toutes les situations de souffrance psychique, dans toutes les configuration s psychopathologiques, ne devrait plus nous étonner. Mêm e si les m odalités de cette souffrance et de leur am énagem ent diffèrent, il nous faut adm ettre qu’ell es n’en constituent pas m oins, au-delà des diverses form es qu’elle sont sus ceptibles de prendre, un noyau essentiel de la condition hum aine.
Cet ouvrage rassem ble les contributions d’auteurs q ui se sont tous penchés sur cette expérience fondam entale, à partir de situatio ns cliniques originales, pour en dégager les élém ents com m uns et les différe nces, et en analyser les sources et les devenirs, La psychanalyse offre des perspectives cliniques, théoriques et thérapeutiques particulièrem ent perti nentes pour saisir ces problém atiques et leur dynam ique, dans l’articulati on vivante que perm et la clinique du transfert.
Aux différents âges de la vie, dans les traversées de la psychopathologie ou de la littérature, c’est le m êm e m otif qui constitue l ’objet de recherche essentiel, le m êm e questionnem ent qui soutient le propos : les séparations, victoires ou catastrophes ?
Notes du chapitre
[*]Catherine Chabert, professeur de psychologie clinique et de psychopathologie à l’université Paris-Descartes, Sorbonne Paris Cité LPCP (EA 4056), psychanalyste, membre de l’APF.