Les tabous sexuels transgressés : viol en temps de guerre

Les tabous sexuels transgressés : viol en temps de guerre

-

Livres
151 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Se remettre de la souffrance du viol nécessite une mobilisation des ressources à l'intérieur et autour de soi. Certaines conditions, comme la remise en question de soi, la culpabilité et la honte, y font souvent obstacle. Ce livre analyse cette implication des tabous sexuels sur l'image de soi et de l'autre après le(s) viol(s). Les propos des victimes et thérapeutes éclairent la réflexion sur le rôle du tabou sexuel dans la perception de soi et la perception sociale des victimes. Un essai de modélisation thérapeutique qui tient compte du contexte socioculturel des victimes est proposé.

Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 15 août 2017
Nombre de lectures 0
EAN13 9782336795379
Langue Français
Signaler un abus
Collection « Études africaines » dirigée par Denis Pryen et son équipe Forte de plus de mille titres publiés à ce jour, la collection « Études africaines » fait peau neuve. Elle présentera toujours les essais gén éraux qui ont fait son succès, mais se déclinera désormais également par séries thémati ques : droit, économie, politique, sociologie, etc. Dernières parutions Edwige AOUĀDIO,Du fosterage à l’adoption plénière. L’adoption des enfants de la pouponnière d’Adjamé (Abidjan, Côte d’Ivoire),2017. Patrice MOUNDZĀ,Le quotidien des artères urbaines du Congo, 2017. Jean-Emery ETOUGHE-EFE,eLes bars populaires de Libreville. Des construits d sociabilités, 2017. Guy MVELLE et Laurent ZĀNG (Dir.),L’Union africaine quinze ans après, Tome 2, 2017. Guy MVELLE et Laurent ZĀNG (Dir.),L’Union africaine quinze ans après, Tome 1, 2017. Joachim Emmanuel GOMĀ-THETHET, Marcel IPĀRI, Raymon d Timothée MĀCAITHĀ, Introduction à l’histoire et aux civilisations des peuples de la Lékoumou (Congo), 2017. Ālhousseini MOULOUL,L’intégration économique et juridique en Afrique, 2017. Martial JEUGUE DOUNGUE,La garantie des droits fondamentaux au Cameroun, 2017. Mamadou Billo BĀRRY,Gouvernance et coopération internationale en éducat ion, Le cas de la Guinée, 2017. Christine THÉODORE,Objets d’initiation. Rencontre avec un chasseur doz o. Échanges d’objets d’initiation et modifications des interactions, 2017. Pierre GIGUÈRE,oit pour l’AfriqueL’accès à l’habitat dans l’Afrique des villes. Un t , 2017. Daniel MULENDĀ LOMENĀ EMĀMBĀ,La gestion de l’intégration des entreprises par la préservation des écosystèmes naturels, 2017.
Buuma M. Maisha Karlijn Demasure Judith Malette Les tabous sexuels transgressés : viol en temps de guerre
© L’Harmattan, 2017 5-7, rue de l’École-Polytechnique, 75005 Paris http://www.editions-harmattan.fr EAN Epub : 978-2-336-79537-9
Dédicace
À la victime qui parle et à celui ou celle qui écou te, croit et agit, notre cause est noble.
Remerciements
Un remerciement tout spécial aux participantes vict imes et participant(e)s thérapeutes dont les récits fondent ce travail et é claireront d’autres travaux à venir. Nous disons aussi merci aux personnes et/ou organis ations qui ont facilité la réalisation de ce travail. Plus spécifiquement, nou s remercions les Dr. François Yumba et Stéphane Joulain ainsi que monsieur Dominic Mulu me pour leur collaboration au cours de l’analyse des données. Un grand merci au p ersonnel de l’hôpital neuropsychiatrique « SOSAME » de Bukavu en RDC qui a accepté que cette recherche se déroule dans ses locaux et auprès de ses bénéfic iaires.
Notes aux lecteurs
Veuillez prendre note de l’utilisation des concepts suivants dans ce travail. Viol et/ou situation de viol : Dans ce travail, les termes situation de viol so nt utilisés alternativement avec le terme viol pour une meilleu re syntaxe ou pour désigner le viol et les circonstances de celui-ci. VictimeNous avons choisi d’utiliser le terme « victime » au lieu de « survivante » : après notre visite sur le terrain en République Dém ocratique du Congo pour la collecte des données. Nous avons entendu les récits poignant s des victimes. Nous avons observé leur précarité physique qui, pour certaines victimes, traduit un manque de nutrition et d’autres nécessités de base. Nous avon s été frappés par le degré très élevé d’atrocité qu’ont souffert les femmes lors du viol, les conditions précaires de vie (liées à la stigmatisation et au rejet social post-viol ains i qu’au manque de système de santé étatique permettant l’accès aux soins médicaux et p sychologiques) dans lesquelles elles endurent la souffrance. Pour ces femmes, la v iolence ne s’arrête pas avec le départ du violeur. Les contextes culturel et social font que le cycle de violence lié au viol continue ; il se transforme à travers le fil d es normes sociales par lesquelles la dignité des victimes est quotidiennement mise en ca use. Au regard de ces observations, nous avons conclu que la victimisatio n des femmes violées à l’Est de la RDC est un cycle qui se poursuit au-delà du moment de viol. Ces femmes sont donc des victimes à répétition. Certes, le mot survivante reconnaît à la personne l a capacité de surmonter la situation traumatique, mais cela devient difficile, comme affirme GUPTA, Rahila lorsqu’il existe des systèmes qui maintiennent la p ersonne dans la souffrance : « [le terme] « survivant » est important car il reconnaît la force des femmes, mais il se concentre sur la capacité individuelle. La notion d e « victime » nous rappelle la 1 mainmise du système ». Participantes victimes/participant(e)s thérapeutes :de distinguer les Afin participantes ayant subi un ou des viols des partic ipant(e)s thérapeutes, nous identifierons le premier groupe comme « les partici pantes victimes » et le deuxième groupe comme « les participant(e)s thérapeutes ». T outefois, lorsque nous rapportons la réflexion émises par les deux types de participa nts, nous utiliserons la formule participant(e)s tout court. Notons que nous utiliso ns le terme participant(e) pour souligner le rôle de collaborateur, et non d’objet de recherche, que nous reconnaissons aux personnes qui ont accepté de nous rencontrer et de répondre aux questionnaires de cette recherche. Papa/maman/sœur/frère : Notons es nomsque, dans les récits des participant(e)s, c ne traduisent pas nécessairement un lien de consang uinité ; ils ne sont pas non plus associés à des communautés religieuses. Ces noms so nt utilisés en signe de respect à l’Est de la République Démocratique du Congo. Msaada/Mwalimu :Pour des raisons de confidentialité et de sécurité , nous identifions