Notice historique sur la vie et les ouvrages de M. J. Duchesne aîné

Notice historique sur la vie et les ouvrages de M. J. Duchesne aîné

-

Livres
20 pages

Description

La vie de M. Duchesne est une grande et belle page de l’histoire de la Bibliothèque impériale. C’est beaucoup, et l’on pourrait se dispenser d’y chercher autre chose, tant les souvenirs de l’homme sont inséparables de l’intérêt qui s’attache à ce grand établissement. M. Duchesne l’aimait, comme les bons moines aimaient autrefois le couvent dans lequel ils avaient fait profession, où ils étaient entrés un jour pour ne plus jamais avoir la pensée d’en sortir.

Fruit d’une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.


Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 15 décembre 2015
Nombre de lectures 0
EAN13 9782346025015
Licence : Tous droits réservés
Langue Français
Signaler un abus
À propos deCollection XIX
Collection XIXest éditée par BnF-Partenariats, filiale de la Bibliothèque nationale de France.
Fruit d’une sélection réalisée au sein des prestigieux fonds de la BnF,Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes class iques et moins classiques de la littérature, mais aussi des livres d’histoire, récits de voyage, portraits et mémoires ou livres pour la jeunesse… Édités dans la meilleure qualité possible, eu égard au caractère patrimonial de ces e fonds publiés au XIX , les ebooks deCollection XIX sont proposés dans le format ePub3 pour rendre ces ouvrages accessibles au plus grand nombre, sur tous les supports de lecture.
Paulin Paris
Notice historique sur la vie et les ouvrages de M. J. Duchesne aîné
Conservateur des estampes de la Bibliothèque impériale
NOTICE SUR M. JEAN DUCHESNE
La vie de M. Duchesne est une grande et belle page de l’histoire de la Bibliothèque impériale. C’est beaucoup, et l’on pourrait se dispenser d’y chercher autre chose, tant les souvenirs de l’homme sont inséparables de l’intérêt qui s’attache à ce grand établissement. M. Duchesne l’aimait, comme les bons moines aimaient autrefois le couvent dans lequel ils avaient fait profession, où ils étaient entrés un jour pour ne plus jamais avoir la pensée d’en sortir. La Bibliothèque, et dans la Bibliothèque le Cabinet des estampes, semblait, pour ainsi dire, le seul point du monde où il respirât parfaitement à l’aise. Il aurait pris son parti des plus grandes privations ; il n’eût pas d’un jour survécu à la perte de ses fonctions, quand même cette perte l ui eût ouvert la perspective d’une pension de retraite proportionnée à l’importance, à la durée de ses services.