Opinion, sondages et démocratie

Opinion, sondages et démocratie

-

Livres
146 pages

Description

L'opinion est le cur battant des démocraties modernes dont les sondages mesurent le pouls en permanence. Leur publication, on le sait, agit puissamment sur les acteurs politiques et les médias, de là les nombreuses polémiques les concernant surtout en périodes électorales !Les sondages servent-ils donc à manipuler l'opinion ? Font-ils l'élection ? Comment et à quelles conditions peuvent-ils être utiles aux citoyens, aux politiques et aux chercheurs ? Telles sont les questions auxquelles Roland Cayrol s'attache à répondre, montrant après une brève histoire des sondages, de leurs évolutions et des techniques du métier de sondeur en quoi ils sont devenus un instrument essentiel de connaissance, voire de liberté dans certains pays.Clair et incisif, cet ouvrage permettra à chacun de mieux comprendre l'utilisation des sondages dans nos sociétés, et les règles éthiques rigoureuses qui doivent accompagner leur usage.« Lauteur est un politologue averti et un excellent pédagogue. Cest clair, agréable et utile. » (La Vie).« Une illustration du métier de sondeur qui, par la richesse de ses informations et la netteté de ses démonstrations, rendra les plus grands services à ceux qui sintéressent à lhistoire, à la technique et aux usages des enquêtes dopinion. » (Le Monde).

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 16 mars 2011
Nombre de lectures 60
EAN13 9782724688399
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Roland Cayrol Opinion, sondages et démocratie
OPINION, SONDAGES ET DÉMOCRATIE
Du même auteur
La Revanche de l’opinion, entretIens avec Pascal Delannoy, ParIs, Jacob-Duvernet, 2006. La Nuit des politiques, ParIs, Hacette-LIttératures, 2006. « Les gens ordInaIres, quI sont-Ils ? », avec AlaIn de VulpIan, dans F. Dupuy (dIr.),À l’écoute des gens ordinaires, Boulogne, L’AmI publIc, 2003. Télévision, politique et élections, dIrIgé avec Arnaud MercIer, ParIs, La DocumentatIon françaIse, 2002. Sondages, mode d’emploi, ParIs, Presses de ScIences Po, 2000. Médias et démocratie,la dérive, ParIs, Presses de ScIences Po, 1997. Le Grand Malentendu.Les Français et la politique, ParIs, SeuIl, 1994. Les Médias, ParIs, PUF, 1991. La Nouvelle Communication politique, ParIs, Larousse, 1986. Portrait d’un président, avec Anne GaIllard, ilm pour FR3, 1985. La Télévision faitelle l’élection ?, avec Jay Blumler et GabrIel hoveron, ParIs, Presses de ScIences Po, 1978. La Presse écrite et audiovisuelle, ParIs, PUF, 1973. Le Député français, avec Jean-Luc ParodI et Colette Ysmal, ParIs, Presses de ScIences Po, 1973 François Mitterrand, ParIs, Presses de ScIences Po, 1967.
Sous le nom de Jean Ducateau Meurtre à l’Élysée II, ParIs, Calmann-Lévy, 1994. Meurtre à TF1, ParIs, Calmann-Lévy, 1988. Meurtre à l’Élysée, ParIs, Calmann-Lévy, 1987.
L A B I B L I O T H È Q U E D U C I T O Y E N
Roland Cayrol
OPINION, SONDAGES ET DÉMOCRATIE
e 2 édition revue et mise à jour
PRESSES DE SCIENCES PO
Catalogage ÉlectreBibliographie (avec le concours de la Bibliothèque de Sciences Po) e Opinion, sondages et démocratie/ Roland Cayrol. – 2 édition revue et mise à jour. – Paris : Presses de Sciences Po, 2011 – (La Bibliothèque du citoyen) ISBN 9782724612073 RAMEAU : Sondages d’opinion  Intentions de vote  Sondages d’opinion : Aspect politique : France : 1990… DEWEY : 303.38 Opinion publique  306.2 Comportements politiques
La loi de 1957 sur la propriété intellectuelle interdit expressément la photocopie à usage collectif sans autorisation des ayants droit (seule la photocopie à usage privé du copiste est autorisée). Nous rappelons donc que toute reproduction, partielle ou totale, du présent ouvrage est interdite sans autorisation de l’éditeur ou du Centre français d’exploitation du droit de copie (CFC, 3, rue Hautefeuille,75006 Paris).
© 2011. PRESSES DE LA FONDATION NATIONALE  DES SCIENCES POLITIQUES
ISBN  version PDF : 9782724683530
En ommage à mes amîs dîsparus, uî ont ouvert a voîe d’une scîence poîtîue sacant utîîser es sondages, Frédérîc Bon, Georges Lavau, Annîck Perceron, Marîe-France Toînet,
et à mes amîs de toujours du Centre de recerces poîtîues de Scîences Po (Cevîpo ), uî ont vîvre a dîscîpîne.
À mes amîs socîoogues de a communîcatîon et de a communauté scîentîiue înternatîonae, avec uî j’aî eu a joîe de partager des jours et des nuîts de recerce, et d’abord à Jay Bumer, Eîu Katz, Dennîs McQuaî, Gabrîe hoveron.
À mes compîces en sondages, et d’abord à Caude Suuet. À tous ceux uî consîdèrent comme împortant ue ’opînîon pubîue exîste, se manîeste et se mesure.Et u’î aut, înassabement et modestement, uî donner es moyens de s’exprîmer, dans une perspectîve de connaîssance scîentîiue et de déveoppement démocratîue.
Introduction
Pour savoir d’où l’on parle
Nu ne peut prévoîr uî gagnera a procaîne éec-tîon présîdentîee, nî es procaînes éectîons égîs-atîves. Les sondages, uî ne sont pas prédîctîs, maîs se bornent à enregîstrer es întentîons du moment, sont îcî înopérants, tout comme es « experts », es journaîstes ou es ommes poîtîues. Un seu pronostîc paraït assuré : es seus vraîs vaîncus de ces soîrées éectoraes seront es sondeurs ! Gagnants et perdants de ces consutatîons seront d’accord pour accaber ceux par uî e vraî scandae arrîvera : es înstîtuts de sondages, uî se seront encore trompés, uî donc nous auront trompés, et ue ’on accusera de tous es maux. En studîo, te dîrîgeant poîtîue émînent – sera-ce e même u’en 1995 ? – inîra sa dîatrîbe contre es sondages, et puîs, ors mîcro, se pencera vers ’au-teur de ces îgnes, pour uî conier à voîx basse : « Ex-cusez-moî, vous me comprenez, je n’aî rîen contre vous, moî je suîs un utîîsateur coniant des sondages, maîs… c’est e jeu, n’est-ce pas ? » Le sondage d’opînîon aît désormaîs partîe de ’envîronnement amîîer de nos démocratîes. On en pubîe beaucoup (trop ?). On es commente à ’envî. On es aîme, on es dénîgre, on se paînt de n’avoîr
8Opinion, sondages et démocratie
jamaîsétésondéMaîsconnaït-onbîeneurunîversde productîon ? Poîtoogue, dîrecteur de recerce assocîé à Scîences Po, j’aî beaucoup utîîsé es sondages dans mes travaux de recerce. Je suîs ensuîte devenu son-deur, en partîcîpant d’abord à a créatîon, en France, de ’înstîtut Louîs-Harrîs, puîs, surtout, depuîs pusîeurs années, en étant parmî es ondateurs, puîs dîrecteur généra, puîs membre du conseî de surveîance de ’înstîtut CSA. Je suîs donc à a oîs producteur et utî-îsateur réguîer de sondages d’opînîon. I m’a sembé utîe, devant e regaîn de crîtîues contre es sondages, de proposer une rélexîon sur es sondages, eur mode d’empoî et eur rôe dans a démocratîe moderne. Le ecteur trouvera îcî a descrîp-tîon d’une tecnîue et du métîer uî ’utîîse – de ma-nîère à bîen cerner de uoî ’on pare –, puîs mes com-mentaîres sur son utîîsatîon dans une socîété comme a nôtre. Passant, îcî ou à, de a descrîptîon au com-mentaîre, je n’ésîteraî pas à utîîser a premîère per-sonne, de manîère à respecter e jugement du ecteur. Je ne caceraî pas, en efet, d’où je pare : je suîs poîtoogue et sondeur, et aussî un cîtoyen éprîs de démocratîe et soucîeux de toujours accroïtre a res-ponsabîîté des acteurs socîaux. Je croîs à ’apport scîentîiue des sondages, et aussî à eur rôe posîtî dans e déveoppement des socîétés démocratîues, sous certaînes condîtîons et magré certaînes dérîves, sur esuees, bîen sûr, je revîendraî. queues unîversîtaîres, sans doute éoîgnés du terraîn, sont convenus d’enseîgner aux étudîants ue e sondage seraît întrînsèuement un înstrument de ’îdéoogîe domînante. Aussî retrouverons-nous, dans e capître 5, e probème des rapports entre sondage et démocratîe dans un pays comme e nôtre. Maîs je voudraîs d’abord, parce ue j’en-rage à ’écoute ou à a ecture des pîîppîues
Pour savoir d’où l’on parle9
obscurantîstes,commencerparrappeerunaîtîn-dénîabe et raconter troîs anecdotes. Le aît est à : e sondage est e produît de a socîété démocratîue, et î a toujours été înterdît dans es ré-gîmes totaîtaîres. Nî ’URSS, cee de Staîne comme cee d’après, nî e Cîî de Pînocet, nî ’Argentîne de Vîdea, nî a Cîne, cee de a grande révoutîon cuturee et cee d’après, nî e Vîetnam, nî Cuba, nî aucun des régîmes despotîues du Tîers Monde ou de ’Est européen, nî Franco nî Saazar n’ont jamaîs to-éré, de près nî de oîn, es sondages d’opînîon. L’opî-nîon pubîue ne pouvaît pas y exîster. Anecdote : j’aî eu ’occasîon d’efectuer pusîeurs voyages, à partîr de 1980, dans e Cîî de Pînocet. J’y aî rencontré des conrères socîoogues – a socîoogîe étaît înterdîte. Pusîeurs d’entre eux avaîent décîdé, avec eurs étudîants, de ancer, candestînement, une actîvîté de sondages. J’aî très modestement, comme d’autres j’îmagîne, servî de consutant bénévoe au-près de certaîns d’entre eux. Is urent pourcassés, surveîés en permanence par a poîce poîtîue, es enuêteurs étaîent pérîodîuement arrêtés. Maîs, petîtàpetît,onaaînsîdonnéunevoîxàopînîonpu-bîue cîîenne uî, paraït-î, n’exîstaît pas… Sous a pressîon înternatîonae, a « dîctature » accepta ue a Démocratîe crétîenne dîsposât d’une radîo, Radîo Cooperatîva. Saît-on ue, pendant des années, a pre-mîère émîssîon matînae (« E computador ») don-naît e résutat d’une uestîon de sondage ? Saît-on ue es Cîîens ont su, caue moîs, pendant es neu dernîères années du régîme, ue auraît été e résutat des éectîons sî ees avaîent îeu îbrement, et ue es pînocetîstes y pesaîent moîns de uatre voîx sur dîx ? Imagîne-t-on e réconort, e soutîen à a conscîence démocratîue, ’apport à a utte pour a îberté ue ces sondages candestîns – conirmés ensuîte dès a transîtîon démocratîue – ont pu représenter ?
10Opinion, sondages et démocratie
Anecdote encore, dans a Roumanîe de Ceaucescu. Saît-on, à encore, ues trésors d’înteîgence des socîoogues pourcassés – je pense à ceux uî sont aors devenus mes amîs, Pave Campeanu et Steana Sterîadeontdéveoppépourdonnerunevoîxàune opînîon pubîue roumaîne uî, ee non pus, « n’exîstaît pas » ? Se servant des enuêtes conduîtes par a téévîsîon, îs ont demandé à des vedettes du pe-tît écran d’aer dans eur vîage – a Roumanîe est un pays de vîages – et de convaîncre des voîsîns de répondre rancement à des enuêteurs, en eur ga-rantîssant ue ce ne seraît pas pour e partî, nî pour ’État. Petît à petît, ’écantîon est devenu représen-tatî. Des documents ronéotés cîrcuaîent dans Buca-rest, donnant es résutats « officîes » et, en regard, es vraîs résutats – avec des écarts de 40 à 60 poînts ! Anecdote pour termîner, dans e Maroc daujourduî.Jeigure,avecueuesamîs,parmîes înîtîateurs du ancement de sondages d’opînîon, en cette pérîode un peu întermînabe de transîtîon démocratîue. Le poncî, à aussî, vouaît ue « ’opî-nîon pubîue marocaîne n’exîstât pas ». Et a voîcî uî s’exprîme en cîfres, à a « une » des maga-zînes. La vîe pubîue n’est pus réduîte aux décîsîons du Paaîs, aux cacus des partîs et aux rumeurs des dïnersenvîe.Lescadresmarocaînspeuvent,dansune grande enuête, dîre tout à a oîs eur satîsac-tîon et eur coniance ace au processus engagé, aînsî ue eur împatîence devant a enteur du rytme des réormes. Certes, on est encore oîn du compte : tous es exempaîres du grand magazîneTel Quel ont été saîsîs à ’împrîmerîe et pîonnés au cours de ’été 2009, parce u’îs contenaîent es résutats d’un grand sondage mené en coaboratîon avec e uotî-dîen rançaîsLe Mondeet aîsant e bîan des dîx pre-mîères années du règne de Moammed VI. Parado-xaement, e sondage étaît exceent pour ’îmage du pouvoîr, maîs uestîon de prîncîpe : on ne mentîonne