//img.uscri.be/pth/4f14f11661d70cab027ffa33ed4226b8c6755367
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,50 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Origine du nom de famille BLOCH

De
2 pages
BLOCH

A l’origine — Bloch est un nom israélite dérivant du mot walah (l’étranger). On le
retrouve fréquemment en Alsace, celle-ci étant l’une des trois seules régions, avec
Bordeaux et le Comtat venaisin, où il était possible à une famille juive de s’établir sous
l’Ancien Régime. Les Bloch sont près de 7 000 en France aujourd’hui. Depuis le XIXème
siècle, les migrations ont fait de Paris l’endroit le plus peuplé en Bloch avec l’Alsace.
De Chardasso à Dassault — Marcel Dassault s’appelait en réalité Marcel Bloch. En
effet, après le Seconde Guerre mondiale, toute la famille Bloch prit le nom d’un des frères
de Marcel Dassault, le général Darius-Paul Bloch : rallié à De Gaulle, il opta dans la
clandestinité pour le nom de “Chardasso”, devenu “Dassault” et adopté par toute la
famille. C’est à son père Adolphe Bloch, que l’on doit la fondation de la compagnie
aérienne Dassault. Son fils Marcel (1892-1986), ingénieur des constructions
aéronautiques, s’intéressa à l’aviation de guerre dès 1916 : il inventa l’hélice qui équipait
le Spad de Guynemer et construisit en 1917 son premier avion de chasse. Avec la
création du ministère de l’Air, il reçut ses premières commandes de prototypes d’avions.
Déporté à Buchenwald lors de la Seconde Guerre mondiale, il reprit son activité à la
victoire puis se tourna peu à peu vers la politique, devenant député des Alpes-Maritimes
(1951-1956) et de l’Oise (1958-1986). Le fils de Marcel Dassault, Serge Dassault, né en
1925, effectua toute sa ...
Voir plus Voir moins
B
LOCH
A l’origine
— Bloch est un nom israélite dérivant du mot walah (l’étranger). On le
retrouve fréquemment en Alsace, celle-ci étant l’une des trois seules régions, avec
Bordeaux et le Comtat venaisin, où il était possible à une famille juive de s’établir sous
l’Ancien Régime. Les Bloch sont près de 7 000 en France aujourd’hui. Depuis le XIXème
siècle, les migrations ont fait de Paris l’endroit le plus peuplé en Bloch avec l’Alsace.
De Chardasso à Dassault —
Marcel Dassault s’appelait en réalité Marcel Bloch. En
effet, après le Seconde Guerre mondiale, toute la famille Bloch prit le nom d’un des frères
de Marcel Dassault, le général Darius-Paul Bloch : rallié à De Gaulle, il opta dans la
clandestinité pour le nom de “Chardasso”, devenu “Dassault” et adopté par toute la
famille. C’est à son père Adolphe Bloch, que l’on doit la fondation de la compagnie
aérienne
Dassault.
Son
fils
Marcel
(1892-1986),
ingénieur
des
constructions
aéronautiques, s’intéressa à l’aviation de guerre dès 1916 : il inventa l’hélice qui équipait
le Spad de Guynemer et construisit en 1917 son premier avion de chasse. Avec la
création du ministère de l’Air, il reçut ses premières commandes de prototypes d’avions.
Déporté à Buchenwald lors de la Seconde Guerre mondiale, il reprit son activité à la
victoire puis se tourna peu à peu vers la politique, devenant député des Alpes-Maritimes
(1951-1956) et de l’Oise (1958-1986). Le fils de Marcel Dassault, Serge Dassault, né en
1925, effectua toute sa carrière au sein du groupe créé par son père ; il fut conseiller
régional d’Ile-de-France et conseiller général de l’Essonne.
Le saviez-vous ? —
Marcel Dassault était le cousin germain du compositeur Darius
Milhaud (1892-1974) : leurs mères respectives Noémie et Sophie Allatini, originaires de
Marseille, étaient sœurs ; cette dernière avait épousé Gabriel Milhaud, père du
compositeur.
Le fondateur de l’Ecole des Annales —
Marc Bloch (1886-1944), historien et fils
d’historien, spécialiste d’histoire médiévale, fonda avec Lucien Febvre une revue, Les
Annales d’histoire économique et sociale, qui influença plusieurs générations de
chercheurs et fut à l’origine du mouvement intitulé l’Ecole des Annales. Marc Bloch fut
nommé en 1936 professeur d’histoire à la Sorbonne. En 1942, il entrait dans la
Résistance. Il mourut en 1944 fusillé par les Allemands. On lui doit de nombreux ouvrages
dont une Apologie pour l’histoire publiée après sa mort en 1952.
Des érudits à foison —
Professeurs, historiens, savants... Les Bloch se tournèrent
souvent vers l’étude, comme : Camille Bloch (1865-1949), professeur d’histoire à la
Sorbonne, inspecteur général des bibliothèques et archives ; le philosophe allemand
Ernst Bloch (1885-1977) ; Gustave Bloch (1848-1923), spécialiste d’histoire romaine,
collaborateur de l’Histoire de France de Lavisse ; Jules Bloch, né en 1880, philologiste
spécialiste des langues indo-européennes ; le physicien américain Félix Bloch (1905-
1983), d’origine suisse ; le biochimiste américain d’origine allemande Konrad Bloch, né en
1912, prix Nobel de médecine pour la biosynthèse du cholestérol ; etc.
La
Seconde
Guerre
mondiale
Nombreux furent les Bloch
qui souffrirent
particulièrement de la Seconde Guerre mondiale. Citons : l’historien Marc Bloch (1886-
1944) (voir paragraphe ci-dessus), fusillé par la Gestapo ; le physicien Eugène Bloch
(1878-1944), mort en déportation ; Pierre Bloch dit Jean Pierre-Bloch, résistant qui
organisa en Dordogne le premier parachutage d’hommes et armes en France ; Pierre
Bloch qui rejoignit Londres en 1942 où il devint le chef du service français de contre-
espionnage...
Les Bloch dans l’histoire —
Citons aussi : François Bloch-Laîné, né en 1912, directeur
du Trésor au ministère des Finances, de la Caisse des dépôts et consignations, puis
président du Crédit Lyonnais ; l’écrivain Jean-Richard Bloch (1884-1947) qui participa à la
création avec Aragon du journal