//img.uscri.be/pth/833ad8abc4453b223be00ff3280b5e8fe5c6c30b
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,50 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Origine du nom de famille COUTAREL

De
2 pages
COUTAREL

A l’origine — Ce nom aurait sans doute désigné une personne portant une cotte, c’est-
à-dire une tunique à grandes manches. Ils sont plus de 1 600 à porter ce nom de famille
aujourd’hui en France, principalement en Lozère.
Evadé avec Jean Zay — Lors de la Seconde Guerre mondiale, Alfred-Roger Coutarel est
entré dans la Résistance dans les Cévennes. Capturé par les ...
Voir plus Voir moins
C
OUTAREL
A l’origine —
Ce nom aurait sans doute désigné une personne portant une cotte, c’est-
à-dire une tunique à grandes manches. Ils sont plus de 1 600 à porter ce nom de famille
aujourd’hui en France, principalement en Lozère.
Evadé avec Jean Zay —
Lors de la Seconde Guerre mondiale, Alfred-Roger Coutarel est
entré dans la Résistance dans les Cévennes. Capturé par les Allemands, il organisa avec
l’homme politique Jean Zay, emprisonné en même temps que lui, une tentative d’évasion
complètement rocambolesque, en utilisant l’affection que la fille du gardien témoignait à
l’un de ses camarades. Il a raconté ses mémoires dans Le parcours d’un résistant des
Cévennes à la Libération, paru en 2004.
Les Coutarel dans l’histoire —
Citons encore : un certain Jean Coutarel, connu à Paris
à la fin du XVIIIème siècle comme peintre en émail ; l’enseignant Olivier Coutarel,
formateur à l’IUFM de Clermont-Ferrand, qui rédige des annales des concours de
mathématiques pour le recrutement des professeurs de lycées professionnels et les élèves
préparant le Capes ; l’accordéoniste de Lorcières Armand Coutarel, qui enregistre des
musiques traditionnelles d’Auvergne ; le conteur et musicien Jean Coutarel, spécialisé
dans le folklore provençal ; Sandrine Coutarel, auteur en 2003 d’une étude sur Le secteur
de l’environnement à Taïwan ; Henri-Joseph, maire de Rocles (Lozère) de 1848 à
1852 ; etc.
Autre nom de même signification :
Coutrel (65, Sarthe)... COUTAUD
A l’origine —
Coutaud rappelle la localisation initiale de la famille : une maison située
dans une côte, sur le versant d’une colline. Les Coutaud sont plus d’un millier aujourd’hui
en France. Leurs trois premiers départements d’implantation sont la Vendée, la Haute-
Vienne et les Deux-Sèvres.
Un touche-à-tout —
Albert Coutaud, né en 1848 à Cinte-Gabelle en Haute-Garonne,
devint docteur en droit en 1876. Il fonda en 1878 une revue, La Voix des écoles, qui ne
parut que quatre fois, puis entama une carrière d’avocat. Il entra alors dans
l’administration
comme conseiller
de préfecture,
puis sous-préfet dans plusieurs
départements et démissionna en 1894. Il devint rédacteur en chef à La démocratie
vendéenne, puis correspondant à Paris de la Vendée républicaine. Il était aussi membre
d’associations philanthropiques et président de la Société protectrice des animaux.
Des décors aux tapisseries —
Lucien Coutaud (1904-1977), né à Meynes dans le
Gard, étudia à l’Ecole des beaux-arts de Nîmes. Dans les années 1920, il commença à
réaliser des décors et des costumes de théâtre. En 1943, il réalisa son chef-d’œuvre avec
les vingt décors et les cinquante costumes du Soulier de Satin. Il dessinait aussi des
tapisseries, à partir de 1933, pour la manufacture d’Aubusson et en livra trois, intitulés
Jardins exotiques, destinées au paquebot France en 1960. Cet artiste aux multiples
talents était avant tout un peintre surréaliste qui laissa des toiles mêlant rêve et réalité,
évoquant le monde de Salvador Dali, avec des corps humains ou animaux composés de
végétaux. Ces œuvres ont été exposées dans le monde entier.
Les Coutaud dans l’histoire —
Citons aussi : Thomas Coutaud, maire de Gaillac (Tarn)
en 1767 et de 1792 à 1795 ; Pierre Coutaud, maire de Tarnac (Corrèze) de 1798 à 1830 ;
le forgeron Jean Coutaud (1889-1970), né à Gentioux dans la Creuse, dont il fut maire
socialiste de 1920 à 1970 ; le professeur d’agronomie Jean Coutaud, né en 1921 à Dinan
dans les Côtes-du-Nord, élu membre du comité central de l’Union des démocrates pour la
Vème république en 1967, réélu en 1971 ; Claude Coutaud, maire de Chavagnes-en-
Paillers (Vendée) en 1995 ; Pierre Coutaud, élu maire de Peyrelevade (Corrèze) en
2001 ; etc.