Origine du nom de famille FRANCESCHI

Origine du nom de famille FRANCESCHI

-

Livres
2 pages

Description

FRANCESCHI

A l’origine — Ce patronyme est un équivalent corse du nom de baptême François. Les
porteurs du nom Franceschi sont près de 2 700 en France. Leurs trois premiers
départements d’implantation sont la Haute-Corse, les Bouches-du-Rhône et le Var.
Courage — Le général Jean-Baptiste Franceschi-Delonne, né en 1767 à Lyon et mort à
Carthagène en 1810, sculpteur de formation, s’engagea comme volontaire en 1792 et
devint alors général de brigade en 1805. Aide de camp du roi Joseph en Espagne en
1808, il se distingua à la tête d’une brigade de cavalerie sous les ordres de Soult, qui lui
confia, en 1809, de rendre compte au roi Joseph des opérations en cours. Situation
périlleuse qui le jeta aux mains des guérillos, dans une prison où il mourut de la fièvre
jaune l’année suivante.
Histoire maritime — Professeur d’histoire moderne à l’université François-Rabelais de
Tours, Michel Vergé-Franceschi est spécialiste d’histoire maritime, auteur de nombreux
ouvrages et dictionnaires sur la marine et ses officiers, ainsi que sur la Corse, pays de ses
ancêtres.
Religion et littérature — Gustave Franceschi, né au Cap-Corse en 1866, se fit
ordonner prêtre dans le diocèse d’Ajaccio en 1911 et partit presque aussitôt pour la
République Argentine en tant que professeur. Il mourut à Buenos Aires en 1917. Il avait
publié El espiritualismo en la literatura francesa contemporanea.
Bras droit de Mitterrand — Né en 1924 à Tunis et mort à Paris en 1988, l’homme
politique Joseph Franceschi ...

Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 10 novembre 2011
Nombre de lectures 511
EAN13 9782820634450
Langue Français
Signaler un abus
F
RANCESCHI
A l’origine —
Ce patronyme est un équivalent corse du nom de baptême François. Les
porteurs du nom Franceschi sont près de 2 700 en France. Leurs trois premiers
départements d’implantation sont la Haute-Corse, les Bouches-du-Rhône et le Var.
Courage —
Le général Jean-Baptiste Franceschi-Delonne, né en 1767 à Lyon et mort à
Carthagène en 1810, sculpteur de formation, s’engagea comme volontaire en 1792 et
devint alors général de brigade en 1805. Aide de camp du roi Joseph en Espagne en
1808, il se distingua à la tête d’une brigade de cavalerie sous les ordres de Soult, qui lui
confia, en 1809, de rendre compte au roi Joseph des opérations en cours. Situation
périlleuse qui le jeta aux mains des guérillos, dans une prison où il mourut de la fièvre
jaune l’année suivante.
Histoire maritime —
Professeur d’histoire moderne à l’université François-Rabelais de
Tours, Michel Vergé-Franceschi est spécialiste d’histoire maritime, auteur de nombreux
ouvrages et dictionnaires sur la marine et ses officiers, ainsi que sur la Corse, pays de ses
ancêtres.
Religion et littérature —
Gustave Franceschi, né au Cap-Corse en 1866, se fit
ordonner prêtre dans le diocèse d’Ajaccio en 1911 et partit presque aussitôt pour la
République Argentine en tant que professeur. Il mourut à Buenos Aires en 1917. Il avait
publié El espiritualismo en la literatura francesa contemporanea.
Bras droit de Mitterrand —
Né en 1924 à Tunis et mort à Paris en 1988, l’homme
politique Joseph Franceschi devint, après une licence de lettres et de droit public ainsi
qu’une thèse en sciences politiques, conseiller municipal puis adjoint au maire d’Alfortville
en 1951, commune dont il devint maire en 1965. Député socialiste du Val-de-Marne de
1973 à 1981 et de 1986 à 1988, il était également vice-président de l’Assemblée nationale
de 1977 à 1978. Il occupa aussi des fonctions ministérielles : secrétaire d’Etat aux
personnes âgées entre 1981 et 1982, secrétaire d’Etat à la sécurité publique de 1982 à
1984 et secrétaire d’Etat aux retraites et aux personnes âgées entre 1984 et 1986. Il était
le bras droit de François Mitterrand et organisa ses campagnes présidentielles de 1974 et
1981.
En Italie —
François Franceschi-Losio naquit en 1770 et mourut en 1810 àMilan. Nommé
sur la demande du général Napoléon Bonaparte sous-lieutenant adjoint à l’état-major de
l’armée d’Italie le 13 frimaire an IV, il entra comme lieutenant dans le quinzième régiment
de dragons le 4 prairial an V, et devint capitaine aide de camp du général Masséna, en
Helvétie, le 21 prairial an VI. Grièvement blessé à l’affaire de Feldkirch, il devint chef
d’escadron en conservant ses fonctions auprès de Masséna. Le 22 prairial suivant, il vint à
l’aile droite de l’armée d’Italie, où, par sa fermeté et à l’aide d’un détachement de la
vingt-cinquième demi-brigade et de quelques Guides du général en chef, il arrêta la
désertion de deux demi-brigades auxquelles le dénuement avait fait oublier leur devoir.
Pendant le blocus de Gênes, il prit part à toutes les sorties, vit son cheval tué sous lui en
chargeant les Autrichiens à Cogoletto et fut le seul officier de l’état-major de Masséna qui
réussit à porter des ordres au général de division Soult, qui se trouvait coupé du reste de
l’armée au poste de la Madone. Rentré d’Italie en France après la paix de Lunéville et
compris comme officier de la Légion d’honneur dans la promotion du 25 prairial an XII,
Franceschi fut nommé colonel par l’Empereur le 3 ventôse an XIII, et passa au service de
Naples, en 1806, avec le titre d’écuyer du roi Joseph Bonaparte qu’il suivit en Espagne en
1808. Nommé aide de camp de ce prince, il parvint au grade de général de brigade et
fut, quelque temps après, tué en duel à Vittoria par Carlo Filangieri.
Que d’artistes ! —
De nombreux Franceschi se sont illustrés dans les arts. Natif de
Venise, le peintre Francesco dei Franceschi a réalisé trois tableaux d’autel représentant
des saints dans les églises San Giobbe, San Giorgio d’Alega et San Samuele à Venise.
Originaire de Venise, le graveur