//img.uscri.be/pth/bdee875b92d699e6e0cb9e604483ea992f30abd9
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,5 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Origine du nom de famille FRANCON

De
2 pages
FRANCON

A l’origine — Le nom Francon ou Françon serait issu du nom de personne d’origine
germanique Franco. 2 100 porteurs de ce patronyme sont à l’heure actuelle recensés en
France, principalement concentrés dans la Loire et le Puy-de-Dôme.
Un pape indigne... — Au Xème siècle, un certain Francon parvint à devenir antipape
par des méthodes pour le moins brutales. Il prit d’abord la place de Benoît VI, en 974, en
le faisant étrangler. L’intervention à Rome d’Othon II, empereur du Saint-Empire romain
germanique, le fit s’enfuir à Contantinople avec le trésor du Vatican. A la mort de
l’empereur, en 984-985, il revint à Rome accompagné d’une armée byzantine, et à
nouveau, fit enfermer et peut-être assassiner le pape en exercice, Jean XIV ....mais de
pieux évêques — Un nombre impressionnant de Francon ont suivi une carrière
épiscopale. Le plus ancien personnage connu vécut au VIème siècle et fut archevêque
d’Aix entre 554 et 561. Childéric, l’un des seigneurs de la Cour de Sigebert, roi
d’Austrasie, relate son existence dans De gloria confessorum. Désireux de s’emparer d’un
domaine appartenant à l’église d’Aix, il le réclama en tant que propriété du fisc royal et fit
paraître en justice l’évêque Francon qui, dès lors, le détenait illégitimement. Ce dernier
n’eut d’autre recours que de le restituer et de payer, de surplus, la somme de trois cents
pièces d’or. Il réclama justice divine et pria, en ces termes, le martyr saint Mitre de
plaider sa cause : “Montrez votre ...
Voir plus Voir moins
F
RANCON
A l’origine —
Le nom Francon ou Françon serait issu du nom de personne d’origine
germanique Franco. 2 100 porteurs de ce patronyme sont à l’heure actuelle recensés en
France, principalement concentrés dans la Loire et le Puy-de-Dôme.
Un pape indigne... —
Au Xème siècle, un certain Francon parvint à devenir antipape
par des méthodes pour le moins brutales. Il prit d’abord la place de Benoît VI, en 974, en
le faisant étrangler. L’intervention à Rome d’Othon II, empereur du Saint-Empire romain
germanique, le fit s’enfuir à Contantinople avec le trésor du Vatican. A la mort de
l’empereur, en 984-985, il revint à Rome accompagné d’une armée byzantine, et à
nouveau, fit enfermer et peut-être assassiner le pape en exercice, Jean XIV....mais de
pieux évêques — Un nombre impressionnant de Francon ont suivi une carrière
épiscopale. Le plus ancien personnage connu vécut au VIème siècle et fut archevêque
d’Aix entre 554 et 561. Childéric, l’un des seigneurs de la Cour de Sigebert, roi
d’Austrasie, relate son existence dans De gloria confessorum. Désireux de s’emparer d’un
domaine appartenant à l’église d’Aix, il le réclama en tant que propriété du fisc royal et fit
paraître en justice l’évêque Francon qui, dès lors, le détenait illégitimement. Ce dernier
n’eut d’autre recours que de le restituer et de payer, de surplus, la somme de trois cents
pièces d’or. Il réclama justice divine et pria, en ces termes, le martyr saint Mitre de
plaider sa cause : “Montrez votre puissance et vengez vos serviteurs. Il n’y aura plus ici ni
prières, ni lampes, ni culte jusqu’à ce que vous ayez puni vos ennemis et obtenu la
restitution des biens injustement ravis à votre église”. Frappé subitement par la maladie,
Childéric prit peur, demanda pardon de sa faute à l’évêque, restitua la propriété et le
double d’or. Francon 1er fut évêque du Mans en 793. Il restaura l’abbaye de Saint-Calais,
que Charlemagne lui avait remise, et œuvra pour l’érection de l’église Saint-Pierre à
Ceaucé. Il mourut en 816. Son neveu, Francon II, fut également évêque du Mans et prit
en charge l’abbaye héritée de son oncle. A sa mort, survenue en 832, il fut inhumé
auprès de lui, en l’abbaye Saint-Vincent. Un autre Francon, qui vécut au XIème siècle, fut
évêque de Paris. De 1003 à 1006, il fut chancelier de Robert le Pieux, alors doyen du
chapitre de Paris, qui œuvra en faveur de son élection. Francon eut de sérieux démêlés
avec son archidiacre Lisiard, qui pillait le bien des pauvres. Enfin, on trouve un Francon
abbé au XIIème siècle. Celui-ci mourut le Vendredi Saint de l’année 1178, à la suite d’une
épidémie de peste dévastatrice. Une légende raconte que peu après sa mort, un jeune
religieux eut une vision où lui apparut Francon, en compagnie de saint Bernard, qui
venait le chercher afin de chanter les louanges de Dieu. Ce religieux mourut à son tour.
Que de médecins ! —
Un certain nombre de Francon embrassèrent la carrière
médicale. C’est le cas d’Abel Françon, né en 1860 à Ruffieux (Ain). D’un père médecin, il
suivit la voie paternelle et, après avoir été interne des hôpitaux de Lyon durant quatre
ans, soutint une thèse intitulée Etude sur les hépatites chroniques alcooliques et leur
curabilité, qui lui valut la mention très bien. Il publia, en outre, plusieurs essais relatifs au
traitement thermal d’Aix-les-Bains, où il travaillait également, ainsi que de nombreuses
traductions d’ouvrages anglais de médecine. Quant à Antoine Francon, il exerça la
médecine à Paris d’abord, puis à Clermont-Ferrand. Spécialisé dans les maladies de peau,
il rédigea, à la fin de sa vie, un nombre impressionnant d’ouvrages traitant des sujets les
plus divers (médecine, hygiène, histoire ou politique), s’essayant à une Exposition des
causes de dégénération de l’homme civilisé (1839), élaborant une Critique du drainage
(1868), ou encore rédigeant un traité sur les Vices de la constitution des Français (1878) !
Les Francon ou Françon dans l’histoire —
Parmi ceux qui se sont illustrés au cours
des temps, mentionnons encore : l’homme de théâtre Alain Françon, né en 1945 à Saint-
Etienne (Loire), qui fonda et dirigea le Théâtre éclaté à Annecy (1979-1989) puis devint
directeur du Théâtre national de la Colline à partir de 1996 ; l’homme d’affaires Daniel
Françon, né en 1953 à Montargis, directeur général d’Allevard Stedel (à partir de 1995),
vice-président d’Allevard Shangaï Springs Ltd (à partir de 1996), président d’Allevard
ressorts véhicules industriel et d’Allevard Stedef (à partir de 1998) ; etc.
Autres noms de même signification :
Franc (3 650, Aube), Franchon (115, Loire),
Francine (100, Réunion), Franck (3 300, Paris), Franconi (120, Corse), Francq (400,
Nord), Franquet (1 500,