//img.uscri.be/pth/6e3f4687d573c4cb762c7003a6230d386c93b854
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,50 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Origine du nom de famille GAULT

De
2 pages
GAULT

A l’origine — Le nom de famille Gault peut aussi bien évoquer un ancien nom de
baptême d’origine germanique (de waldan, gouverner) qu’un lieu d’origine (de wald,
bois, forêt, très fréquent en France comme nom de hameau ou de village). Les Gault sont
aujourd’hui un peu plus de 3 000 en France. Leurs trois premiers départements
d’implantation sont la Vienne, l’Indre-et-Loire et les Deux-Sèvres.
Deux frères évêques de Marseille — Eustache Gault (1591-1640), né à Tours, fut
nommé évêque de Marseille en 1639, mais mourut l’année suivante. C’est son frère,
Jean-Baptiste Gault (1595-1643), également né à Tours, qui lui succéda comme évêque
de Marseille. Il entreprit une réforme pastorale dans son diocèse et se préoccupa du sort
des galériens, pour lesquels il fit construire un hôpital. Un procès en béatification est en
cours pour lui à Rome.
Des barricades de 1830 à Sébastopol — Alphonse Gault (1808-1869) s’était attiré
l’appui de Louis-Philippe pour sa participation aux journées révolutionnaires de 1830, ce
qui lui permit d’être ensuite nommé sous-lieutenant d’infanterie. Envoyé à sa demande
en Afrique dès 1833, puis à la Légion étrangère en 1835, il servit dans ce cadre, pendant
près de trois ans, la reine d’Espagne, avant de revenir dans l’armée d’Afrique. Revenu en
France en 1846, il fut envoyé en tant que colonel en Crimée, en 1852, et se distingua au
siège de Sébastopol. Il fut promu général en 1859 et commanda pendant la campagne
d’Italie. Il termina sa carrière ...
Voir plus Voir moins
G
AULT
A l’origine —
Le nom de famille Gault peut aussi bien évoquer un ancien nom de
baptême d’origine germanique (de waldan, gouverner) qu’un lieu d’origine (de wald,
bois, forêt, très fréquent en France comme nom de hameau ou de village). Les Gault sont
aujourd’hui un peu plus de 3 000 en France. Leurs trois premiers départements
d’implantation sont la Vienne, l’Indre-et-Loire et les Deux-Sèvres.
Deux frères évêques de Marseille —
Eustache Gault (1591-1640), né à Tours, fut
nommé évêque de Marseille en 1639, mais mourut l’année suivante. C’est son frère,
Jean-Baptiste Gault (1595-1643), également né à Tours, qui lui succéda comme évêque
de Marseille. Il entreprit une réforme pastorale dans son diocèse et se préoccupa du sort
des galériens, pour lesquels il fit construire un hôpital. Un procès en béatification est en
cours pour lui à Rome.
Des barricades de 1830 à Sébastopol —
Alphonse Gault (1808-1869) s’était attiré
l’appui de Louis-Philippe pour sa participation aux journées révolutionnaires de 1830, ce
qui lui permit d’être ensuite nommé sous-lieutenant d’infanterie. Envoyé à sa demande
en Afrique dès 1833, puis à la Légion étrangère en 1835, il servit dans ce cadre, pendant
près de trois ans, la reine d’Espagne, avant de revenir dans l’armée d’Afrique. Revenu en
France en 1846, il fut envoyé en tant que colonel en Crimée, en 1852, et se distingua au
siège de Sébastopol. Il fut promu général en 1859 et commanda pendant la campagne
d’Italie. Il termina sa carrière en France comme général commandant la subdivision de la
Drôme et de l’Ardèche.
Faire fortune au Nouveau Monde —
Né en Irlande d’une famille d’origine française
partie s’établir au Canada, Andrew Frederick Gault (1833-1903) y devint un riche
entrepreneur (usines de coton, qui lui valurent le surnom de « baron du coton », mais
aussi vente de tapis, de soieries, de mobilier…). Il accumula une fortune considérable,
siégeait au conseil d’administration de nombreuses banques, finança de nombreuses
œuvres philanthropiques et fit construire à Montréal un grand manoir de style écossais
qui existe toujours. Son frère aîné, Matthew Hamilton Gault (1822-1887) était quant à lui
mandataire de compagnies d’assurances et, de 1866 à 1870, directeur montréalais de la
Royal Canadian Bank de Toronto, puis créateur et dirigeant d’une nouvelle société
d’assurances sur la vie, la Sun Life. Intéressé par la politique, il fut aussi élu à la Chambre
en 1878, réélu en 1882. Il avait eu seize enfants, dont Charles Ernest Gault (1861-1946),
président de l’Association libérale conservatrice, député canadien de 1907 jusqu’en 1936.
Attention aux particules ! —
Le peintre Pierre-Marie Gault, né en 1754 ou en 1756
selon les sources, épousa une Polonaise en 1788 et se trouva pensionné par le roi de
Pologne qui lui commandait des tableaux. Il prit l’habitude à ce moment-là de se faire
appeler « Gault de Saint-Germain », mais cela lui valut des ennuis à la Révolution. Il dut
fuir Paris sous la Terreur et se réfugier à Clermont-Ferrand, où il vécut de 1792 à 1797
comme conservateur des monuments du Puy-de-Dôme et professeur de dessin, avant de
revenir à Paris et d’y exposer régulièrement. Il publia aussi de nombreux articles dans des
revues d’art. Le peintre de figurines à la manufacture de Sèvres Jean-Joseph Gault est
peut-être son fils.
Le fameux Gault et Millau —
Qui ne connaît pas les fameux critiques gastronomiques
Henri Gault et Christian Millau ? C’est dans les années 1960 qu’ils ont créé un magazine à
leur nom puis un guide annuel, qui note (sur 20) plus de 5 000 restaurants et ajoute un
commentaire. Mais le vrai nom de Henri Gault, décédé en 2000, est Gaudichon… Quant à
Christian Millau, il s’appelle Christian Dubois-Millot.
Gault et Frémont —
Les Tourangeaux connaissent bien l’entreprise de cartonnages
Gault et Frémont, située à Saint-Pierre-des-Corps et créée en 1850 par un porteur du
nom. L’entreprise