//img.uscri.be/pth/2fa1edef336e354710c3b83e57bb050efc78ec05
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,50 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Origine du nom de famille JOUVE

De
2 pages
JOUVE

A l’origine — Le patronyme d’origine lyonnaise Jouve a été attribué à quelqu’un de
jeune, ou qui était resté jeune. La France compte actuellement plus de 11 000 Jouve.
L’imprimerie Jouve — L’une des principales imprimeries françaises actuelles a été
créée en 1903 par Henri Jouve à Mayenne, dans un ancien atelier de tissage. A la fin du
XIXème siècle, Henri Jouve tenait à Paris un salon littéraire boulevard Saint-Germain.
Erudit, ouvert aux idées nouvelles, il se voulait l’ami des jeunes poètes et des têtes fortes
de l’époque. C’est pour pouvoir les faire connaître et diffuser leurs œuvres qu’il décida de
monter cette imprimerie, couplée à une maison d’édition. Parmi ses premières
publications : Vers et Prose de Paul Fort, La Revue des Poètes français, des textes de
Marcel Prévost, Paul Valéry... La société fut reprise en 1920 après son décès par son
gendre, qui l’orienta vers des travaux plus scientifiques.
Le goût de la musique — Edouard Jouve, né en Italie en 1870, se perfectionna dans
l’étude de l’harmonie et du piano. Chef d’orchestre à Lyon, Rouen et Bruxelles, il laissa
quelques compositions dont des valses. Elzéar-Marie Jouve (1805-1841), natif du
Vaucluse, se plut à composer tout en assurant lui aussi des fonctions de chef d’orchestre.
Parmi ses œuvres : Fantaisie concertante pour piano et flûte ou violon et Le dissipateur
sans argent ou l’usurier en défaut. L’abbé Esprit-Gustave Jouve (1805-1872) composa
quelques messes, motets, hymnes et cantiques. Il ...
Voir plus Voir moins