//img.uscri.be/pth/f36468cb225c352a80e59025099dc8f23e1845c5
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,5 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Origine du nom de famille MEUNIER

De
2 pages
MEUNIER

A l’origine — Le patronyme a tout simplement été attribué à un meunier. La France
compte aujourd’hui environ 39 000 Meunier. La Belgique en compte aujourd’hui 3 200.
Des directeurs de journaux et journalistes à foison — Jean-André Meunier (1906-
1975), fils d’imprimeur et imprimeur lui-même, fut directeur de La Nouvelle République
du Centre-Ouest, député d’Indre-et-Loire et maire de Tours. L’avocat Paul Meunier (1871-
1922), député de l’Aube, créa en 1917 un journal pacifiste, La Vérité. Victor-Amédée, né
à Paris en 1820, fonda L’Ami des Sciences en 1855 et fut le rédacteur scientifique du
Siècle. Victor (1813-1902), éditeur de La Revue synthétique, devint en 1850 rédacteur en
chef du journal Le Socialiste de la Côte d’Or et créa un quotidien radical, La Politique
d’Action. Roger-Anatole (1907) collabora à La Creuse syndicaliste. Fernand-Joseph (1894-
1974) était rédacteur à L’Humanité, Lucien-Victor (1857-1930) rédacteur en chef de La
France de Bordeaux. Dans un univers proche de la presse, citons Robert Meunier du
Houssoy, né en 1888, président-directeur général de Hachette, fils de Léon, qui était
directeur des ateliers de la librairie Hachette.
Le choix des armes — Nombreux furent les Meunier militaires. Parmi les plus
marquants, citons les généraux Victor-Joseph-Antoine (1848-1916), Hugues (1721-1792),
Henri-Hippolyte (1884-1970), René-Romain (1860-1957), Claude-Marie (1770-1846),
Hugues-Alexandre-Joseph Meunier (1758-1832), Jean-Baptiste-Marie-Charles ...
Voir plus Voir moins
M
EUNIER
A l’origine —
Le patronyme a tout simplement été attribué à un meunier. La France
compte aujourd’hui environ 39 000 Meunier. La Belgique en compte aujourd’hui 3 200.
Des directeurs de journaux et journalistes à foison —
Jean-André Meunier (1906-
1975), fils d’imprimeur et imprimeur lui-même, fut directeur de La Nouvelle République
du Centre-Ouest, député d’Indre-et-Loire et maire de Tours. L’avocat Paul Meunier (1871-
1922), député de l’Aube, créa en 1917 un journal pacifiste, La Vérité. Victor-Amédée, né
à Paris en 1820, fonda L’Ami des Sciences en 1855 et fut le rédacteur scientifique du
Siècle. Victor (1813-1902), éditeur de La Revue synthétique, devint en 1850 rédacteur en
chef du journal Le Socialiste de la Côte d’Or et créa un quotidien radical, La Politique
d’Action. Roger-Anatole (1907) collabora à La Creuse syndicaliste. Fernand-Joseph (1894-
1974) était rédacteur à L’Humanité, Lucien-Victor (1857-1930) rédacteur en chef de La
France de Bordeaux. Dans un univers proche de la presse, citons Robert Meunier du
Houssoy, né en 1888, président-directeur général de Hachette, fils de Léon, qui était
directeur des ateliers de la librairie Hachette.
Le choix des armes —
Nombreux furent les Meunier militaires. Parmi les plus
marquants, citons les généraux Victor-Joseph-Antoine (1848-1916), Hugues (1721-1792),
Henri-Hippolyte (1884-1970), René-Romain (1860-1957), Claude-Marie (1770-1846),
Hugues-Alexandre-Joseph Meunier (1758-1832), Jean-Baptiste-Marie-Charles Meunier de
la Place (1754-1793), mort au combat, Benoît Meunier de Saint Clair (1769-1845), etc.
Cellule et micro plancton—
Le naturaliste et spécialiste de biologie cellulaire Alphonse
Meunier (1857-1918) est connu comme un savant original et un professeur de grand
mérite. Mis à part un mémoire de cinq volumes paru sous le nom de La Cellule, son
œuvre principale est l’étude de ce qu’on appelle aujourd’hui le micro plancton, étude qui
lui prit les douze dernières années de sa vie.
L’interprète de la vie ouvrière
— Le peintre, sculpteur et statuaire Constantin Meunier
(1831-1905) étudia comme élève à l’Académie de Bruxelles. Si son extraordinaire talent
est incontesté aujourd’hui, il ne se révéla que tardivement. Après de timides débuts dans
la sculpture, il s’adonna presque uniquement à la peinture jusqu’en 1885. Il sculpta
surtout des ouvriers, des débardeurs d’Anvers, des houilleurs du Borinage. L’exposition
de Paris en 1896 lança sa renommée mondiale. Son monument intitulé Glorification du
Travail est une œuvre remarquable unique en son genre. Parmi ses nombreuses autres
œuvres, citons : la statuette en bronze Ecce Homo, Charbonnage sous la neige,
Déchargement d’un voilier ou encore Coup de grisou.
Une famille d’artiste
— Le dessinateur et graveur Jean-Baptiste Meunier (1821-1900),
frère de Constantin, se distingua par la gravure d’œuvres de Rubens et de Jordaens ; ses
enfants Georgette Meunier, peintre d’intérieurs, de fleurs et de natures mortes née en
1859 à Bruxelles, Karl Meunier (1864-1894), peintre de figures, de paysages et
aquafortiste, et Marc-Henry Meunier (1873-1922), dessinateur, peintre et aquafortiste,
tous élèves de leur père.
Les Meunier dans l’histoire —
On peut citer aussi : Alfred Jean Meunier, né en 1878,
conseiller général de Seine-et-Marne, maire de Fontainebleau ; le député de Côte-d’Or
Pierre Meunier, né en 1908, directeur de cabinet de Maurice Thorez ; Jean-Baptiste-
Albert Meunier, né en 1861, député et sénateur des Ardennes ; Charles-Henri-Alfred
Meunier dit Meunier-Surcouf (1869-1956), député puis sénateur des Côtes-du-Nord ; le
préfet Pierre-Jacques Meunier (1795-1856), originaire de Sancerre ; l’oratorien Jean-
Antoine Meunier, ami de Jean-Jacques Rousseau et correspondant de Voltaire ; l’homme
de lettres Jean Meunier, né en 1886, auteur d’une Symphonie romantique en 1921 et du
Roman de l’Abbé jaloux en 1933 ; le maire de Lille