//img.uscri.be/pth/b6524fb48b4ddf0f5bbef5ad6158e7702a0e413f
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,5 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Origine du nom de famille MIOT

De
1 page
MIOT

A l’origine — Miot peut avoir désigné une personne de petite taille (de l’ancien français
miot, miette), ou correspondre à l’un des diminutifs de Barthélemy. Les porteurs du nom
Miot sont aujourd’hui environ 3 000 en France. Leurs trois premiers départements
d’implantation sont les Deux-Sèvres, le Nord et la Haute-Marne.
Dans les pas de Napoléon — La carrière d’André Miot, comte de Melito (1761-1841), a
bénéficié de l’ascension de Napoléon. Né à Versailles, il entra dans l’administration
militaire et fut nommé secrétaire général au département des Affaires étrangères en
1793, puis commissaire des relations extérieures après le 9 thermidor. Envoyé à Florence
en 1795, il montra des talents de diplomate et ratifia des traités avec Naples et Rome.
Après avoir ramené le calme en Corse révoltée, il fut nommé ambassadeur à la cour de
Sardaigne en 1796, puis à La Haye. Après le coup d’Etat du 18 brumaire, Napoléon le
nomma secrétaire général au ministère de la Guerre. Il entra au Tribunat, puis au Conseil
d’Etat, où il se distingua dans l’élaboration des codes de lois. Napoléon le nomma ensuite
ministre de l’Intérieur auprès de son frère Joseph Bonaparte à Naples, puis à Madrid.
Après la Restauration, il se consacra à ses mémoires et à des traductions de textes
antiques et devint académicien en 1832.
Les canons de monsieur Miot — Jules Miot (1809-1883), né à Autun (Saône-et-Loire),
devint pharmacien et mena une vie d’agitateur politique. Elu représentant du peuple en
1948 ...
Voir plus Voir moins