//img.uscri.be/pth/2bb405738e9a2fa7eb390c41cb2fcc69648398da
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,5 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Origine du nom de famille THOMAS

De
2 pages
THOMAS

A l’origine — Le patronyme Thomas dérive tout simplement du nom de baptême,
largement popularisé par l’apôtre. Il y a près de 115 000 Thomas en France.
Fusillé par les insurgés — L’homme politique Clément Thomas (1809-1871) fut député
en 1848 et commandant de la garde nationale. Il s’opposa au coup d’Etat du 2 décembre
1851, ce qui lui valut d’être exilé. Il ne reprit ses fonctions qu’après la chute de l’Empire,
en 1870, mais fut fusillé en 1871 par les insurgés de la Commune.
Un prix de Rome — Le compositeur Ambroise Thomas (1811-1896) obtint le premier
prix de Rome en 1832 avec sa cantate Herman et Ketty. Mais il est surtout connu pour
ses opéras et opéras-comiques (Mignon, 1866, Hamlet, 1868).
Albert Thomas, ami de Jaurès — Professeur d’histoire, cet homme politique (1878-
1932) participa à la rédaction de L’Humanité avec Jean Jaurès. Député socialiste, il fut
sous-secrétaire d’Etat puis ministre aux Armements (1915-1917). Il fut l’un des
instigateurs de la fondation du Bureau international du Travail dont il fut le président de
1920 à 1932.
La littérature, de l’Espagne à la Belgique— L’homme de lettres Lucien-Paul Thomas,
né en 1880 à Liège, était professeur à l’Université de Bruxelles. Docteur en philologie
romane, il fut reçu premier au concours universitaire de 1905-1907 et, l’année suivante,
lauréat de l’Académie royale de Belgique. Il est l’auteur de nombreux ouvrages sur la
littérature française, le théâtre en Belgique et en France ou encore sur la ...
Voir plus Voir moins
T
HOMAS
A l’origine —
Le patronyme Thomas dérive tout simplement du nom de baptême,
largement popularisé par l’apôtre. Il y a près de 115 000 Thomas en France.
Fusillé par les insurgés —
L’homme politique Clément Thomas (1809-1871) fut député
en 1848 et commandant de la garde nationale. Il s’opposa au coup d’Etat du 2 décembre
1851, ce qui lui valut d’être exilé. Il ne reprit ses fonctions qu’après la chute de l’Empire,
en 1870, mais fut fusillé en 1871 par les insurgés de la Commune.
Un prix de Rome —
Le compositeur Ambroise Thomas (1811-1896) obtint le premier
prix de Rome en 1832 avec sa cantate Herman et Ketty. Mais il est surtout connu pour
ses opéras et opéras-comiques (Mignon, 1866, Hamlet, 1868).
Albert Thomas, ami de Jaurès —
Professeur d’histoire, cet homme politique (1878-
1932) participa à la rédaction de L’Humanité avec Jean Jaurès. Député socialiste, il fut
sous-secrétaire d’Etat puis ministre aux Armements (1915-1917). Il fut l’un des
instigateurs de la fondation du Bureau international du Travail dont il fut le président de
1920 à 1932.
La littérature, de l’Espagne à la Belgique—
L’homme de lettres Lucien-Paul Thomas,
né en 1880 à Liège, était professeur à l’Université de Bruxelles. Docteur en philologie
romane, il fut reçu premier au concours universitaire de 1905-1907 et, l’année suivante,
lauréat de l’Académie royale de Belgique. Il est l’auteur de nombreux ouvrages sur la
littérature française, le théâtre en Belgique et en France ou encore sur la littérature
espagnole. Citons par exemple Le lyrisme et la préciosité cultistes en Espagne (1909),
Précieuses de France et précieuses d’Espagne (1920) ou encore Le théâtre lyrique
contemporain, Belgique et France (1926)…
Père de la Cour de Pékin—
Le jésuite Antoine Thomas (1644-1709) joua, dans l’histoire
des missions d’Extrême-Orient un rôle de tout premier plan. Ayant rendu de grands
services scientifiques au monarque et au pays, il avait un important crédit à la cour de
Pékin. Il y exerçait également une action religieuse considérable. Vice-président de
l’Observatoire impérial, il reçut le nom chinois de Ngam-to-ma-po. Il écrivit de nombreux
ouvrages, essentiellement à caractère religieux, comme son Mémoire sur la situation
religieuse des Indes orientales. Honoré d’une particulière confiance impériale, il portait le
titre de Père de la Cour, en reconnaissance des efforts et des services rendus à la Cour. Il
mourut en Chine.
Un autre révolutionnaire—
Nicolas-François-Joseph Thomas (1810-1888), volontaire à
la Révolution, se porta au secours de Bruxelles en 1830. Le 26 septembre, il combattit,
avec les autres révolutionnaires de Charleroi et de Bruxelles, autour du Parc. Le 4 octobre
suivant, il devint l’adjoint du capitaine du génie Cambier, attaché au Comité de guerre. Il
se distingua également en août 1831 à Anvers où la citadelle était occupée par les
Hollandais. En 1835 il suivit trois années de formation universitaire ce qui lui permit de
mettre en place une école de compagnie puis, plus tard, d’organiser l’école régimentaire.
Il termina général major.
Un écrivain au temps de Voltaire —
Après avoir été clerc de notaire et professeur,
Antoine-Léonard Thomas (1732-1785) se tourna vers l’écriture et remporta plusieurs prix
littéraire. Ses contemporains ne voyaient dans la plupart de ses écrits que verbiage et
prétention, Voltaire inventa un jeu de mot à son sujet : “Il ne faut plus dire du gali-
Mathias mais du gali-Thomas ! ”. Ce qui ne l’empêcha pas, en 1766, d’être intronisé à
l’Académie française.
Les Thomas dans l’histoire —
Citons aussi, parmi les porteurs de ce nom : l’écrivain et
diplomate Hubert Thomas (1495-1555), secrétaire du Dr Tetania Frisius, assesseur à la
chambre impériale, puis conseiller et secrétaire de l’électeur palatin Louis VI puis de son
frère Frédéric II en 1552 ; le graveur et peintre Joannes Thomas (1617-1678), élève puis
collaborateur de Rubens, admis à la guilde anversoise en 1640, puis au