//img.uscri.be/pth/b8017631968e5988854138167602df590793d176
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,50 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Origine du nom de famille ULPAT

De
2 pages
ULPAT
A l’origine — Les porteurs du nom Ulpat sont aujourd’hui près de 300 en France. Leurs
trois premiers départements d’implantation sont le Vaucluse, le Rhône et les Bouches-du-
Rhône.
Les victimes de la Grande Guerre — Plusieurs porteurs de ce nom, dont beaucoup
étaient originaires du Vaucluse, ont laissé leur vie au combat en 1914-1918. Parmi eux,
évoquons : Adrien Joseph Ulpat ...
Voir plus Voir moins
U
LPAT
A l’origine —
Les porteurs du nom Ulpat sont aujourd’hui près de 300 en France. Leurs
trois premiers départements d’implantation sont le Vaucluse, le Rhône et les Bouches-du-
Rhône.
Les victimes de la Grande Guerre —
Plusieurs porteurs de ce nom, dont beaucoup
étaient originaires du Vaucluse, ont laissé leur vie au combat en 1914-1918. Parmi eux,
évoquons : Adrien Joseph Ulpat (1888-1915) de Monteux dans le Vaucluse ; Auguste
Albert Ulpat (1890-1915), né à Séguret dans le Vaucluse et mort aux tranchées en 1915
devant Remenauville en Meurthe-et-Moselle, qui appartenait au 58ème RI d’Avignon ;
Auguste Joseph André Ulpat (1892-1914), né à Monteux ; Auguste Julien Louis Ulpat
(1891-1915), né à Alger ; Félix Antoine Ulpat (1877-1915), né à Caromb ; Louis Joseph
Ulpat, né en 1895 ; Lucien Jean Baptiste Ulpat (1883-1914), né à Caromb dans le
Vaucluse ; Marius Léopold Ulpat (1892-1917) né au Thor ; Marius Michel né en 1885 dans
le Vaucluse ; et François Maurice Ulpat (1895-1915), né à Marseille.
Les Ulpat dans l’histoire —
Citons aussi, d’autres personnalités qui ont marqué
l’histoire : Marcel Ulpat de Vialar, enseignant victime des assassinats du Front de
libération nationale (FLN) durant la guerre d’Algérie, tué à Oran en 1962 ; Jean-François
Ulpat, né en 1775 à Monteux ; Pierre Auguste Ulpat, né en 1881 à Bédarrides dans le
Vaucluse, qui furent tous les deux gratifiés de la Légion d’honneur ; etc. ULRICH
A l’origine —
Ulrich est issu d’un ancien nom de baptême germanique, Udalric (de udal-
, patrie et de -ric, puissant). Les Ulrich sont plus de 3 500 aujourd’hui en France. Leurs
trois premiers départements d’implantation sont le Bas-Rhin, le Haut-Rhin et la Moselle.
Face au danger —
Parmi les Ulrich qui ont combattu dans la guerre 1914-1918, citons à
titre d’exemple René Ulrich, sous-lieutenant au 94ème RI. Mort pour la France, il a mérité
cette citation posthume à l’ordre de l’armée : « Le 13 juillet 1915, chargé de l’attaque
d’une tranchée et voulant faire une reconnaissance approfondie, n’a pas hésité à
affronter seul un terrain découvert dangereux, sur lequel il a trouvé la mort ».
Dans la vie publique—
Nombreux furent les Ulrich qui devinrent maires de leurs
communes.
Mentionnons
à
titre
d’exemple
:
François-Joseph
Ulrich,
maire
d’Ammerschwihr (Haut-Rhin) en 1808, en 1815 et en 1826 ; Fredrick Carl Ulrich, maire de
Saint-Barthélemy (Guadeloupe) de 1860 à 1868 ; Jean-Louis Ulrich, maire de Sainte-
Marie-aux-Mines (Haut-Rhin) de 1865 à 1870 ; Jean-Paul Ulrich, élu maire de
Dossenheim-Kochersberg (Bas-Rhin) en 2001 ; etc.
Les Ulrich dans l’histoire —
Citons aussi : Johannes Ulrich (1798-1877), artiste et
professeur de dessin suisse, membre de la Grande Loge maçonnique suisse Alpina à
Zürich ; Charles Ulrich, né à Strasbourg en 1832, qui prit part à l’insurrection de la
Commune de Paris en 1871 et fut condamné par un conseil de guerre à la peine de mort
par contumace en 1873 ; Henri Ulrich (1912-1978), né à Mulhouse, secrétaire général du
syndicat des mineurs de potasse de 1946 à 1956, élu député MRP en 1956 et 1959 ;
Jean-Pierre Ulrich, né à Strasbourg en 1926, docteur en droit et diplômé de l’IEP de
Strasbourg, qui fit carrière à la Chambre syndicale de la sidérurgie française, dont il
devint secrétaire général de 1981 à 1990 ; Antoine Ulrich, né à Dijon en 1942, docteur en
droit, nommé directeur Sud-Est de la société financière Interépargne en 1989 ; Laurent
Ulrich, né à Dijon en 1951 et frère d’Antoine, titulaire d’une maîtrise de philosophie et de
théologie, ordonné prêtre en 1979, nommé évêque de Maurienne et de Tarentaise en
2000 ; le champion cycliste Jan Ulrich, né à Rostock (RDA) en 1973, vainqueur du Tour
de France en 1997 et deuxième en 1998, 2000, 2001 et 2003 ;