Permaculture

Permaculture

-

Livres
648 pages

Description

Comment vivre dans le respect des limites et des ressources de la nature ? Alors que la production mondiale de pétrole a atteint son maximum et que c’en est désormais fini des énergies fossiles bon marché, la permaculture constitue une réponse pragmatique aux enjeux de notre époque. Elle utilise la pensée systémique pour « élaborer en toute conscience des paysages qui imitent les schémas et les relations observés dans la nature et fournissent en abondance nourriture, fibres et énergie afin de subvenir aux besoins locaux ». En quatre décennies, la permaculture est devenue un mouvement international, apportant une contribution pratique au débat sur la soutenabilité. Dans Permaculture, désormais le livre de référence sur le sujet, David Holmgren théorise et illustre concrètement 12 principes sur lesquels s’appuyer pour concevoir un mode de vie soutenable et s’adapter à la « descente énergétique » qui suivra le pic pétrolier. Chaque principe fait l'objet d'un chapitre à part entière.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 12 octobre 2017
Nombre de visites sur la page 2
EAN13 9782374250359
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
David Holmgren
Permaculture Principes et pistes d’action pour un mode de vie soutenable
Permaculture
Cet ouvrage a été înîtîaement pubîé dans a coectîon ïnîtîa(e)s DD sous a dîrectîon de Bruno Lhoste.
L’édîtîon orîgînae de cet ouvrage a été pubîée sous e tîtrePermaculture : Principles & Pathways Beyond Sustainability. ©  by Davîd Homgren rench edîtîon pubîshed by arrangement wîth Homgren Desîgn, Hepburn, Vîctorîa, Austraîa www.homgren.com.au
Photo de couverture : Andrew Montgomery
est une marque des édîtîons
© , , édîtîons Rue de ’échîquîer, rue du Mouîn-Joy  Parîs www.ruedeechîquîer.net ïSBN : --- -2 4 Dépôt éga : octobre 
David Holmgren Cofondateur du concept de permaculture
Permaculture
Traduction : Agnès El Kaïm
Principes et pistes d’action pour un mode de vie soutenable
À la mémoire de H. T. Odum (décédé le 11 septembre 2002).
Préface d’Yves Cochet
LA PERMACULTURE, VISION DU MONDE DE L’APRÈS-PÉTROLE Pus qu’une technîque agrîcoe, a permacuture est une vîsîon des socîétés de demaîn, es nôtres, quî seront conron-tées à ’évoutîon des régîmes énergétîque et cîmatîque. La permacuture n’est pas seuement une autre açon de jardî-ner : c’est une autre açon de concevoîr et d’agîr sur e monde, un changement phîosophîque et matérîe goba, en même temps qu’un ensembe de stratégîes de résîîence ace aux métamorphoses, sînon aux eFondrements quî s’annoncent. La rîchesse et a croîssance économîque du monde îndus-trîe reposent sur une extractîon sans précédent de gîgan-tesques quantîtés d’énergîes ossîes, quî ont mîs des cen-taînes de mîîons d’années à se constîtuer dans es entraîes de a Terre. Nous avons utîîsé une partîe de cette énergîe précîeuse pour accrotre encore davantage et dans des pro-portîons însoutenabes e préèvement de ces ressources. Les conséquences de cette surexpoîtatîon se révèent à mesure que ’accès aux énergîes ossîes bon marché décîne. Dîapî-der autant de capîta mèneraît n’împorte quee entreprîse à a aîîte, souîgne Davîd Homgren.
La permacuture propose de rompre avec cette gabe-gîe énergétîque, ondée sur une conceptîon erronée de a rîchesse. Un de ses prîncîpes ondamentaux afîrme a nécessîté de capturer et de stocker ’énergîe dans e soucî du ong terme. En partîcuîer, ee se concentre sur a manîère
P ERMACULTURE
5
d’optîmîser a capture de a photosynthèse. Les oîs de a ther-modynamîque n’ont pas échappé à a permacuture. Dans e deuxîème prîncîpe, « capter et stocker ’énergîe », Davîd Ho-mgren revîent sur a oî de ’entropîe : dans ’unîvers, ’éner-gîe se dîssîpe à partîr de centres de concentratîon et tend à se dîuer. L’énergîe de haute quaîté se dégrade en énergîe de pus basse quaîté, et perd aînsî de son utîîté. Cette tendance à a dîssîpatîon et à a dîspersîon aFecte tous es systèmes, vîvants ou înanîmés. Les systèmes vîvants s’organîsent de tee sorte qu’îs optîmîsent eurs acutés à transormer et stocker ’énergîe : seus es pus eIcaces tîrent eur épînge du jeu au cours de ’évoutîon. Toutes es ressources bîoogîques et mînéraes peuvent être consîdérées comme de ’énergîe concentrée. Toutes es înrastructures et tous es dîsposîtîs technoogîques sur es-ques reposent es socîétés humaînes, qu’ees soîent sîmpes ou compexes, résutent de ces sources d’énergîe prîmaîre. L’agrîcuture n’est autre qu’une technîque mîénaîre de cap-ture de a photosynthèse. Depuîs des sîèces, jardînîers et er-mîers ont capturé es caorîes îssues de a photosynthèse dans des cutures saîsonnîères. Les graînes coectées d’une année sur ’autre sont en ees-mêmes un stock dense d’énergîe, essentîe pour a récote suîvante. Parce que es scîences socîaes, en partîcuîer ’économîe, se sont déconnectées des scîences physîques, a questîon de ’énergîe a peu d’împact sur notre compréhensîon de a créa-tîon de rîchesse. Dans es socîétés îndustrîees, e lux d’éner-gîe prend a orme de nourrîture, de matîères premîères et de servîces. Cette énergîe est sî abondante que son usage sobre et sa conservatîon ont cessé d’être une préoccupatîon. Les systèmes d’înormatîon et d’organîsatîon sont perçus comme des bîens éthérés. Tant que ’on dîspose d’argent pour ache-ter, a ournîture de besoîns ondamentaux est assurée par es
6
P r éfa c e
ermîers, es îngénîeurs, es technîcîens, etc. Avec e déveop-pement extrême des modes de vîe urbaîns, on ne peut stocker nî nourrîture nî carburant dans es appartements, et a capa-cîté d’achat est îée au crédît – quî uî-même est îé à ’empoî. La ratîonaîté économîque a conduît es entreprîses et es gouvernements à négîger es stocks aîmentaîres de nourrî-ture, de combustîbes, de matérîaux et de pîèces détachées au proit de ’eIcacîté des lux tendus, avec e rîsque înhérent de ruptures d’approvîsîonnement et de désastres.
Descente énergétique créative et attitudelow tech Davîd Homgren însîste sur ce poînt : dans un monde où ’énergîe va décrotre, nous aons redécouvrîr ’opportunîté de recueîîr et de stocker des énergîes renouveabes îmmé-dîatement accessîbes et de réutîîser es ressources gaspîées dans nos oyers et économîes ocaes. Maîs î ne s’agît pas seu-ement d’une mue technîque. À contre-courant des mytho-ogîes technîcîennes, a permacuture est une orme delow tech: par opposîtîon auxhigh tech, ee propose une panopîe d’outîs quî redonnent de ’autonomîe à ses usagers, tandîs que es « hautes » technoogîes maîntîennent sous perusîon énergétîque nos socîétés techno-îndustrîees.
Aînsî certaînes vaeurs et attîtudes peuvent concourîr à a descente énergétîque : vaorîser des systèmes de savoîr au-deà du ratîonaîsme scîentîique, croîser es dîscîpînes, recueîîr es savoîrs ocaux et a transmîssîon dîrecte. Les bîorégîons seront e berceau de a descente énergétîque. Ees seront cutureement, înteectueement et bîoogîque-ment métîssées ain de renorcer a vîgueur hybrîde de eurs ressources humaînes et naturees, seront dotées de eurs propres structures poîtîques et économîques, reèteront
P ERMACULTURE
7
a dîversîté géographîque des terrîtoîres, dépendront peu des technoogîes centraîsées. Dans es corporatîons et es « guîdes » de a descente énergétîque, des usages dîversî-iés et întégrés se déveopperont dans es ermes, quî seront gérées par des coectîs.
Reboucler les cycles écologiques Le so est e premîer et utîme îeu du « reboucage » des cyces du carbone, du phosphore et de ’eau. Du cyce du carbone, car ’humus retîent e carbone et contrîbue à a sta-bîîsatîon des émîssîons de gaz à eFet de serre. Du cyce de ’eau, car es technîques de couverture du so et es baîssîères vîsent à retenîr ’eau et à a répartîr. Du cyce de ’azote, du phosphore, du potassîum, du cacîum, car es permacuteurs sont attentîs à a composîtîon des sos et tendent à auto-pro-duîre eurs engraîs et composts organîques. Le permacuteur est conscîent que a perte d’humus dans ’agrîcuture îndus-trîee est un acteur de réchauFement cîmatîque. Tous es déchets organîques doîvent donc retourner à a terre. Toutes es ormes d’éevage îndustrîe doîvent être proscrîtes, car ees utîîsent des carburants ossîes. En revanche, e pâtu-rage extensî se déveoppe, tandîs que a consommatîon de vîande dîmînue ortement. Les égumîneuses doîvent être încuses dans es rotatîons ou, mîeux, cutîvées en perma-nence ain de reconstîtuer es réserves d’azote dans es sos. L’întégratîon « d’arbres comestîbes » – dont es ruîts peuvent être cueîîs et mangés – devîent une composante întégrae de tout paysage de erme.
La permaculture comme réduction de la complexité À ’orée d’un changement d’état, î aut savoîr débarrasser e système de ses ééments es moîns împortants, ain de réduîre
8
P r éfa c e