Perspectives de l

Perspectives de l'environnement de l'OCDE à l'horizon 2030

-

Livres

Description


Les Perspectives de l’environnement de l’OCDE à l’horizon 2030 présentent des analyses des tendances économiques et environnementales jusqu’en 2030, ainsi que des simulations de politiques visant à faire face aux principaux problèmes. Sans nouvelles politiques, nous risquons de causer des dommages irréversibles à l’environnement et à la base des ressources naturelles nécessaires pour soutenir la croissance économique et le bien-être de tous. L’inaction des pouvoirs publics a un coût élevé.


Mais les Perspectives montrent que relever les principaux défis environnementaux d’aujourd’hui – y compris le changement climatique, l’appauvrissement de la biodiversité, le manque d’eau et les impacts de la pollution sur la santé – n’est pas impossible ni inabordable. Elles mettent en lumière un ensemble de politiques qui pourraient permettre de relever ces défis d’une manière économique. Le champ d’observation des Perspectives a été élargi par rapport à l’édition 2001, afin de tenir compte des évolutions concernant aussi bien les pays de l’OCDE que le Brésil, la Russie, l’Inde, l’Indonésie, la Chine et l’Afrique du Sud (BRIICS), et d’examiner comment les uns et les autres pourraient mieux coopérer pour résoudre les problèmes d’environnement au niveau mondial et local.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 janvier 2008
Nombre de visites sur la page 12
EAN13 9789264040502
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Préface L es défis environnementaux auxquels nous allons être confrontés au cours des décennies à venir sont redoutables. Ils exigeront des pouvoirs publics une action concertée, et une coopération entre les pays et entre différents ministères au sein des pays, ainsi qu’avec les autres parties intéressées. Le changement climatique occupe actuellement une place particulièrement importante parmi les préoccupations des responsables politiques, mais d’autres défis nous attendent : enrayer la perte de biodiversité, assurer à tous l’accès à une eau propre et à un assainissement adéquat, et réduire les impacts sanitaires de la dégradation de l’environnement.
Il ressort de l’analyse présentée dans lesPerspectives de l’environnement de l’OCDEque les solutions et politiques nécessaires existent, qu’elles sont réalisables et qu’elles sont abordables. Il nous faut cependant agir dès à présent, pendant qu’elles restent relativement peu coûteuses, en particulier dans les économies émergentes. Selon un des scénarios envisagés dans cesPerspectives, si nous sommes disposés à accepter que le PIB mondial augmente de 98 % d’ici à 2030 – au lieu des 99 % de notre scénario de référence – nous pourrions améliorer considérablement la qualité de l’air et de l’eau, et nous rapprocher de nos objectifs climatiques. Ce n’est pas un prix très lourd à payer (considérons qu’il s’agit du coût de l’assurance). Les conséquences et les coûts de l’inaction, en revanche, seraient beaucoup plus lourds.
Les présentesPerspectivesaux décideurs des orientations sur la marche à suivre proposent pour s’attaquer aux problèmes d’environnement complexes et à long terme qui se posent à l’échelle mondiale, d’une façon qui soit économiquement efficace et qui tienne aussi compte des préoccupations plus immédiates de leurs électeurs. L’OCDE est bien placée pour fournir ces orientations. L’analyse proposée dans cesPerspectives est fondée sur un cadre de modélisation économique et environnementale, et prend appui sur les contributions de spécialistes de tous les secteurs de l’Organisation – hypothèses macroéconomiques provenant de notre Département des affaires économiques, projections énergétiques de notre organisation sœur, l’Agence internationale de l’énergie, hypothèses agricoles formulées par notre Direction des échanges et de l’agriculture – ainsi que sur les compétences de l’Agence d’évaluation environnementale des PaysBas en matière de modélisation de l’environnement.
Les ministères de l’Environnement ne peuvent à eux seuls résoudre ces problèmes. Ils ont besoin du concours d’autres responsables, en particulier des ministères des Finances pour que les réformes de la politique de l’environnement bénéficient d’une assise financière solide. Ils ont aussi besoin du soutien des ministères de l’Énergie, de l’Agriculture, des Transports et de l’Industrie afin que soient mises en œuvre les politiques sectorielles nécessaires pour réduire l’impact environnemental de nos modes de production et de consommation.
Les pays vont devoir restructurer leurs économies de façon à s’acheminer vers un avenir plus respectueux de l’environnement et plus durable, avec de faibles émissions de carbone. Les coûts de cette restructuration sont abordables, mais la transition doit être conduite avec vigilance afin de prendre en compte les répercussions sociales et l’impact sur la compétitivité, et de tirer parti de possibilités nouvelles comme l’écoinnovation. La suppression des subventions dommageables pour
PERSPECTIVES DE L’ENVIRONNEMENT DE L’OCDE À L’HORIZON 2030 – ISBN 9789264040496 – © OCDE 2008
PRÉFACE
3
PRÉFACE
4
l’environnement, en particulier en faveur des combustibles fossiles et de la production agricole, est une première étape indispensable : elle réduirait la place que les activités polluantes et excessivement gourmandes en ressources naturelles occupent dans l’économie, tout en économisant l’argent des contribuables. Il faudrait s’attacher à taxer ce qui est « mauvais » plutôt qu’à subventionner ce qui est « bon ». La raison en est simple : on sait ce qui est « mauvais » (par exemple les émissions de CO ), tandis que les « bonnes » solutions d’aujourd’hui peuvent tomber en 2 désuétude ou se révéler inefficientes demain. Les simulations de politiques effectuées dans le cadre des présentesPerspectives de l’environnement de l’OCDEfont apparaître que la généralisation des instruments de marché peut abaisser considérablement le coût de l’action à entreprendre pour réaliser des objectifs environnementaux ambitieux.
Les problèmes d’environnement les plus pressants ne pourront être résolus par les seuls pays de l’OCDE. LesPerspectives de l’environnement de l’OCDE à l’horizon 2030montrent que le coût global de l’action sera beaucoup plus faible si tous les pays conjuguent leurs efforts pour atteindre des buts environnementaux communs. Pour mettre en œuvre des solutions efficaces par rapport aux coûts, les pays développés devront travailler en liaison étroite avec les économies émergentes – en particulier le Brésil, la Russie, l’Inde, l’Indonésie, la Chine et l’Afrique du Sud – ainsi qu’avec les autres pays en développement.
Les gouvernements, les entreprises, les syndicats, les ONG et tous les citoyens doivent unir leurs forces pour éviter la perte des services écosystémiques sur lesquels reposent la croissance économique et le bienêtre humain. La taille de l’économie mondiale devant doubler d’ici à 2030, tandis que la population devrait augmenter d’un tiers, le maintien ou l’expansion de nos modes de consommation et de production actuels sont tout simplement intenables. LesPerspectives de l’environnement de l’OCDEdémontrent que les politiques et les solutions permettant de relever ces défis au cours des décennies à venir existent et qu’elles sont abordables. Toutefois, si nous voulons éviter que notre environnement subisse des dommages irréversibles et nous épargner les coûts très élevés de l’inaction, nous ferions mieux de nous mettre au travail immédiatement.
Angel Gurría Secrétaire général
PERSPECTIVES DE L’ENVIRONNEMENT DE L’OCDE À L’HORIZON 2030 – ISBN 9789264040496 – © OCDE 2008