Peuples des Balkans

-

Français
250 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Les Balkans furent toujours divisés entre Ouest et Est, catholiques et orthodoxes, monde capitaliste et bloc communiste, entre l'Autriche-Hongrie et l'empire Ottoman... mais expriment le désir de vivre ensemble, en paix, au sein de l'UE. Peuples autochtones, Slaves, "envahisseurs" venus de l'Est ou réfugiés : par-delà la variété des cultures et les conflits, tous forment l'identité balkanique, qui se révèle à travers une mentalité, une façon de s'habiller, de danser, de prier, des fêtes, légendes et croyances, ou encore une expression linguistique spécifique.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 avril 2010
Nombre de lectures 261
EAN13 9782296932647
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0005€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème

% j# # ji#

Michel Praneuf

% j# #ji#

j4f+6,+88+2

© L’Harmattan, 2010
5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005Paris

http://www.librairieharmattan.com
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr

ISBN: 978-2-296-11201-8
EAN: 9782296112018

e
Jusqu'audésiècle, lbut du XXIapéninsulebalkanique est la dernière
régiond'Europe encore agitéepardesconflits inter-ethniques,incapable de
parveniràlastabilité,lapaix et la démocratierequises pour intégrer l'Union
européenne.
Lesud-estdel'Europe futdetout tempsuncarrefourdes nations,un
espacetraversé, envahi, habitépardemultiples peuplesdepuis l'Antiquité.
L'Histoire fitdesBalkans l'undesesgrandschampsde bataille,où se
confrontèrentdescivilisationsdiverses,où se firent sentirdes influences
contradictoires,où s'affrontèrent les intérêtsdesgrandes puissances,oùde
nombreuxpeuples migratoires se disputèrentunespacevital,où lesaires
d'habitatethniques n'ontjamaiscorresponduauxfrontières politiques.
Commentdéfinir l'espace balkanique?Par la géographie,l'histoire,la
population?Si lapéninsuleibérique est nettementdélimitéepar lesPyrénées
et possèdeune grande homogénéité depopulation, essentiellementde culture
latine,oùtracer les limites terrestresdelapéninsule balkanique?Encadrée
pardes mers, del'Adriatique àlaMerNoire, ellen'apasde frontières
naturellesaunord.On peutfixer parfacilitélavallée du Danube.Mais les
terres roumaines s'étendentbienaunord dufleuve.QuantàlaHongrie et la
Slovénie,sont-ellesencore balkaniques?
Ausens strict,Balkandésigneun massifmontagneuxdeBulgarie.Etde
fait,mêmesi lapéninsule comporte des plaines périphériques,vers laMer
Noire(Dobroudja)et prèsdelavallée du Danube(laPannonie et la
Voïvodineyougoslaves),l'ensemble formeun système complexe dereliefs
avecnotamment lesAlpes (Slovénie),lesAlpesdinariques (Croatie,
Albanie),lesCarpathes (Roumanie),lePinde(Grèce),laStaraPlanina et le
Rhodope(Bulgarie).
Selon latectonique,lapéninsulesetrouve àlajonctiondeplaquesde
troiscontinents,qui,par suite des lents mouvementsdel'écorceterrestre,
s'entrechoquent périodiquementet provoquentdes séismes,leplus souvent
enGrèce etTurquie,pouvantêtre dévastateurset meurtriers, comme celuide
Skopje enMacédoine, en juillet 1963.
Demême,toutaulong del'histoire,lesBalkans sont traversés parune
ligne de fracture entre descultures opposées, génératrice detragédies
humaines.
Ligne de fracturepermanente entrelemonde gréco-latinet lemonde
barbare, entreles religionscatholique et orthodoxe, entreleschrétienset les
musulmans, entrel'Empire austro-hongroiset l'Empireottoman, entrele

monde"libre"et le bloc communiste.Ausein même de chaqueEtat,ilyeut
sanscesse desconflitsentrepopulationsdelanguesetdereligions
différentescontraintesde cohabiter sur les mêmes territoires, entrepouvoirs
dominateurset révoltes nationales, entreoptions politiques,inspirées par les
empires orientaux(Moscou,Istanbul) oules idées nouvellesdel'Occident.
L'histoire desBalkans présente autantdeversions que depeuples.Alors
quetous lesécoliers slavesapprennent "lalibérationdujougturc",les petits
Turcs parlentdes "guerres injustes qui ont misfinàl'Empireottoman". 1453
est pour lesélèves turcs la date dela"libérationd'Istanbul",pour lesGrecs
celle delatragique"chute deConstantinople".24sièclesaprès,Grecs,
BulgaresetMacédoniens se disputent toujours lanationalité d'Alexandrele
Grand.LesBalkans, a ditWinstonChurchill,produisent plusd'histoirequ'ils
nepeuventenassimiler.
Laterre balkanique est pavée d'unemosaïque depeuples, d'une
"macédoine"humaine,pourrait-ondire en l'occurrence.Mais il nes'agit pas
d'un "meltingpot"comme aux Etats-Unis, car,s'ils sont mélangés, chacuna
gardéson identité culturelle.Ilya d'abordles peuples qui sont làsans
interruptiondepuis l'Antiquité,lesGrecs,qui ne forment plus qu'unepetite
nationconservant lamémoire desa grandeur passée,lesRoumains, héritiers
desRomains,lesAlbanais,les plus mystérieuxdetous, etaussi les
Aroumains ou Koutsovlaques, et lesGrecsPontiques, cesdeuxgroupesétant
peut-êtreplusauthentiques,moins métissés quelesautres.
Ensuite, ce fut l'arrivée des tribus slavesdurant leHautMoyenAge.
Chacune asapersonnalité:lesSlovènes ressemblent peuàleursfrères
macédoniens.Tous ont tenté d'unir leursdestinéesauseind'une entité
yougoslave,sauflesBulgares qui onteu undestinàpart.Desenvahisseurs
venusdes steppesasiatiques ontbouleversélaphysionomie géopolitique de
lapéninsule:lesMagyarset surtout lesOttomans,qui ont tenusous leur joug
laplupartdes peuples pendantcinq siècles.Plusdiscrètement, d'autres
populations sontarrivées pourchercheruneterre d'asile:lesSaxons,qui ont
colonisélaTransylvanie,lesTsiganes,nomadeset marginauxpour l'éternité,
lesJuifsSépharadeschassésd'Ibérie,qui ont trouvéun refugesur le chemin
d'Israël,lesGagaouzes,Turcs infidèlesàl'islam,lesLipovènes,Russes
persécutés pour leur religion,lesArméniensdispersés parungénocide.
e
C'estcetteligne de fracturequifut, encore àla finduXXsiècle,la
cause dela dernière guerre d'Europe, cellequi opposaSerbesetCroates,
chrétienset musulmans.Sarajevo,qui supportaquatre ansdelapartdes
Serbesun siègequifut l'undes plus longsetdes plus meurtriersdel'histoire
moderne, endemeurelesymbole.Audébutdesannées2000, aucentre de
l'Europe,laBosnie-Herzégovineseprésente encore commeunEtatcoupé
paruneligne de démarcation,oùchaque entité ethnique ases institutionset
ses services publics.
Et malgrétout, cettemosaïque aun liant.En se fréquentant, en se
confrontant,voire en s'affrontant, ces peuples ontéchangé et misencommun

8

deshabitudesetdes manièresdevivre etdepenser.Desortequ'on ressent
dans lapéninsuleune certaineidentité balkanique, car,nullepartailleursen
Europeil n'ya autantdepeuplesdifférents rassemblés surunemême
péninsule.Cesgens partagent plus oumoinsune façon similaire de
s'habiller, demanger, de danser, deprier, des'exprimer.
Onauraitdumalàprétendrequel'Albanaisest plutôtun pâtre,le
Dalmateun pêcheur,leSerbeunéleveurde cochons,leBulgareun
cultivateurdetabac etde coton,leRoumainun paysan ou unbûcheron,le
Grecun marin,uncommerçant ou un pope, carchaquepeuple estun peu
toutça àun moment ouàunautre, et s'ilason tempérament,ildoit s'adapter
auxnécessitésdeson temps.On peut seulementaffirmer que chaquepeuple
aproduit sesbrigands (haïdouks ouklephtes)et ses poètes.DepuisHomère.

9

PREMIÈRE PARTIE

LIGNES DEFRACTURE

Les précurseurs: Varna et les Thraces

De récentesdécouvertesarchéologiques tendraientàmontrer quele
nord-estdelapéninsulebalkanique a connu une civilisationbrillante, bien
avant l'arrivée desGrecs, alors quelereste ducontinentenétaitaustade
d'une civilisation mégalithiquetrèsfruste.Cetterégionaurait-elle étéun lieu
de fracture entre civilisationetbarbarie dèsavant lapériode historique?
Les peuplesdanubiens, àpeuprès ignorésdesGrecs,n'entrentdans
e
l'Histoirequ'àl'arrivée des légions romaines.Hérodote, auVsiècle avant
notre ère, connaissait leDanube,"l'Ister,leplusgrand desfleuves,qui
traversele continentet prendsasource aupaysdesCeltes".Mais peude
choses surces pays "barbares".Il mentionnesur l'actuel territoire dela
Roumanie"lesAgathyrses,peupleluxueuxqui portaitdel'oràprofusion".

Laplusancienne civilisationdesBalkans, bienantérieure à celle des
Grecs,plusanciennemêmequelevillagenéolithique et les minesde cuivre
deVinca(dans l'actuelleSerbie), estdemeuréeinconnuejusqu'àla
découverte dusite deVarna en 1972.Quelque280tombes royales,recelant
3000piècesd'orfèvrerie,ont révéléune civilisationbien plusavancéeque
toutes lesautresenEurope,quiétaientaustade des mégalithes.Au
cinquièmemillénaire avant notre ère, cepeuple d'agriculteursdéveloppala
métallurgie ducuivre et produisit toutes sortesd'objetsd'usage courant,
haches, herminettes, hameçons, épingles, clous.Etaussides objetsen
bronze, des paruresetbijouxen or -bracelets, colliers,plaques - (unetombe
contenait 900objetsd'ord'un poidsde1500grammes), des objetsen
bronze, des monnaiesde coquillage(lespondyle delamerEgée).Tout
indiqueune civilisationévoluée eturbaine,maîtrisant l'agriculture,l'élevage
des porcsetbovins,l'artdela céramique, experte dans lamétallurgie du
cuivre et l'orfèvrerie.Surtout, des tablettesd'argileportantdes signes
analoguesausumérien indiquent que cette civilisationavaitélaborél'une des
premièresécritures, etcela autourde 4500ansavant notre ère,soitavant
l'épanouissementdescitésdeMésopotamie etd'Egypte(vers -3000).
On nesaitguèrequiétaitcepeuple deVarna, dont la civilisation
rayonna dansunepartie desBalkans, enSerbie àVinca-PlocniketRudna
Glava, enBulgarie àKaranovo, enRoumanie àGumelnitsasur leDanube et
àCucutenientreIasietSuceava, enGrèce àDimini prèsdeVolosetà
Dikili-TashprèsdePhilippes.Cette civilisationdisparutbrusquementvers
4000,peut-être anéantiepardesenvahisseursvenusduNordscandinaveou
des steppesukrainiennes (lesbâtisseursdekourganes).Les populationsdela
région perdirent l'usage dumétalet retournèrentàun stadenéolithique,
produisantaumieuxdes poteriescordées.Ilest possiblequ'unepartie des

Hommes decuivre deVarna aitémigré enMésopotamie etapporté en
particulier leur système d'écriture.Etonnant si leMoyen-Orient,tenupour
êtrelasource denotre civilisation occidentale, avait, en partie dumoins,ses
originesdans lesBalkans!
Plusieurscultures sesont succédé ensuite
danscetespacebalkanodanubien, del'âge duBronze àl'âge duFer.Cen'est que beaucoup plus tard
qu'une autre civilisationbrillantese développasur leterritoire del'actuelle
Bulgarie.LesThraces,ungroupe d'Indo-Européens,ontdéveloppéune
e e
civilisationdu VIau IIIsiècle avant notre ère.Ils provenaientdes steppes
pontiques (entrele fleuveDniepret lenord delaMerNoire)etavaienteu
deséchangesaveclesScythes (dont lesAlains puis lesOssètes sont les
héritiers).Ilsétaientagriculteursetfabriquaientdela céramique.Ilseurent
des rapportscommerciauxetconflictuelsaveclesPerseset lesGrecset
furent marqués par l'hellénisme.Ils ont laissé des tombes royales sous
e
tumulus (comme celle deKazanlàk, avec desfresquesdu IVsiècle etdes
trésorsd'objetsen oretargent).
Leurs prêtres pratiquaient les oraclesethonoraientun panthéondominé
par leCavalieranonyme,unhéros thrace à cheval quifutassimilé àApollon
etàEsculape,puisàsaintGeorges.Selon l'Iliade,le héros thraceRhesos qui
menaitune horde de chevauxfutvaincupar lesGrecs.Certainsdieux
semblent prochesdesDionysosetOrphée grecs.Une déesse guérisseuse,
Bendis, futassimilée àArtemis.
Leur seulEtatbien structuré futceluides roisdelalignée desOdryses,
e e
crééepar leroiTeresIau Vsiècle avantJ.C.Ilfut soumis parPhilippeII
deMacédoine,puis intégré auroyaume desDacesetenfinconstitué en
provinces (Mésie etThrace) par lesRomains.Sous la domination romaine,
des nobles thraces occupaientdesfonctions officielleset pratiquaientencore
leur langue.LavilladeChatalkaprèsdeStara Zagora donneunexemple de
e
lasurvivance d'uneriche famillethracejusqu'au IVsiècle.C'est l'invasion
desSlaves quieffaçatotalement lesultimesThraces.
Moinsélaboréeque celle desThracesàl'est,une autre
cultureindoeuropéennese développa àl'ouestdelapéninsule au IIemillénaire avant
notre ère, celle desIllyriens, bâtisseursde citadelles mégalithiques.On ne
sait pasgrand-chose d'eux.Onatendance àles tenir pour lesancêtresdes
Albanais,retirésdans les montagnes tandis que descolonsgrecsfondaient
descités sur leur rivage.

Mondes gréco-latinetbarbare

LesGrecs nesont pas lepremier peuple de cultureindo-européenne
arrivé dans l'Antiquité.D'autres populationsapparentées sesontfixéesdans
lapéninsule3ou4000ansavant notre ère:lesIllyriens,lesDaceset les
Thraces sur les territoiresdel'Albanie, delaRoumanie etdelaBulgarie.Les

14

Grecs sont les plusanciensencoreprésentsdans larégion,les seulsà avoir
conservéleur identitépendant25siècles.
Descendus parvagues sur les rivagesdelamerEgée:Achéens,Ioniens,
Doriens,Eoliens,tous peuples indo-européensapparentés,s'installentdans la
péninsule audeuxièmemillénaire.LesIoniens, chassés par lesDoriens,
colonisent l'AsieMineure(lePont)àl'époque deRamsèsII.
Précédéepar les périodes quasi mythiquesdeMycènes, deTroie,
e e
d'Homère,la civilisationhellénique atteint sonapogée aux VetIVsiècles
avant notre ère aveclavictoiresur lesPersesauxguerres médiques,
l'élaborationd'unereligionbaséesurunemythologiepeuplée de dieux, de
travauxd'architecture(Acropole)etd'art (Phidias), delittérature(tragédies
deEschyle,Sophocle,Euripide;histoire deHérodote), dephilosophie
(Platon), deprospérité économique(portcommercialduPirée)et surtout par
la conceptiond'unepolitique dela démocratie(avecPériclès).Lescités
hellènes -AthènesetSparte- souvent rivales peuventconstituerdes ligues
pour menerdesguerres, en particuliercontrelesPerses,mais ne constituent
jamaisunEtatunitaire.LesGrecs nes'aventurent pasàl'intérieurdes
Balkans,se contentantde fonderdescolonies sur les rivagesdelamerNoire,
notammentTomis,l'actuelleConstanta,ouIstria,ousurceuxde
l'Adriatique, commeBouthroton,l'actuelleButrintausud del'Albanie
actuelle, face àCorfou,oùsubsisteunamphithéâtre en marbre.
AprèsAlexandre deMacédoine,le déclindelaGrèce classique
s'amorce.Elle devientuneprovinceromaine,puisformel'Empire byzantin,
quiauMoyenAge entre enconflitavecla féodalité franque autempsdes
Croisades.Puis l'Empire byzantinestabsorbépar l'Empireottoman pour
cinq siècles.
Autrepeupleindo-européendela brancheitalique,lesRomains,qui
doiventbeaucoupàla culture grecque, font leurs premières incursionsdans
lesBalkansvers200avant notre ère.Tibèreréunitàl'empirelarégion qu'on
nommeraplus tardHerzégovine.La"paxromana" permet l'établissementde
colonies romaines surcequi seral'espaceyougoslave:
delaSlovéniePoetovia(Ptuj),Aemona(Ljubljana)àlaMacédoine-Skupi (Skoplje)et
Naissus (Nish)en passant parSalona(Solin) sur la côte dalmate.
LesRomains qui ontvocationàintégrer lesBarbaresàleurEmpire font
delaGrèceuneprovinceromaine en l'an 100après la conquête d'Athèneset
lavictoire d'Auguste àla bataille d'Actium.Mais la culture helléniquen'est
nullementanéantieparRome.
LaDacie(futureRoumanie)estàl'apogée desapuissancesous
Boerebista, contemporaindeJulesCésar.Apartirdel'an 101,l'empereur
romainTrajanyconduitdeuxcampagnesàl'assautdesCarpathes,qui
constituent la citadellenaturelle dupeuple dace,marchesur la capitale
Sarmizegetusa etfinit parbattre enDobrogealeroiDecebal.Pourcélébrer la
victoire,Trajanérige àAdamclisiun trophée(TropaeumTrajani)de 40
mètresen marbreillustrant la conquête,toutcommela colonneTrajane à

15

Rome.LesRomains firent de laDacieuneprovinceprospère, bienéquipée
en routes,oùlelatindevient langue de commerce etd'administration,qui
évoluera, dans sa formepopulaire balkanique,pourdonner lalangue
roumaine.L'héritageromain perduremême après le départdel'empereur
Aurélien, contraintd'abandonner la colonie en291,sous lapressiondes
envahisseursgoths.
En295,l'empereurDioclétien,néprèsdeSplit sur la côte dalmate,se
faitbâtiràSpoletumun palais quiconstituetoujours le cœurdelaville de
Split.Il ordonne en304 des persécutionscontreleschrétiens,quifournissent
àl'Eglisequantité demartyrs.

La chrétienté à deux têtes:latine etbyzantine

e
Les invasionsbarbares, essentiellementgermaniques, àpartirduIII
siècle entraînent la chute dupouvoir impérial latinàRome.En330,
l'empereurConstantin transfèrela capitale del'EmpireromainàByzance.,
quidevientConstantinople, et se convertit.ThéodoseI° faitduchristianisme
lareligiond'Etat (380) puisen395il partagel'Empire enempiresd'Occident
etd'OriententresesdeuxfilsHonoriusetArcadius.C'est lapremière grande
partitiondans lesBalkans; la
frontièrepasse(déjà)auniveaudelaBosnieHerzégovine actuelle.
Après la chute del'empire d'Occidenten476,l'Empire byzantin,
théocratique, demeureleseulhéritierdeRome.Si leshabitantsadoptent le
grec,ils se disent toujours "Romains".C'estalors quele grec emprunte au
latindes termes qui sontutilisésdans lalanguemoderneoùils sesont
substituésauxmotsclassiques.Ainsispitimaison,qui remplacele classique
domos,provientdulatinhospitiumlieuhospitalier,logement.
Leplusgrand danger pour lesByzantinsest sansdoutel'invasiondes
e
AvarsauVIsiècle.C'estun peuple de cavaliers nomades turco-mongols (les
Ruan-RuandesChinois) surgisdes steppes,quiétablitun royaume dans la
plaine dePannonie(l'actuelleHongrie), dominemêmelaDalmatie,menace
e
laThuringe et laLombardie.LesAvarsdisparaissentauVIIIsiècle, après
unéchec devantConstantinople etune défaite face àCharlemagne. "Fléaude
Dieu", cepeuple atoutdemême apporté àl'Europe des techniques majeures
de cavalerie depuis longtempsconnuesdesChinois,l'étrieret le harnaisà
traits (sanglé autourdupoitrail, cequiest plusefficacepour les transports ou
le galop quelalanière aucouétranglant l'animal).

L'Empire byzantindure àpeuprès mille ans. malgrélesfréquentes
menacesd'envahisseursarabes,slaves oufrancs.LesFrancs,lorsdes
CroisadescontrelesMusulmansenTerresainte,poussésautant par la
cupiditéquepar la foi,s'emparentdeConstantinople en 1204.Certes
l'empereurdeNicée,MichelPaléologuerétablit lepouvoirbyzantinen 1261.

16

Mais l'empire estaffaibliet selaisse déborder par le fluxdesTurcs
Ottomansvenusd'Anatoliequi prennentConstantinople en 1453.Ils
montrentunelargetolérance envers les religions juive etchrétienne.Ils
finirontde conquérir l'ensemble del'empire byzantin,reprenant mêmela
Crète aux Vénitiensen 1669.

Desdivergences,théologiqueset liturgiques, envenimées pardes
rivalités politiques,opposent lesEglisesd'Occident (romaine)etd'Orient
(orthodoxe).L'une de ces querellesbyzantines,souventaussi subtileset
insolubles quele débat sur lesexe desanges,portait sur la formule duCredo.
Le concile deTolède en589avaitajouté autexte duCredodeNicéela
mention queleSaint-Esprit procède duPère"etduFils" ("ex PatreFilioque
procedit")Celapourcontrer l'hérésie ariennequi minimiselaplace duFils
(Jésus)auseindelaTrinité.Cetteversionfaitautorité dans leterritoire des
Francs puisdans l'empire carolingien.Sous lapressiondel'empereur
romain-germaniqueHenriII, en 1014lepapeBenoîtVIIIintègre au Credo la
mention "Filioque".
Ainsi, alors que dans l'Eglise byzantine,ondit:"L'EspritSaint procède
duPère", dans l'Egliseromaine depuisCharlemagne,onajoute"… etdu
Fils"(filioque).C'est surtoutà cause de cetajout -faisantune distinction
entrelanature duPère etcelle duFils - quel'Eglise d'Orientarompuavec
Rome.Mais ilyavaitd'autrescontentieux, commel'usagetolérépar les
catholiquesdulaitetdufromagelorsdujeûne, ainsi quele célibatdes
prêtres (la conditionchaste des moinesfutétendue auMoyenAge àtout le
clergé, alors que cen'est pasun précepte évangélique), alors queles popes
fondentdesfamilles.En s'excommuniant réciproquement,lepatriarche de
ConstantinopleMichelCérulaire et lepapeLéonIXontcauséleschisme de
1054.
Dès lors,lapéninsule balkaniqueva êtreirrémédiablementdivisée entre
deuxreligions.Lescatholiques, àl'ouest,Croates,Slovèneset minorités
magyares,sontfidèlesàRome etutilisent l'alphabet latin.Les orthodoxesà
l'est,ont leurs patriarcheset seserventdel'alphabetcyrillique,quifutcréé
e
auIXsièclepar lesfrèresCyrille etMéthode àpartirdel'alphabetgrecpour
évangéliser lesRussesetBulgaresdans leur langue.C'estVladimirdeKiev
qui, auretourd'unvoyage àByzance en 988, fitdelaRussieun royaume
chrétien.LorsqueByzancepassasous la domination musulmane,Moscou
prit lerelais pourdevenir lesiège dupatriarche,unesorte deTroisième
Rome…
LesByzantins ont souventcraint quelesSlaves répandusdans les
Balkans, etenclinsàs'uniràl'initiative desSerbes,ne constituentune
puissancepolitique, dangereusement rivale.

17

L'hérésie bogomile

L'organisationbicéphale delachrétienté futébranlée au MoyenAgepar
l'hérésie bogomile.C'estunereligiondualisteinspiréepar lemanichéisme
perse et lezoroastrisme(lareligionde Zarathustra).Elle considèrequele
monde est l'œuvre deSatanet qu'ilest tiraillé entre deuxforceshostiles,le
Bon (Dieu)et le Mal.EllerejettelaBible,lesEvangiles,les sacrements,y
compris lemariage, et n'admet qu'uneprière,leNotrePère.
L'hérésie s'est propagée d'esten ouest par les routeset les marchés,
colportéepar les marchands, en particulieravecles tisserandsarméniensde
Constantinoplequi prêchaientet recrutaientd'abordleursadeptes parmi leur
clientèle féminine.Passée d'AsieMineure enThrace, elle est répandue en
e
Bulgarie auXsiècleparun prêtre dévoyé,nomméBogomil ("amideDieu"
en slave).
Leméprisen lequel leschrétiens tenaientceshérétiquesfit queleterme
"bougre" (bulgare) pritdes sens péjoratifsdesodomite etde chétif
("rabougri").
Cette hérésie faitbeaucoupd'adeptesenBulgarie, chezles paysans qui
exprimentainsi leur mécontentementface àl'aristocratie féodale.EnBosnie,
e e
le bogomilismese créeunfoyerdurable, duXIIIauXVIsiècle, etdevient
un symbole del'indépendanceslave etdelaprotestationcontrelepouvoir
civilet la classe des riches.Ilen reste,notammentàRadimlje, des pierre
tombales (stecak) sculptéesdemotifsgéométriques (cercles,spirales, croix)
et solaires (svastika,rosettes), depersonnagesarmésd'arcsetdelances,
guerriersetchasseursd'oursetde cervidés,paysansdansant lekolo.
Leshérétiques sont pourchassésenSerbiepar les orthodoxes, enCroatie
par lescatholiques, enBosniepar les roisdeHongrie auservice deRome.
e
L'hérésie gagnelenord del'Italie etauXIIIsièclelesud delaFrance,
inspirantvraisemblablement lescathares ou Albigeoiscontrelesquels le
papelanceune croisade d'extermination.
Dans lesBalkans,le bogomilisme a disparulorsdel'invasion
ottomane :lesadeptes semblent s'être convertisàl'islam parhaine des
chrétiens.

La domination turque aincité àse convertirunepopulation importante,
surtoutchezlesAlbanaisetchezdesSlaves précédemment orthodoxes ou
bogomiles,tels lesSerbesdeBosnie,lesPomakdeBulgarie etunepartie des
Macédoniens.LesOttomans ont laissé àleurs sujetschrétiens laliberté de
pratiquer leur religionà conditiondepayerdes tributsetd'accomplirdes
servitudes.
La contraintelapluscruelle était le"tributdusang" (devsirme).Les
envoyésdusultanenlevaientdesgarçons,lesemmenaientàIstanbul,oùles
attendaientune formation militaire etune conversionàl'islam, afindeservir
commejanissaires (yeni çeri"nouveausoldat").Le"lavage de cerveau" leur

18

faisaitoublier leur propre famille et les rendaitaptesà combattre dans leur
pays natal sansétatd'âme.Les minarets,témoinsde cette époque,pointent
toujours,même dans lescontréesd'oùlesTurcs sesont retirés.
Dès lors,le clivagereligieuxn'est plusentre catholiqueset orthodoxes
maisentre chrétienset musulmans.Lescatholiques setrouvent surtout sur la
frangeoccidentale, dans l'ancienneDalmatiesur les rivesdel'Adriatique,
ainsi que dans laminoritémagyare deTransylvanie, et ils nesubissent pas
de dominationdurable delapartdesTurcs.Cesont les orthodoxes qui se
trouventen premièreligne.S'ils parviennentà coexisteravecles musulmans
dansunetolérancerelative,toutconflit réveillel'agressivitélatente.Les
guerres oùs'affrontent la croixet le croissant ont l'apparence de guerresde
religion.Celle deKosovo-Polje endemeurelesymbole.C'estaussi l'enjeu
e
pendant lesguerresbalkaniquesdudébutduXXsiècle,quandtoutes les
nationschrétiennesformentd'abordunfrontcontrelesTurcs.

LesJuifsAshkénazesd'Europe centrale,quiavaientdescommunautés
dans tous les paysbalkaniques,ontété décimés par le génocidenaziàpartir
de1940(en particulier par lesOustachisdePavelic enCroatie et par la
Garde deFerd'AntonescuenRoumanie).LescommunautésdeJuifs
Sépharades (hispaniques), dynamiquesdans leséconomiesgrecque et
turque,sesont réduitesdufaitdel'émigrationenIsraël.

Empires austro-hongrois et ottoman

L'empire autrichienestassocié àla dynastie desHabsbourg depuis la fin
e
duXIIIsiècle.L'arrogante devise deFredéricIII"AEIOU" -enallemand
"AllesErdreichistOsterreichuntertan", en latin "Austria est imperareurbi
universo" -, c'est-à-dire"Ilappartientàl'Autriche derégner sur toutela
terre" - trouvesonapplication maximalesous lerègne deCharles-Quintet
peutexpliquer savocationà dominer l'Europe centrale etbalkanique.
L'empire desHabsbourgse constituaunglacis,un remparten incluantà
lapériphérie deVienne des territoireshabités pardemultiples nationalités.
LesHongrois, et lesSlaves, delaBohême àlaBosnie.Les tribus slaves se
e
sontétabliesdans lesvalléesbalkaniquesàpartirdu VIsiècle.LesCroates,
e
unisen principauté auXsiècle,sont soumis par les roisdeHongrie àpartir
e
duXIIsiècle.Cependant lesAutrichiens nepeuventdominer lesSerbes,
soutenus parByzancequi protègeleur orthodoxie.LaSerbie,qui s'agrandit
e
autourduKosovo, devientauXIVsiècleunEtat puissantet prospèresous
la dynastie fondéeparStevanNemanja.Jusqu'audésastre deKosovo-Polje
en 1389 quifaitdisparaîtrel'Etat serbe et marquele débutde cinq sièclesde
domination ottomane, accompagnée d'uneislamisation partielle.

19

La conquête ducontinent par lesTurcs trouvasalimite devantVienne.
Aprèsun siège de deuxmoisen 1683,les troupes ottomanes sont repoussées
avecl'aide duroidePologne.L'Empire austro-hongroisengagnala
réputationdesauveurdela chrétienté,seulepuissance capable des'opposerà
l'Empireottoman.Néanmoins lesTurcsvont occuper pour longtemps la
moitié desBalkans.

Dominer l'Europe centrale commeCharles-Quint, c'est l'ambitionde
François-Josephqui, durant son longrègne(1848-1916), favorisele
développementéconomique et l'expressionartistique desonempire,mais
s'oppose àtoute concessionen matière delibéralisme etde démocratie.Le
refus dupouvoirabsolutiste etcentralisateurdereconnaîtreleurs
particularismesvamécontenter lesdiverses nationalités quicomposent
l'Autriche-Hongrie.

L'Empirequiavait réussi à fairevivre ensembletantd'ethniesaurait pu
jouerun rôleprécurseur pour l'unité del'Europe.Mais l'empereur fut
incapable des'adapteràl'évolutiondumonde, avecles idées nouvelles,les
aspirations socialesémanantdelasociétéindustrielle et lavolonté
d'autonomie des nationalités.Etcet immobilisme va aboutiràlachute deson
empire en 1918.
e
Au XIXsiècle,les nationalismescroate et serbetententdes'émanciper
etdes'unirdansdes mouvementsculturelet politiquequicommencentavec
l'idée dela"nation illyrienne"etaboutissentàla formationd'unEtat
yougoslave.
En 1877,Viennenégocieun partage desBalkansentreAutriche et
Russie.Maisceplanestaussitôt réduitànéantaprès lavictoire delaRussie
sur lesTurcs:par letraité deSan-Stefano (1878),laRussie assuresatutelle
sur lesBalkans par la créationd'uneGrandeBulgarie.Cequel'Autriche et
lesautres puissances n'acceptent pas.Bismarcken médiateur impose au
CongrèsdeBerlin (1878) la divisiondes principautésdeBulgarie et
Roumélie, cequi provoqueun nouveauclivage:lapremièreserévoltant
aussitôtcontrela domination ottomane,laseconde devenantvassale de
Constantinople.D'autrepart,ilconfielaBosnie-Herzégovine à
l'administrationdel'Autriche,quival'annexeren 1908.
Lesambitionsbalkaniquesdel'Autriche-Hongrie,soutenuepar
l'Allemagne,se heurtentàlavolonté desSerbesd'êtremaîtresdeleur
territoire.C'est l'origine del'attentatdeSarajevo,qui,par lejeudesalliances,
déclenchela guerremondiale.

LesSerbes sontdevenus lepeupleleplus important parmi lesSlavesdu
sud.Stimulépar lesouvenirdela grandeur passée etdela destructionde
e
l'Etat serbepar lesTurcsàKosovoauXIVsiècle,lenationalismeserbese
e
réveille audébutduXIXsiècle avecl'insurrection paysannemenéepar

20

Djordje Petrovic ditKaradjordje(Georges leNoir).Ilentre dansBelgrade en
1806,mais sansappuiàl'étranger,il subit larépressiondesTurcs qui
massacrent lapopulationcivile dela capitaleserbe.L'oppression provoque
en 1815lasecondeinsurrection serbe, etMilosObrenovicobtientd'Istanbul
l'autonomie delaSerbie,qui setransforme enunEtat moderne.En 1867,le
pacha deBelgraderemet laville auprinceMihajloeten 1878,leCongrèsde
Berlin reconnaît l'indépendance delaSerbie.
Lesguerresbalkaniquesde1912et 13sontun prélude àla guerre
mondiale.Elles sont particulièrement sanglantes,lesTurcsbrûlant les
villageset massacrant lapopulation.En octobre1912,unisauseindela
Ligue balkanique,les peupleschrétiens,GrecsetSlavesdeSerbie,Bulgarie
etMontenegro s'insurgentcontrelaSublimePorte etdéfont sesarméesen
trois semaines.Autraité deLondres,le gouvernementdes jeunesTurcs
abandonneSalonique et laCrète àlaGrèce,larégiond'Andrinople(Turquie
d'Europe)àlaBulgarie ainsi quelaMacédoinequesepartagentSerbeset
Bulgares.C'estaussiàLondres qu'estdécidéela créationdel'Albanie,
jusqu'alorsvassale delaTurquie, décision qui ôte àlaSerbiel'espoird'avoir
undébouchésur lamer.
Malheureusement,lesalliéschrétiensdelaveillese déchirent pour le
partage des territoiresconquis.L'été1913,lesBulgares,s'estimant lésés,
attaquent leursalliésdelaveille et sontbattus par lesGrecs,lesSerbeset les
Roumains.Battue,laBulgarie, autraité deBucarest, doit rendreAndrinople
àlaTurquie, céder laDobroudja dusud àlaRoumanie,la hautevallée du
VardaràlaSerbie et la côte deMacédoine àlaGrèce.
Cesfièvres nationalistesfontdelapéninsuleunepoudrière :il suffit
d'une étincelle enBosniepour mettrele feuàl'Europe.Membresdugroupe
jeuneBosnie,inspiréparuneorganisation terroristeserbe,laMain noire,qui
lutte contrel'occupationautrichienne, desétudiants nationalistesdeBosnie
fomententunattentatcontrel'archiducFrançois-Ferdinand,neveude
l'empereurFrançois-Joseph et prince héritier.Le28juin 1914,jour
anniversaire dela bataille deKosovo,l'archiduc estenvisite àSarajevo.
Alors qu'il passe dans savoiture décapotableGrafundStift lelong dela
Miljacka,ilest mortellementblessé d'uncoupde feuparGavriloPrincip
prèsdupont,qui porte aujourd'hui son nom. (L'étudiant mourra de
tuberculose en prisonen 1918).CetattentatfournitàVienneleprétextepour
déclarer la guerre àlaSerbie.Paruncomplexe enchaînementd'allianceset
d'intérêtsgéopolitiquesetéconomiques,telun jeude dominos,lesgrandes
puissances sontentraînéesdans lapremièreGuerreMondiale,le conflit le
plus meurtrier quelemonde aitconnu.
Paruneironie del'Histoire, ce conflitva entraîneren 1918la disparition
simultanée desdeuxgrandsempiresennemis,l'austro-hongroiset l'ottoman.

21

Laquestiond'Orientdans le conflit mondial

Les grandesbatailles n'ont paseulieuseulementdans l'estdelaFrance
entreMarne,Meuse etRhin.Ilyeutaussi lescombatsdeDobropolié, du
Sokol, duKravitza.Un théâtre de batailles montagneuxetdifficile,oùles
Balkansformentune barrière depicsetderavinsetcontraignentàs'affronter
soitàl'ouestducôté deMonastir-Bitola,soitàl'estvers lavallée du Vardar
et lelacDojran.
Quandleur paysestenvahi par lesforcesaustro-hongroises,lesSerbes,
civilset militaires,seretirentvers leSud etdes milliersdepersonnes
périssentdans laretraite d'Albanie,unemarche àtravers les montagnes
enneigées.Prise enchargepardes naviresalliésàCorfou,l'arméeparticipe à
l'offensive franco-serbe dufrontdeSalonique.Avecle généralSarrail, elle
reprend en novembre1916Monastir occupépar lesBulgares.Maiscen'est
qu'en septembre18qu'uneoffensivepermet lalibérationdelaSerbie.Plus
de6.000soldatsfrançais sontensevelis prèsdeBitola.
EnGrèce, de1915 à18,Salonique fut lequartiergénéraldesarmées
er
d'Orient.Dès queleroiAlexandreIs'est rangé auxcôtésdesAlliésaprès
quelepremier ministreVenizeloset l'arméeontcontraintàseretirer leroi
er
ConstantinI(quiétait le beau-frère del'empereurGuillaumeII),le
commandantdesarméesalliéesd'Orient,le généralfrançais,Franchet
d'Esperey,(dont lenomainspiré cette boutade:"Ilest permisauxFrançais
d'espérer")débarque àSalonique en juin 1918 et trouve28 divisions, dont8
françaises,350.000soldats immobilisésdansdescentainesdekilomètresde
tranchées.8000soldatsfrançais périront, enterrésdans le faubourg de
StravroupoliàSalonique.Del'aveumême dumaréchalHindenburg, c'est
l'effondrementdufrontdeMacédoinequifutdécisifpour la défaite de
l'Allemagne.
erer
LaRoumanie des roisCarolIetFerdinandItente depréserver sa
neutralité,mais sous lapressiondes libéraux, elle entre enguerre auxcôtés
desAlliésen 1916etelle estvaincue en quelques mois.Néanmoins les
traitésde1919-1920doublent son territoire en luiattribuant laTransylvanie
hongroise et les régionsdeBucovine,Bessarabie etBanat, c'est-à-direla
GrandeRoumanieincluantbeaucoupdeminorités.
Lapaixnégociée àVersailles,sans quel'Allemagnesoit invitée,porte
lesgermesdelaSeconde guerremondiale.Pas seulementà cause de
l'humiliation infligée aux Allemands.Lesdifficultéséconomiquesvont
motiver la formationderégimes politiquesextrémistes,soitfascistes - que ce
soit les pays latinsdusudoulesEtatsd'Europe centrale- soitcommunistesà
l'Est.
Les missions militairesfrançaisesdessinentunenouvelle carte de
l'Europe en traçantdenouvellesfrontières selondesconsidérations purement
stratégiques.Des millionsd'Allemands seretrouvent intégrésàla
Tchécoslovaquie etàlaPologne, des millionsdeHongroisàlaRoumanie;

22

les Slavesdu sudsont regroupésdansunefédérationde Yougoslavie
artificielle.La guerre avait pour originelavolonté delibérationdes peuples
del'empire austro-hongrois.Lapaixplace ànouveaunombre de ces peuples
sous latutelle d'Etats qui nesont pas les leurs.

Suite àla déclarationdeCorfou,leRoyaume desSerbes,Croateset
er
Slovènesest proclaméle1décembre1918,maisdes mésententes
apparaissent trèsvite entrelesdifférentesethnies, dufaitdela centralisation
serbe.En 1929,leroiAlexandre abolit la constitution, dissout leparlement
etfaitdunouveauroyaume deYougoslavieune dictaturepersonnellejusqu'à
sonassassinatàMarseille en 1934parun oustachicroate.Les
gouvernementsdelarégencerapprochent lepaysdesPuissancesdel'Axe,
auxcôtésdesquelles ils serontentraînés lorsdelaSecondeGuerremondiale.
LesEtatsbalkaniques ontalorsdes régimesd'extrême-droite.Pavelic en
Croatiepousseses oustachisàmassacrerdescivils serbeset juifs.

De partetd'autre du Rideaude fer

Alors qu'avant laGrandeGuerre, des régimesd'extrême-droite étaient
aupouvoir,la défaitenazie et lavictoirerusse favorisent l'installationde
régimescommunistes.La"guerre froide" qui s'installe entrelesanciens
Alliésdel'Ouestetdel'Estconduitàlamise en placeparMoscoudu
"Rideaude fer" pourfaireobstacle auxéchangesdepersonnesetd'idées.Ce
Rideaude fercoupelapéninsule balkanique, engrandepartietombée dans le
campcommuniste.
SeulelaGrèce demeureun pays "libre", échappantàun régime
d'extrême-gauche àl'issue d'une guerre civile detroisans (1946-1949).Les
partisde gaucherefusentdeserallieràlamonarchie.Le généralMarkos,
soutenupar lesSoviétiques, constitue endécembre1947ungouvernement
provisoirequi, depuis les montagnesd'Epiremène desactionsde guérilla
contrelepouvoir.Les insurgés nesontvaincus quepar l'interventiondes
er
Américains.La démocratie est rétabliesous lerègne dePaulI, avecune
successionde gouvernements leplus souvent trèsà droite.

Tous lesautresEtats sontcommunistes,maisà desdegrésdivers.La
Yougoslavieprônesaproprevoievers lesocialisme avecun régime
d'économie auto-gestionnaire.Titofaitentrer la Yougoslavie dansun
ensemble depays "nonalignés"dutiers-monde, avecl'Indonésie.Il restera
endehorsdubloc communiste contrôlépar l'URSS.
LeRideaude ferenfermelesautresEtatsbalkaniques.LaBulgarie,sous
Jivkov, est leplusfidèlesujetdeMoscou, et quasimentunerépublique
soviétique.LaHongrie, avecune économietrèsdynamique, et qui nesesent
nullement slave,montre des signesd'affranchissement par rapportàMoscou.

23

Les troupes du Pacte deVarsovieinterviennent pourécraseruneinsurrection
libérale en octobre1956.Budapest resteranéanmoinsàl'avant-garde dela
libéralisationàl'Est.Avant mêmequeleMur netombe àBerlinen 1989,le
gouvernementhongrois ouvreune brèche dans leRideaude fer pour laisser
lelibrepassage.
LaRoumaniesousCeausescuaun régime duret répressifquoiquepeu
assujettiàl'URSS.Le dictateur mégalomane aggravelasituation
économique enentreprenantdes travauxpharaoniquesvisantà détruireles
villages traditionnels pour regrouper lapopulationdansdescitésagraireset
industrielles.
L'AlbaniesousEnverHoxhase coupe dureste dumonde et tente de
survivre encomplète autarcie.Elleromptavecl'URSS,n'apasderelations
avecsesvoisinsgrec etyougoslave,prétend"ne compter quesur ses propres
forces", et n'a finalement pour seul (et lointain)alliéquelaChine deMao.
Hoxha est lepremierdictateurà décréteruneinterdiction totale des religions.
Cepays,sanscoopérationavecsesvoisins, et transformé enunesorte de
campde concentration, devient leplus pauvre d'Europe.

LeRideaude fer paraissaitdevoircouper l'Europepourune éternité,la
condamnerà avoir le doublevisage deJanus.Ilapourtant suffid'une
ouverturevoulue àMoscouparGorbatchëv,la"glasnost"et "laperestroïka",
- transparence et métamorphose- pourbouleverser le continent.Sansguerre
ni révolution,leMurdeBerlina étéprisd'assaut par lepeuple dansune
ambiance festive eta été démoli.LaHongrie avaitdéjàprisdel'avance en
cisaillant sonRideaude fereten laissant transiter lesAllemandsdel'estvers
l'ouest.Commeun jeude dominos,toutes les partiesdurideaude fer, dela
Finlande àlaGrècesesontdéchirées.Dès lors,l'Europes'estbâtietrèsvite,
lesanciennes républiques populaires,ycomprisd'anciennes républiques
soviétiques- lesBaltes -,ont intégrél'Unioneuropéenne, créant leplusgrand
espace depaixetde démocratie dans lemonde.

Le nationalisme serbe et les autresYougoslaves

L'uniondes peuples sud-slaves,réalisée en 1918 auseind'un royaume,
se briselorsdelaseconde guerremondiale.LesBalkans sontànouveaule
champde bataille desbelligérants.Enavril 1941, après lerenversementdu
prince-régentPaul, favorable àune entente avecles nazis,Hitlerfaitenvahir
et occuper lepays par lesarméesallemandes, hongroises,italienneset
bulgares.Les oustachiscroatescollaborentaveclerégimenazi tandis quela
Résistances'organise avecles partisanscommunistes sous la conduite de
JosepBroz, ditTito,quia des originescroate et serbe,quifut soldatdans
l'armée austro-hongroise avantdepasserdans l'Arméerouge.Al'issue dela
guerre- où10%delapopulationyougoslave apéri -TitocréelaRépublique

24

populaire fédérative de Yougoslavie, formée desixrépubliques, afinde
limiter laprépondéranceserbe,quiavaitcauséla désintégrationduprécédent
royaume.Pendantunequarantaine d'années,lesixrépubliquesfédérées
viventenbonne ententesousun régime communiste d'autogestion
économique,un peumoinsdictatorial queles "démocraties populaires"de
Europeorientale,laBulgarie en particulier.Cependant ilya de grandes
disparités régionaleséconomiques:lesSlovènes nesesentent pasd'affinités
aveclesMacédonienset lesKosovars,qui sont les plus pauvres.L'édifice
hétéroclite deTito nesurvivra guère àsamorten 1980:il s'effondre avecla
chute ducommunisme enEurope en 1989.

Les États slaves issus de la Yougoslavie éclatée

Deuxcausesàla disparitiondela Yougoslavie.
La mort deTito:ses successeurs, eten particulierSlobodanMilosevic,
serévèlentêtre des nationalistes résolusàrendre àlaSerbieun rôle
dominant queTito luiatoujours refusé.
La chute ducommunismeet lalibertérendue àtous lesEtatsd'Europe
orientale:l'une après l'autre, chaquerépublique fédéréeproclameson
indépendance.

Milosevic, chef delaLigue communiste deSerbie, a d'abordmené
l'offensive àpartirde1989auxcôtésdes paramilitaires nationalistes serbes
enconflitaveclapopulationalbanaise duKosovo.Puisen 1991,l'armée
fédérale a combattuenCroatie, faisant notamment lesiège deVukovar,
bourgade àmi-cheminentreBelgrade etZagreb.
L'épisodeleplusdureut pour théâtrela capitale
delaBosniee
Herzégovine,Sarajevo.Fondée auXVsièclepar lesTurcs, dansun site
montagneuxentouré de cinq sommets,Sarajevo ("leséraildans leschamps")
conserveunvieuxquartier musulman,laBascarsiya, avecsonbazar (les
boutiquesd'artisansdes ruesKazandziluketSaraci)et ses mosquées (la
BegovaDzamija est laplusgrande d'Europe, hormisIstanbul),maisaussi
toutautourdeséglises orthodoxesetdes quartiers moderneset industrialisés
(NovoSarajevo).Soitundemi-milliond'habitants mêlés, avecunemajorité
demusulmans,parlant tous serbocroate.Laville a acquisunetristenotoriété,
lorsque,sous la dominationautrichienne, elle fut le détonateurdelaGrande
Guerre.Le28juin 1914,sur les quaisdelaMiljacka,unétudiant serbe,
GavriloPrincip,postéprèsdupont qui portemaintenant son nom,tua de
deuxcoupsdepistolet leprince héritierFrançoisFerdinand d'Autrichequi
passaitenautomobile.

Lorsdel'éclatementdela Yougoslavie etaprès la déclaration
d'indépendance delaBosnie,lesSerbescommencèrentun siège delaville,

25