//img.uscri.be/pth/24cbbb970dd0875be5b02cc62b2312ab8864453e
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Politique de l'immigration choisie au Canada

De
220 pages
Cinquante mille immigrants sont accueillis en moyenne chaque année au Québec depuis 2008. l'ouverture aux autres est certes un progrès, mais cette volonté politique doit-elle se réaliser au détriment de l'équilibre social du peuple majoritaire et du bien-être des personnes accueillies ? C'est en prenant d'abord conscience de l'ampleur du désastre que des solutions adéquates seront proposées. Et l'exposé de l'auteure contribue à tracer une voie salutaire pour l'avenir.
Voir plus Voir moins
Judîth Cardîn Polîtîque de l’îmmîgratîonchoîsîe au Canada Traîté d’îndîgnatîond’une Afro-Canadîenne
Politique de l’immigration choisie au Canada
Judith Cardin Politique de l’immigration choisie au CanadaTraité d’indignation d’une Afro-Canadienne
Du même auteur Les administrations publiques africaines : sortir de l’inefficacité.Cas du Bénin, L’Harmattan, 2008. «Le leadership : inné ou acquis. Les développements théoriques des 10 dernières années» (texte présenté au colloque de fin d’année du CERCLECAD, Ottawa, 15 décembre 2012),Afroscopie, vol. 4, n°1, 2014, chapitre II «Leadership féminin et action politique. Le cas des communautés africaines du Canada», Cerclecad-Harmattan. «Le rôle de la mondialisation sur les administrations publiques en Afrique : le cas du Bénin» (texte présenté au colloque de fin d’année du CERCLECAD-Ottawa, décembre 2010),Afroscopie, vol. 2, n°1, 2011, «Le noir et le savoir scientifique : de la post-colonie à la mondialisation», L’Harmattan. © L’Harmattan, 2016 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-10212-2 EAN : 9782343102122
À tous ceux et celles que le retournement du monde les injustices sociales, les guerres ou simplement la tentation de saisir de nouvelles opportunités professionnelles; obligent à partir loin de leur pays natal, laissant derrière eux famille, parents et alliés pour s’établir dans un autre pays aux pratiques parfois douteuses limitant sévèrement leur épanouissement et brisant à jamais leurs rêves.
Avant-propos
Non informés des difficultés d’intégration professionnelle dans le pays d’accueil, les Africains accourent vers l’eldorado canadien par milliers chaque année. Mais une fois sur le continent nord-américain, la vérité professionnelle semble difficile à digérer. Par ailleurs, l’accueil massif des immigrants choisis par des critères de points pour ce qui concerne le Québec et les répliques de la majorité québécoise qui ont suivi lors de la commission Bouchard-Taylor (2007-2008), montrent clairement qu’il y a un malaise profond et un malentendu entre les élites et la population quant au partage de l’espace québécois. Le commun des mortels pourrait penser que la globalisation, qui permet les flux financiers et les déplacements des capitaux d’un bout à l’autre de la planète, pouvait être un remède pour l’unification de l’espèce humaine. Mais derrière cette apparente unification se cachent de profondes incompatibilités et injustices au plan humain. D’un côté, on assiste à l’ouverture des frontières de l’eldorado occidental aux uns et de l’autre, au refus d’accès à ces mêmes frontières aux indésirables, renvoyant comme message une sous-catégorisation des immigrants que l’on veut accueillir sur son territoire. Le capitalisme financier qui recherche toujours plus de profits et de main-d’œuvre sous-payée est-il le véritable commanditaire de l’ouverture forcée des frontières canadiennes aux immigrants choisis? Les immigrants ont-ils vraiment toute l’attention qu’ils méritent qu’on leur accorde et veut-on les intégrer à leur juste valeur? Les entreprises, les agences, les organismes gouvernementaux et les acteurs politiques font-ils suffisamment confiance à ces immigrants reçus et leur offrent-ils réellement la chance de prouver leur capacité de
9