Quelques mots sur la vie et l

Quelques mots sur la vie et l'œuvre d'Auguste Comte

-

Français
23 pages

Description

A MONSIEUR ÉMILE OLLIVIER

de l’Académie française.

L’Académie française est en liesse ; grande affluence de personnages distingués, grand étalage de riches toilettes au Palais Mazarin.

M. Émile Faguet est appelé à occuper le siège laissé vacant par la mort de M. Cherbuliez, et M. Ollivier répondra au discours que va prononcer le récipiendaire. Suivant l’usage M. Faguet fera l’éloge de son prédécesseur, parlera de ses œuvres, de sa vie privée, ou même publique, s’il en a une.

Fruit d’une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.


Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 18 juin 2016
Nombre de lectures 1
EAN13 9782346079513
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Illustration

À propos de Collection XIX

Collection XIX est éditée par BnF-Partenariats, filiale de la Bibliothèque nationale de France.

Fruit d’une sélection réalisée au sein des prestigieux fonds de la BnF, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques de la littérature, mais aussi des livres d’histoire, récits de voyage, portraits et mémoires ou livres pour la jeunesse…

Édités dans la meilleure qualité possible, eu égard au caractère patrimonial de ces fonds publiés au XIXe, les ebooks de Collection XIX sont proposés dans le format ePub3 pour rendre ces ouvrages accessibles au plus grand nombre, sur tous les supports de lecture.

Georges Audiffrent

Quelques mots sur la vie et l'œuvre d'Auguste Comte

QUELQUES MOTS SUR LA VIE ET L’ŒUVRE D’AUGUSTE COMTE

A MONSIEUR ÉMILE OLLIVIER

de l’Académie française.

 

 

L’Académie française est en liesse ; grande affluence de personnages distingués, grand étalage de riches toilettes au Palais Mazarin.

M. Émile Faguet est appelé à occuper le siège laissé vacant par la mort de M. Cherbuliez, et M. Ollivier répondra au discours que va prononcer le récipiendaire. Suivant l’usage M. Faguet fera l’éloge de son prédécesseur, parlera de ses œuvres, de sa vie privée, ou même publique, s’il en a une. M. Ollivier se donnera du champ, s’occupera peu de celui à qui l’Académie octroie un fauteuil et s’étendra sur tous les sujets qu’il aura soulevés et même sur beaucoup d’autres, de quibus dam alüs. Nous n’avons pas à suivre M. Ollivier au milieu des fleurs qu’il a semées à profusion, ni en de pompeuses périodes qui rappellent ses succès parlementaires. S’il est arrivé à M. Faguet dans ses cours, dans ses conférences, de parler du grand philosophe contemporain, M. Ollivier le suivra sur ce terrain, ce sera la partie la plus substantielle de son discours. Pour la première fois les voûtes académiques retentiront d’un nom qui fut, en d’autres temps, conspué partant d’illustres personnages, que nous voyons ici aujourd’hui réunis. Quantum mutatus ab illo, pourrait-on dire de certains d’entre eux. Mais les temps sont changés et le vent qui vient du dehors leur arrive avec d’insolites senteurs.