//img.uscri.be/pth/84f4dce1e8d48a1342dd9dcf833074df7e3798ef
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Religions transnationales des suds

De
262 pages
Cet ouvrage réunit des enquêtes ethnographiques récentes portant sur les enjeux des mouvements de transnationalisation religieuse issus des pays du Sud. Il privilégie un triple ancrage, épousant les relations historiques d'échange triangulaire entre l'Afrique, les Amériques, et l'Europe qui ont engendré ces constructions transnationales que sont les christianités africaines, les religions afro-américaines et les nouvelles spiritualités amérindiennes, et qui investissent aujourd'hui les pays du Nord.
Voir plus Voir moins
www.editions-acdameaib.IeBS N :8-97802--0613-06teC4vuo egarrop ur lte sansna traniltaoinod asitgiliree i qus oneruocrapel à tn sortusevnre selanges tr des éch serrtnegnaiialue,quE lle riAfA éml se eterupoentrLes es. riqunnoissim sesirpepho-prs des reaiap snetr à tsaliséts meriafincasee rupoeénnse ,saut des capitalnoitan-s sed xuaserés leantrx auacniémir eédses gionreliro-as afquriete enr mé Ar neuoteiolp tneions mexes religep ,tel e  nuEorr pa» s éersverat « tnos seniacitran La ine.ricaa émèierortnalf  ldet riagitérhart ed e snoitiddancscens fre derèsenoitonrus  eprs ueomaus an red gcev ruetd sinventées et de anitno smiganieé snad tnegayov ss des gegabas le .eCilétreasnuvigionrelines rtai uaep edruelsér ueite llenar rté; d atuimrgnastgissent res élarhcnam ra uomsdd les par uitscirctaitini  uo snoi nder paesllveourusiituqse; d aapeutiques et tositruqit ,seréhte nds dejeob atslisedÉgres nnaissoi simoveiel sr pal voenr eu ltneutceffe sertuquête deidus en d idnvir séaexuar pes lcuirntle senc uoni sègides rde cues ogiqamigsei uqtêcenonimas le, esirnaed reérc ed serèalité. L spiriturgpaihsesee htonesléci ias rmbsel tnl seana esyltnl ceetnoedsem  ints etllenerperf sel tserèitno rlae  dn,ioigel séresua xtel se médiations techolonuqign setavoceriqus rei nncoiannnassl edoc atéant  ee  d slace.2 eisadrihrnt astKseuqiréygrA ila à leusetituInsgoeupolorehc ,hcNSIORA TNANSONTIRGILEique, Europe, AmLASED SES DUASrfiaanap C).ceefSthtnaopor eno tsesité Par (Univerto ,rFnasiD dire met) RD(It enemSIMRU'l ed erbmeche her- Rect deolppéDevl  eopruesnerF ,ecnaeR.)e né ldeToa e rrisétP rasiO euts Nanterre La Défe SRNC uerbmem tSCLEu  derivUn (,ed olugrtcirice rece dehe ahercccdineetICSESAO-ociale (ologie StnA porhrueinese Sesérupdt udÉtehe ehcrR ce eedentrau Ceur erchhc ruesseforp ,eguloporothant eserdisciplinaire  elnItstituI tnRSCNt  embme drer edehceehcr ua , diogueeur recttsa yre polotnrh).ueiqexMaé drAnladauG ,M ,arajaance
2
 RELIGIONSI  TRANSNATIONALESI DES SUDSI Afrique, Europe, Amériques
Kali Argyriadis Stefania Capone Renée de la Torre et André Mary
eue  trF seBglqiudC noetpmroia ndAnthropologie HE(E, SSriPa.s)no sagithtor'dnAestiInv- 82eviroh 03 e gilopoctpeosPr
R
ELIGION
S TRANSNATIONALES
DES
SU
DS
emel ton eirliuVplImaticir(d, .)oisn 
1.
C o l l e C t i o n « Investigations d’anthropologie prospective »
et explorations éthiques en anthropologie, 2011.
Déjà paru :
iluJ semreH eMichse, singael  nteelot-eaMA nn
INVESTIGATIONS DANTHROPOLOGIE PROSPECTIVE
2
RELIGIONS TRANSNATIONALES DES SUDS
Afrique, Europe, Amériques
KaliArgyriadis, StefaniaCapone, RenéeDe la Torreet AndréMary
Cet ouvrage paraît également en langue espagnole au CIESAS (Mexique).
Coédition IRD, N° ISBN : 978-2-7099-1737-7
Photo de couverture : La rencontre entre deux prêtresses de la religion akan et du vodou haïtien, possédées par leurs divinités, lors de la première cérémonie œucuménique de la « religion africaine ». Philadelphie (États-Unis), avril 1999. Auteur : Stefania Capone
Mise en page : CW Design D/2012/4910/25
© / IRD / CIESASHarmattan-Academia s.a. Grand’Place, 29 B-1348 Louvain-la-neuve
ISBN : 978-2-8061-0063-4
Tous droits de reproduction, d’adaptation ou de traduction, par quelque procédé que ce soit, réservés pour tous pays sans l’autorisation de l’éditeur ou de ses ayants droit.
www.editions-academia.be
Remerciements
Ce livre est le fruit d’enquêtes ethnographiques de premire main et d’un effort collectif de réflexion qui se sont déroulés entre 2008 et 2011 sous les auspices de deux grands programmes de recherche. Le premier, intituléTransnationalisation religieuse des Suds : entre ethnici-sation et universalisation(coordonné par Kali Argyriadis), a été financé en France par l’Agence Nationale de la Recherche (ANR) et l’Agence Inter-établissements de Recherche pour le Développement (AIRD). Nous souhaitons ici remercier vivement le comité de suivi de l’ANR  Suds  pour la confiance qu’il nous a accordée. Le second, intitulé Transnacionalización y relocalización de las religiones indo y afro-ame -ricanas(coordonné par Renée de la Torre), a été financé au Mexique par le Consejo Nacional de Ciencia y Tecnología (CONACYT). Une tra-duction de cet ouvrage sera d’ailleurs publiée en espagnol sous le titreEn sentido contrario. Transacionalización de religiones africanas y latinoamericanas. S’il est évident que notre travail commun a gagné en envergure grâce à ces grands programmes, qui nous ont permis d’approfondir et de concrétiser notre projet à plus grande échelle, nous souhaiterions aussi rappeler brivement les antécédents de cette collaboration. Ainsi, les chercheurs concernés par les religions afro-américaines conver -geaient depuis plusieurs années dans le cadre de du Centre d’études et de recherches sur les cultures afro-américaines (CERCAA, Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparatives, Université de Paris-X Nanterre) dirigé par Stefania Capone. Certains spécialistes des entre -prises missionnaires (Sandra Fancello, André Mary), quant à eux, avaient participé entre 2002 et 2006 au programme IFRA (Ibadan, Nigeria) intituléRéseaux transnationaux et nouveaux acteurs religieux en Afrique de l’Ouest, dirigé par André Mary et Laurent Fourchard. Par ailleurs, Stefania Capone, André Mary et Nathalie Luca ont animé entre 2006 et 2009 le séminaireAnthropologie des religions transnationales : Afrique, Asie, Amériqueà l’École des hautes études en sciences sociales. De leur côté, Kali Argyriadis et Renée de la Torre avaient constitué en
5
6
2003 un groupe de recherche intituléTransnacionalización et relocali-zación de las religiones (a partir de México), dans le cadre du pro -grammeIdentidades y movilidades de recherches pour le (Institut développement / Centro de Investigaciones y Estudios Superiores en Antropología Social / Instituto Colombiano de Antropología e Historia). Ce travail a lui-même débouché sur la signature, en février 2007, d’une convention de recherche entre l’IRD, le CIESAS, El Colegio de Jalisco et l’Université de Paris X. Nous tenons à exprimer ici notre gratitude envers Ghani Chebouni, représentant IRD au Mexique en 2007, Virginia Garcia, directrice du CIESAS, Susan Street, coordinatrice du CIESAS-Occidente et José Luis Leal Sanabria, président de El Colegio de Jalisco, qui ont soutenu ds ses débuts cette entreprise inédite de coopéra-tion. Toutes nos pensées vont également à Pascal Labazée, succes-seur de Ghani Chebouni à la représentation IRD au Mexique qui nous a quittés prématurément en 2010. L’un des facteurs les plus importants de réalisation d’un projet scientifique de cette taille est l’appui administratif. Sans l’aide et la disponibilité des secrétaires et comptables de nos institutions parte -naires, nous n’aurions jamais pu aller de l’avant. C’est pourquoi nous voudrions en particulier remercier chaleureusement Marguerite Kauss (ANR), Ernesto Olivas et Guadalupe Martínez (CIESAS), Carlos Velasco Picazo et Guadalupe González (El Colegio de Jalisco), Yasmina Djaout (IRD), Monique Descieux (LESC / CNRS) et Stéphane Eloy (CEIFR). Si les ressources et les espaces fournis par la technologie informa-tique nous ont permis de maintenir un contact permanent au sein de notre propre réseau transnational de chercheurs, il n’en reste pas moins que les rencontres  en face à face  ont été indispensables à toutes les étapes du projet. Pour cela, et au-delà des réunions de travail et séminaires permanents organisés de part et d’autres de l’Atlantique, nous avons réalisé deux colloques afin de présenter et discuter entre autres les premires versions des travaux présentés dans cet ouvrage : le premier au centre IRD de Bondy en 2009 et le deuxime au CIESAS-Occidente à Guadalajara en 2010. Tout au long de ces rencontres, nous avons eu la chance de compter sur des inter -locuteurs de choix qui nous ont aidés à mûrir et enrichir nos capaci-tés analytiques et conceptuelles : Thomas Csordas (University of San Diego, USA), Pablo Semán (El Colegio de México, Mexique), Olga Odgers (El Colegio de la Frontera Norte, Mexique), Ramón Sarró (Instituto de Ciencias Sociales de Lisboa, Portugal), Santiago Bastos (CIESAS-Occidente, Mexique), Jorge Durand (Universidad de Guada la-jara, Mexique), Manuela Camus (Universidad de Guadalajara, Mexi -que), et bien sûr Pierre-Joseph Laurent (Université catholique de
Louvain-la-Neuve, Belgique), Joseph Tonda (Université Omar Bongo, Gabon), Alejandra Aguilar Ros (CIESAS-Occidente, Mexique), Caterina Pasqualino (LAIOS / CNRS, France), Lorraine Karnoouh (CIESAS-Golfo), Bernard Coyault (CEIFR), et Jean-Paul Sarrazin (IRD / Université de Poitiers) qui ont participé au programmeTransnationalisation religieuse des Suds : entre ethnicisation et universalisation. Maîtriser les différents codes et les différentes langues des partici-pants de ce projet a été certainement le défi le plus complexe de notre travail collectif. Notre équipe est multilingue et multinationale et les traductions n’ont pas toujours suffi à résoudre divers problmes de compréhension, lesquels nous ont obligés à remettre en question l’idéal d’un langage scientifique universel. De même que les images ou les mots, les concepts charrient de légers décalages de sens d’un contexte à l’autre et peuvent engendrer confusions et malentendus. Nous espérons avoir surmonté cet obstacle et rendu ces malentendus  productifs . C’est pourquoi notre reconnaissance va également aux interprtes et traducteurs qui nous ont aidés tout au long de ces années dans cette tâche ardue, en particulier Caroline Perré, María Palomar Verea, Maïa Guillot et Lorraine Karnoouh. Enfin cet ouvrage n’aurait pu voir le jour sans le travail minutieux de Sandra Fancello, qui s’est chargée de la relecture, de la mise en forme du manuscrit et de la coordination du cahier photos, au stade ultime du programme et alors que les forces commençaient à nous manquer.
7
Les auteurs
Notices biographiques
Kali Argyriadisest anthropologue et chargée de recherche à l’Insti-tut de Recherche pour le Développement (URMIS Paris VII). Ses recherches portent sur la transnationalisation de la santería cubaine et sur sa relocalisation dans l’État du Veracruz (Mexique). Elle a publié La religiónà La Havane. Actualité des représentations et des pratiques cultuelles havanaises(Paris, Éditions des archives contemporaines, 1999) et, avec R. de la Torre, A. Aguilar et C. Gutiérrez,Raíces en movimiento. Prácticas religiosas tradicionales en contextos translocales(Guadalajara, El Colegio de Jalisco, CIESAS, CEMCA, IRD, ITESO, 2008). Stefania Caponeest ethnologue et directrice de recherche au CNRS et membre du LESC (Université Paris Ouest Nanterre La Défense). Ses recherches portent sur la transnationalisation des religions afro-amé -ricaines aux États-Unis, au Brésil et en Europe, ainsi que sur les liens entre reconstruction d’une mémoire africaine et réafricanisation rituelle. Elle est l’auteur deLa quête de l’Afrique dans le candomblé : pouvoir et tradition au Brésil(Karthala, 1999), traduit en portugais (Brésil, Pallas/ Contracapa, 2004) et en anglais (Duke University Press, 2010), ainsi que deLes Yoruba  religion, ethnicité et nationalismedu Nouveau Monde : noir aux États-Unis(Karthala, 2005), traduit en portugais (Brésil, Pallas, 2011). Renée De la Torre est anthropologue, professeur et chercheur au Centre de Recherche et d’Études Supérieures en Anthropologie Sociale (CIESAS-Occidente, Guadalajara, Mexique) et membre de la Academia Nacional de la Ciencia. Ses recherches portent sur les transformations contemporaines de la religion au Mexique, ainsi que sur la transnatio -nalisation des danses aztques. Elle est l’auteur deLos hijos de La luz. Discurso, identidad y poder en La Luz del Mundo(Guadalajara, U. de G./ ITESO/CIESAS 1995 et 2000) ainsi que deLa Ecclesia Nostra : el catoli-cismo desde la perspectiva de los Laicos : El caso de Guadalajara(México,
9