Revue des Deux Mondes juin 2015

Revue des Deux Mondes juin 2015

-

Livres
176 pages

Description

Réformer l’islam – On a beau ne pas partager les convictions d’Éric Zemmour (cette étrange obsession pour la soumission des femmes !), la place qu’a prise le plus dérangeant des essayistes français dans le débat public (notamment avec le Suicide français, 500 000 exemplaires vendus à ce jour) prouve qu’il appuie là où ça fait mal. Le pessimiste, disait Oscar Wilde, est celui qui entre deux maux choisit toujours les deux. Éric Zemmour choisit tout : déclinisme, nostalgie, fascination pour Bonaparte et Robespierre, regrets éternels pour la France de De Gaulle et du Parti communiste, chacun campé dans ses certitudes, la frontière bien tracée et les vaches bien gardées. Mais comment devient-on Éric Zemmour ? Quel est le parcours littéraire de ce prophète de l’Apocalypse ? Quand et comment lui est venue sa révélation mélancolique ? Quels sont les auteurs, les siècles et les textes fondateurs qui l’ont modelé ? La réponse dans ce numéro de la Revue des Deux Mondes. Depuis al-Qaida, Daesh et les attaques terroristes, le monde musulman est confronté à l’interprétation de son texte sacré. Une réforme est-elle possible ? Le philosophe Malek Chebel nous invite à revisiter l’histoire de l’islam. Le défi, nous explique-t-il, est le suivant : « Comment unifier les rangs des musulmans sans devoir choisir entre le repli identitaire ou la guerre sainte comme seuls concepts ? » Autre impasse soulignée par Alaa El Aswany, le célèbre auteur égyptien de l’Immeuble Yacoubian (2), ce pas de deux infernal entre dictature ou islamisme, « les deux faces d’un malheur historique », rendu possible par le wahhabisme. Pour le théologien Ghaleb Bencheikh, « il faut renouer avec l’humanisme d’expression arabe et le conjuguer avec toutes les conceptions philosophiques éclairées du progrès ». Robert Redeker s’interroge sur l’exemple préalable du christianisme : les deux types de réforme religieuse expérimentés en Europe (la réforme protestante fondée sur le « retour à la lettre » et la réforme catholique s’appuyant sur l’administration d’un clergé) sont deux modèles inopérants pour l’islam : revenir au texte littéral, c’est exactement le projet islamiste, et réformer par le clergé n’est pas possible car le sunnisme ne s’appuie pas sur une telle organisation. La réforme ne sera pas un long fleuve tranquille. Et d’ailleurs la réforme de l’islam est-elle la bonne question ? « Imaginons qu’au lieu de réformer l’islam on réforme l’école, propose l’écrivain Leïla Slimani. Et qu’à Alger, à Casablanca, à Tunis ou au Caire, tous les enfants aient droit à l’éducation. Qu’on leur inculque l’art de la dissertation, de la thèse et de l’antithèse... Toute réforme de l’islam est vouée à l’échec s’il n’y a pas des musulmans éclairés pour l’incarner et la faire vivre. » L’exemple de la Tunisie, où la démocratie est à l’œuvre et résiste courageusement au djihadisme, nous autorise à conclure positivement. Dans cette société et dans bien d’autres, les musulmans ont envie de réforme. Sociale, politique et religieuse. Valérie Toranian


Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 juin 2015
Nombre de visites sur la page 20
EAN13 9782356501158
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Sommaire|JUIN 2015
Éditorial | Réformer l’islam › Valérie Toranian
Événement | Éric Zemmour. « J’aime la France pe 1660 à 1815 » › Valérie Toranian et Marin pe Viry | Éric Zemmour est-il un intellectuel ? › Franz-Olivier Giesbert
Dossier | L’islam face au Coran. La réforme est-elle possible ? | Histoire pe la réforme en islam › Malek Chebel | La révolution pe la raison › Ghaleb Bencheikh
| « Il faut se pébarasser pu wahhabisme » › Alaa El Aswany et Valérie Toranian | La réforme religieuse n’est Pas un long fleuve tranquille › Robert Repeker | lutôt que réformer l’islam, réformons l’école › Leïla Slimani
| L’islam et l’école › Jean-aul Brighelli | L’imamat en France : magistère religieux et forma tion › Bernarp Goparp | Chair et charia › Shereen El Feki | our aller Plus loin › Aurélie Julia
Études, reportages, réflexions | Vers la Paix au Moyen-Orient : l’accorp nucléaire avec l’Iran › Renaup Girarp | Les lieux pe l’historien › hiliPPe Raynaup
| ourquoi calculer la valeur pe la vie humaine ? › Annick Steta | Journal
› Richarp Millet
| Choses entenpues › Arthur Dreyfus
Critiques |LIVRES– Malraux perrière la caméra › Michel Ciment |LIVRES– L’accouPlement selon Jean-Dipier Vincent › Laura Bossi Régnier |LIVRES– Les enquêtes pe Roger Chartier › Michel Delon
|LIVRES– Vers un abêtissement irrémépiable › Robert KoPP |LIVRES– Moranp entre Charponne et Nimier › StéPhane Guégan |LIVRES– Alain Gouttman, le pésastre pe Sepan › Robert KoPP |LIVRES– Raymonp Barre : le remèpe français ? › Henri pe Montety |EXPOSITIONS– L’invention pe l’intime › Bertranp Raison |DISQUES– ierre Boulez, 90 ans, 135 CD › Jean-Luc Macia
Notes de lecture
| atrick Leigh Fermor | Jean LoPez | Zakhar rileP ine |  François Angelier | René Crevel | Anjelica Huston | Azorín |  RevueTemps noir
Éditorial Réformer l’islam
n a beau ne pas partager les convictions d’Éric Zem mour (cette étrange obsession pour la soumission des femmes !), la place qu’a Le pesOtre deux maux choisit toujourssimiste, disait Oscar Wilde, est celui qui en prise le plus dérangeant des essayistes français da ns le débat public (notamment avecle Suicide français(1), 500 000 exemplaires vendus à ce jour) prouve qu’il appuie l à où ça fait mal. les deux. Éric Zemmour choisit tout : déclinisme, n ostalgie, fascination pour Bonaparte et Robespierre, regrets éternels pour la France de De Gaulle et du Parti communiste, chacun campé dans ses certitudes, la frontière bien tracée et les vaches bien gardées. Mais comment devient-on Ér ic Zemmour ? Quel est le parcours littéraire de ce prophète de l’Apocalypse ? Quand et comment lui est venue sa révélation mélancolique ? Quels sont les a uteurs, les siècles et les textes fondateurs qui l’ont modelé ? La réponse dan s ce numéro de laRevue des Deux Mondes. Depuis al-Qaida, Daesh et les attaques terroristes, le monde musulman est confronté à l’interprétation de son texte sacré. Un e réforme est-elle possible ? Le philosophe Malek Chebel nous invite à revisiter l’histoire de l’islam. Le défi, nous explique-t-il, est le suivant : « Comment unif ier les rangs des musulmans sans devoir choisir entre le repli identitaire ou l a guerre sainte comme seuls concepts ? » Autre impasse soulignée par Alaa El As wany, le célèbre auteur égyptien del’Immeuble Yacoubian(2), ce pas de deux infernal entre dictature ou islamisme, « les deux faces d’un malheur historique », rendu possible par le wahhabisme. Pour le théologien Ghaleb Bencheikh, « il faut reno uer avec l’humanisme d’expression arabe et le conjuguer avec toutes les conceptions philosophiques éclairées du progrès ». Robert Redeker s’interroge sur l’exemple préalable du christianisme : les deux types de réforme religieus e expérimentés en Europe (la réforme protestante fondée sur le « retour à la let tre » et la réforme catholique s’appuyant sur l’administration d’un clergé) sont d eux modèles inopérants pour l’islam : revenir au texte littéral, c’est exacteme nt le projet islamiste, et réformer par le clergé n’est pas possible car le sunnisme ne s’appuie pas sur une telle organisation. La réforme ne sera pas un long fleuve tranquille. E t d’ailleurs la réforme de l’islam est-elle la bonne question ? « Imaginons qu ’au lieu de réformer l’islam on réforme l’école, propose l’écrivain Leïla Slimani. Et qu’à Alger, à Casablanca, à Tunis ou au Caire, tous les enfants aient droit à l ’éducation. Qu’on leur inculque l’art de la dissertation, de la thèse et de l’antit hèse… Toute réforme de l’islam est vouée à l’échec s’il n’y a pas des musulmans éc lairés pour l’incarner et la faire vivre. » L’exemple de la Tunisie, où la démocratie est à l’œ uvre et résiste courageusement au djihadisme, nous autorise à concl ure positivement. Dans cette société et dans bien d’autres, les musulmans ont envie de réforme. Sociale, politique et religieuse.
1.Éric Zemmour,le Suicide français, Albin Michel, 2014. 2.Alaa El Aswany,l’Immeuble Yacoubian, Actes sud, 2006.
Valérie Toranian
ÉVÉNEMENT
|Éric Zemmour.  « J’aime la France de 1660  à 1815 » Valérie Toranian et  Marin de Viry
|Éric Zemmour est-il un  intellectuel ? Franz-Olivier Giesbert
 « J’AIME LA FRANCE  DE 1660 À 1815 »
› Entretien avecÉric Zemmour  réalisé parValérie Toranian  et Marin de Viry Comment devient-on Éric Zemmour ? Quels sont les éc rivains, les historiens qui ont influencé la pensée du plus controversé des pol émistes français ? Qui sont les maîtres de l’auteur duSuicide français? Retour aux origines. Revue des Deux Mondes – Quelle est la première lect ure qui vous a « marqué lorsque vous étiez enfant ? Éric Zemmour Alexandre Dumas, plus exactement deux de ses romans :les Trois MousquetairesetVingt ans après. Le second m’a plus frappé que le premier, je l’ai relu à 40 ans et il est bie n meilleur.
Revue des Deux Mondes – Parce que Milady réapparaît…
Éric ZemmourOui, Milady… C’est à travers elle que j’ai compris la figure de la femme. Chez Alexandre Dumas, il y a toujours Mil ady et Constance, mais – et c’est là où c’est génial – il n’y a pas de manichéi sme. Milady n’est pas purement méchante. D’Artagnan est du côté de Constance et de Milady à la fois : ça, c’est français !
Revue des Deux Mondes – C’est français ou masculin ?
Éric ZemmourC’est masculin et français. Mais les Français ne s ’interdisent pas d’être masculins, nous l’assumons, et nous l’as sumons dans l’histoire de France. Ça me frappe tout de suite, cette masculini té française. Ma deuxième lecture, vers 11 ans – un cadeau de ma mère –, c’es tBonaparte,Napoléon et l’Aiglonrature se fait par, la trilogie d’André Castelot. Mon entrée en litté Alexandre Dumas et Napoléon. À 14 ans, c’est Balzac avecIllusions perdues. C’est simplissime. Je suis un garçon simple.
Revue des Deux Mondes – Qu’est-ce qui vous a partic ulièrement marqué dansIllusions perdues? Le personnage de Lucien de Rubempré ?
Éric Zemmour C’est le, qui luiRubempré, c’est la scène où il lit son artic permet d’entrer dans le monde des actrices, et même dans le monde en général ! J’ai relu cet article et je me suis aperç u que le style était extraordinaire, et que je passais ma vie à le copier.
Revue des Deux Mondes – Il y a deux « figures » du journaliste chez Balzac : Lucien de Rubempré et Étienne Lousteau. Lo usteau, c’est le petit malin, le petit cynique et…
Éric Zemmourthez, pasJeune, je veux être Lucien Rubempré et Daniel d’Ar Lousteau ! D’Arthez est celui qui pense, Rubempré e st celui qui écrit, et j’ai envie de faire les deux. À 14 ans, je suis fasciné par Rubempré, qui représente le succès, et par d’Arthez, parce qu’il incarne l’œuvre. Être les deux, c’est suivre cette phraseÉric Zemmour est de Victor Hugo, que je ne connaissais pas encore àessayiste et l’époque, où il dit que la littérature est comme lejournaliste. Il a notamment publié :le journalisme, qu’elle ne peut être que politique « c ar on ne Premier Sexe fait pas de révolutions avec du mauvais style. C’es t parce (Denoël, 2006), qu’ils sont de grands écrivains que Juvénal assaini t Rome Mélancolie française et que Dante féconde Florence ». C’est exactement ç a. (Fayard, 2010) etle Revue des Deux Mondes – Dans votre famille, est-ceSuicide français (Albin Michel, 2014). qu’on lisait ? Y avait-il une culture littéraire ?
Éric ZemmourC’est très paradoxal. Il n’y a pas de culture auto ur du livre et quasiment pas de livres. Mon père lit beaucoup les San Antonio, des choses comme ça. Et en même temps, il y a un amour fou pou r la littérature française, pour la France à travers la littérature française p lus précisément.
Revue des Deux Mondes – On croirait du Romain Gary. Un surmoi familial littéraire et français…
Éric Zemmoura mère,La mère de Gary, c’est la mienne. Et m  Exactement. c’est l’injonction paradoxale : reste avec moi, dev iens un homme. C’est toujours l’ambiguïté des éducations traditionnelles, ambiguï té qui pour moi est formatrice.
Revue des Deux Mondes – Comment se situe votre fami lle sur l’échiquier politique ? Plutôt à droite, plutôt à gauche ?
Éric ZemmourElle est gaulliste. Ce qui est plutôt paradoxal…
Revue des Deux Mondes – Surtout chez un pied-noir !
Éric ZemmourMais seul mon père était gaulliste, les autres ne l’étaient pas.
Revue des Deux Mondes – Mais pourquoi l’était-il ?
Éric ZemmourLa France.
Revue des Deux Mondes – La France plus que l’Algéri e ?
Éric ZemmourPlus que l’Algérie. C’est exactement ça.
Revue des Deux Mondes – Dans les humanités, quel a été le champ le plus décisif ? La littérature, la philosophie, l’histoire ?
Éric ZemmourPas la philosophie. La littérature puis l’histoire , qui arrive tout