Seule une femme
269 pages
Français

Seule une femme

-

Description

« Seule une femme peut et doit se lire dans plusieurs directions. Seule, comme seule une femme peut être seule, face à son irréductible singularité, seule face au défi inlassable que constitue la maternité (biologique ou/et cérébrale) en chacune, seule encore dans le création, dans ce qu'elle a à dire, elle, et nulle autre qu'elle, à la place de nulle autre, loin des meutes et de tous les communautarismes. C'est dire que LA femme n'existe pas, et qu'il faut sans cesse articuler le féminin à la féminité qui échappe et excède les poncifs à l'œuvre sitôt qu'on se prend à penser à la condition des femmes. » Marie-Christine Navarro, France Culture

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 14 mars 2013
Nombre de lectures 8
EAN13 9782815907422
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

E S S A I
JuliaKristeva
Seule une femme
PréfacedeMarieChristineNavarro
l’aube
SeuLe une Femme
a coécto’Aube poce essaîést dÈé pa Jéa Vad
Cé cé a ÈtÈ ÈÈÈ pa é sévcé abcato dés Èdtos dé ’Aûbé. Poû toûté éaqûé oû sûésto, ’Èstéz pas à oûs Ècé à ’adéssé û@édtosdéaûbé.co
© Édtos dé ’Aûbé, 2013 poû a pÈsété Èdto www.édtosdéaûbé.co
ïSBN978-2-8159-0743-9
Julia Kristeva
Seule une femme PÈacé dé Maé-Csté Navao
éditions de l’aube
Dû êé aûtéû (éXtats) : Le Génîe Fémînîn : a vîe, a Foîe, es mots. Hanna Arendt, ayad, 1999 Le Génîe Fémînîn : a vîe, a Foîe, es mots. Meanîe Keîn, ayad, 2000 Le Génîe Fémînîn : a vîe, a Foîe, es mots. Coette, ayad, 2002 Meurtre à Byzance, ayad, 2004 Notre Coette, Péssés Uvéstaés dé Réés, 2004 L’Amour seon Coette, Pé éûX Èdtos, 2005 La Haîne et e Pardon, ayad, 2005 Le Corps, e Sens, Séû, 2007 hérèse mon amour, ayad, 2008 Leur regard perce nos ombres(avéc Jéa Vaé), ayad, 2011
Et, céz é êé Èdtéû : Au rîsque de a pensée(avéc Maé-Csté Navao), 2001 ; ’Aûbé pocé, 2006 Mîcropoîtîque, 2001 Cronîques du temps sensîbe, 2003 Coette. Un génîe Fémînîn, 2004 ; ’Aûbé pocé, 2007
Oûvaés dé Maé-Csté Navao (éXtats) : ïtînérance(avéc Eda Mo), AÈa, 2003 Mémoîre conIte, ayad, 2003 Une Femme dépacée, ayad, 2007
Préface
Cea Faît de nombreuses années que je suîs en compa-gnonnage avec Juîa Krîsteva, depuîs ce jour où je suîvîs son cours de sémîotîque à a Sorbonne Nouvee, jusqu’à aujourd’uî où nous travaîons ensembe à notre deu-xîème îvre aux édîtîons de ’Aube. J’étaîs aors en traîn de Faîre une matrîse sur « Le rôe du sîgnîIant cez Lautréamont ». Je revoîs Juîa Krîsteva, ses ceveux bruns noués en queue-de-ceva sur a nuque, son sou-rîre désarmant, ses ongues jambes vîsîbes de caque côté des Fentes de a jupe droîte Faussement sage, j’entends sa voîx caîre, un accent împerceptîbe venu d’aîeurs, a bee étrangère, ses démonstratîons étînceantes, tout cea aîé à un carme auque se aîssaîent prendre Ies et garçons quî se pressaîent caque semaîne à son sémî-naîre. C’étaît avant qu’ee n’opère sa mue, ou putôt ses mues successîves, es ceveux courts, a coupe asymétrîque, e saut dans a psycanayse. Je uî avaîs proposé d’opé-rer une étude crîtîque de certaîns concepts qu’ee étaît en traîn d’înventer, appîqués à a ecture des textes Fonda-mentaux de a îttérature Françaîse, Artaud, Maarmé
7
entre autres. Ee y avaît consentî aussîtôt avec beaucoup de gentîesse et une ouverture d’esprît, une curîosîté dont ee ne s’est jamaîs départîe. Déjà, tous es ééments du cocktaî krîstévîen étaîent en pace, une Femme d’esprît, certes, maîs quî n’avaît nuement ’întentîon de renon-cer au carme qu’ee exerçaît tant sur es têtes que sur es corps, quî savaît déjà que a passîon des mots s’artîcue înassabement à cee de a caîr, soucîeuse de sa îberté, procamant avec Fougue que « sî une Femme avaît une cose à perdre, ce n’étaîent que ses canes », maîs peîne-ment conscîente de sa sînguarîté, à a îsîère du courant Fémînîste, des structuraîstes, du acanîsme, de tous es sys-tèmes prêt-à-penser, dont ee se jouaît tour à tour pour écaFauder une œuvre bîen à ee, novatrîce et toujours en métamorpose. Ce sont précîsément es tèmes dont î est questîon dans Séûé ûé éé, quî peut et doît se îre dans pusîeurs dîrectîons. Seue, comme seue une Femme peut être seue, Face à son îrréductîbe sînguarîté, seue Face au déI înas-sabe que constîtue a maternîté (bîoogîque ou/et céré-brae) en cacune, seue encore dans a créatîon, dans ce qu’ee a à dîre, ee, et nue autre qu’ee, à a pace de nue autre, oîn des meutes et de tous es communauta-rîsmes. C’est dîre que A één’exîste pas, et qu’î Faut sans cesse artîcueré ÈàÈtÈ a quî écappe et excède es poncîFs à ’œuvre sîtôt qu’on se prend à penser a condîtîon des Femmes, et pus encore eur psy-cè. « Étrangez-vous à vous-mêmes, en vous-mêmes »,
8
répète Juîa Krîsteva aux Femmes quî a îsent et s’înter-e rogent sur eur pace et eur devenîr dans ceXXIsîèce quî s’annonce dans et par e caos. Troîs axes ont été retenus. Le premîer, « Au jour e jour », regroupe des artîces dîssémînés dans des revues, dont e mensueééquî n’exîste pus, écrîts à a In des années 1980, contemporaîns de a grande secousse quî ébrana es repères du monde, et sînguîèrement ’Europe, a cute du mur de Berîn. Juîa Krîsteva y tîent une cronîque quî rempace avantageusement a rubrîque du courrîer du cœur cère aux magazînes dîts Fémînîns. Ee y évîte à a Foîs es pîèges du cœur et du sexe, Faît ’éoge du savoîr et de a curîosîté Face à ’înjonctîon mortîFère et consumérîste du tout-jouîr, paîde pour e droît à a trîs-tesse, réairme sa déIance vîs-à-vîs du cute de a dîfé-e rence, nouveau dogmatîsme de a In duXX sîèce dont es errances jaîîssent en gerbes de sang dans es attentats terrorîstes – déjà et encore ! – sur es écrans de téévîsîon, redît sa dette à a psycanayse Freudîenne, cet apprentîs-sage de a îberté, cet exercîce îrrempaçabe de a paroe quî, contre a paresse mentae en vogue, ouvre a voîe vers ’Autre. Les Femmes auxquees ces artîces s’adressent se dîsent certes îbérées, économîquement et érotîquement, maîs ees ne sont dîspensées nî de penser, nî de se méIer des modèes contemporaîns quî sont autant de Igures de nouveaux asservîssements, ces macînes perFormantes et îsses auxquees î Faut réapprendre ’art de a conversa-tîon et e consentement à a Issure.
9
Le second axe, « La caîr et ’esprît », consîste en des portraîts de queques Femmes remarquabes ou proces de a Révoutîon Françaîse, de ce sîèce des Lumîères auque a rélexîon de Juîa Krîsteva renvoîe sans cesse. ïs permettent à a Foîs de cerner es caractérîstîques de ces Femmes d’esprît exceptîonnees quî étaîent aussî de grandes séductrîces, et de s’înterroger sur a quête d’une certaîne Forme d’absou, dont a utte poîtîque quî conIne au sacrîIce de sa propre vîe, voîre à ’exercîce de a terreur, pourraît bîen être un avatar de a passîon maternee. Le troîsîème axe, « Une(s) Femme(s) », c’est ’apport téorîque quî sous-tend ’édîIce. Des textes rares, cer-taîns întrouvabes, poyponîques et poysémîques, quî s’éceonnent entre es années 1970 et aujourd’uî dans esCaés dû grîFet démontrent e taent protéîForme de a pensée krîstévîenne. Aînsî, en 1975, en peîn Fémî-nîsme trîompant, tout en reconnaîssant es mérîtes îs-torîques de ce mouvement, ee décortîque es présupposés de a prétendue « îdentîté Fémînîne », ee met en avant, à côté de ’axe socîa et économîque, ’axe symboîque, a Fonctîon créatrîce au Fémînîn quî s’artîcue sur e sémîo-tîque, e îen à a mère arcaque qu’î convîent de ne pas reFouer. Ee met en garde contre ’îdentîIcatîon pa-îque au pouvoîr poîtîque et a tentatîon de sexuaîser es productîons cuturees quî écappent à toute cassîI-catîon. Ee se passîonne pour es recuses pétrîes d’amour, ces « autres moî-même », es béguînes et eur côture, quî brodent înassabement autour de a Igure du Crîst eurs
10