//img.uscri.be/pth/3eb5b807feb79a552cda0a59f2674179e5d1256e
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 16,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Sortir de la maltraitance

De
221 pages
Des femmes témoignent. Celles qui furent des filles de mères maltraitées témoignent également. De même que la septième épouse de Barbe-bleue échappa au malheur grâce à sa lucidité, de même les femmes qui nous parlent ici ont réussi à trouver leur voie de libération. Sortir de la maltraitance, quitter une relation toxique, c'est se raccrocher à la vie. Cela demande de comprendre suffisamment ce qui se passe, car la violence tend à coloniser nos esprits. L'auteure croise ces témoignages avec son expérience professionnelle.
Voir plus Voir moins
A
Edith Lombardi
Sortir de la maltraitance
Violences conjugales : résister, c’est comprendre, c’est agir
© L’Harmattan, 2016 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-09280-5 EAN : 9782343092805
Sortir de la maltraitance
Edith LombardiSortir de la maltraitance Violences conjugales : résister, c’est comprendre, c’est agir
DE LA MÊME AUTEUREDes contes en partage, L’Harmattan, 2013. Contes et Éveil psychique, L’Harmattan, 2008. L’épopée de Gilgamesh, Les Chemins de Terre, 2008 les.chemins.de.terre@free.frContes et mythes des indiens Cashinahua,Les Chemins de Terre, 2009 les.chemins.de.terre@free.frPar Chance, Paris, Séguier Atlantica, 2005 (roman).Voyage au pays d’Andie, Séguier Atlantica, 2003 (nouvelles).Traiter la violence conjugale, en collaboration avec Marie Bin-Heng et Framboise Cherbit, L’Harmattan, 1996.La Malate, un hôpital psychiatrique très ordinaire, en collaboration avec Michèle Faivre-Jussiaux, Paris, Solin, 1980.
RemerciementsMerci, tout particulièrement, à Framboise Cherbit, à Maïté Débats, à Michelle Picod, premières lectrices, conseillères éclairées et bienveillantes. Merci à Hélène Henri-Fohr, à qui nous devons l’illustration de la page 57. Ma vive reconnaissance à toutes celles qui ont participé à ce livre, par leurs échanges et leurs écrits. Leur courage, leur générosité, leur lucidité et leur intelligence suscitent tout mon respect.
PréalableSi je parle ici des femmes, et seulement d’elles, cela est dû au fait que nos contextes socio-historiques ont fait des femmes des personnes secondes, et que cela s’est toujours traduit, au sein des familles, par des assujettissements qui ont parfois un caractère tragique. Cela constitue un phénomène social dont l’importance et les significations ne se sont pleinement révélées que depuis peu. À cela il est parfois opposé que des hommes aussi peuvent être dominés et manipulés par des femmes qui tiennent à eux, mais qui ne les aiment pas. Certes, et nous espérons que ce livre pourra les aider, eux aussi, à opérer cette remise en chantier de leur sentiment de soi qu’il leur faut faire, afin qu’ils deviennent des sujets à part entière
8
Préface
Par Mary Bin-Heng, 1 présidente de la Fédération Nationale Solidarité-femmes Un temps pour dire
Il y a un temps pour tout, un temps pour écouter et un temps pour faire. Il peut y avoir un temps pour redire ce qui a été entendu et compris, un temps pour raconter, mais aussi un temps pour restituer la parole de l’autre, la transmettre à celles et ceux qui veulent bien la connaître. Edith Lombardi fait partie des personnes qui sont passeuses de mots, passeuses d’histoires. C’est une conteuse. Et pour moi, qui ai eu la chance de l’écouter raconter, je la lis en entendant sa voix. Je retrouve ici sa voix bienveillante, chaleureuse, encourageante, respectueuse de son auditoire, quel qu’il soit, sachant très vite qu’elle va nous emmener sur des chemins de traverse pour nous permettre de penser en toute liberté. Elle nous donne dans cet écrit à lire des histoires de femmes qui se relèvent et veulent se tenir debout, de filles aussi, qui ont vu leur mère se faire maltraiter, qui ont pu être elles-mêmes malmenées étant enfants, et qui aujourd’hui sont des personnes solidaires, aidantes, lucides. De nos jours, les témoignages ne manquent pas sur les violences subies, écrites par les femmes qui veulent faire connaître ce qu’elles ont vécu, pour alerter, et si possible prévenir d’autres et éveiller leur vigilance. L’auteure a choisi de transmettre le cheminement de la pensée de ces femmes et de ces filles qui ont résisté, se sont révoltées et ont décidé de se saisir de leur vie. L’auteure a rencontré nombre de
1  FNSF : Fédération Nationale Solidarité Femmes, réseau qui regroupe quasiment l’ensemble des associations gérant des centres d’accueil d’hébergement, d’accompagnement de femmes victimes de violences, en France. C’est également un lieu de réflexion et de formation.
9