//img.uscri.be/pth/87760fe26a0a7d5a5af54d593eec79a2b3575916
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 14,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

SPORTS DE LA CITÉ

De
101 pages
La grande majorité des analyses actuelles produites sur les banlieues partent du constat de la désorganisation sociale due à la déliquescence des liens sociaux. Dans cet ouvrage, qui traite des pratiques sportives auto-organisées, il est montré que les jeunes des zones urbaines défavorisées sont capables de produire des formes de sociabilité et de citoyenneté qu'on ne peut réduire à des dimensions inférieures du lien social et politique. Située au carrefour de l'anthropologie urbaine et de la sociologie politique, cette recherche a pour objet de décrire et de comprendre des formes sociales, des pratiques sportives qui ne sont pas seulement dans la ville, mais de la ville.
Voir plus Voir moins

Sports de la Cité
Anthropologie de la jeunesse sportivePascal CHANTELAT, Michel FODIMBI, Jean CAMY
Sports de la Cité
Anthropologie de la jeunesse sportive
L'Harmattan L 'Harmattan Inc.
55, rue Saint-Jacques5-7, rue de l'École Polytechnique
75005 Paris - FRANCE Moo~~(~)-CANADAmYl~Collection "Espaces et Temps du Sport"
dirigée par Pierre Arnaud
Le phénomène sportif a envahi la planète. Il participe de
tous les problèmes de société, qu'ils soient politiques,
éducatifs, sociaux, culturels, juridiques ou démographiques.
Mais l'unité apparente du sport cache mal une diversité aussi
réelle que troublante: si le sport s'est diffusé dans le temps et
dans l'espace, s'il est devenu un instrument d'acculturation des
peuples, il est aussi marqué par des singularités locales,
régionales, nationales. Le sport n'est pas éternel ni d'une
essence trans-historique, il porte la marque des temps et des
lieux de sa pratique. C'est bien ce que suggèrent les
nombreuses analyses dont il est l'objet dans cette collection qui
ouvre un nouveau terrain d'aventures pour les sciences
sociales.
- Joël Guibert, Joueurs de boules en pays nantais. Double charge
avec talon, 1994.
- David Belden, L'alpinisme un jeu?, 1994.
- Pierre Arnaud (éd.), Les origines du sport ouvrier en Europe, 1994.
- Thierry Terret, Naissance et développement de la natation sportive,
1994.
- Philippe Gaboriau, Le tour de France et le vélo. Histoire sociale
d'une épopée contemporaine, 1995.
- Michel Bouet, Signification du sport, 1995
- André Benoît, Le Sport colonial, 1996
- Pierre Arnaud et Thierry Terret (éd.), Histoire du sport féminin,
2 tomes, 1996
- Michel Caillat, Sport et civilisation, histoire et critique d'un
phénomène social de masse, 1996.
@L' Harmattan, 1996
ISBN: 2-7384-4477-6Le titre original de la recherche présentée est: "Sociabilités sportives
et formes de citoyenneté des jeunes dans les zones DSU". Le cas de
deux quartiers DSU dans l'agglomération lyonnaise.
Cette recherche, issue du programme "Développement social urbain
et citoyenneté", coordonné par le secrétariat permanent du Plan
Urbain (Ministère de l'Equipement, du Logement et des Transports) a
été financée par la Mission Interministérielle Recherche
Expérimentation (M.I.R.E.) du Ministère des Affaires Sociales, de la
Santé et de la Ville. Elle a donné lieu à un rapport en novembre 1994.Sports de la Cité
SOMMAIRE
Page
Avant-propos. 10
Introduction 13
Première Partie:
Sociabilité(s). citovenneté(s). jeunes. sport et DSU 19
1. Champs disciplinaires et positionnement théorique 20
1.1. Anthropologie urbaine et sociologie politique
1.2. Socialisation et anomie
2. Sociabilité(s), pratiques sportives, jeunes et DSU 24
2.1. Contexte et problématique
2.2. Pratiques sportives de la ville, nouvelle territorialité et
nouvelle culture?
3. Citoyenneté(s), pratiques sportives, jeunes et DSU 28
3.1. Contexte et problématique
3.2. Citoyenneté(s) : deux écueils à éviter
Deuxième Partie:
Contextes urbains et oratioues sportives juvéniles 39
1. Sites et populations étudiés 39
1.1. Les DSU de Vaulx-en-Velin et de la Croix Rousse
1.2. Les espaces sportifs observés
2. Des sports masculins et pluri-ethnique 41
2.1. Choix des populations observées et leurs
caractéristiques
2.2. Types de pratiques sportives
3. Entretiens et questionnaires 44
3.1. Les autres enquêtés
3.2. Les conditions et le déroulement des enquêtes
4. Les limites méthodologiques 47
4.1. Anthropologie urbaine et fait social total
4.2. Observations et généralisation
7Troisième Partie:
Sport auto-or::anisé. culture urbaine et culture ieune 49
1. Les rapports à l'autre: urbanité et incertitude 49
1.1. L'autre intérieur
1.2. extérieur
1.3. Le jeune sportif: entre le gangster et le galérien
2. Les rapports à l'espace: entre l'espace public et le haut-lieu 62
2.1. Les lieux et déplacements
2.2. Les "territoires sportifs"
3. Les rapports au temps 74
3.1. Les moments du sport auto-organisé
3.2. Temps ordinaire et temps extraordinaire
4. Conceptions de la justice et de l'excellence sportive 79
4.1. Le droit de participer
4.2. Corps spectacle et compétences sportives
5. L'articulation entre les différents espaces sportifs:
la pluralité des expériences sportives 83
5.1. Les pratiques sportives auto-organisées et le club
5.2. Les autres espaces sportifs
6. Territoire, identité, culture et classes sociales 88
6.1. La fin de la métaphore éthologique ?
6.2. Culture jeune ou sous-culture de classe?
6.3. Mobilités sportives, urbaines et dispositions sociales
Synthèse: Sport dans la ville et sport de la ville 97
Quatrième Partie:
Sport auto-or~anisé et citoyenneté iuvénile 101
1. Les formes visibles de la citoyenneté locale:
modalités des rapports au pouvoir local 102
1.1. Les effets de la politique d'équipements sportifs des
zones DSU
1.2. Les formes de demande et la connaissance des
procédures décisionnelles
1.3. Conscience d'un espace politique commun
2. Les formes invisibles de la citoyenneté locale;
transgressions et occupations de l'espace commun 107
2.1. Occupation et dispute de
2.2. Des comportements révélateurs d'une crise de
la citoyenneté?
3. La vision des gestionnaires du sport municipal 111
3.1. Consommation et droit illimité d'exiger?
83.2. Jeunes et responsables de la politique locale:
entre confiance et méfiance
Synthèse: Idéal-types des modes d'entrée
en "citoyenneté" (sportive) 115
CinQJlième Partie:
Sociabilités. citoyennetés. sport et politiques publiques 117
1. Repenser les politiques d'équipements sportifs
de proximité 117
1.1. Les fondements de la politique d'équipements
sportifs de proximité
1.2. Repenser la politique sportive dans les zones urbaines
défavorisées
1.3. Critique des fondements des politiques d'insertion
par le sport
2. Reconnaître la spécificité des modes d'expression
juvénile de la citoyenneté 136
2.1. Les fondements de la fonction citoyenne du sport
2.2. Les conditions du développement des formes
juvéniles de la citoyenneté
Conclusion... 151
1. Formes de sociabilité et de citoyenneté liées aux
pratiques sportives auto-organisées 151
2. Sociabilité(s) et citoyenneté(s) sportives 154
ANNEXES... 157
n° 1 : résultats de la phase exploratoire
n° 2 : compléments méthodologiques
n° 3 : grille d'observation des sites
n° 4: la constitution d'une grille d'entretien
n° 5 : la grille d'entretien avec les services municipaux des sports
n° 6 : la pour l'espace sportif ouvert de Bron-Parilly
n° 7 : le questionnaire
LISTE DES TABLEAUX 179
REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES 181
9AVANT-PROPOS
Sports de la Cité: une première image, celle du sens commun,
celle qui saute aux yeux. C'est l'image de la "banlieue", de la "cité
HLM", du quartier, voire du groupe d'immeubles, avec son cortège de
déficits (économiques, culturels, sociaux, politiques). C'est aussi
l'image du repli communautaire, de l'entre-soi, de l'interconnaissance,
de la solidarité.
La "banlieue", la cité, c'est le chômage, la chute sociale, la perte
des repères sociaux et quand l'identité ne peut plus se construire à
partir d'un statut socio-économique, les individus se rabattent sur
l'identité spatiale, comme seule stratégie de survie dit-on.
Cette image laisserait supposer qu'il existe des pratiques sportives
spécifiques à la "banlieue", que dans chaque cité, les jeunes sportifs
s'organisent en "bandes", s'approprient des territoires bien délimités et
les défendent; que la rencontre sportive s'organise cité contre cité,
quartier contre quartier. En un mot, que les jeunes reconstruisent une
identité fragile à partir du local.
Or, cette image est trompeuse. Non pas parce qu'elle viendrait du
sens commun ou du dedans (des habitants des zones DSU,
Développement Social Urbain), mais parce qu'elle est artificiellement
construite et relève d'un discours extérieur sur les "banlieues" : celui
des journalistes (le "retour des bandes") et celui de la sociologie
d'inspiration fonctionnaliste (anomie et déliquescence du lien social
dans les "banlieues").
Cette image est inadéquate car elle suppose une homogénéité
sociale, culturelle, politique, voire ethnique dans les quartiers. Or,
ceux-ci sont hétérogènes et entretiennent des relations complexes
avec la ville.
Faut-il alors parler de culture sportive du pauvre, de sous-culture
ou de contre-culture sportive vis-à-vis de la Culture sportive, celle du
club et du modèle de la compétition?
10