//img.uscri.be/pth/d4a7eff64fc7e52e661e97abba5a96d69f81ae86
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

TIC et éducation en Afrique

De
208 pages
Cet ouvrage rassemble des témoignages très représentatifs des formes et des conditions d'usage des technologies de l'information et de la communication dans le domaine de l'éducation en Afrique au sein des dispositifs technologiques de formation. Quelle place pour les TICE dans les universités africaines et quel rôle des normes et des standards technologiques de l'e-learning ?
Voir plus Voir moins

TICetéducationenAfrique
Applications,rechercheetperspectivesRéseauTICER
Technologies de lInformation et de la Communication pour l’Éducation et la
Recherche
TICetéducationenAfrique
Applications,rechercheetperspectives
Sous la direction de :
MokhtarBENHENDA
EmmanuelTONYE
L’Har mattan
’©L’HARMATTAN,2011
5-7,ruedel’École-Polytechnique;75005Paris
http://www.librairieharmattan.com
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr
ISBN : 978-2-296-54415-4
EAN : 9782296544154Avertissement:
Les textes publiés dans ce volume n’engagent que la responsabilité de leurs
auteurs. Pour faciliter la lecture, la mise en pages a été harmonisée, mais la
spécificité de chacun, dans le système des titres, le choix de transcriptions et des
abréviations, lemploi de majuscules, la présentation des références
bibliographiques, etc. a été le plus souvent conservée.
’« De l’éducation en Afrique à l’éducation africaine, il n’y pas que simple
occurrence ou transition stylistique, mais une maïeutique, une
problématique, une stratégie pilotée par une expertise exceptionnelle mise
au service dun engagement qui ne doit rien à lagressivité, mais tout à la
combinaison heureuse de l’esprit degéométrie et de l’esprit de finesse. »
Pr. Joseph Ki-Zerbo
Historien et homme politique burkinabé
’ ’SOMMAIRE
! AVANT-PROPOS 13
Jacques WALLET
15
! INTRODUCTION
Mokhtar BEN HENDA
! Épizootiesetmaladiesémergentesetré-émergentes:bilan 17
d’étapeduréseauSIST-EMER
Justin Ayayi AKAKPO
! IntégrationdesTICdanslaformationàl’Écolenationale 25
supérieurepolytechniquedeYaoundé
Thomas TamoTATIETSE et Nacer Adamou SAÏDOU
! DigitalDivideinSub-SaharanAfricaUniversities: 41
RecommendationsandMonitoring
Boubakar BARRY, Victor CHUKWUMA, Charles BARTON,
Lea COTTRELL et Monique PETITDIDIER
! E-learning2.0virageoumirage 57
Mona LAROUSSI
71
! Pertinencedel’utilisationdesTICdansl’enseignementdes
filièrestechnologiques
Emmanuel TONYE
89
! TICetgouvernancelocale:stratégiesd’intégrationdeservices
dansleprocessusdedécentralisationauSénégal
Kahdy BÂ SAMBE, Alex CORENTHIN et Claude LISHOU
-11-111
! Expériencesinnovantesentélé-enseignementmédicalà
Madagascar
Juvence RAMAROSON, Herizo ANDRIAMBOLONIAINA et
Fahafahantsoa RAPELANORO RABENJA
! L’accessibilitédesformationsenligne:del’offreauxusages 131
Viviane GLIKMAN
! LatemporalitéHypeCycledesstandardse-Learningdansle 139
contextedepaysémergents
Mokhtar BEN HENDA
! CONCLUSION 195
Emmanuel TONYE
! LISTEETCOORDONNÉESDESCONTRIBUTEURS 197
! TABLEDESMATIÈRES 201
-12-AVANT-PROPOS
Issu de l’activité d’un réseau de chercheurs, cet ouvrage rassemble avant tout
des témoignages et des analyses sur des dispositifs africains de formation ou
d’action sociétale (médecine, gouvernance) utilisant les technologies de
l’information ou de la communication. D’autres chapitres ont une approche plus
réflexive sur les outils ou les acteurs de l’enseignement médiatisé tandis que la
dimension systémique est présente autour de la description de la place des TICE
dans les universités africaines et de l’approche théorique sur les normes et les
standards due-learning questionnésdans uneperspective spatio-temporelle.
L’ouvrage mobilise des auteurs de différentes nationalités, appartenances
linguistiques mais aussi disciplines : infocom, sciences del’éducation, informatique,
sociologie, sciences de l’ingénieur… Ce croisement d’entrées disciplinaires illustre
bien la définition de B. Charlier et D. Peraya (2007) de la technologie de
l’éducation : « un fonds commun en émergence face à des objets de recherche
inédits»
Cet ouvrage devrait intéresser les chercheurs et les professionnels de la
formation, particulièrement ceux qui sont engagés dans la réflexion ou l’action sur
la place des industries de la connaissance et des technologies numériques dans
l’éducationetles pratiquessociales ouprofessionnelles dansles paysduSud.
Au-delà, en se situant dans la réalité de l’innovation avec ses avancées, mais
aussi ses freins, dans des contextes socio-économiques souvent difficiles, l’ouvrage
tranche avec les vulgates et les discours eschatologiques trop souvent de mise en
matièrede TICoudeTICE.
On peut bien sur, et aucun des auteurs ne me contredira, mesurer le fossé qui
existe entre les bonnes pratiques ou les bonnes théories décrites dans l’ouvrage et
la réalité de terrain dans la plupart des organismes de formation africains, mais, la
conduite de l’innovation passe nécessairement dans une première phase par la
compréhension, l’évaluation puis la reproduction, l’adaptation ou l’élargissement
desexpérimentationsréussies.
Le réseau Res@tice est fier de compter la plupart des auteurs de ce présent
ouvrage parmi ses membres, avec d’autres, avant d’autres ils sont des références
dans leurs domaines professionnels respectifs. Cet ouvrage ne peut rester sans
suite.
JacquesWALLET
UniversitédeRouen,France
CoordonnateurduRES@TICE
www.resatice.org
-13-INTRODUCTION
Cet ouvrage collectif s’inscrit dans le cadre des initiatives francophones pour la
promotion de la recherche par l’animation d’activités permettant à des chercheurs
du Sud, ou concernés par le Sud, de mutualiser les résultats de leurs travaux, de
croiser leurs réflexions sur des paradigmes et artefacts technologiques innovants et
de comparer leurs conceptions des meilleures moyens et méthodes à mettre en
place pour que les actions en cours et à venir aillent dans le sens d’une meilleure
optimisationdel’usage desTICetdes TICEauprofit despaysduSud.
Dans les textes fondateurs du réseau TICER (Technologies de l’Information et
de la Communication pour l’Éducation et la Recherche), le commanditaire
principal de cet ouvrage, l’affinité première du réseau est d’appuyer l’inclusion
numérique en Afrique dans le domaine de l’enseignement et de la recherche par la
promotion des actions de partenariat entre enseignants chercheurs de l’aire
francophone, par l’appui des résultats de la recherche en Afrique et par l’animation
scientifiquedansledomaine des TICpour l’enseignementetlarecherche.
Décidée comme une action de ‘valorisation de la recherche’, l’idée de la
production de cette publication scientifique est venue appuyer des initiatives
parallèles entreprises par des réseaux œuvrant sur des thématiques connexes
comme le réseau Res@tice (Réseau de chercheurs en technologies de l’information
et de la communication pour l’enseignement) qui s’est donné pour objectif
d’ouvrer pour l’émergence et la structuration de la recherche dans le domaine des
TICE dans les pays francophones du Sud. Cet ouvrage est aussi le point de
rencontre où sont mis à l’épreuve les principes fondamentaux de la collaboration,
de la mutualisation et de l’échange entre les réseaux de chercheurs francophones
dont les réseaux thématiques du programme SIST (Systèmes ‘Information
Scientifique etTechnique), les réseauxde chercheurs del’Agence universitaire de la
Francophonie et tous les réseaux et structures ayant en commun le souci du
développement de l’enseignement et de la recherche en Afrique. Dans cette
perspective d’action collaborative et de partenariat, voulue comme une tribune de
mutualisation d’expériences et d’expression de réflexions sur l’usage desTIC et des
TICE dans leurs disciplines respectives, des experts représentant plusieurs
spécialités et domaines d’intérêt ont été conviés à contribuer à ce travail de
réflexion.
Les contributions offrent une large diversité de points de vue et une riche
complémentarité dans les thèmes abordés. Elles se concentrent, toutefois, sur un
axe commun, celui de l’usage des TIC dans l’enseignement et la recherche dans un
contexte émergent, particulièrement africain, témoignant chacune d’un souci
particulier et d’une problématique propre. On y relève des thématiques générales
-15-ou spécifiques comme les TIC, les TICE, les télécommunications, les sciences de
l’information etdelacommunication, l’enseignement àdistance, l’e-gouvernanceet
la télémédecine. Chaque thème est abordé dans une approche méthodologique et
scientifique différente, offrant ainsi une richesse de réflexion, un brassage créatif
d’idées et de perspectives et une originalité dans la méthode du rapprochement
interdisciplinairevial’axefédérateur desTICE.
On pourrait ainsi augurer d’une bonne prise de contact entre les réseaux
thématiques, les experts et les chercheurs africains pour un meilleur agencement
des efforts de recherche et une meilleure articulation entre les acteurs du
développementdurable.
MokhtarBENHENDA
MICA/GRESIC, UniversitédeBordeaux3, France
ISD, UniversitéLaManouba,Tunisie
-16-ÉPIZOOTIESETMALADIESÉMERGENTESET
RÉ-ÉMERGENTES:BILAND’ÉTAPEDURÉSEAU
SIST-EMER
JustinAyayiAKAKPO
Coordonnateur du réseau SIST EMER
Coordonnateur de la Recherche & Développement à l’EISMV
Laboratoire de Microbiologie, Immunologie et Pathologie Infectieuse
École Inter-États des Sciences et Médecine Vétérinaires, Dakar, Sénégal
Résumé:
Les perspectives de la Santé Publique Vétérinaire sont largement multidisciplinaires. Elle
concerne tous les acteurs de la santé animale et humaine. Une coordination et un partage
d’information dans un réseau devenue primordiale face à l’émergence et la réémergence des
zoonoses.
Cet article fait le bilan (juin 2008) des activités essentiellement basées sur des outils TIC du
réseau « Épizooties et maladies émergentes et ré-émergentes » (EMER). Réseau mis en place
pour : - La sensibilisation de la communauté scientifique et son information sur l'épidémiologie de
ces maladies, les méthodes de lutte en vigueur, l'écologie des agents pathogènes et le partage de
l'information technique, et sanitaire dans les différents pays ; - sensibilisation des acteurs
économiques et ceux de la société civile à une bonne prise en compte des risques liés à ces maladies
émergentes.
Mots-clés:
Épizooties, maladies émergentes et ré-émergentes, réseautage, répertoire des chercheurs,
Formation en ligne, Thèses en ligne.
1.INTRODUCTION
Le réseau « Épizooties et maladies émergentes et ré-émergentes » (EMER) est
l’un des cinq réseaux de recherche thématiques créés dans le cadre du Système
d’information scientifique et technique (SIST) par le ministère français des affaires
étrangèreseteuropéennes.
La thématique prioritaire confiée à ce réseau pour l’année 2007/2008 a été
l’influenza aviaire hautement pathogène (H5N1) encore appelée grippe aviaire
compte tenudel’actualitédusujet.
-17-Justin Ayayi Akakpo
Le continent africain se trouve dans une situation où les maladies infectieuses
sont endémiques. Vient s’ajouter à ce constat, la crise de la grippe aviaire, qui, bien
que maladie nouvelle émergente, tend vers l’endémicité dans certains pays comme
le Nigeria et l’Égypte….). Cela renforce la nécessité de mobiliser la communauté
scientifique des pays africains et particulièrement celles des pays infectés (Bénin,
Burkina, Cameroun, Côte d’Ivoire, Djibouti, Égypte, Ghana, Niger, Nigeria,
Soudan et Togo), mais aussi les autorités politiques et sanitaires, les acteurs
économiques et l'ensemble de la société civile de ces pays. La mise en place d'un
réseau permettant : une circulation rapide de l'information, le partage d'expériences
etleséchangesaudelà ducontinent, estessentiel.
Le réseau SIST-EMER sur les maladies émergentes et re-émergentes s'inscrit
danscetteperspective, de mêmequecelledelaluttecontrelapauvreté.
2.OBJECTIFSETPRIORITÉSDURÉSEAU
Les objectifs du réseau thématique sur les épizooties et les maladies émergentes
etré-émergentes sont:
Surunplangénéral,
1. la sensibilisation la communauté scientifique et son information sur
l'épidémiologie decesmaladies,les méthodes delutteenvigueur, l'écologiedes
agents pathogènes et le partage de l'information technique, et sanitaire dans les
différentspays;
2. la sensibilisation des acteurs économiques et ceux de la société civile à une
bonnepriseencomptedesrisquesliésàcesmaladiesémergentes.
Surunplanspécifiqueetprioritairement:
1. d’assurer un échange d'informations scientifiques au sein du continent africain
et permettre une meilleure prise en compte de la problématique posée par la
grippeaviaire;
2. de permettre, grâce à des produits d'information et de communications
développés dans le cadre du réseau, une meilleure sensibilisation des pouvoirs
publics conduisant à une politique sanitaire raisonnée à l'attention des
décideurs, des acteurs financiers, des éleveurs, des consommateurs et des
média;
3. de contribuer à une meilleure connaissance de l’épidémiologie et de l'impact
socio-économiquedelamaladie.
3.COMITÉDERÉSEAU
Lecomitéduréseauestconstituéde05personnes:
-18-Épizooties et Maladies Émergentes et Ré-émergentes
• ProfesseurJ ustin Ayayi AKAKPO de l’École Inter-États des Sciences et
Médecine Vétérinairesde DakarauSénégal;
• Docteur Jean Marc FEUSSOM KAMENI de l’École Inter-États des Sciences
et Médecine Vétérinaires, chargé de la mise en ligne de l’information et de
l’animation dusite;
• Docteur Kebkiba BIDJEH de l’Organisation des Nations unies pour
l’alimentationetl’agriculture(FAO),baséàLibrevilleauGabon;
• Docteur Bassirou BONFOH du Centre Suisse de recherches scientifiques en
Côted’Ivoire(CSRS) baséàAbidjan Côted’Ivoire;
• Professeur Zoubir FOUATIH de la Faculté de Médecine de l’Université
d’OranenAlgérie;
• Docteur RAKOTONDRAVAO du Département de recherches
zootechniques et vétérinaires, FOFIFA (DRZV) d’Antananarivo à
Madagascar.
4.PARTENAIRESDURÉSEAU
Le réseau travailleaveccertains partenaires comme :
• L’École Inter-ÉtatsdesSciencesetMédecineVétérinaires (EISMV)deDakar
• L’Agence UniversitairedelaFrancophonie(AUF)
• Le Centre de coopération internationale en recherches agronomiques pour le
développement (CIRAD)
• Le Ministèrefrançaisdes Affaires étrangères eteuropéennes
5.ACTIVITÉSDURÉSEAU
L’élaboration du plan d’action SIST-EMER fut la première activité du réseau. Les
activités sedistinguentenactivitésducomité deréseau etactivitésduréseau.
Nousferonsicilelisting desactivités àladatedu20 juin2008.
Lalisteci-dessousrécapitulelesactivités minimalesprévuesjusqu’àfin2008.
5.1.Activitésducomitéderéseau
• élaborationdupland’action(avril 2007) ;
-19-Justin Ayayi Akakpo
• création et alimentation du site d’information du réseau, comprenant :
l’annuaire des membres du réseau (la coquille du site sera mise à disposition
desréseaux),veilleinformationnelle (avril-mai 2007);
• formation de deux ressources humaines pour l’alimentation du site
d’information ;
• définitiondes critères d’adhésionauréseau;
• publication d’un bulletin électronique à l’attention des membres du réseau et
plus largement de la communauté scientifique intéressée (1° bulletin : juillet-
septembre2007);
• réalisation d’uneplaquetteetd’uneaffichede présentationduréseau;
• réunions, de préférence en visioconférence, ou physiquement à l’occasion d’un
événement scientifique majeur lié à la thématique. Chaque réunion doit faire
l’objet de la diffusion de deux documents : un ordre du jour de la réunion et
un compte-rendu (oct. 2007, réunion du comité de réseau à Paris et participation de
certains membres à la 5° conférence mondiale sur la Grippe aviaire) ;
• conception et diffusion des appels d’offres, sélection des projets (mai-juillet
2007) ;
• recherche desynergiesetdepartenariats, etsignaturedeconventions;
• établissement de rapports financiers et de rapports d’activités, à fournir chaque
année à l’AUF selon les modalités définies dans la convention de coordination
(déc. 2007 et nov. 2008) ;
• élaborationd’unestratégie depérennisationduréseaupar:
omaintientdesréunions du comitéderéseauetles animationsscientifiques
orecherche de financement additionnel à travers l’UA/IBAR, Communautés
Économiques Régionales, Ministère français des Affaires Étrangères, Union
Européenne,BanqueAfricainedeDéveloppement…..)
• Expertise faiteparleréseau.
5.2.Activitésduréseau
• études de besoins de la communauté scientifique concernée (juillet-décembre
2007);
• organisationd’actionsdesensibilisation(touspublics);
• organisation d’une journée scientifique liée à un événement majeur (mai 2008 à
ème
Dakar à l’occasion du 40 anniversaire de l’EISMV);
-20-