//img.uscri.be/pth/81441b9b5d770178a6c27253381b89ef9f1b9eff
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : MOBI - EPUB - PDF

sans DRM

Torio

De
16 pages

« Les gens vivaient heureux à Disio. Du moins le pensaient-ils. Ils mettaient en pratique les idéaux pour lesquels leurs aînés s’étaient sacrifiés et pouvaient ainsi profiter des fruits de tous ces bons efforts accumulés. Le progrès technique au service de leur consommation quotidienne aurait presque pu leur faire oublier qu’un seul chantier restait encore à achever. Ils n’avaient en effet pas totalement atteint ce que leurs deux illustres ancêtres avaient originellement convoité : le discernement [...] »

Partant du conte et de l'utopie politique, Torio revisite les thèmes de l'intolérance et des lois inhumaines en les condensant : la parabole se mue imperceptiblement en une hyperbole qui nous alerte sur les conséquences systémiques des représentations manichéennes de l'existence.

En ces temps contrastés et changeants, où s’enchevêtrent les aspirations démocratiques et la montée des extrémismes, ce court texte métaphorique et baroque, au cynisme sous-jacent, s’avère plus que jamais d’actualité. Il interpelle notre conscience citoyenne, l’invitant à la responsabilisation autant qu’au discernement.


Voir plus Voir moins
www.edilivre.com Edilivre Éditions APARIS 175, boulevard Anatole France – 93200 Saint-Denis Tél. : 01 41 62 14 40 – Fax : 01 41 62 14 50 – mail : actualite@edilivre.com Tous droits de reproduction, d’adaptation et de traduction, intégrale ou partielle réservés pour tous pays. ISBN numérique :978-2-332-74190-5 Dépôt légal : décembre 2011 © Edilivre Éditions APARIS, 2011
Il était une fois une plaine merveilleusement fertile. Cette table déjà si miraculeusement dressée par les dons de la nature, s’était au fil des siècles généreusement garnie, grâce au travail d’hommes patients et ingénieux. Ils avaient tant et si bien su glorifier l’œuvre du Créateur, qu’ils étaient parvenus à toucher du doigt et des lèvres l’abondance que même leurs rêves les plus fous n’avaient osé entreprendre. Au centre de cette plaine trônait Disio. Les gens vivaient heureux à Disio. Du moins le pensaient-ils. Ils mettaient en pratique les idéaux pour lesquels leurs aînés s’étaient sacrifiés et pouvaient ainsi profiter des fruits de tous ces bons efforts accumulés. Le progrès technique au service de leur consommation quotidienne, aurait presque pu leur faire oublier qu’un seul chantier restait encore à achever. Ils n’avaient en effet pas totalement atteint ce que leurs deux illustres ancêtres avaient originellement convoité : le discernement. Mais cela ne troublait pas...