Un pays sur les nerfs

Un pays sur les nerfs

-

Livres
140 pages

Description

«?On trouvera dans ces pages des éclairages passionnants et érudits sur le Coran et ses dévoiements par le soi-disant imam Al-Baghdadi, sur le sens du texte sacré des musulmans, ses interprétations, les luttes dont il fut l'objet au viie?siècle entre les modernes et les obscurantistes, avec ce constat amer sans cesse renouvelé?: les progressistes perdirent la bataille, laissant prospérer une vision rétrograde du legs spirituel de Mahomet. Les attentats terroristes en France, comme les exactions de Daech en Irak et en Syrie, ont ­inspiré à Tahar Ben Jelloun des textes puissants, tantôt remplis de colère et d'émotion, tantôt écrits au scalpel froid d'une pensée rationnelle aux prises avec l'irrationnel.»
Éric Fottorino,
Directeur de l'hebdomadaire Le 1
Romancier, poète et essayiste, Tahar Ben Jelloun est un observateur attentif du monde arabe. Il est depuis 2008 membre de l'académie Goncourt, institution qui avait distingué son roman, La nuit sacrée (Seuil) en 1987.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 04 mai 2017
Nombre de visites sur la page 7
EAN13 9782815922906
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
UNPAYSSUR LES NERFSTahar Ben Jelloun
l’aube
Un pays sur Les nerFs
à côécîôLe 1 en livre éŝ dîRîgÈé àR ÉRîc ôôRîô
Dàŝ à mêmé côécîô : éà Sîmàî,Le diable est dans les détails Macron par Macron Mîcé ORàY,La parole au peuple
’îÈgRàîÈ dé céŝ éxéŝ à ÈÈ ûbîÈé àRLe 1. www.é1ébdô.R
© é 1/ Édîîôŝ dé ’Aûbé, 2017 www.édîîôŝdéàûbé.côm
ïSBN 978-2-8159-2289-0
TààR Bé Jéôû
Un pays sur les nerfs
éditions de l’aube
Avantpropos
Èàîŝ écôRé û jéûé jôûRàîŝé à J’Bé Jéôû Ràà mô éŝRî. RémîèRé ôîŝ qû’û éxé dé TààR ï ŝ’àgîŝŝàî d’û Rômà qûî éàî àûŝŝî dé à ôÈŝîé é dû côé ôRîéà, àéc ûé àgûé îmàgÈé, àû ŝéRîcé d’ûé îŝôîRé éûé d’àîéûRŝ, d’û MàRôc À mî-cémî éRé Rêé (ôû ûÔ càûcémàR) é RÈàîÈ. é îRé ŝ’àéàîMoha le fou, Moha le sage [Séûî, 1978], é î à màRqûÈ mà mÈmôîRé. Bîé d’àûRéŝ Rômàŝ dé TààR Bé Jéôû ô ŝûîî, éLa Nuit sacrée[Séûî, 1987] qûî ûî àû é Rîx GôcôûR, màîŝ àûŝŝî d’àûRéŝ RÈcîŝ é Rîŝé àéc ôRé
7
Tahar Ben JeLLoun
Èôqûé, cômméL’Auberge des pauvres [Séûî, 1998], màgîIqûé Èôcàîô dé à IgûRé dû mîgRà.
Dèŝ é àcémé dé ôRé ébdômà-dàîRéLe 1, dô î à àcîémé àccômà-gÈ à àîŝŝàcé, ’ÈcRîàî à mîŝ ŝà ûmé dàŝ à bààîé dé ’àcûàîÈ. Nôŝ écéûRŝ ŝé ŝô àbîûÈŝ À îRé ŝéŝ ààYŝéŝ ŝûR éŝ ÈÈéméŝ bRÛàŝ, àû ŝéŝ RôRé dû éRmé, qûî ô àŝŝômbRî ôŝ éxîŝécéŝ é ôRé RégàRd ŝûR é môdé. O Rôû-éRà àîŝî dàŝ céŝ àgéŝ déŝ ÈcàîRàgéŝ àŝŝîôàŝ é ÈRûdîŝ ŝûR é CôRà é ŝéŝ dÈôîéméŝ àR é ŝôî-dîŝà îmàm A-Bàgdàdî, ŝûR é ŝéŝ dû éxé ŝàcRÈ déŝ mûŝûmàŝ, ŝéŝ îéRRÈàîôŝ, éŝ é ûéŝ dô î û ’ôbjé àû vii ŝîècé éRé éŝ môdéRéŝ é éŝ ôbŝcûRàîŝéŝ, àéc cé côŝà àméR ŝàŝ céŝŝé RéôûéÈ : éŝ RôgRéŝŝîŝéŝ éRdîRé à bààîé, àîŝŝà RôŝÈRéR ûé îŝîô RÈRôgRàdé dû égŝ ŝîRîûé dé Màômé. éŝ àéàŝ éR-RôRîŝéŝ é Ràcé, cômmé éŝ éxàcîôŝ dé Dàéc é ïRàk é é SYRîé, ô îŝîRÈ À TààR Bé Jéôû déŝ éxéŝ ûîŝŝàŝ,
8
Avant-propos
àÔ Rémîŝ dé côèRé é d’Èmôîô, àÔ ÈcRîŝ àû ŝcàé Rôîd d’ûé éŝÈé Ràîôéé àûx Rîŝéŝ àéc ’îRRàîôé. « Céûx qûî ô dÈcîmÈ ’Èqûîé déCharlie Hebdoààîé àûŝŝî ôûR mîŝŝîô dé méRé I À à îbéRÈ dàŝ é àYŝ dé VôàîRé, ÈcRîàî ’àûéûR dûTerrorisme expliqué à nos enfants[Séûî, 2016] àû édémàî déŝ àéàŝ dû 7 jàîéR 2015. HéûRéûŝémé qûé à îbéRÈ ôRé déûîŝ qûéqûé émŝ û gîé àRé-bàéŝ qûî à Rôègé. Nô, à îbéRÈ ’à àŝ ÈÈ “àŝŝàŝŝîÈé”. Eé éŝ îcàRÈé dàŝ é éûé dé Ràcé débôû, céûî qûî éŝ ŝôRî ŝôàÈmé, ûé bôû-gîé ôû û cRàYô À à màî ôûR dîRé “Jé ŝûîŝ CàRîé”. »
PôûR àûà, céé Ràcé dàŝ àqûéé Bé Jéôû à côîŝî dé îRé déûîŝ 1971 é céŝŝé dé ’îqûîÈéR. ï Y ôî ôîdRé é Ràcîŝmé, ’àîŝÈmîîŝmé déŝ càgéŝ d’éŝcà-îéR, ’îôÈRàcé À ’àûRé, éŝ RàÈŝ dé ’î-ÈgRàîô, à àîgûé dÈmôcRàîqûé. « Emî CîôRà dîŝàî déŝ côŝéŝ bîé mÈcàéŝ ŝûR éŝ Ràçàîŝ é éŝ àccûŝàî dé “RÈÈ-RéR û méŝôgé bîé dî À ûé ÈRîÈ mà
9
Tahar Ben JeLLoun
ôRmûÈé”. ï Y à éû à dé méŝôgéŝ dé à àR déŝ ômméŝ ôîîqûéŝ, dé dRôîé cômmé dé gàûcé qûé à ôRmûé ’éŝ ûŝ îmôRàé… » Céé RÈléxîô dé ’ÈcRîàî Ràcô-màRôcàî àà qûé ’Ècàé ’àfàîRé îô môRé ’àcûîÈ dé ŝô RégàRd ŝûR ôRé ûîéRŝ ôîîqûé. Qû’î bRôŝŝé û ôRRàî àcîdé màîŝ ŝàŝ mÈcàcéÈ dé Ràçôîŝ Hôàdé ôû qû’î Ràqûé ôŝ RàéRŝ, î ôfRé ôûjôûRŝ ûé màîèRé dé RémîéR côîx ôûR RÈlÈcîR.
ÉRîc ôôRîô DîRécéûR dé ’ébdômàdàîRéLe 1