Une histoire de l

Une histoire de l'État en Europe

-

Livres
612 pages

Description

Angleterre des Plantagenêts, Espagne du Siècle d'or, Pologne des rois étrangers, Provinces-Unies, France des Bourbons, Empire austro-hongrois, Allemagne nazie, Union européenne, sont quelques-unes des étapes emblématiques de cet itinéraire retraçant la genèse de l'État en Europe, du Moyen Âge à nos jours, à travers ses diverses figures historiques et nationales.Interdisciplinaire et comparatif, cet ouvrage de synthèse conjugue de manière inédite l'histoire, le droit et la philosophie politique. Sa structure chronologique claire, lutilisation de cartes et dencadrés, linsertion des textes fondamentaux du droit des États en font un outil extrêmement riche pour les étudiants, mais également passionnant pour tous les amateurs dhistoire.Au moment où la construction européenne et les défis de la mondialisation ébranlent les concepts classiques de lÉtat et de la souveraineté, Jean Picq donne des clés pour penser la question de lÉtat aujourdhui et bâtir lEurope politique de demain.Une Histoire de lÉtat en Europe est la seconde édition augmentée et remaniée du manuel initialement paru sous le titre Histoire et droit des États, et unanimement salué par la critique lors de sa parution en 2005.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 06 avril 2009
Nombre de lectures 60
EAN13 9782724688559
Licence : Tous droits réservés
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Couverture de l'epub
Jean Picq

Une histoire de l’État en Europe

Pouvoir, justice et droit du Moyen Âge à nos jours

Présentation

Angleterre des Plantagenêts, Espagne du Siècle d'or, Pologne des rois étrangers, Provinces-Unies, France des Bourbons, Empire austro-hongrois, Allemagne nazie, Union européenne, sont quelques-unes des étapes emblématiques de cet itinéraire retraçant la genèse de l'État en Europe, du Moyen Âge à nos jours, à travers ses diverses figures historiques et nationales. Interdisciplinaire et comparatif, cet ouvrage de synthèse conjugue de manière inédite l'histoire, le droit et la philosophie politique. Sa structure chronologique claire, l’utilisation de cartes et d’encadrés, l’insertion des textes fondamentaux du droit des États en font un outil extrêmement riche pour les étudiants, mais également passionnant pour tous les amateurs d’histoire. Au moment où la construction européenne et les défis de la mondialisation ébranlent les concepts classiques de l’État et de la souveraineté, Jean Picq donne des clés pour penser la question de l’État aujourd’hui et bâtir l’Europe politique de demain. Une Histoire de l’État en Europe est la seconde édition augmentée et remaniée du manuel initialement paru sous le titre Histoire et droit des États, et unanimement salué par la critique lors de sa parution en 2005.

L'auteur

Jean Picq – Président de chambre à la Cour des comptes, est professeur à Sciences Po où il enseigne la science politique et la philosophie politique.

Table des matières

  • Préface(Richard Descoings)
  • Avant-propos de la nouvelle édition
  • Avant-propos de la première édition
  • Dates clefs pour l'histoire et le droit des états
  • Introduction. Le surgissement des figures de l'État dans l'histoire de l'Europe
    • Les figures de l’État
    • L’État comme concept
    • L’État comme processus historique, l’État comme généalogie
    • L’itinéraire proposé: une histoire de l’État en Europe
  • Partie 1 — Aux sources de l'Europe, du droit et de l'État
    • Introduction
    • Chapitre 1. Aux sources de l'Europe et de l'État
      • Jérusalem : l’État des hébreux et la loi
      • Emmanuel Levinas et la « loi de l’État »
      • La source grecque : la cité et la loi
      • Rome ou le droit
      • Conclusion
    • Chapitre 2. La souveraineté et la question théologico-politique
      • L’origine de la question théologico-politique
      • La chute de Rome et la matrice augustinienne des deux cités
      • Byzance ou le modèle eusébien de l’empire englobant
      • Rome ou le modèle gélasien de l’église englobante
      • Rénovation ou translation de l’Empire romain
      • Conclusion
    • Conclusion de la 1re partie
  • Partie 2 — La naissance des États l'Europe de la chrétienté latine médiévale (1000-1500)
    • L’unité par la religion
      • Introduction
        • La chrétienté latine, un moment essentiel dans l’histoire de l’Europe
      • Chapitre 3. L'église et la régulation de la violence
        • La gestion de la violence : de la paix de dieu à la paix des rois
        • La réforme grégorienne : moment capital pour l’église et les états
        • La papauté, un prototype de l’état par un recyclage du droit romain
        • Conclusion. La papauté, prototype de l’État
      • Chapitre 4. La justice et le droit
        • « Décoré d’armes et armé de lois »
        • La justice et le droit : juges itinérants et common law
        • La limitation du pouvoir royal : la magna carta
        • Conclusion - Un premier État de justice et de droit...
      • Chapitre 5. L'état des capétiens
        • Le roi, fontaine de justice
        • Les légistes et les lois fondamentales du royaume
        • Conclusion
      • Chapitre 6. Les royaumes hispaniques et la Pologne
        • Les royaumes d’Espagne
        • La « république nobiliaire » de Pologne
        • Conclusion
      • Chapitre 7. De Marsile de Padoue à Machiavel
        • Quand se brise l’ellipse...
        • Les contestations dans l’église
        • L’affirmation des États face à l’Église
        • Le moment machiavel
      • Conclusion de la 2e partie
  • Partie 3 — L'affirmation des États l'Europe des guerres de religion (1517-1648)
    • La division par la religion
      • Introduction
      • Chapitre 8. Le saint-empire romain germanique, la Réforme et ses conséquences politiques (1520-1800)
        • Le saint-empire romain germanique, terre d’éclatement de la réforme et des troubles politiques et religieux
        • De la paix d’Augsbourg à la paix de Westphalie
        • Les débats politiques suscités par les réformes
        • Conclusion
      • Chapitre 9. L'État de justice en France ébranlé par les guerres de religion
        • L’État de justice hérité des capétiens
        • Le choc des guerres de religion
        • L’édit de Nantes d’Henri IV et la pacification religieuse
        • Conclusion
      • Chapitre 10. L'inquisition, la pureté du sang et le droit des gens
        • L’Espagne : une lente unification
        • Le Siècle d’or : un moment décisif
        • De l’Espagne des trois religions à l’Espagne inquisitoriale
        • L’absolutisme
        • L’État colonial et la naissance du droit international public
        • Conclusion
      • Chapitre 11. La Pologne
        • Le siècle d’or des Jagellons
        • La Pologne des rois étrangers
        • Conclusion
      • Chapitre 12. L'affirmation de l'État constitutionnel en Angleterre
        • La résistance des parlements face à l’absolutisme des Stuarts (1600-1688)
        • La victoire définitive du parlement (1689-1800)
        • Conclusion
      • Conclusion de la 3e partie
  • Partie 4 — La raison des états. L'équilibre européen (1648-1815)
      • Chapitre 13. Les lumières, la raison des États et l'équilibre européen
        • Les lumières comme temps du déploiement de la « raison d’état »
        • L’équilibre européen et les instruments des états : la diplomatie, l’économie et la guerre
        • Les lumières comme temps de naissance de l’« économie politique » mondiale
        • Conclusion
      • Chapitre 14. Le siècle d'or hollandais
        • Des institutions originales
        • Une puissance européenne et mondiale
        • Conclusion
      • Chapitre 15. La France des Bourbon
        • La mise en place d’un état de finance et de police
        • La revocation de l’édit de Nantes et le choix de la monarchie de droit divin
        • La révolte des parlements de justice
        • Conclusion - De la cause de Dieu à la cause de la Nation
      • Chapitre 16. Le despotisme éclairé dans la monarchie des Habsbourg au XVIIIe siècle
        • La situation politique de l’empire austro-hongrois au temps des guerres de religion
        • La mise en œuvre du despotisme éclairé
        • Conclusion
      • Chapitre 17. Les révolutions des droits de l'homme en France et aux États-Unis
        • La révolution américaine ou la régulation par le droit
        • La révolution française : l’État et le culte de la loi
        • Conclusion
      • Conclusion de la 4e partie
  • Partie 5 — La confrontation des états l'Europe des nationalismes et des totalitarismes (1815-1945)
    • La division par l’idéologie
      • Introduction
        • D’une Europe à l’autre...
      • Chapitre 18. Romantisme, nation-État et nationalités
        • Le romantisme allemand, le paradigme de la nation-État et le mouvement des nationalités
        • Les révolutions de 1848
        • La double monarchie austro-hongroise et le Reich Bismarckien (1867-1918)
        • La république « d’Autriche allemande » et la république de Weimar, leurs compromis et l’annonce des « sombres temps »
        • Conclusion
      • Chapitre 19. L'État libéral, son droit et sa crise
        • La figure politique de l’État libéral : le régime parlementaire
        • L’État libéral, un grand législateur, une administration efficace
        • Conclusion
      • Chapitre 20. Les états totalitaires
        • Le totalitarisme
        • Les états totalitaires et le droit perverti
        • Conclusion
      • Conclusion de la 5e partie
  • Partie 6 — La pacification des états l'Europe de 1950 à nos jours
    • L’unité par le projet et par le droit
      • Introduction
      • Chapitre 21. Le renouveau des droits de l'homme et le retour de l'État de droit en Europe
        • Le renouveau du droit dans le combat contre le totalitarisme et la consécration de l’État de droit
        • L’affirmation de l’État de droit en Europe depuis 1945
        • Conclusion
      • Chapitre 22. Les États, leur souveraineté et leur droit dans la construction européenne
        • L’Europe, l’État et le droit : la consolidation de l’État de droit
        • L’État en question : la souveraineté ébranlée
        • Conclusion
      • Chapitre 23. Le renouvellement des figures de l'État
        • L’État « décentralisé »
        • L’État régulateur
      • Conclusion de la 6e partie
  • Conclusion. L'Europe en ses États, l'État comme paradoxe
    • De quelques fruits...
    • L’État, une figure paradoxale…

Préface

Richard Descoings

Jean Picq propose une édition véritablement nouvelle de l’ouvrage qu’il a tiré de son cours, professé depuis dix ans à Sciences Po avec un succès remarquable, sur l’histoire de l’État en Europe. Ce livre n’est pas un manuel au sens traditionnel du terme : il ne s’agit pas de recenser les connaissances exigées par tel ou tel programme scolaire. Issu d’une réflexion originale, déployant une pensée construite, mûrie d’observations personnelles et d’expériences tirées de l’action autant que de lectures, polie par plusieurs années de confrontation avec les remarques, suggestions et interpellations des élèves, il constitue un cheminement intellectuel le long duquel le lecteur découvre, comprend et peut se forger des convictions.

L’étude des institutions politiques a toujours été une des composantes importantes de la formation à Sciences Po et ce, dès la création de l’École libre. Elle s’est toujours donné pour objectif de comparer les systèmes constitutionnels et ceux des partis, dans le temps comme dans l’espace. Des générations de diplômés ont aiguisé leur curiosité intellectuelle en s’imprégnant des analyses pénétrantes exprimées par de grands professeurs comme le doyen Vedel ou, aujourd’hui, Olivier Duhamel et Marie-Anne Frison-Roche. Mais toute tradition, si l’on n’y veille attentivement, est menacée de dérive. Dans le champ particulier de la compréhension de l’État, de sa nature, de sa légitimité, du périmètre de ses compétences ou de ses modes d’action, le risque existe d’une vision statique, d’une approche limitée au droit positif, d’une perception des institutions propres à chaque État biaisée par des formes latentes d’ethnocentrisme ou de postures professionnelles dont on a parfois peine à s’extraire. Plus dommageable encore, l’analyse de l’État a pu être réduite à la forme que la tradition française a progressivement construite, en retenant pour l’essentiel l’œuvre des premières décennies de la Cinquième République, focalisant le regard sur l’exécutif gouvernemental et son bras armé, l’Administration.

Le propos de Jean Picq embrasse l’Europe dans son ampleur et sa diversité : la Pologne, l’Empire austro-hongrois, les Pays-Bas viennent enrichir de leur histoire la compréhension du lecteur. Son propos résonne comme une invitation à la rigueur : aux schématisations et aux à-peu-près mal justifiés par le souci de trouver d’abord des identités, des convergences et des permanences supposées plus compréhensibles par les élèves et, plus largement, par les lecteurs, il s’oppose en montrant comment l’État n’a jamais été et ne sera jamais une figure unique, constante dans le temps, dupliquée dans l’espace. Et les surgissements que l’auteur nous convie à contempler nous amènent à accepter la complexité d’une généalogie sur laquelle la facilité conduit habituellement à faire l’impasse. Des premiers temps médiévaux jusqu’à l’ère des révolutions, chacune des grandes leçons, devenues « chapitres », rend compte de la profondeur historique de la construction étatique dans la longue histoire de notre continent. Les problèmes, parfois les crises aiguës, traversés durant 1500 ans, de la lutte originelle des deux pouvoirs aux débats sur l’absolutisme ou la souveraineté, sont restitués dans une perspective chronologique et comparée. « Pouvoir, justice et droit, du Moyen Âge à nos jours » : le sous-titre de ce livre indique avec vigueur combien les débats d’aujourd’hui peuvent étonnamment être éclairés par une connaissance des débats du passé et une méditation sur les leçons qu’on peut en tirer.

Professeur associé à Sciences Po, Jean Picq n’a pas adopté une démarche normative qui viserait seulement à rendre compte d’évolutions essentielles pour la compréhension de nos régimes politiques et administratifs européens. Il nous invite à nous projeter dans l’avenir à travers une réflexion de fond sur les réformes substantielles qu’entreprennent les États européens pour s’adapter à la libéralisation des économies, à l’interdépendance croissante des nations, non seulement dans l’espace des intégrations régionales, mais aussi dans celui de la mondialisation. Seules ces adaptations pourront raffermir le crédit des pouvoirs publics auprès des citoyens nationaux et européens. Il nous conduit aussi à une réflexion sur les valeurs qui sont le creuset de l’Union européenne, le sens de sa construction, de son élargissement et de son approfondissement.

Jean Picq nous propose ainsi une illustration éclatante de l’esprit qui guide les études et la recherche à Sciences Po : ancrer dans une érudition pluridisciplinaire, accessible au plus grand nombre, notre capacité de projection intellectuelle dans un futur à la réalisation duquel chacun peut prendre une responsabilité décisive.

Partie 1 — Aux sources de l'Europe, du droit et de l'État

Partie 2 — La naissance des États l'Europe de la chrétienté latine médiévale (1000-1500)

L’unité par la religion

Partie 3 — L'affirmation des États l'Europe des guerres de religion (1517-1648)

La division par la religion

Partie 4 — La raison des états. L'équilibre européen (1648-1815)

L’unité par les Lumières

Partie 5 — La confrontation des états l'Europe des nationalismes et des totalitarismes (1815-1945)

La division par l’idéologie

Partie 6 — La pacification des états l'Europe de 1950 à nos jours

L’unité par le projet et par le droit