//img.uscri.be/pth/69d1fbe0ccecc8fa58dfe1862568c203e3f59dd6
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 3,49 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB - MOBI

sans DRM

Vases antiques des collections de la ville de Genève

De
54 pages

Les collections de la ville de Genève ne contiennent aucun spécimen des vases de la Troade, ni de ceux de l’île de Théra (Santorin). Le style maritime ou type des îles n’y est pas représenté ; les vases du style achéen ou mycénien et du style géométrique rectiligne, dit du Dipylon, manquent également. Mais le Musée archéologique renferme quelques spécimens du style géométrique italiote et un certain nombre de vases fabriqués dans l’île de Chypre.

Fruit d’une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.


Voir plus Voir moins
À propos deCollection XIX
Collection XIX est liothèque nationaleéditée par BnF-Partenariats, filiale de la Bib de France. Fruit d’une sélection réalisée au sein des prestigi eux fonds de la BnF, Collection XIXsiques et moins a pour ambition de faire découvrir des textes clas classiques de la littérature, mais aussi des livres d’histoire, récits de voyage, portraits et mémoires ou livres pour la jeunesse…
Édités dans la meilleure qualité possible, eu égard au caractère patrimonial de ces e fonds publiés au XIX , les ebooks deCollection XIX sont proposés dans le format ePub3 pour rendre ces ouvrages accessibles au plus grand nombre, sur tous les supports de lecture.
Paul Milliet
Vases antiques des collections de la ville de Genève
PREMIÈRE SÉRIE
FABRICATIONS PRIMITIVES
Les collections de la ville de Genève ne contiennen t aucun spécimen des vases de la Troade, ni de ceux de l’île de Théra (Santorin). Le style maritime ou type des îles n’y est pas représenté ; les vases du style achéen ou m ycénien et du style géométrique rectiligne, dit du ipylon, manquent également. Mai s le Musée archéologique renferme quelques spécimens du style géométrique italiote et un certain nombre de vases fabriqués dans l’île de Chypre. Quelques-uns de ces derniers remontent à une époque très reculée, mais qu’il est difficile de préciser. N° 1 (G). — Coupe chypriote décorée de fleurs et de boutons de lotus. Cette ornementation est librement inspirée de l’art égyptien.
* * *
STYLE GRÉCO-ASIATIQUE
Ce style, caractérisé principalement par certains a nimaux fantastiques, s’est e e développé surtout à Corinthe au VII et au VI siècles avant J.-C. — Les peintures des vases corinthiens sont noires et luisantes, avec de nombreuses retouches de blanc et de rouge-violet, souvent avec incisions. L’argile d e Corinthe, d’un blanc un peu verdâtre ou bistré, est d’une légèreté exceptionnel le. os N° 2 (F). — Aryballes corinthiens (n 103, 104, 105, etc., du Catal. Fol).
DEUXIÈME SÉRIE
VASES A PEINTURES NOIRES e C’est principalement à Athènes et pendant la second e moitié du VI siècle avant J.-C. que s’est développée la fabrication des vases à figures noires. N° 3 (F. 153). — Amphore. La panse est décorée d’un sphinx. Revers : un cavalier nu. De chaque côté du col, une tête d’homme à barbe pointue, casqué, vu de profil. — Incisions. — Provenance incertaine. N° 4 A (F. 140). — Amphore. La forme du vase et l’e xécution des peintures sont lourdes et grossièrès ; le noir est mat. De chaque côté de la panse a été réservé un tableau et, sur le fond, d’un blanc jauni, sont pei ntes des figures noires. Sur l’une des faces, un personnage imberbe, à la tête petite, à l ’angle facial aigu, est coiffé d’une sorte de bonnet (tutulus ?), duquel s’échappe une l ongue chevelure, gravée de traits incisés, réguliers et parallèles. Le corps, maigre, est porté par de grosses et longues jambes pliées, dans l’attitude adoptée à l’époque a rchaïque pour indiquer la course. Les mains levées agitent de grandes cymbales. La dr aperie retombe de chaque côté et ressemble à des ailes. En avant de ce personnage est peint une sorte de rocher noir. Sur l’autre face (ici reproduite n° 4 A), un person nage, analogue à celui qui vient d’être décrit, emporte un grand enfant nu. C’est pe ut-être l’Aurore enlevant Céphale, ou bien quelque divinité funèbre. On remarquera les chaussures ailées. A droite et à gauche, s’élève une tige de feuillages analogue à c elles qui sont peintes fréquemment sur les murs des tombeaux étrusques. Quelques archéologues considèrent les vases de ce s tyle comme étrusques, 1 d’autres y voient des produits fabriqués dans les c olonies ioniennes d’Italie . B (F. 162). — Lécythe. Fond blanc jaunâtre, peintur es d’un noir mat qui passe au rouge. Entre deux grands yeux, un jeune homme est p eint en noir. Style négligé.
1Comparer :Jahrbuch. d. Inst.,1889, III, pl. 5-6 (2).