Violence de la rente pétrolière

Violence de la rente pétrolière

-

Livres
232 pages

Description

Dans les années 1970, grâce la rente pétrolière, l'Algérie, la Libye et l'Irak paraissaient engagés dans un processus de modernisation accélérée. Le pétrole était la bénédiction qui permettrait à ces États de rattraper leur "retard" économique.L'Algérie était un "dragon en Méditerranée", la Libye un "émirat" et l'Irak "la puissance militaire montante" du monde arabe. Sur le plan politique, le socialisme progressiste laissait penser que des transformations profondes s'opéraient : émancipation de la femme, urbanisation, scolarisation, augmentation de l'espérance de vieQuelques décennies plus tard, la désillusion est cruelle. Le sentiment de richesse a entraîné ces pays dans des expérimentations voire des impasses politiques, économiques et militaires aux conséquences désastreuses dont ils peinent encore à sortir.Comment tout cela a-t-il été possible ? Ces pays peuvent-ils faire l'économie de réformes profondes sans risque dexplosion sociale ? L'Union européenne peut-elle exporter ses normes et ses valeurs et protéger ses approvisionnements gaziers ? La première synthèse sur le sujet.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 04 juin 2010
Nombre de lectures 18
EAN13 9782724687576
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
VIOLENCE DE LA RENTE PÉTROLIÈRE Algérie - Irak - Libye
Luis Martinez
Extrait de la publication
VIOLENCE DE LA RENTE PÉTROLIÈRE
Extrait de la publication
VIOLENCE DE LA RENTE PÉTROLIÈRE Algérie – Irak – Libye
Extrait de la publication
Luis Martinez
Catalogage ÉlectreBibliographie (avec le concours de la Bibliothèque de Sciences Po) Violence de la rente pétrolière : Algérie – Irak – Libye/ Luis Martinez – Paris : Presses de Sciences Po, 2010 (Collection Nouveaux Débats ; 21) ISBN 9782724611625 RAMEAU : – Rente pétrolière : Algérie – Rente pétrolière : Libye – Rente pétrolière : Irak – Industrie pétrolière : Aspect politique : Algérie – Industrie pétrolière : Aspect politique : Libye – Industrie pétrolière : Aspect politique : Irak DEWEY : – 320.7610 : Conjoncture et conditions politiques Afrique du Nord – 333.4 : Economie des ressources souterraines Public concerné : Public intéressé
La loi de 1957 sur la propriété intellectuelle interdit expressément la pho tocopie à usage collectif sans autorisation des ayants droit (seule la photocopie à usage privé du copiste est autorisée). Nous rappelons donc que toute repro duction, partielle ou totale, du présent ouvrage est interdite sans autorisation de l’éditeur ou du Centre français d’exploitation du droit de copie (CFC, 3, rue Hautefeuille, 75006 Paris).
© 2010, PRESSES DE LA FONDATION NATIONALE DES SCIENCES POLITIQUES
Extrait de la publication ISBN  version PDF : 9782724683141
À mon père
Sommaire
Remerciements9 Introduction LEBONHEURNESTPASDANSLESCHAMPSPÉTROLIFÈRES 11 Chapitre 1 27 LACAPTUREDELARENTE 27 Révolution, nationalisation et socialisme27 Contrôle de la rente31 Irak : rente pétrolière et parti Baath (19681980)36 Libye : coup d’État et révolution (1969)40 Algérie : socialisme et industrialisation43 Abondance financière et « potentiel despotique »49 Qui contrôle la rente ?54 Conclusion61 Chapitre 2 LESILLUSIONSDELAPUISSANCEPÉTROLIÈRE63 La recherche des attributs de la puissance64 L’envolée des dépenses militaires67 La Libye : une caserne à ciel ouvert68 L’Irak : « le défenseur des Arabes »73 Algérie: le développement d’abord, le Maroc après76 Le contrechoc pétrolier : la fin des illusions80 Une libéralisation économique improvisée81 La rente pétrolière favorisetelle l’écrasement des révoltes ?85 Conclusion99
Extrait de la publication
8
VIOLENCE DE LA RENTE PÉTROLIÈRE
Chapitre 3 RENTEPÉTROLIÈREETRÉGIMESMAFIEUX101 Un contexte favorable à la transformation des régimes101 Irak : embargo total et fin de l’« État solide »106 Libye : embargo partiel et déraillement de la révolution110 Algérie : condamnation morale du régime des généraux114 Des économies en faillite118 Bienfaisance et allégeance121 La reconsolidation mafieuse des régimes124 Conclusion133 Chapitre 4 LERETOURINESPÉRÉDELABONDANCEFINANCIÈRE137 Un troisième choc pétrolier salvateur : reconstruction étatique et nationale140 Algérie: réconciliation nationale et retour de l’État143 Libye : que faire de la révolution?153 Irak : violence de la reconstruction étatique et nationale162 Un renouveau fragile170 Conclusion173 Chapitre 5 ALGÉRIEETLIBYEÀLÉPREUVEDELAPOLITIQUEEUROPÉENNEDEVOISINAGE175 La construction d’un marché de l’énergie181 La construction d’une stratégie de sécurité187 Marché de l’énergie et stratégie de sécurité : que devient l’intégration régionale ?192 Les limites de la politique européenne198 Conclusion207 Conclusion 211 Bibliographie217
Remerciements
Je remercie le Centre d’études et de recherches internationales de la Fondation nationale des sciences politiques pour son soutien constant dans mes recherches. Je remercie JeanFrançois Lisée, directeur du Cerium et Philippe Faucher, directeur du département de sciences politiques de l’Université de Montréal, pour leur cha leureux accueil au cours de mon séjour à Montréal (20072008) qui m’a permis d’approfondir et de discuter mes recherches. Ce livre est issu de mon mémoire d’habilitation à diriger des recherches. J’exprime ma gratitude à Michel Camau, directeur de mon HDR (habilitation à diriger des recherches), pour ses critiques et remarques. Je remercie également pour leurs suggestions et commentaires JeanNoël Ferrié, Eberhard Kienle, Amélie Blom, Baudouin Dupret et Jérôme Sgard. Un grand merci à François Bafoil pour son soutien et ses encouragements. Mes remerciements à Sylvie Haas pour sa lecture attentive, à Dorian Ryser pour son aide à la documentation et à Miriam Perier pour ses traductions.
Extrait de la publication
Introduction Le bonheur n’est pas dans les champs pétrolifères
1 Dotés de ressources en hydrocarbures considérables , l’Algérie, la Libye et l’Irak ont dilapidé, entre 1970 et 2000, – avec les meilleures intentions – l’essentiel de leurs revenus dans des projets écono miques et militaires aux conséquences désastreuses. Exténués et ruinés après trente années d’expérimentations hasardeuses, ces trois 2 pays redécouvrent avec le troisième choc pétrolier (20032008) les avantages de la richesse passée. Curieusement, ce dernier n’a pourtant pas suscité l’enthousiasme attendu, à la différence des deux chocs précédents (1973, 1979). Si, il y a quelques décennies, l’or noir s’apparentait à l’arme de destruction massive qui devait permettre la victoire sur le sousdéveloppement, l’impérialisme et le sionisme, force est de constater qu’en 2008 les propos sont bien tièdes, alors même que le prix du baril frôle les 150 dollars. Que s’estil passé ? La magie du pétrole s’estelle dissipée ? L’Algérie, la Libye et l’Irak font alors preuve d’une prudence inaccoutumée face à ce bénéfique tsunami financier qui a permis en cinq ans d’accumuler de considérables réserves en dollars (en
e 1. L’Irak détient la 3 réserve mondiale prouvée de pétrole (115 mil liards de barils en stock, 1,5 million de barils par jour) ; la Libye, e 8 réserve mondiale prouvée de pétrole (41 milliards de barils en e stock, 1,6 million de barils par jour) ; l’Algérie, 17 réserve prouvée de pétrole (12 milliards de barils en stock, 1,9 million de barils par e e jour), 6 producteur mondial de gaz et 4 exportateur mondial de gaz. Énergie information administration, 20072008; P. Zelenko, CA. Paillard et C. de Lestange,Géopolitique du pétrole, Paris, Technip, 2005. 2. J.M. Chevalier,: Climate, Economics andThe New Energy Crisis Geopolitics. Londres, New York, Palgrave Macmillan, 2009.
Extrait de la publication
12
VIOLENCE DE LA RENTE PÉTROLIÈRE
2008, 140 milliards de dollars pour l’Algérie, 100 pour la Libye 3 et 40 pour l’Irak ). En fait, et ce dès le début de la décennie, les populations pensent que le pétrole est une malédiction. De 1970 à 2000, la rente pétrolière a produit un effet de richesse plus qu’un développement économique. Aussi, face à une surprenante opulence financière retrouvée, nombre de gens évaluent son retour avec circonspection. Certes, la montée du prix du baril de pétrole depuis 2003 a sorti les régimes algérien, irakien et libyen de l’opprobre dont ils sont l’objet depuis la décennie 1990 et les a propulsés au rang de marchés attractifs. Pour autant, cette nouvelle manne financière ne réveille pas parmi les populations la croyance dans l’illusion pétrolière. Pour le « peuple », le bonheur ne réside plus dans les champs pétrolifères. Si, depuis le début de la décennie 1970, ces pays ont bénéficié d’une rente pétrolière, cela n’a pas amélioré de façon particulière le bienêtre de leurs habitants, du moins pas plus que dans les régimes autoritaires non pétroliers. Les indicateurs de développement humain de l’Algérie, de l’Irak et de la Libye ne se distinguent pas particulièrement de ceux de la Tunisie, du Maroc ou de la Syrie. En 1992, la Syrie e, e e était classée 79 tandis que l’Irak était 100 , la Libye 26 quand e e e la Tunisie était 27 , l’Algérie 109 juste devant le Maroc 111 . En 2000, le Maroc consacrait 4,8 % de son produit intérieur brut (PIB) aux dépenses de santé là où l’Algérie en dépensait 3,5 %, 4 et la Tunisie 5,6 % contre 3,5 % en Libye . Comme le souligne A. Mebtoul, ce classement ferait reculer de 20 points un pays comme l’Algérie (mais également l’Irak et la Libye) si le PIB était 5 e calculé hors hydrocarbures . L’Algérie, classée à la 102 position e (sur 177) en 20052006, serait ramenée à la 153 place ! De plus, entre 1974 et 2004, les taux de croissance annuelle du Maroc (1,4 %), de la Tunisie (2,3 %) et de la Syrie (1,1 %) étaient
er 3.Business Monitor Internationalseptembre 2008., 1 4.Rapport mondial sur le développement humain, chapitre II, IDH, 2005, p. 33. 5.A. Mebtoul: «Pour l’amélioration du rapport de 2008 du Conseil éco nomique et social algérien sur l’IDH»,El Khabar, 14 septembre 2009.
Extrait de la publication