Violences et victimation

Violences et victimation

Livres
208 pages

Description

La question de la violence et de son traitement est une préoccupation sociale de plus en plus grande, qui suscite des débats passionnés. À cette question, la psychologie est tenue de répondre. De la violence en effet, on parle de plus en plus, ce qui n'empêche semble-t-il nullement le surgissement de ses diverses manifestations : guerre, tortures, terrorisme, violences de la rue, violences sexuelles, conjugales, physiques et/ou psychiques, violences de la société, violences symboliques, violences dans les entreprises, harcèlement, licenciements de masse, prédominance de la réussite économique sur l'harmonie des relations humaines, etc. Ces violences sont agies ou subies, elles sont le fait de sujets qui répondent parfois à des contraintes psychiques, pulsionnelles, interpersonnelles, sociales. Comment les psychologues considèrent-ils les manifestations de la violence auxquelles ils ont affaire, comment en envisagent-ils le traitement, quelles peuvent être les solutions aux niveaux individuel et collectif ? De l'engrenage de la destruction guerrière au déchaînement d'une jouissance qui ne serait plus interdite, du passage à l'acte psychopathique à la mise en acte d'un scénario pervers, de la banalisation de l'agression à la préméditation d'un crime, la violence engage des êtres humains dans des rôles dont ils deviennent souvent les acteurs involontaires. Bourreaux et victimes sont liés par les faits sur une scène où le réel se mélange à la face la plus sombre de l'imaginaire.


Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 07 septembre 2017
Nombre de visites sur la page 0
EAN13 9782757419076
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Violences et victimation
Patrick Martin-Mattera (dir.)
DOI : 10.4000/books.septentrion.14012 Éditeur : Presses universitaires du Septentrion Lieu d'édition : Villeneuve d'Ascq Année d'édition : 2011 Date de mise en ligne : 7 septembre 2017 Collection : Savoirs Mieux ISBN électronique : 9782757419076
http://books.openedition.org
Édition imprimée ISBN : 9782757401729 Nombre de pages : 208
Référence électronique MARTIN-MATTERA, Patrick (dir.).Violences et victimation.Nouvelle édition [en ligne]. Villeneuve d'Ascq : Presses universitaires du Septentrion, 2011 (généré le 21 septembre 2017). Disponible sur Internet : . ISBN : 9782757419076. DOI : 10.4000/books.septentrion.14012.
Ce document a été généré automatiquement le 21 septembre 2017.
© Presses universitaires du Septentrion, 2011 Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540
La question de la violence et de son traitement est une préoccupation sociale de plus en plus g rande, qui suscite des débats passionnés. À cette question, la psycholog ie est tenue de répondre. De la violence en effet, on parle de plus en plus, ce qui n'empêche semble-t-il nullement le surg issement de ses diverses manifestations : g uerre, tortures, terrorisme, violences de la rue, violences sexuelles, conjug ales, physiques et/ou psychiques, violences de la société, violences symboliques, violences dans les entreprises, harcèlement, licenciements de masse, prédominance de la réussite économique sur l'harmonie des relations humaines, etc. Ces violences sont ag ies ou subies, elles sont le fait de sujets qui répondent parfois à des contraintes psychiques, pulsionnelles, interpersonnelles, sociales. Comment les psycholog ues considèrent-ils les manifestations de la violence auxquelles ils ont affaire, comment en envisag ent-ils le traitement, quelles peuvent être les solutions aux niveaux individuel et collectif ? De l'eng renag e de la destruction g uerrière au déchaînement d'une jouissance qui ne serait plus interdite, du passag e à l'acte psychopathique à la mise en acte d'un scénario pervers, de la banalisation de l'ag ression à la préméditation d'un crime, la violence eng ag e des êtres humains dans des rôles dont ils deviennent souvent les acteurs involontaires. Bourreaux et victimes sont liés par les faits sur une scène où le réel se mélang e à la face la plus sombre de l'imag inaire.
PATRICK MARTIN-MATTERA
Dr, HDR, Psycholog ue, psychanalyste, professeur de psychopatholog ie, Institut de psycholog ie et sociolog ie appliquées (IPSA), Université catholique de l’Ouest (UCO), Laboratoire de psycholog ie de l’université d’Ang ers, Équipe d’accueil 2646 ; Centre de recherche de l’IPSA.
SOMMAIRE
Présentation Patrick Martin-Mattera
De l'identification des violences institutionnelles à la nouvelle entropie des organisations : quelles issues ? Georges Masclet 1- La position du problème 2- L'orig ine du malaise : la libéralisation des manag ements 3- Les fondements des “News Manag ements” 4- Quelques pistes de réflexion : la nouvelle entropie des org anisations 5- Les Motifs de la nouvelle entropie 6- Conclusion
La victimisation symbolique : Vers une traduction de la complexité dans les organisations Didier Desonnay et Mylène Forte 1- Un défi : la mig ration des concepts pour la transdisciplinarité et le travail nécessaire sur le lang ag e scientifique 2- Au-delà de l’erreur fondamentale : la victimisation 3- Arg uments pour des approches constructivistes et cliniques en PTO : application théorique du modèle de la « consultatio » 4- Vous avez dit « symptôme » org anisationnel ? 5- En g uise de conclusion, arg uments pour la prise en compte de la complexité face à la victimisation
Affronter le syndrome victime/délinquant à l’adolescence : la mondialité comme cadre de pensée Daniel Derivois 1- Le problème des adolescents victimes/délinquants 2- La clinique de la mondialité comme cadre g énéral de pensée 3- Accompag ner l’adolescent victime/délinquant dans le monde 4- Le lien victime/délinquant éclairé par une approche g lobale
Violences intrafamiliales : Étude exploratoire des homicides-suicides dans la famille commis par des hommes Suzanne Léveillée et Julie Lefebvre 1- Définitions et ampleur du phénomène 2- La présente étude 3- Discussion
Plainte étouffée, plainte revendiquée. Du droit à être victime… Dominique Reniers 1- Une demande déplacée 2- La victimation comme discours social 3- la victimation, symptôme de et dans la postmodernité
Victimation et abus sexuels : présentation clinique et réflexions sur la perversion Patrick Martin-Mattera et Claude Savinaud
1- Introduction 2- Clinique 3- Quelques remarques sur la dynamique du sujet pervers 4- La victimation et l’inversion de culpabilité comme processus inhérents au fonctionnement pervers 5- Tableau de la dynamique perverse et exemple 6- Conclusion
Présentation
Patrick Martin-Mattera
Ce livre est issu de la collaboration de neuf cherc heurs, français, belg es et canadiens, im pliquant huit universités. Ces chercheurs aborden t la thém atique de la violence et de la victim ation, de points de vue com plém entaires dans le cham p de la psycholog ie. La question de la violence et de son traitem ent est aujourd’hui une préoccupation sociale de plus en plus g rande, qui suscite des débats passionnés, et à cette question la psycholog ie est tenue de répondre. De la violence en effet, on parl e de plus en plus, ce qui n’em pêche sem ble-t-il nullem ent le surg issem ent de ses diverses m anifestations : violences de g uerre et tortures, terrorism e, violences de la rue, viole nces sexuelles, violences conjug ales, violences physiques et/ou psychiques, violences de la société, violences sym boliques, violences dans les entreprises, harcèlem ent, licenciem ents de m asse, prédom inance de la réussite économ ique sur l’harm onie des relations hum aines, etc. Ces violences sont ag ies ou subies, elles sont le f ait de sujets qui répondent parfois à des contraintes psychiques, pulsionnelles, interpersonn elles, sociales. Com m ent les psycholog ues considèrent-ils les m anifestations de la violence auxquelles ils ont affaire, com m ent en envisag ent-ils le traitem ent, quelles pe uvent être les solutions aux niveaux individuel et collectif ? De l’eng renag e de la destruction g uerrière au déchaînem ent d’une jouissance qui ne serait plus interdite, du passag e à l’acte psychopathique à la m ise en acte d’un scénario pervers, de la banalisation de l’ag re ssion à la prém éditation d’un crim e, la violence eng ag e des êtres hum ains dans des rôles do nt ils deviennent souvent les acteurs involontaires. Bourreaux et victim es sont liés par les faits sur une scène où le réel se m élang e à la face la plus som bre de l’im ag inaire. Que dire alors de ce processus de « victim ation », disting ué de celui de la victim isation com m e nous le verrons au fil des chapitres, qui s’am plifie dans la société aujourd’hui ? Est-ce là le sursaut, devenu enfin possible, de ceux et celles qui refusent m aintenant de continuer à subir, ou bien un m oyen, enfin trouvé, de s’identifier à un g roupe pour m ieux se défendre, ou encore le résultat d’une pression e t d’une tendance sociales dont il reste à déterm iner le caractère bénéfique ou pathog ène ? Cet ouvrag e offre des pistes de réponses à certaine s de ces questions. Il est org anisé en six chapitres qui déploient la problém atique de la viol ence et de la victim ation dans les dom aines de la psycholog ie du travail, de la psycho log ie sociale, et de la psycholog ie clinique. Les perspectives de recherche, diversifié es, se soutiennent entre elles, et l’ensem ble converg e vers une réflexion qui a été vo ulue à la fois vaste et précise sur la thém atique choisie. Dans le prem ier chapitre, intituléDe l'identification des violences institutionnelles à la nouvelle entropie des organisations : quelles issues ?Georges Masclet indique breque le nom de sym ptôm es dont souffrent nos org anisations aujourd'hui : stress, burn-out, addictions,
violences, harcèlem anag er le s ents, m ontre que le fait de m hom m es est devenu un problèm e de société g rave, qu’il est essentiel de p rendre en considération et de traiter. L’auteur développe la teneur de ces violences dont souffrent les personnes au travail, violences qui sont m assivem ent m éconnues. Les raisons du m alaise sont m ultiples et les recherches pratiquées ces dernières années, tant en France qu’à l’étrang er, révèlent, derrière les v itrines du prog rès social, un m onde de souffrance qui laisse parfois incrédule. Les sym ptô m es de cette patholog ie sociale et psychique du travail découlent d’une libéralisation qui m obilise chez les individus les dim ensions narcissiques les plus élém entaires et le s m et en com pétition, com m e ils y ont été accoutum és depuis l'école prim aire. Cependant, l’effet m êm e de ces patholog ies nous aide à prendre conscience de la nécessité d’un chan g em ent. Ce sont les perspectives de ce chang em ent possible qui sont enfin tracées dans ce chapitre. Dans le deuxièm e chapitre,La victimisation symbolique : vers une traduction de la complexité dans les organisations,Didier Desonnay et Mylène Forteune g  proposent rille de lecture psychosociale sur la victim isation en détaillant un e dizaine de facteurs qui favorisent l’ém erg ence des souffrances au travail. Par l’intro duction interm édiaire de ces facteurs, c’est l’explication ternaire propre à la psycholog ie sociale qui est substituée à une approche binaire des phénom ènes, parfois trop m écanique. L’a rg um ent épistém olog ique prône l’im portation de concepts et d’heuristiques ajustés à la discipline de la PTO (Psycholog ie du Travail et des Org anisations), notam m ent en s’affra nchissant d’acceptions teintées d’idéolog ie positiviste ou économ ique. Les auteurs m ettent ainsi en g arde contre des croyances et conduites en ressources hum aines dans les org anisations qui valident ou justifient les souffrances au travail. Ils y envisa g ent aussi l’intervention de conseil en ressources hum aines par le psycholog ue qui occupe d ans l’org anisation une posture g énérique de tiers, et provoque des ruptures systém atiques avec la com m ande sociale d’intervention. Ils précisent alors ces ruptures avec le tem ps économ ique et avec la peur du chang em ent et y appliquent un m odèle d’intervention nom m é la «consultatioPar ces ». facteurs, Didier Desonnay et Mylène Forte posent ainsi les jalons d’une psycholog ie sociale clinique appliquée aux objets des souffrances au travail ainsi qu’au statut de victim e dans les org anisations et introduisent l’idée de «victime symbolique». Dans le chapitre trois,Affronter le syndrome victime/délinquant à l’adolescence : la mondialité comme cadre de pensée,Daniel Derivoisdu phénom ène de la violence et de la traite victim ation à partir des problém atiques des adolescents à la fois victim es et délinquants, ce qui situe déjà les deux pôles m ajeurs du problèm e. La com plexité de ces problém atiques am ène l’auteur à proposer un cadre g lobal pour les penser, celui de la m ondialité, dont un des principes est de repérer le g lobal dans le local, le sing ulier dans le collectif, le tout dans une dynam ique d’ensem ble. Il en ressort des pistes pour accom pag ner l’adolescent victim e/délinquant non seulem ent dans le cadre fam i lial, social ou institutionnel, m ais avant tout dans ce que Daniel Derivois appelle « l’environnem ent-m onde ». Dans le quatrièm e chapitre,Étude exploratoire des homicides-suicides dans la famille commis par des hommes,Suzanne Léveillée et Julie Lefebvreque le suicide d’une rappellent personne est un événem ent toujours dram atique qui a ffecte des fam illes entières. Les m em bres restants de la fam ille ont la plupart du tem ps du m al à com prendre et à élaborer leur vécu. Mais quand un hom m e en vient à tuer sa conjointe et ses enfants, et par la suite se suicide, les m em bres de l’entourag e sont d’autant plus affectés et se dem andent com m ent il se fait qu’ils n’ont rien vu. À cela s’ajoute de la culpabilité et de l’incom préhension. Les
auteures proposent alors à ce sujet un travail de recherche clinique dans l’objectif de m ieux saisir les enjeux de ces trag édies, enjeux autant psycholog iques que sociaux et contribuer ainsi à prévenir ce type de passag e à l’acte. Suzanne Léveillée et Julie Lefebvre répertorient d’une part le pourcentag e d’hom icides-suicides com m is sur le territoire de la province de Québec et d’autre part, présentent les caractéristi ques sociodém og raphiques, psycholog iques, crim inolog iques, et situationnelles de trois sous-types d’hom icidessuicides dans la fam ille, com m is sur une période de 10 ans ( 1997-2007) au Québec. Les sous-types sont l’uxoricide, le filicide et le fam ilicide suivis du suicide de l’ag resseur. Le chapitre cinqPlainte étouffée, plainte revendiquée ; du droit à être victime, écrit par Dom inique Reniersp de la psycholog ie, latraite d’une pratique propre au cham victimologie, dont lavictimel’objet de savoir et de pratique. Le processus qui conduit à cette position est est lavictimation, qui se définit, selon l’auteur com m e un «processus objectif attribué dans le discours d’un tiers à un sujet, et qui correspond à l’identification d’une configuration clinique rattachée à un traumatisme vécu justifiant une prise en charg e thérapeutiqueLe term  ». evictimisation renvoyant quant à lui au discours du sujet lui-m êm e s’identifiant com m e victim e sur la base de son éprouvé propre vis-à-vis du traum atism e. L’a uteur postule que la victim ation est fondam entalem ent un produit de discours participant d’un enjeu qui est propre à la postm odernité : la constitution d’un espace où scin tille une possible proxim ité avec la jouissance. Elle serait à entendre en cela com m e l’ un des sym ptôm es du m onde contem porain qui donne au traum atism e, quelle qu’en soit la nature, statut de préjudice en appelant à réparation auprès de qui de droit. Une t elle politique victim olog ique tend à s’alig ner sur une log ique plus larg e qui m odifie fo ndam entalem ent l’horizon psychopatholog ique et clinique auquel est confronté le psycholog ue ou le psychanalyste aujourd’hui. L’auteur s’appuie entre autres sur les discours de Lacan, discours du Maître, de l’Universitaire, de l’Analyste, et de l’Hystérique, auquel il adjoint le discours du capitaliste pour form aliser et m ieux saisir cette dynam ique. Enfin, dans le sixièm e chapitre, intituléVictimation et abus sexuels : présentation clinique et réflexions sur la perversion,Claude Savinaud et Patrick Martin-Mattera étudient les caractéristiques du rapport à la victim e dans la pe rversion. À partir du cas clinique d’un jeune hom m e contraint à une psychothérapie en raiso n d’une condam nation pour cum ul d’im ag es « pédophiles », les auteurs traitent de la perversion com m e type d’org anisation et de structuration de la personnalité, et celle de la victim ation et de l’inversion de culpabilité com m e processus inhérents au fonctionnem ent pervers . Les « com portem ents sexuels inappropriés », « nouvelle » catég orie nosog raphiqu e pour désig ner les actes sexuels déviants, m ettent en relief l'im brication com plexe des facteurs psychopatholog iques individuels et des circonstances environnem entales, fam iliales et sociétales, pouvant entraîner ces actes délictueux g raves. L'évolution des m œurs tend à la fois à exposer au g rand jour de tels actes, auparavant passés sous si lence, et à renforcer l'opprobre sur les acteurs qui sont assim ilés à des m alades m entaux, s upposés dang ereux par essence. La nécessaire reconnaissance due aux souffrances des v ictim es ne doit pas occulter la problém atique intersubjective im pliquée dans l'acte. Et l'on peut se dem ander, ne serait-ce que dans un souci prophylactique, quelle souffrance psychique est à l'orig ine d'un tel trouble de la relation à l'autre, m êm e si l’auteur de l’acte s'y m ontre insensible et revendique une position de victim e de la vindicte sociale. S'ag it il d'une perversion, au sens courant d'une volonté de nuire en toute im punité, o u bien d'un processus « m écanique » produisant cet enchaînem ent d'actes dans lequel le sujet est pris com m e un rouag e ? Ce
texte développe les élém ents cliniques qui structur ent la perversion et reprend, entre autres, les quatre discours de Lacan dans une perspective différente m ais com plém entaire du chapitre précédent.
AUTEUR
PATRICK MARTIN-MATTERA Dr, HDR, Psycholog ue, psychanalyste, professeur de psychopatholog ie, Institut de psycholog ie et sociolog ie appliquées (IPSA), Université catholique de l’Ouest (UCO), Laboratoire de psycholog ie de l’université d’Ang ers, Équipe d’accueil 2646 ; Centre de recherche de l’IPSA.