Vivre, malgré tout

Vivre, malgré tout

-

Livres
186 pages

Description

La vie vaut-elle vraiment la peine d'être vécue ? Oui ! répond Lytta Basset dans ce nouveau livre composé d'articles parus d'abord dans la revue "La Chair et le Souffle". Mais faire le choix de la vie peut impliquer un long et difficile travail sur soi, ainsi qu'une disposition à s'ouvrir à l'altérité. En puisant dans les textes bibliques ou philosophiques autant que dans son expérience personnelle, l'auteure propose ici une réflexion émouvante et exigeante qui nous relie sans cesse à l'Autre. Choisir la vie, malgré tout, c'est commencer à devenir auteur de sa vie. Pour ce faire, bien des écueils sont à éviter, à commencer par la langue de bois qui souvent détruit. On osera alors, peu à peu, faire ou (re)faire confiance et on mobilisera ses sources vives, à la fois affectives et spirituelles. Enfin, on pourra s'ouvrir à l'expérience mystérieuse de son corps spirituel, et de celui d'autrui - d'une transcendance inscrite jusque dans la précarité du corps.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 15 novembre 2017
Nombre de visites sur la page 0
EAN13 9782830951011
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
La vie vaut-elle vraiment la peine d'être vécue ? Oui ! répond Lytta Basset dans ce nouveau livre composé d'articles parus d'abord dans la revue "La Chair et le Souffle". Mais faire le choix de la vie peut impliquer un long et difficile travail sur soi, ainsi qu'une disposition à s'ouvrir à l'altérité. En puisant dans les textes bibliques ou philosophiques autant que dans son expérience personnelle, l'auteure propose ici une réflexion émouvante et exigeante qui nous relie sans cesse à l'Autre. Choisir la vie, malgré tout, c'est commencer à devenir auteur de sa vie. Pour ce faire, bien des écueils sont à éviter, à commencer par la langue de bois qui souvent détruit. On osera alors, peu à peu, faire ou (re)faire confiance et on mobilisera ses sources vives, à la fois affectives et spirituelles. Enfin, on pourra s'ouvrir à l'expérience mystérieuse de son corps spirituel, et de celui d'autrui - d'une transcendance inscrite jusque dans la précarité du corps.