//img.uscri.be/pth/7fca104b4927cec772d616a7990d38e440c3dcbc
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 2,49 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : MOBI - EPUB

sans DRM

Des asperges d'Argenteuil et de leur origine

De
40 pages

Il n’y a pas plus de cinquante-cinq ans que la culture de l’asperge a été introduite à Argenteuil, et ce n’est même que depuis trente à trente-cinq ans qu’elle a pris une certaine importance.

Ou fit les premières plantations avec du plant tiré d’Épinay où l’on cultivait, avec assez de succès, l’asperge de Hollande qui avait, alors, une réputation européenne justement méritée ; car c’est encore, aujourd’hui, la meilleure après celle d’Argenteuil.

Fruit d’une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.


Voir plus Voir moins
À propos deCollection XIX
Collection XIX est liothèque nationaleéditée par BnF-Partenariats, filiale de la Bib de France. Fruit d’une sélection réalisée au sein des prestigi eux fonds de la BnF, Collection XIXsiques et moins a pour ambition de faire découvrir des textes clas classiques de la littérature, mais aussi des livres d’histoire, récits de voyage, portraits et mémoires ou livres pour la jeunesse…
Édités dans la meilleure qualité possible, eu égard au caractère patrimonial de ces e fonds publiés au XIX , les ebooks deCollection XIX sont proposés dans le format ePub3 pour rendre ces ouvrages accessibles au plus grand nombre, sur tous les supports de lecture.
Valentin-Ferdinand Lebeuf
Des asperges d'Argenteuil et de leur origine
La culture de l’asperge, grâce à quelques hommes sp éciaux, a pris une extension considérable à Argenteuil. Il est, ce nous semble, utile de signaler à la reconnaissance publique les cultivateurs patients, les observateur s sagaces, les praticiens modestes qui ont créé ces belles variétés qui font la fortun e du pays et l’admiration de nos voisins. Le nom des hommes utiles, des travailleurs, s’oubli e vite, surtout à cette époque où l’on substitue souvent la ruse et l’audace à la sci ence, où l’on s’approprie le travail des autres, afin de récolter sans avoir semé. Écrire un mot dans l’histoire, c’est soustraire leur nom à l’oubli, c’est en consacrer la mémoire. Nous avons essayé de le faire, ce qui nous a obligé d’entrer dans quelques détails qu e nous eussions désiré passer sous silence ; mais le besoin de séparer le bon gra in d’avec l’ivraie nous a fait une nécessité de dire toute notre pensée. V.-F. LEBEUF.
er Argenteuil, le 1 juin 1867.
Introduction de l’asperge à Argenteuil. — Variétés cultivées. — Mode de culture
Il n’y a pas plus de cinquante-cinq ans que la cult ure de l’asperge a été introduite à Argenteuil, et ce n’est même que depuis trente à tr ente-cinq ans qu’elle a pris une certaine importance. Ou fit les premières plantations avec du plant tiré d’Épinay où l’on cultivait, avec assez de succès, l’asperge de Hollande qui avait, a lors, une réputation européenne justement méritée ; car c’est encore, aujourd’hui, la meilleure après celle d’Argenteuil. Elle était robuste et de bonne qualité ; ce qu’on p ouvait lui reprocher c’était son peu de produit et son exigence au point de vue des engrais . Pendant soixante ans, elle fit la gloire et la richesse de ce village. Ce fut vers 1812 que les cultivateurs d’Argenteuil commencèrent à planter. A celte époque, les idées n’étaient guère tournées vers la culture ; aussi c’est à peine si l’on pourrait citer quelques plantations laites en ce mo ment : aucune ne fut assez importante pour qu’on en conservât le souvenir jusq u’à ce jour. Cette variété fut exclusivement cultivée jusqu’en 1 818 ou 1820. Le mode de culture suivi était celui-ci : on ouvrai t des tranchées de quarante centimètres de profondeur sur soixante-quinze à qua tre-vingts de largeur, et on plantait deux rangs de griffes à soixante ou soixan te-cinq centimètres en tous sens ; à côté on répétait la même opération, de telle sorte qu’il y avait un ados, puis deux rangs d’asperges, et ainsi de suite. Les asperges étant peu espacées, on ne formait pas de buttes comme on le fait à Argenteuil ; on buttait en plein, ou à peu près. Ce mode de culture n’était pas universel, il y avai t bien quelques variantes ; mais c’était celui suivi par la généralité des cultivate urs. Cette culture vicieuse ne pouvait être longtemps pr atiquée par les cultivateurs d’Argenteuil ; aussi bientôt il s’opéra une révolut ion complète. Au lieu de planter deux rangs de griffes par tranchée, on fit celle-ci plus étroite et on ne planta qu’un seul rang, et chaque rang eut son rayon et son ados ; on espaç a davantage, et on fit une butte sur chaque touffe, au lieu de remplir le rayon dans toute sa largeur. C’est de là seulement que date la véritable culture de l’asperg e.
Quels sont les premiers cultivateurs d’asperges ? — Quels sont ceux qui, les premiers, ont perfectionné les procédés de culture ?
S’il est impossible de citer le nom du cultivateur qui fit les premières plantations d’asperges à Argenteuil, il n’en est pas de même po ur celui qui renversa les anciennes méthodes de culture et les perfectionna. Le premier cultivateur qui fit une étude spéciale d e l’asperge, fut M. Lescot père. Dès 1819 ou 1820, il fit des plantations assez impo rtantes en pleine terre, seule méthode suivie à cette époque tant à Argenteuil qu’ aux environs ; mais ce n’est qu’en 1822 ou 1823 qu’il commença à planter dans les vign es.